Rejoignez-nous

International

USA: Joe Biden prend de l'avance et tend la main à son rival

Publié

,

le

[Keystone/AP Photo/Matt Rourke]

Joe Biden a pris mardi un avantage déterminant dans les primaires démocrates. Il a dans la foulée tendu la main à son adversaire Bernie Sanders pour battre "ensemble" Donald Trump lors de la présidentielle de novembre aux Etats-Unis.

Mississippi, Missouri, Idaho, et surtout Michigan, une prise symbolique: l'ancien vice-président de Barack Obama a largement remporté au moins quatre des six Etats en jeu lors de ce "mini-Super Tuesday". Les résultats ne permettaient pas encore de désigner un vainqueur dans le Dakota du Nord et l'Etat de Washington.

"Je tiens à remercier Bernie Sanders et ses partisans pour leur inlassable énergie et leur passion", a déclaré le champion du camp modéré à l'adresse du sénateur socialiste. "Nous avons le même but et ensemble, nous battrons Donald Trump, nous rassemblerons ce pays", a-t-il lancé dans un discours sobre, assurant incarner "le retour de l'âme de la nation".

Silence de Bernie Sanders

Que va faire maintenant Bernie Sanders? La pression de l'establishment démocrate, qui redoute que ses idées très à gauche pour les Etats-Unis n'effraient les électeurs centristes, s'est immédiatement accentuée pour qu'il se retire au nom du rassemblement contre le président républicain.

Dans l'immédiat, le sénateur, rentré dans son fief du Vermont, a décidé de ne pas s'exprimer publiquement mardi soir, selon les médias américains. Un silence qui en dit long sur le dilemme de celui qui prône une "révolution politique" et a électrisé des foules souvent jeunes autour de ses promesses d'assurance-maladie universelle et d'études gratuites.

"Ne nous voilons pas la face, c'est une soirée difficile", a reconnu l'étoile montante démocrate Alexandria Ocasio-Cortez, soutien actif de "Bernie". Une porte-parole de "Bernie" a elle donné rendez-vous au prochain débat télévisé, qui sera pour la première fois un face-à-face entre les deux candidats septuagénaires. "Dimanche, l'Amérique va enfin entendre Biden défendre ses idées, ou son absence d'idées", a ironisé Briahna Joy Gray.

"Deux faces d'une même pièce"

Joe Biden, 77 ans, grand favori depuis ses victoires des dix derniers jours et les ralliements en cascade d'ex-candidats modérés, a confirmé sa capacité à s'imposer très largement dans le Sud des Etats-Unis et auprès des Afro-Américains, un électorat-clé pour les démocrates. Mais aussi au-delà, dans un bastion industriel du Midwest comme le Michigan, que les démocrates espèrent ravir le 3 novembre à Donald Trump qui y avait remporté une victoire surprise en 2016.

Grâce à ses victoires très nettes, il a engrangé de nombreux délégués appelés à désigner, en juillet, le candidat démocrate à la Maison Blanche. Et son avance semble toujours plus difficile à rattraper pour "Bernie", 78 ans.

L'équipe de campagne de Donald Trump a elle assuré que les deux candidats étaient "les deux faces d'une même pièce" et qu'ils défendraient un projet "socialiste".

Ralliements en cascade

A l'exception d'Elizabeth Warren qui n'a pas fait connaître sa préférence, les anciens grands candidats se sont ralliés à celui qui est désormais archifavori des primaires: Michael Bloomberg, Pete Buttigieg, Amy Klobuchar, Kamala Harris, Cory Booker ou encore Andrew Yang.

Conscient que son âge peut être un handicap, même si son adversaire est plus âgé que lui, Joe Biden s'est présenté comme un "pont" vers une nouvelle génération de dirigeants démocrates.

Tous les yeux étaient rivés sur le Michigan, gros pourvoyeur de délégués (125) qui désigneront, en juillet, le candidat démocrate pour la Maison Blanche. Il faut disposer de l'appui de 1991 délégués pour être nommé candidat démocrate et affronter le conservateur Donald Trump lors de l'élection présidentielle américaine le 03 novembre. A ce stade, 670 délégués se rangent derrière Joe Biden et 574 derrière Bernie Sanders, selon le décompte du New York Times.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Election présidentielle française: suivez le 2nd tour en direct

Publié

le

Ce dimanche, nos voisins français votent pour élire le président.e de la République. Après le premier tour qui a eu lieu le 10 avril 2022, le second tour de cette élection oppose le président sortant, Emmanuel Macron à Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement National.

Retrouvez le suivi en direct du second tour de l'élection présidentielle française sur Radio Lac.

Continuer la lecture

International

Elections présidentielles françaises: le suivi en direct

Publié

le

Ce dimanche a lieu le premier tour de l'élection présidentielle en France. Douze candidats sont en lice pour accéder à l'Elysée ces cinq prochaines années. Suivez toute l'actualité de ces élections en direct sur Radio Lac.

 

Continuer la lecture

Actualité

La collecte des pompiers genevois pour l'Ukraine

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Plusieurs pompiers genevois sont partis bénévolement à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine et ils ont vu de quoi avaient besoin les secours locaux.

Alors que les gestes de solidarités se multiplient depuis le début de la guerre en Ukraine, que ce soit pour accueillir les réfugiés ou pour fournir du matériel aux ukrainiens encore sur place, les pompiers genevois ne sont pas en reste. Ils sont en relations avec les secours polonais. L'idée est de permettre d'acheminer du matériel de secours jusqu'aux pompiers ukrainiens. Une grande collecte à laquelle la population peut participer, Nicolas Millot porte-parole du Service d'Incendie et de Secours de Genève:

Nicolas MillotPorte-parole du Service d'Incendie et de Secours de Genève

Si vous pensez avoir quelque chose à donner pour les pompiers ukrainiens il faut écrire un mail à l’adresse suivante: QM.SIS@ville-geneve.ch

Continuer la lecture

International

Situation en Ukraine: le suivi en direct

Publié

le

Continuer la lecture

Genève

Salaires des patrons des régies genevoises: qui gagne combien?

Publié

le

Photo illustration (KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

C’est une première, le conseil d’Etat genevois a dévoilé mercredi le rapport sur les rémunérations des directions générales des établissements de droit public genevois pour 2020. Les précisons de Benoît Rouchaleau:

Benoît RouchaleauQui gagne combien?

Le rapport publié courant janvier épluche les rémunérations des dirigeants des 14 établissements de droit public et d’une fondation de droit privé sans but lucratif pour l’année 2020. 1er constat: 6 des directeurs gagnent plus de 300 000 francs par an, indemnités et frais compris.

La palme pour André Schneider, le directeur de l’Aéroport, qui plafonne à plus de 470 000 francs annuels. C’est un peu moins toutefois que les 483 000 qu’il avait perçus en 2019. A titre de comparaison, le revenu annuel d'un conseiller fédéral se monte à 454 000 francs.

Sur la 2ème marche du podium genevois, Marie Da Roxa, la directrice de l’IMAD, l’institution d’aide et de soins à domicile, à 382 000 francs et Denis Berdoz aux commandes des TPG à 381 000 francs.

De quoi reléguer en 4ème position Bertrand Levrat, le directeur général des HUG, avec 379 000 francs. Et pour compléter le quinté de tête: Christian Brunier, le patron des SIG avec une rémunération annuelle de 375 000 francs.

Au bas de l’échelle, le "plus bas salaire" pour la direction de FASe, la Fondation pour l’animation socioculturelle, avec 204 000 francs annuels.

Notez enfin que ce rapport sur les rémunérations sera désormais publié chaque année.

Continuer la lecture