Rejoignez-nous

Actualité

"Le fake orgasme, c’est comme les fake news, c’est utile"

Publié

,

le

La minute peste, la signature d'Isabelle Falconnier.

Après MeToo et la dénonciation, par les femmes du monde entier, des comportements de harcèlement sexuels de la part des hommes, ces derniers sont de nouveau les grands méchants d’un mouvement collectif de femmes qui dénoncent leur absence totale de savoir faire en matière de plaisir et d’orgasme féminin.

Le mouvement s’appelle T’as joui? - il s’agit à la base d’un compte Instagram lancé par une journaliste française trentenaire, Dora Moutot, qui est en passe de réitérer l’exploit des fameux Monologues du vagin, pièce de théâtre signée Eve Ensler en 1996, devenue véritable phénomène de société permettant aux femmes de mettre des mots sur ce qui n’a pas le droit d’être dit sur la moitié de la planète.

Qui n’aime pas jouir? peut-on penser à la base.  

Mais voilà. On apprend dans les discussions sur le site que la France est le pays d’Europe de l’Ouest où les femmes simulent le plus. Ah bon!?.... Pourquoi diable les femmes feraient-elle semblant de jouir?

Alors cher Philippe, il y a 5 raisons pour lesquelles une femme fait parfois, souvent, semblant d’avoir un orgasme pendant l’amour:

- (1) parce qu’elle a une casserole sur le feu, ou quelque chose de plus intéressant à faire, ou qu’elle a envie de dormir, et qu’elle veut accélérer le mouvement.

- (2) parce que comme toutes les femmes elle a été éduquée, mieux, dressée à faire plaisir aux hommes et qu’elle veut faire plaisir à l’homme dans son lit. Et qu’est-ce qui fait plaisir à l’homme? Faire jouir, ou penser qu’il fait jouir, la femme dans son lit.

- (3) pour flatter le mâle. Ce n’est pas du tout pareil que faire plaisir. Faire plaisir, c’est sincère. Il s’est donné de la peine, il en a peut-être eu, mais en tout les cas il mérite sincèrement d’être récompensé. Et l’orgasme, c’est la récompense suprême. Flatter, c’est évidemment hypocrite, c’est réservé aux hommes qu’on a mis dans son lit pour des raisons au mieux superficielles, au pire mauvaises ou intéressées.

- (4) parce qu’elle est pour la paix dans les ménages et qu’il n’y a rien qui sème davantage la zizanie dans un couple qu’une femme qui répond « non » à LA question « alors, t’a joui? »

- (5) parce qu’elle n’aime pas ça, la chose, l’acte physique, en général, mais que ça ne se dit pas trop car avoir une nana, pour un homme, c’est quand même pour la chose, n’est ce pas messieurs

Donc, la preuve par 5 que le fake orgasme, c’est comme les fake news, c’est utile

Du coup, merci chères soeur, mesdames, d’avoir lancé ce mouvement J’ai joui!, qui vise à éduquer les hommes, et encourager les femmes à demander, et obtenir, du plaisir, mais de grâce, laissez-nous l’orgasme simulé!

Et pour  revenir, et terminer, avec la France, cher Philippe:

si la France est le pays d’Europe de l’Ouest ou les femmes simulent le plus, c’est à choix pour une des 5 raisons que je viens d’énumérer. En gros, soit les femmes ont en France très vite envie de dormir après l’amour, soit les hommes français ont beaucoup plus que les autres hommes dans le monde besoin d’être flattés.

Isabelle FalconnierLa minute peste

Suisse

Les tirs de loups efficaces à court et moyen terme

Publié

le

Les attaques sont plus probables dans les régions où des loups isolés transitent, plutôt que dans les régions où des loups isolés sont présents de manière permanente (image d'illustration) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les tirs de loups ayant croqué des animaux de rente sont un moyen efficace à court et moyen terme pour réduire les dommages chez les éleveurs. En outre, les troupeaux protégés par des chiens de protection subissent en général moins de pertes.

Tels sont les résultats principaux du rapport "Attaques de loups sur des animaux de rente - Efficacité des mesures de gestion" publié mercredi. L'étude lancée en janvier 2020 par le centre de vulgarisation Agridea et la fondation Kora a été soutenue financièrement par l'Office fédéral de l'environnement. Elle porte sur les années 2004 à 2019.

Selon ce rapport, aucun dommage n'est survenu dans la plupart des régions d'estivage de petit bétail dans les zones où le loup est présent. Seules quelques régions d'estivage auraient été fortement touchées pendant une ou plusieurs années, les auteurs les qualifiant de "hotspots".

Grands alpages escarpés

Les dommages interviennent surtout sur les grands alpages au relief accidenté et là où de nombreux moutons sont estivés pendant une longue période. En outre, les attaques sont plus probables dans les régions où des loups isolés transitent, plutôt que dans les régions où des loups isolés sont présents de manière permanente. Les loups isolés ont causé moins de dommages que les couples de loups.

Le rapport note en outre que le nombre d'animaux de rente tués lors d'attaques de loups était nettement inférieur lorsque des chiens de protection des troupeaux étaient utilisés. Les pertes n'ont toutefois pas pu être totalement évitées. Les chiens de protection sont en effet moins efficaces dans les régions d'estivage très accidentées et recouvertes de forêts.

Abattage efficace

L'étude a également comparé le nombre d'animaux de rente tués dans les zones où une autorisation de tir a été délivrée. Il ressort que l'abattage de loups isolés ayant causé des dommages permet à court et moyen terme de réduire les prédations. Les régions concernées sont restées un peu plus longtemps sans loup après les tirs.

Il faudrait reconduire l'analyse dans les années à venir pour évaluer l'efficacité de cette mesure sur les meutes et les jeunes loups. L'étude constate qu'il existe en Europe "peu d'études sérieuses" sur l'efficacité des mesures de protection des troupeaux.

Selon ces études, les clôtures électriques correctement installées semblent être les plus efficaces. L'efficacité des clôtures électriques n'a toutefois pas pu être examinée dans l'étude. Une étude dans ce domaine serait hautement nécessaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Nouveau repli des recettes pour Hotelplan en raison de la pandémie

Publié

le

La patronne de Hotelplan, Laura Meyer, se veut optimiste et table sur "un fort besoin de rattrapage" en matière de voyages. (archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Hotelplan Group, filiale du géant de la grande distribution Migros, a une nouvelle fois fait les frais de la pandémie de coronavirus et des restrictions sanitaires l'année dernière. Le variant Omicron est venu perturber la marche des affaires du nouvel exercice.

Le tour opérateur a vu son chiffre d'affaires fondre de 15,3% sur un an à 684,8 millions de francs sur l'exercice décalé 2020/2021 (novembre 2020 à fin octobre 2021). Le repli est encore plus marqué pour la précédente période, avant l'éclatement de la pandémie, avec des recettes divisées par deux comparé à l'exercice 2018/2019.

"Bien que les carnets de réservations aient été constamment plus remplis qu'en 2020 durant les mois d'été et que les unités commerciales d'Hotelplan Suisse, vtours et Interhome Group aient même affiché durant des semaines un volume de réservations supérieur à celui de 2019, année sans pandémie, la perte subie durant les mois d'hiver (novembre 2020 à avril 2021) n'a pas pu être compensée", a précisé Hotelplan mercredi dans un communiqué.

Espoir de rattrapage

Le nouvel exercice 2021/2022 a été marqué dès son démarrage par l'apparition du variant Omicron et son cortège de mesures sanitaires. Ces dernières ont "entraîné une baisse des réservations, qui n'a pas encore été suivie d'un retour à la normale", a ajouté la société.

Hotelplan se veut néanmoins positif, grâce notamment à un niveau des nouvelles réservations nettement supérieur à celui de l'exercice précédent.

"Nous sommes optimistes pour l'avenir et tablons, pour la totalité des unités commerciales, sur un fort besoin de rattrapage et partant, sur une bonne saison de printemps et d'été", a indiqué la directrice générale Laura Meyer.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Des experts onusiens dénoncent un "racisme systémique" en Suisse

Publié

le

Le Groupe de travail de l'ONU sur les personnes d'ascendance africaine dénonce la situation du jeune délinquant Brian en détention dans la région zurichoise (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

"La richesse moderne de la Suisse est directement liée à l'héritage de l'esclavage", selon des experts onusiens. Ils ont dénoncé mercredi un racisme systémique en Suisse ainsi que le profilage perpétré par la police.

Lors d'une visite d'une dizaine de jours, les experts, qui ne s'expriment pas au nom de l'ONU, ont notamment rencontré le jeune délinquant récidiviste Brian en prison à Pöschwies (ZH). Cette affaire "est un exemple fort du racisme systémique", a affirmé mercredi à la presse la présidente du Groupe de travail sur les personnes d'ascendance africaine, l'Américaine Dominique Day.

Elle dénonce aussi "une culture du déni". De nombreuses personnes "ne voient pas le racisme systémique" et les personnes d'ascendance africaine devraient être associées aux discussions les concernant.

Quelques jours avant l'arrivée de la délégation, les autorités zurichoises avaient annoncé que le régime du jeune délinquant récidiviste le plus médiatisé de Suisse allait être assoupli. Le jeune Brian est enfermé 23 heures par jour dans une cellule individuelle, séparé des autres détenus.

