Rejoignez-nous

Actualité

Le FIFDH couronne un documentaire sur la corruption en Roumanie

Publié

,

le

Isabelle Gattiker, Directrice du International Film Festival and Forum on Human Rights (FIFDH) (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La 18e édition du FIFDH, qui a eu lieu en ligne pour cause de coronavirus, couronne un documentaire sur la corruption en Roumanie. "Colectiv", d'Alexander Nanau, reçoit le Grand Prix de Genève offert par la Ville et le canton et doté de 10'000 francs.

Ce film documentaire suit une équipe de journalistes sportifs qui enquête sur l'incendie de la boîte de nuit Colectiv et découvre un réseau de corruption gouvernementale de haut niveau au sein du Ministère de la santé, a indiqué samedi le Festival de film et forum international sur les droits humains (FIFDH). Au total, treize films documentaires et de fiction ont été récompensés.

Lauréat du prix Gilda Vieira de Mello, doté de 5000 francs, "Silence Radio", de Juliana Fanjul, aborde aussi la question de la corruption et de sa dénonciation en suivant la journaliste mexicaine Carmen Aristegui. Présidé par la cinéaste et activiste américaine Pamela Yates, le jury international a par ailleurs décerné une mention spéciale à "Gaza", de Garry Keane et Andrew McConnel.

Suisses primés

En fiction, "Maternal", de Maura Delpero, reçoit le Grand Prix, lui aussi doté de 10'000 francs. Ce film argentin retrace le portrait de trois femmes dans un couvent: les unes sont devenues mères contre leur gré, la troisième ne le sera jamais. Le jury international, présidé par la productrice suisse Claudia Bluemhuber, a encore décerné une mention spéciale à "Kuessipan", de la canadienne Myriam Verreault.

L'Organisation mondiale contre la torture a remis son prix du meilleur grand reportage (5000 francs) à "Assistance à personne en danger: un crime", de Pietro Boschetti et Frank Preiswerk. Ce film est consacré à la politique suisse face à la migration illégale.

55'000 vues

L'épidémie de coronavirus a contraint le FIFDH a annuler les événements publics et à proposer une programmation en ligne du 6 au 15 mars. Celle-ci a repris l'essentiel du programme original du Forum du FIFDH consacré à l'urgence climatique, à la défense des droits fondamentaux et à la multiplication des révoltes citoyennes autour du monde.

Les 27 débats et grands entretiens ont été diffusés sur le site du festival et d'autres plateformes. En dix jours, ils ont généré plus de 55'000 vues sur YouTube et Facebook, selon le FIFDH. Ils ont fait entendre la voix d'une cinquantaine d'invités, dont Hatice Cengiz, fiancée du journaliste assassiné Jamal Khashoggi, ou encore Abdul Aziz Muhamat, activiste pour les réfugiés.

Utopia3, une série de podcasts réalisés avec les invités du festival est à découvrir à partir du mois d’avril, a annoncé le FIFDH. La 19e édition du festival aura lieu du 5 au 14 mars 2021.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Constitution: pas de protection particulière pour les transgenres

Publié

le

Le peuple suisse a accepté en 2019 la modification du Code pénal, sanctionnant désormais toute discrimination et incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle. Suffisant, a estimé en gros une courte majorité du parlement vaudois (photo symbolique). (© Keystone/MELANIE DUCHENE)

Le Grand Conseil vaudois a refusé mardi d'inscrire dans la Constitution cantonale la mention d'orientation sexuelle et d'identité de genre dans la liste des motifs de discrimination. Une motion de la gauche radicale qui visait à protéger les personnes transgenres a été classée par 66 voix contre 59 et cinq abstentions.

Le texte de la députée d'Ensemble à Gauche et POP (EP) Céline Misiego demandait au Conseil d'Etat d'élaborer un projet de loi interdisant la discrimination fondée sur l'orientation sexuelle et l’identité de genre, en y détaillant les moyens de contrôle et les sanctions possibles.

"Les personnes transgenres ont en effet droit à la protection, comme les autres, et il est anormal qu'elle soit absente de notre législation", a affirmé l'élue. Elle a souligné que sa démarche visait à "protéger une minorité".

La commission chargée d'examiner cette motion s'est montrée partagée sur le sujet. Une majorité a défendu le fond du texte mais a proposé un consensus sur sa forme, suggérant par la voie d'un postulat une modification constitutionnelle afin d'ajouter l'orientation sexuelle et l'identité de genre dans la liste des motifs de discrimination pour lesquels une loi prévoit des sanctions.

Gouvernement ouvert

Par la voix de sa présidente Nuria Gorrite, le gouvernement s'est montré favorable à une telle modification. La possibilité aurait été d'ajouter ces deux termes à l'article 10 de la Constitution vaudoise: "Nul ne doit subir de discrimination du fait notamment de son origine, de son sexe, de son âge, de sa langue, de sa situation sociale, de son état civil, de son mode de vie, de son patrimoine génétique, de son aspect physique, de son handicap, de ses convictions ou de ses opinions".

Au contraire, une minorité de la commission a estimé que toutes les minorités étaient déjà protégées par un large arsenal législatif: Code civil, Code des obligations, Loi sur la travail et Loi sur l'égalité. Sans compter que le peuple suisse a accepté en 2019 la modification du Code pénal, sanctionnant désormais toute discrimination et incitation à la haine en raison de l'orientation sexuelle, a rappelé son rapporteur François Cardinaux.

L'élu PLR a ajouté qu'il fallait reconnaître "l'universalisme" d'une telle loi, "bonne et suffisante". "Mettre telle ou telle orientation ou minorité la met de fait en exergue, ce qui n'est pas souhaitable", a-t-il dit. Il semble avoir été entendu par une courte majorité du plénum.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse compte 36'658 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte mardi 36'658 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures. (photo symbolique) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

La Suisse compte mardi 36'658 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 12 décès supplémentaires et 121 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 29'142 cas, soit 7516 de moins. Le même jour, il dénombrait 14 décès et 125 hospitalisations supplémentaires.

639 personnes se trouvent actuellement aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 25,30% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 73,80%.

Le variant Omicron représente 88,5% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Selon l’OFSP, 106'803 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 59'301 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 68,13% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,51%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 73,07% des personnes âgées de 65 ans et plus et 37,73% de la population ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 407'709, soit 4681,28 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 2'003'077 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'766'073 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'283 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'470.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Latifa Echakhch dévoile son projet pour la Biennale de Venise

Publié

le

La plasticienne Latifa Echakhch, qui vit à Vevey VD, va concevoir le pavillon suisse de la 59e Biennale d'art de Venise. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'artiste Latifa Echakhch, qui vit et travaille à Vevey (VD) et Martigny (VS), dévoile l'exposition qu'elle propose au pavillon suisse de la 59e Biennale d'art de Venise. Celle-ci se tiendra du 23 avril au 27 novembre.

Le projet "The Concert" a été conçu et réalisé par Latifa Echakhch, 48 ans, avec le percussionniste et compositeur genevois Alexandre Babel, 42 ans, et le curateur italien Francesco Stocchi.

Dans le bâtiment du Pavillon suisse à Venise conçu par Bruno Giacometti en 1951, la plasticienne prendra possession de l'espace en exposant des scènes liées au cycle de la vie comme des feux rituels, qui existent dans toutes les cultures. Elle a choisi le Sechseläuten de Zurich, où l'on brûle le "Böögg" à la fin de l'hiver, un moment qui représente la fin mais aussi un nouveau départ, peut-on lire dans un communiqué de Pro Helvetia mardi.

"La plupart des matériaux utilisés pour l'exposition, recyclés des précédentes Biennales, sont eux-mêmes le résultat d'une transformation", apprend-on plus loin.

Au sujet du titre du projet artistique, Latifa Echakhch déclare: "Nous voulons que le public quitte l'exposition avec le même sentiment que lorsqu'il quitte un concert."

L’exposition sera accompagnée d’un disque vinyle et d’un livre faisant écho aux discussions qui ont guidé le projet.

Reconnaissance internationale

De nombreux musées de renom ont consacré à Latifa Echakhch des expositions personnelles, notamment le Centre Pompidou de Paris, la Tate Modern de Londres et l'Hammer Museum de Los Angeles.

Les ½uvres de cette artiste d'origine marocaine ont déjà été exposées à la 54e Biennale d'art de Venise en 2011. En 2013, l'artiste a reçu le prix Marcel Duchamp.

Avant l’exposition au Pavillon suisse de la 59e Exposition internationale d’art – La Biennale de Venise, Latifa Echakhch ouvrira deux expositions personnelles chez kamel mennour à Paris du 8 février au 26 mars 2022, puis à la Pace Gallery de Londres, du 25 mars au 4 mai 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Un aigle royal victime d’une éolienne à Mont-Crosin (BE)

Publié

le

La multiplication de projets de parcs éoliens en montagne constitue une menace sérieuse pour les aigles, estime BirdLife Suisse (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un aigle royal a percuté l'automne dernier les pales d’une éolienne installée dans le parc du Mont-Crosin, dans le Jura bernois. Selon BirdLife Suisse, l'accident, fatal pour le grand rapace, constitue le premier cas documenté en Suisse.

Le 6 novembre, un promeneur a été témoin de la scène et a retrouvé l’aigle tué au pied de la machine, a indiqué mardi l'association. "La photo envoyée à BirdLife atteste qu’il s’agit d’un oiseau adulte, sans doute membre du couple qui se reproduit régulièrement autour de Chasseral", selon le communiqué.

BirdLife estime que l’aigle royal, comme tous les grands rapaces, est "particulièrement vulnérable" aux parcs éoliens implantés sur son territoire. A ses yeux, la multiplication de projets sur les crêtes du Jura fait peser une "grave menace" sur l'espèce, qui a amorcé depuis peu son retour dans le massif.

BKW pas au courant

Sollicité par Keystone-ATS, BKW a dit regretter "vivement" un événement, dont le groupe énergétique bernois a pris connaissance mardi, via le communiqué de BirdLife. "Aucune autorité compétente en la matière "ne nous a informés de ce malheureux incident qui se serait déroulé voilà plus de deux mois", écrit l'entreprise.

BKW rappelle qu'une personne qui trouve un animal sauvage en souffrance, blessé ou mort doit en informer les gardes-faune. Au-delà, "dans l’état du manque d’information actuel, nous ne pouvons donc pas prendre position", a ajouté l'entreprise (ex-Forces motrices bernoises).

Condamnations de l'éolien

La mort de l'aigle a suscité la réaction rapide des opposants au développement de l'énergie éolienne en Suisse. Paysage Libre Suisse a ainsi demandé un "moratoire immédiat de 10 ans sur les projets de parcs qui menacent les espèces d'oiseaux protégées et détruisent la biodiversité en Suisse".

L'entité de l'association pour la région de l'Arc jurassien, Paysage Libre BEJUNE, a réagi de même: "Preuve est faite que les mesures des promoteurs éoliens destinés à éviter les collisions avec la faune ailée nicheuse sont inefficaces, en dépit des belles promesses".

Espèce protégée

L’aigle royal est une espèce d’oiseau protégée, a expliqué BirdLife. Bien implanté dans l’arc alpin, il colonise à nouveau depuis quelques années le massif du Jura. Plusieurs couples se sont établis entre la région du Jura gessien au sud-ouest et le canton de Soleure au nord-est.

Le grand rapace présentant une envergure moyenne de 2 mètres est un habile chasseur de mammifères et d’oiseaux de taille moyenne. En hiver, il est également charognard.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Vaud étend son offre de tests

Publié

le

Le personnel du centre de tests de Beaulieu risque de redoubler de travail ces prochains jours. (Photo d'illustration) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le canton de Vaud annonce mardi que la capacité du centre de tests de dépistage contre le Covid-19 à Beaulieu est augmentée. Cette mesure est liée à la forte demande de tests PCR due au variant Omicron.

Pour éviter les files d’attente devant le site de Beaulieu à Lausanne, le canton de Vaud a décidé d'augmenter le nombre de plages horaires disponibles pour les personnes présentant des symptômes. Ces dernières pourront également se faire tester sans rendez-vous lors de créneaux précis disponibles sur le site du canton comme le précise le communiqué.

À ce jour, seuls les adultes et les enfants symptomatiques peuvent se faire tester à Beaulieu. Il existe néanmoins une exception pour les voyages professionnels et le personnel essentiel.

Cette extension de l’offre des tests tombe au lendemain de l'annonce du canton sur la fermeture de trois centres de vaccination d’ici au début du mois de février (Beaulieu, Aigle et Gland).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture