Rejoignez-nous

Actualité

La neige pourrait tomber dès demain matin à Genève

Publié

,

le

Des flocons jusqu’en plaine. D’après Météosuisse, les conditions météorologiques pourraient bien être réunies dès  jeudi pour que la neige se rapproche du Léman.

Les températures – elles – seront comprises entre un et quatre degrés, une météo propice à la neige. Pourtant, l’or blanc dépendra de l’intensité des précipitations, qui sont prévues toute la journée. En cause, une perturbation qui devrait provoquer des grosses chutes de neige au sud des Alpes et qui pourrait également toucher la région genevoise. La limite pluie-neige de cette masse d’air qui gagne nos régions devrait se situer aux abords des 700 mètres, mais elle pourrait descendre de quelques centaines de mètres en cas d’intensification des précipitations. Les explications de Lionel Fontannaz, météorologue à Météosuisse.

Lionel Fontannaz  Prévisionniste chez Météosuisse

Mais est-ce que cela va tenir? La température des chaussées permettra-t-elle à la neige de rester au sol?

Lionel Fontannaz  Prévisionniste chez Météosuisse

La neige pourrait également tomber samedi. Pourtant, la précipitation qui se prépare le week-end prochain devrait être moindre que celle qui nous touche actuellement.

Lionel Fontannaz  Prévisionniste chez Météosuisse

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une genevoise créé une plateforme d’emploi pour les structures d’accueil

Publié

le

Ce jeudi voit le jour « Hicare » une plateforme d’emploi en ligne exclusivement réservée aux structures d’accueil et au personnel éducatif.  L’utilisation de la plateforme est gratuite pour les candidats et sous forme d’abonnement pour les structures d’accueil. Hicare sera disponible dans l’ensemble de la Suisse romande. 

Trouver un emploi en un clic dans le secteur de la petite enfance, c’est désormais possible. C’est Hicare.ch qui propose cela. La première plateforme d’emploi destinée exclusivement aux structures d’accueil de la petite enfance et au personnel éducatif en Suisse. Une douzaine de structures d’accueil de la petite enfance peuvent bénéficier des produits et services de Hicare, parmi elles, les crèches, les garderies, les nurseries, le jardin d’enfants, le parascolaire ou encore les écoles primaires. Si le procédé est très simple, les offres d’emploi ne sont ouvertes qu’au personnel qualifié et diplômé. Il suffit pour un candidat de créer son profil (gratuitement) sur la plateforme et de télécharger les pièces usuelles de candidatures (CV, lettres de motivation, diplômes, extrait de casier judiciaire et certificats de travail). Ensuite, il lui sera possible en un seul clic de postuler directement depuis la plateforme aux offres d’emploi que les structures auront postées. Pour elles, les avantages ne sont pas négligeables comme l’explique Patricia Kidane, fondatrice d’Hicare.

Patricia Kidane Fondatrice d'Hicare

Si la plateforme est gratuite pour les candidats, elle est en revanche payante pour les structures qui emploient. Mais les tarifs proposés s’adaptent à la capacité d’accueil de l’institution. Ecoutez Patricia Kidane.

Patricia Kidane Fondatrice d'Hicare

 

Simple intermédiaire

Pour Patricia Kidane il est très important d’insister sur le fait que Hicare n’est pas une agence de placement. La plateforme n’intervient à aucun moment dans le processus de recrutement. Elle se contente uniquement de centraliser les offres et les demandes d’emploi du secteur de la petite enfance. Ainsi, les employeurs des candidats sont les structures qui les engagent comme l’explique Patricia Kidane.

Patricia Kidane Fondatrice d'Hicare

Entrepreneuse, Patricia Kidane n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en juillet dernier elle fonde hisitt.com une plateforme en ligne qui permet de trouver rapidement sur Genève  des solutions de gardes qu’elles soient fixes ou ponctuelles. Ainsi on peut y trouver selon les besoins des baby-sitters, une nounou, une maman de jour, une garde alternée ou un dépannage après l’école ou durant les vacances scolaires. Hisitt devrait par ailleurs se développer sur le canton de Vaud en début d’année prochaine et se doter d’une application mobile l’été prochain.

Six mois de travail

Ce projet de plateforme d’emploi est en développement depuis six mois. Une idée qui est venue à Patricia Kidane d’un simple appel téléphonique.

Patricia Kidane Fondatrice de Hicare

S’ensuit un sondage auprès des structures d’accueil sur la pertinence et le besoin d’une telle plateforme. Il en est ressorti une vraie demande, notamment en cette période de pandémie qui place régulièrement des effectifs en quarantaine. Suite à cela Patricia a contacté entre autres des éducateurs et à fait un long travail de recherche pour étudier ces structures afin de bien les comprendre et identifier au mieux leur fonctionnement et leurs besoins.

Aujourd’hui présente à Genève, sur Vaud et en Valais, Hicare compte en ses rangs une quarantaine de structures déjà inscrites et 350 candidats pour la Suisse romande. Elle devrait prochainement se développer dans le reste des cantons romands. Pour l’instant uniquement disponible sur internet, une application pour smartphone devrait voir le jour d’ici six mois.

Continuer la lecture

Actualité

Genève va donner un nouvel élan à sa transition énergétique

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Ce mercredi le Conseil d’Etat genevois a adopté le plan directeur de l’énergie 2020-2030. L’un des gros objectifs est notamment de sortir du chauffage fossile d’ici 2030 et de valoriser les ressources renouvelables du territoire. 

Le canton de Genève a adopté ce mercredi le plan directeur de l’énergie 2020-2030 et donne ainsi un nouvel élan à sa transition énergétique. Le but est de répondre aux défis de l’urgence climatique. Le projet est ambitieux et veut diviser par 3,5 la consommation d’énergie et tripler la part d’énergies renouvelables. Ce plan veut garantir un avenir durable et de meilleur qualité à la population genevoise. L’un des objectif principaux de ce plan est de réduire la consommation d’énergie fossile. Les explications d’Antonio Hodgers, Conseiller d’Etat en charge du territoire.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

Aujourd’hui, 78% de la consommation d’énergie du canton est d’origine fossile (mazout, gaz, pétrole). La moitié de la consommation d’énergie du canton est liée au bâti et avec 1% par an, le taux de rénovation est actuellement trop faible pour atteindre les objectifs climatiques que s’est fixé le canton. Il faudra augmenter ce taux à 2,5% en 2030 et atteindre un taux de rénovation de 4% en 2050.

Green New Deal

Au travers de ce plan ambitieux, il s’agit pour Genève de s’orienter vers un modèle de société plus durable pour ses habitants et son tissu économique. Notamment grâce à ce qu’Antonio Hodgers appelle un Green New Deal.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

 

Valoriser l’énergie locale 

Le canton souhaite également mettre en avant son territoire en matière d’énergie renouvelable. En ce sens, il a consenti a de gros investissements pour permettre le chauffage et le refroidissement des bâtiments grâce à l’eau du lac Léman. Une action symbolisée par le projet de réseau thermique GeniLac. En matière d’énergie solaire, Genève est un peu à la traîne et pour coller à ses ambitions climatiques, le canton devra multiplier par 5 le développement du solaire.

Pour atteindre ces différents objectifs, ce plan possède de nombreux partenaires comme les communes, les propriétaires immobiliers, les professionnels du bâtiment, les milieux économiques, le tissu associatif, le monde de la formation ou encore de la recherche. Des partenaires sans qui ce plan directeur serait impossible comme l’explique Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

Continuer la lecture

Actualité

Dépité, le personnel des HUG écrit au Grand Conseil genevois

Publié

le

Le Syndicat des services publics dit le ras-le-bol du personnel de santé genevois qui se sentent trahis par les autorités. Horaires interminables par manque d’effectifs, le résultat de plusieurs plans d’austérité successifs sur plusieurs années, selon les soignants. 

Le SSP a fait une lettre ouverte au Grand Conseil pour dénoncer les conditions de travail aux Hôpitaux universitaires de Genève. Le syndicat des services publics s’inquiète des conditions alarmantes dans lesquelles se trouve le personnel de santé. Les mesures d’austérités préconisées par le Conseil d’Etat, comme la suppression de l’annuité et la non-indexation des salaires sont très mal vécues par les soignants, d’où cette lettre. Les explications de Martin Malinovski, secrétaire syndical au SSP :

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

Les mesures d’austérité responsables du confinement

Ce matin, devant la presse plusieurs infirmières ont témoigné de leur situation. Semaine de 60 heures. Equipe toujours dépassée, rythme effréné. Les soignants sont sortis épuisés des deux vagues successives de Covid-19 et craignent déjà la troisième. Plusieurs années de coupes dans les budgets des HUG ont conduit au confinement, selon Martin Malinovski.

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

A cause des plans d’austérité successifs depuis les années, il manquerait près de 1000 emplois plein temps aux HUG, selon les syndicats. Les soignants seraient constamment débordés.

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

Le SSP réclame le retrait de l’ensemble des mesures d’austérités prises par le gouvernement genevois dans son budget quadriennal pour le personnel de santé mais également pour tous les fonctionnaires de l’Etat. Il réclame également une revalorisation des métiers de la santé et souhaite que le financement des hôpitaux publics soit revu.

Témoignages de soignants en soins aigus 

Le représentant du Collectif des soignants en anesthésie a expliqué que les infirmières.ers étaient épuisés après la première vague et qu’ils l’étaient encore davantage après la seconde. Il a rappelé que les patients sous respirateur requièrent une attention de tous les instants. Il faut les tourner et les retourner toute la journée pour éviter les escarres. Il est également revenu sur le manque de matériel lors de la première vague, avec des masques périmés depuis 20 ans notamment. L’épuisement professionnel des soignants atteindrait un paroxysme selon ce collectif.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: reportage à la SPA avant les fêtes de Noël

Publié

le

La Société genevoise de protection des animaux accompagne les candidats à l’adoption d’un animal de compagnie. Les chiens, chats et autres rongeurs qui se retrouvent au refuge de Bernex sont souvent victimes de la désinvolture de leurs maîtres. Un animal demande des soins. 

Noël approche et certains d’entre vous ont peut-être décidé d’adopter un animal de compagnie. A la SGPA, les petits pensionnaires n’attendent que ça…Judith Monfrini s’y est rendue récemment. Ecoutez son reportage….

 

Retrouvez toutes les informations sur le site internet: sgpa.ch

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Reprise de l’horaire normal pour les TPG dès samedi

Publié

le

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Les transports publics genevois retrouvent un horaire normal à partir de samedi. La stabilisation du taux d’absence des chauffeurs des TPG permet à l’entreprise de planifier un retour à un horaire normal.

A partir du 5 décembre, les TPG augmentent leur offre « afin d’accompagner les mesures de déconfinement annoncées par le Conseil d’Etat genevois », indique un communiqué. Le réseau des TPG fonctionnera à nouveau à 100%.

Le service de nuit, dont les Noctambus, reste suspendu, conformément aux décisions de la branche suisse des transports et de l’Office fédéral des transports. La semaine dernière, la fréquentation des TPG se situait à 54% en comparaison à la même période l’année passée.

C’est le plus bas niveau atteint au cours de la deuxième vague de coronavirus. En avril, lors de la première vague, la baisse de fréquentation avait atteint 16% du niveau de l’année précédente. L’entreprise s’attend à une croissance de la fréquentation durant la période de fin d’année.

L’entreprise rappelle que le port du masque est obligatoire dès 12 ans, dans les transports publics tout comme aux arrêts. Et ajoutent qu’il est impératif de se désinfecter les mains en entrant et en sortant de chaque véhicule.

Source : ATS

Continuer la lecture