Dans cette affaire, plusieurs accords internationaux sont violés, selon Mme Day. Le rapporteur spécial de l'ONU contre la torture, le Zurichois Nils Melzer, avait également dénoncé cette situation.

Banques visées

Plus largement, malgré des initiatives positives, de nombreux problèmes ont été identifiés dans les déclarations préliminaires du groupe de travail. La délégation, constituée aussi de Catherine Namakula et Barbara Reynolds, cible le profilage racial et des "humiliations" de la part des forces de l'ordre.

Elle a rencontré les proches de l'homme tué l'année dernière par la police sur un quai à Morges (VD) et a suivi plusieurs situations similaires. Le groupe de travail estime que les investigations et les poursuites contre les violences policières ne sont pas suffisamment indépendantes.

Parmi les autres reproches, le groupe de travail déplore le manque de reconnaissance du lien de la Suisse avec l'esclavage. Notamment celui des banques. Du harcèlement, des provocations ou des "mesures punitives" sont observées notamment dans les universités et les écoles. Des jeux considérés comme racistes ont notamment eu lieu.

Rapport prévu dans quelques mois

Parmi ses recommandations, le groupe de travail demande à la Suisse de mettre un terme à l'"impunité" des forces de l'ordre par la nomination de procureurs indépendants. Il souhaite des investigations sur tous les décès observés en détention ou dans les centres d'accueil des requérants d'asile. Ou encore davantage de données ethniques pour évaluer l'importance de la discrimination raciale.

Relayant des demandes lancées par d'autres experts onusiens ces dernières années, le groupe de travail appelle à des mécanismes indépendants de plainte pour les victimes. La future institution nationale des droits humains devrait pouvoir recevoir celle-ci, selon lui, mais cette possibilité n'a pas été prévue par le Parlement fédéral.

Les experts ont rencontré des personnes d'ascendance africaine mais aussi des représentants des autorités fédérales et cantonales, des forces de sécurité, d'institutions nationales, d'ONG et des individus qui oeuvrent contre le racisme et la discrimination raciale. Le groupe de travail rendra en septembre prochain un rapport au Conseil des droits de l'homme de l'ONU.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Conseil fédéral n'ira pas aux JO d'hiver

Publié

le

Des activistes de la cause tibétaine ont protesté mi-janvier contre la tenue des Jeux. Ils ont demandé au Conseil fédéral de n'envoyer aucun représentant en Chine (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil fédéral ne se rendra pas à Pékin pour les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver. Il renonce à sa présence en raison de la situation sanitaire, indique-t-il mercredi.

La situation sanitaire est toujours tendue en Suisse. De plus, les restrictions sanitaires appliquées en Chine empêcheraient des rencontres bilatérales substantielles ou de réels contacts avec les athlètes suisses, précise le gouvernement.

Le Conseil fédéral encouragera les athlètes depuis la Suisse. Il sera représenté par l'ambassadeur sur place, a précisé devant les médias André Simonazzi, porte-parole du gouvernement.

Les 24e Jeux d'hiver doivent se dérouler du 4 février au 13 mars 2022 dans la capitale. Les participantes et participants évolueront uniquement dans une "bulle" sanitaire, afin d'éviter toute importation du virus.

Appels au boycott

Plusieurs voix critiques appellent au boycott des Jeux au niveau diplomatique et de représentation des gouvernements. Les Etats-Unis ont demandé au CIO de repousser les Jeux, en raison de la situation actuelle des droits humains en Chine. Les discriminations et les attaques contre la minorité musulmane des Ouïghours, qualifiées par certains pays de génocide, sont notamment pointées du doigt.

L'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne, le Canada et le Japon ont suivi la décision états-unienne de n'envoyer aucun représentant diplomatique à Pékin. La Chine a annoncé des représailles. En Suisse aussi, certaines voix se sont élevées pour appeler à un boycott.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 43'199 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Plus de 42'000 personnes ont été hospitalisées en Suisse depuis le début de la pandémie (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte mercredi 43'199 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 13 décès supplémentaires et 170 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 38'015 cas, soit 5184 de moins. Le même jour, il dénombrait 25 décès et 154 hospitalisations supplémentaires.

Actuellement, 660 personnes se trouvent aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 24,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 76,40%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 113'528 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 38%, contre 36,4% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,21.

Le variant Omicron représente 93,8% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Près de 80'000 personnes en isolement

Selon l’OFSP, 79'773 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 51'366 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 68,16% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,54%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 73,35% des personnes âgées de 65 ans et plus et 38,08% de la population totale ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 419'948, soit 4821,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 2'046'259 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'912'207 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'298 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'651.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture