Rejoignez-nous

Actualité

Les citadins disent « non » à la Loi sur la chasse

Publié

,

le

Loup – Loi sur la chasse: les villes font pencher la balance.

Le loup ne pourra pas être abattu plus facilement. La révision de la loi sur la chasse a été refusée dimanche du bout des lèvres (51,9% des votants). Elle a été surtout plébiscitée dans l’espace alpin et les petits cantons, mais les centres urbains se sont imposés.

Le suspense a duré tout l’après-midi. L’institut gfs.ch a donné un moment l’avantage à l’acceptation du projet par 51% avant de replacer les deux camps sur un pied d’égalité, puis de donner une courte avance aux opposants.

Les soutiens les plus forts sont venus comme prévu d’Appenzell Rhodes-Intérieures (70,8%), d’Uri (69,6%), du Valais (68,6%) et des Grisons (67,3%). Parmi les cantons qui se sont rangés derrière la révision de la loi figure aussi Fribourg, de justesse (50,7%). Au total, quinze cantons ont dit « oui ».

Le poids des villes

Mais les zones urbaines ont fait pencher la balance. Comme dans le canton de Berne (53% de non), où les régions de plaine ont eu le dernier mot. Le rejet le plus net vient de Bâle-Ville (63,9%), suivi de Schaffhouse (63,3%), de Genève (63,1%), où la chasse est interdite depuis 1974, et de Vaud (59,8%). Neuchâtel et Zurich ont également rejeté le texte, alors que le Jura a exprimé un petit « non » (51,8%).

Devant la presse, Simonetta Sommaruga a dit comprendre la déception des régions alpines, où la population est concernée par la propagation du loup. « Ce non ne se dirige pas contre eux. Il ne vise pas les éleveurs de moutons et les exploitants d’alpages ».

Selon la présidente de la Confédération, villes et campagnes doivent se comprendre. Un équilibre doit être trouvé. « Aucune région ne doit être laissée de côté ». Et la Bernoise de citer les efforts faits en matière de service public et d’infrastructures envers les régions périphériques.

Retour du loup

La loi actuelle date de 1986. A l’époque, Ysengrin ne vivait pas sur le territoire helvétique. Mais depuis la formation de la première meute en 2012, les effectifs se sont multipliés et comptent actuellement 80 loups. Depuis 2009, ils tuent chaque année plusieurs centaines de moutons et de chèvres, créant des conflits avec les éleveurs.

La loi révisée devait notamment adapter les règles de cohabitation entre le loup et l’être humain aux réalités actuelles. Les cantons auraient pu autoriser les tirs avant que les loups n’aient fait des dégâts afin qu’ils conservent leur crainte de l’homme et des zones habitées. Mais les tirs auraient été liés à plusieurs conditions préalables.

Les cantons n’auraient pas pu s’attaquer à des meutes qui restent éloignées des troupeaux et des villages. Ils auraient également dû justifier le tir auprès de la Confédération. Les organisations de protection de la nature auraient toujours pu faire recours contre la décision du canton.

Les cantons auraient aussi pu autoriser le tir d’un loup isolé s’il s’attaque aux cheptels malgré les mesures de protection ou s’il rôde autour des étables et des villages.

« Tout sacrifier »

« Les opposants ont décidé de tout sacrifier aux dépens du tir de quelques loups », a déploré le président de la Diana romande Pascal Pittet, citant notamment le soutien financier qui était prévu dans la loi pour les réserves pour les oiseaux d’eau ou les couloirs fauniques.

Interrogé par Keystone-ATS, il a regretté qu’une majorité « éloignée des réalités du terrain » ait fait pencher la balance, alors qu’on assiste à une augmentation exponentielle de la présence du canidé. Le loup a une place dans nos écosystèmes et les tirs ne régleront pas le problème, a rétorqué sur les ondes de la RTS le biologiste Raphael Arlettaz.

Retour au Parlement

Partisans et opposants partagent en revanche la conviction que les Chambres fédérales vont devoir remettre l’ouvrage sur le métier, tout en divergeant sur les réponses à apporter. Pour le conseiller national Christophe Clivaz (Verts/VS), il s’agit maintenant de revenir devant le Parlement sans les lignes rouges du texte rejeté comme les compétences excessives laissées aux cantons.

Plus de moyens doivent être consacrés à la protection des troupeaux contre les prédateurs, qui ne doit pas passer essentiellement par des tirs, a-t-il dit à Keystone-ATS. Il faut profiter de remettre à l’ordre du jour les espèces menacées qui ne sont toujours pas protégées, comme le tétras-lyre, le lagopède, la bécasse des bois ou le lièvre. Enfin, un débat doit être mené sur la manière de soutenir l’agriculture de montagne.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Didier Pittet: “Je lance un appel pour une Europe de la santé!”

Publié

le

Faut-il une Europe de la Santé? Oui, selon Didier Pittet.
Le Professeur, chef du Service de prévention et contrôle de l’infection aux Hôpitaux universitaires de Genève, vient de publier “Vaincre les épidémies” avec Thierry Crouzet. Un journal de bord qui retrace les six premiers mois de l’année vécus par l’épidémiologiste. Selon lui, cette pandémie doit pousser les autorités mais aussi les patients à s’interroger sur le monde d’après. C’est l’une des réflexions dont il a fait part à Benjamin Smadja et Laurie Selli dans un long entretien.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève: le personnel de santé se sent trahi par le projet de budget

Publié

le

Les professionnels de santé ont manifesté mardi à midi leur désapprobation face aux coupes prévues dans le projet de budget du Canton de Genève. Il prévoit de diminuer les salaires de 1% des fonctionnaires ainsi que de réduire les annuités. Inadmissible pour les soignants qui affrontent la deuxième vague de contaminations. Ils réclament, comme dans toute la Suisse, une prime Covid. 

A l’appel des syndicats, les professionnels de santé mènent depuis lundi une semaine d’action dans toute la Suisse. Ils réclament une prime Covid équivalente à un salaire. Après Neuchâtel, c’était au tour des soignants de Genève de manifester ce midi. Ils étaient une trentaine au parc des Chaumettes devant les Hôpitaux universitaires de Genève aussi pour protester contre le projet de budget du canton 2021. Il prévoit notamment de baisser les salaires de la fonction publique de 1%. Inadmissible pour Patricia Borrero, la Présidente de la section genevoise de l’Association suisse des infirmières (ASI).

Patricia Borrero Présidente de la section genevoise de l'Association suisse des infirmières et infirmiers

Selon le personnel de santé, ces mesures représentent une baisse de salaire qui varie entre 6 et 10%, soit plus d’un salaire par an. Les annuités devraient être supprimées en 2022 et 2023. Les mesures sont planifiées sur quatre ans.

Restrictions depuis plusieurs années

Ça fait plusieurs années que les restrictions touchent l’ensemble du personnel hospitalier qui travaille à flux tendu, selon les syndicats. Patricia Borrero.

Patricia Borrero Présidente de la section genevoise de l'Association suisse des infirmières et infirmiers

Après une première vague très épuisante, la deuxième arrive et les soignants sont fatigués. Patricia Borrero.

Patricia Borrero Présidente de la section genevoise de l'Association suisse des infirmières et infirmiers

La syndicaliste rappelle qu’une infirmière sur trois quitte la profession avant 35 ans. Plusieurs raisons à cela, la fatigue, les horaires et la difficulté de concilier le métier avec la vie familiale.

Travail à flux tendu

Le travail à flux tendu est aussi constaté par les étudiants de la Haute école de santé genevoise. James et John (prénoms d’emprunt) constatent un manque d’effectif qui affecte également leur formation. Ils sont en deuxième année.

étudiant James

Ces étudiants réclament davantage de respect et une charge de travail moins grande.

étudiant John

Les formateurs sont aussi moins disponibles depuis la crise sanitaire selon les étudiants.

EMS pas mieux lotis

Du côté des EMS, même son de cloche, il manque clairement du personnel depuis des années. Une situation qui se complique avec la crise sanitaire et les mises en quarantaine ou les malades. Ecoutez le témoignage anonyme de cette infirmière.

témoignage EMS

Pour les infirmières à domicile de l’IMAD, ces coupes sont aussi incompréhensibles. Elles ont beaucoup œuvrés durant la première vague pour maintenir les personnes chez elles. Chusa Puras, infirmière spécialisée dans les soins à domicile

Chusa Puras Infirmière spécialisée dans les soins à domicile

Personnel logistique affecté

Le personnel hospitalier dans son ensemble sera affecté par ces coupes du projet de budget. Comme pour Conchita qui travaille dans la restauration aux HUG.

Chusa Puras Infirmière spécialisée dans les soins à domicile

A Genève, les fonctionnaires seront en grève jeudi pour protester contre ce projet de budget 2021.

Côté suisse, les syndicats réclament une prime covid de l’équivalent d’un salaire. La semaine d’action des professionnels de santé se terminera à Berne samedi sur la place fédérale

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Gate Gourmet a licencié un tiers de son personnel à l’aéroport de Genève

Publié

le

KEYSTONE/Christian Beutler

Gate Gourmet, filiale de restauration à bord des avions de Gategroup, a biffé 59 postes à Genève. Les syndicats contestent ces suppressions d’emploi car l’entreprise a appliqué les RHT. Selon l’Office cantonal de l’emploi, les procédures de licenciements ont été correctement appliquées.

Casse sociale à l’aéroport de Genève. La Filiale de la restauration à bord des avions de Gategroup, Gate Gourmet a supprimé 59 postes sur les 198 que compte l’entreprise à Genève. Une situation qui fâche les syndicats puisque l’entreprise a touché les aides de la Confédération et appliquent les réductions d’horaires de travail (RHT) qui doivent éviter les licenciements. Les syndicats déplorent que le plan social prévu par l’entreprise ne soit qu’un alibi. Les précisions de Jamshid Pouranpir, Secrétaire syndical, SSP Aéroport.

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical, SSP Aéroport

Face à cette situation et au plan social proposé par l’entreprise, les syndicats ont fait part de leurs revendications pour améliorer la situation. Le détail avec Jamshid Pouranpir.

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical, SSP Aéroport

Les syndicats ont interpellé l’Office cantonal de l’emploi (OCE) au sujet de ces licenciements en dépit de l’application des RHT. Pour les services juridiques de l’OCE, les procédures de licenciements ont été correctement appliquées. Une décision que ne comprennent pas les syndicats puisque les autorités se sont plusieurs fois prononcées à ce sujet en précisant que les RHT visaient à empêcher les licenciement.

Témoignages 

Vanessa et Antonio font partie des employés touchés par la vague de licenciements. Tous deux déplorent un manque de considération et de respect de la part de l’entreprise. Sous le régime des RHT depuis le mois de mars ils ont été licenciés respectivement en septembre et en août. Ils dénoncent des manquements dans leur payements comme l’explique Antonio.

Antonio Ancien employé de Gate Gourmet

Certains des employés licenciés ont décidé de faire opposition aux licenciement et vont saisir le Tribunal des prud’hommes.

Une situation qui va empirer

Les syndicats craignent que ce genre d’événements se reproduisent dans les prochains mois. La situation sociale et économique est compliquée et ne risque pas de s’améliorer. Les RHT prendront fin en septembre 2021 on peut donc s’attendre à une casse sociale de grande ampleur. Les précisions de Jamshid Pouranpir.

Jamshid Pouranpir Secrétaire syndical, SSP Aéroport

Continuer la lecture

Actualité

C1 : Les gros matchs de la première journée

Publié

le

Sponsorisé

La saison 2021-2021 de la Ligue des Champions de l’UEFA sera lancée le 20 Octobre prochain. Une fois encore, 32 équipes sont en lice pour détrôner le Bayern Munich qui a plané sur le vieux continent la saison dernière. Les hostilités débutent dans quelques jours et déjà, des affiches très alléchantes sont au programme pour la première journée de la Coupe aux grandes oreilles. Il s’agit entre autres du match électrique entre Manchester United et le Paris Saint-Germain au Parc des Princes en France. Top 5 des plus gros matchs de la première journée. 

Paris Saint-Germain vs Manchester United

Ce sera sans doute le match qui fera couler beaucoup d’encre et de salive. Les deux adversaires se connaissent très bien pour s’être déjà affronté ces dernières années en Ligue des Champions. Cette année, le match s’insère dans un contexte particulier quand on sait que Manchester United se déplace avec sa nouvelle recrue Edinson Cavani, ex joueur du PSG. Tel un expert de casino, l’Uruguayen voudra marquer de son emprunte cette double opposition. Le club français joue à domicile et regorge plusieurs grands joueurs. Le club de la capitale française a notamment atteint la finale de la dernière édition. Les Red Devils auront aussi à cœur de remporter ce match pour bien se lancer sur la scène européenne cette saison. 

Chelsea vs Séville 

Il s’agit également d’un match qui est très en vue. La forme de Séville n’est plus un secret pour personne. Le club a notamment remporté la Ligue Europa à l’issue de la saison passée face à un autre club ; l’Inter Milan. En face, il y a une équipe de Chelsea en pleine reconstruction. Le club de Londres a fait un bon mercato et dispose à sa tête de Frank Lampard qui peut faire la différence. Les Blues veulent redorer le blason  cette année après plusieurs années avec des performances mitigées en compétition européenne. 

Bayern Munich vs Atletico Madrid 

Ces deux équipes ne sont plus à présenter encore moins le Bayern Munich. Le club de la Bavière a écrasé tout sur son passage la saison dernière. Championne d’Europe en titre, cette équipe est tout simplement intenable. D’un autre côté, il y a une équipe de l’Atletico Madrid très compétitive. Les Colchoneros connaissent bien la compétition et dispose de l’arsenal nécessaire pour créer des problèmes au club de Munich lors de la première journée de la Ligue des Champions de l’UEFA. 

Lazio vs Borussia Dortmund 

La Lazio de Rome est une équipe très compétitive qui a longtemps titillé les grosses écuries de la Série A en Italie. 4è de l’élite italienne la saison dernière, cette équipe dispose de grands joueurs à l’image de Ciro Immobile qui ne tremble pas devant les buts. D’un autre côté, cette équipe affronte le Borussia Dortmund ; un club à fort potentiel. Très imposant en Allemagne, le club dispose de pépites à l’image d’Erling Haaland capable de donner des sueurs froides à n’importe quel club d’Europe. Ce duel entre le club italien et celui allemand portera tous ses fruits et sera loin d’être ennuyeux. 

Inter Milan vs Borussia Mönchengladbach

Ce sera le deuxième duel entre club italien et club allemand à suivre à cette première journée de la nouvelle saison de la Ligue des champions. L’Inter Milan a connu un très beau parcours la saison écoulée en Ligue Europa en terminant notamment avec une médaille d’argent. Cette équipe évoluera cette saison au sein de la compétition mère d’Europe. Toutefois, c’est un club bien bâti avec beaucoup de potentiel et capable de jouer un football de haut niveau. En face le Borussia Mönchengladbach qui est une jeune équipe allemande très compétitive. 

Voilà ainsi les matchs qui feront objet d’une attention particulière lors de cette première journée de la saison 2020-2021 de la Ligue européenne des Champions. Toutefois d’autres rencontres non mentionnées pourraient également s’avérer très intéressant pour le premier round de la C1. Ce sera sans doute le cas de la rencontre entre Manchester City et le FC Porto à l’Etihad Stadium en Angleterre. L’Ajax Amsterdam recevra également le champion d’Angleterre en l’occurrence Liverpool dans un match qui pourrait plaire. Egalement pour finir, l’Olympique de Marseille fera un déplacement périlleux en Grèce pour affronter l’Olympiacos. Un match absolument à suivre. 

Continuer la lecture

Actualité

Les HUG recrutent des soignants, des chauffeurs et des accueillants

Publié

le

(KEYSTONE/Laurent Darbellay)

Les Hôpitaux universitaires de Genève lancent un appel à renforts pour faire face à la deuxième vague de contamination. Soignants et personnel « administrativo-logisitque » sont recherchés. Actuellement entre les maladies et les quarantaines, les HUG comptent plus de 10% de personnes absentes.

Les Hôpitaux universitaires lancent un appel à la population genevoise, pour faire face à la nouvelle vague de contamination Covid-19. Ils recrutent du personnel soignant, médecins et infirmières, mais aussi des personnes pour les tâches logistiques. La deuxième vague s’annonce au moins aussi forte que la première et les HUG anticipent. Alain kolly Directeur général adjoint des Hôpitaux universitaires de Genève

Alain Kolly Directeur général adjoint des HUG

L’expérience de la première vague détermine l’appel des HUG. Le personnel dit « logistique » est fortement recherché. Alain Kolly

Alain Kolly Directeur général adjoint des HUG

Comme le personnel qui peut se charger des admissions et autres tâches administratives. Le Directeur général adjoint

Alain Kolly Directeur général adjoint des HUG

Pas de volonté de débaucher

Il ne s’agit en aucun cas de débaucher des personnes des hôpitaux de la région, rassure Alain Kolly. Le personnel soignant visé serait plutôt des personnes mises récemment en retraite ou qui ont décidé de faire une pause hospitalière.

Alain Kolly Directeur général adjoint des HUG

Des formations de quelques heures rappellent les bonnes pratiques d’hygiène. Les bénévoles sont bienvenus mais il est prévu de rétribuer les profils spécifiques.

L’appel des HUG souhaite ratisser large. Dans un hôpital, il y a de nombreuses tâches « administrativo-logistique » qui vont du nettoyage, à l’administration en passant par le traitement du linge. Plus de 170 métiers sont représentés aux HUG. Pour répondre à cet appel, il faut se rendre sur le site internet des HUG et remettre son CV sous l’onglet renfort.

Notez que l’hôpital enregistre un taux d’absence de plus de 10% actuellement, répartis entre les maladies et les quarantaines.

 

 

 

Continuer la lecture