Rejoignez-nous

International

Séisme entre Cuba et la Jamaïque, ressenti à Miami

Publié

,

le

Un séisme de magnitude 7,7 a ébranlé les Caraïbes entre Cuba et la Jamaïque. Elle se situait à 10 km de profondeur selon le service géologique américain (USGS).

La secousse a été ressentie notamment dans la grande partie de la Jamaïque, à La Havane et dans plusieurs provinces de l’île de Cuba. Des immeubles, jusqu’à Miami en Floride, ont été évacués, mais aucun dégât n’a été annoncé. Une alerte au raz-de-marée a été déclenchée, sans conséquence.

L’épicentre du tremblement de terre a été localisé en mer, à quelque 140 km au sud de Cuba et au nord-ouest de la Jamaïque, à une profondeur estimée à 10 km, a indiqué l’Institut américain de géophysique (USGS). Comme des vagues de tsunami dangereuses étaient possibles sur les côtes situées dans un rayon de 300 kilomètres de l’épicentre du tremblement de terre », une alerte au tsunami a été déclenchée.

La terre a tremblé une vingtaine de secondes, selon des témoins. « Je n’ai pas eu peur car c’était un petit séisme, j’ai été surpris par la magnitude », a dit l’un d’eux.

A La Havane, à Cuba, des milliers de gens se sont retrouvés dans la rue après des évacuations d’immeubles. « J’étais au deuxième étage d’un immeuble, il a tremblé pendant un moment », a dit à l’AFP par SMS le docteur Machel Emanuel, depuis Kingston. « J’ai eu le vertige. La porte n’arrêtait pas de claquer ».

A Miami, dans le sud-est des Etats-Unis, la police a évacué plusieurs bâtiments par précaution. La secousse tellurique a produit un mouvement oblique sur la faille, ce qui atténue le risque de raz-de-narée, a toutefois estimé l’experte Lucy Jones, sur son compte Twitter.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le président du Brésil Jair Bolsonaro testé positif au Covid-19

Publié

le

Il présentait des symptômes de la maladie. Le président brésilien Jair Bolsonaro annonce avoir attrapé le coronavirus. Le Covid-19 , dont il n’a cessé de minimiser la gravité depuis le début de la pandémie mais qui a déjà fait quelque 65’000 morts dans son pays.

« Le résultat positif (du test) vient d’arriver », a déclaré le chef de l’Etat, 65 ans, lors d’un entretien à plusieurs chaînes de télévision, après avoir eu de la température la veille.

« J’avais 38 degrés de fièvre, mais mes poumons étaient propres. Les médecins m’ont donné de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine (un antibiotique) et après je me suis senti mieux. Je vais parfaitement bien », a ajouté M. Bolsonaro. Il a précisé qu’il travaillerait désormais le plus possible « par visioconférence ».

Lundi soir, il avait annoncé avoir passé une radiographie des poumons à l’hôpital des forces armées.

Fin mars, Jair Bolsonaro avait fortement minimisé l’importance du virus lors d’une allocution télévisée.

« Vu mon passé de sportif, si j’étais contaminé par le virus, je n’aurais pas à m’inquiéter. Je ne sentirais rien. Au pire, ce serait comme une petite grippe, un petit rhume », avait-il affirmé.

Source : ATS

Continuer la lecture

Faits divers

Explosion d’un camion-citerne en Chine: 19 morts

Publié

le

Immeubles effondrés après l'explosion d'un camion-citerne qui transportait du gaz liquide. (©KEYSTONE/EPA/XIAO FAN)

L’explosion d’un camion-citerne sur une autoroute de l’est de la Chine a fait au moins 19 morts et plus de 170 blessées, ont annoncé dimanche les autorités.

La puissance de l’explosion du camion-citerne, qui transportait du gaz liquide, a causé l’effondrement d’immeubles et d’usines.

D’immenses nuages de fumée noire se sont élevés alors que des voitures ont été détruites par les flammes.

Les autorités locales ont indiqué dimanche que 172 personnes ont été blessées lors cette explosion qui s’est produite samedi, près de la ville de Wenling, dans la province de Zhejiang (est).

Un précédent bilan des services de secours chinois faisait état d’un total de 189 personnes toujours hospitalisées dimanche.

Une vidéo diffusée par les médias d’Etat montre une boule de feu s’élevant vers le ciel et des habitants qui crient.

Sur l’une des vidéos, on voit de gros débris s’élevant dans les airs avant d’atteindre des immeubles à proximité. Une autre montre les restes du camion-citerne et plusieurs poids lourds encastrés dans un immeuble réduit à l’état de ruines.

Gaz liquide

Le camion-citerne transportait du gaz liquide, selon les autorités locales.

L’agence de presse Chine Nouvelle a rapporté dimanche qu’une seconde explosion s’est produite quand le camion est tombé sur un atelier.

Dimanche, les services de secours pousuivaient leurs opérations de recherches, selon la même source.

Les accidents de la route sont fréquents en Chine, où le code de la route n’est très souvent pas respecté.

Ainsi, les violations du code de la route sont responsables de près de 90% des accidents mortels ou ayant fait des blessés.

Continuer la lecture

International

Nuit de colère aux États-Unis, malgré l’inculpation d’un policier

Publié

le

Pour faire face à la gravité de la situation, des renforts militaires vont être portés à 1700 à Minneapolis et dans la ville voisine de Saint-Paul, d'ici à samedi soir. (©KEYSTONE/EPA/CRAIG LASSIG)

La colère suscitée par la mort d’un homme noir aux mains de la police de Minneapolis a alimenté de nouvelles émeutes dans la nuit de vendredi à samedi et gagné d’autres villes des Etats-Unis. Cela malgré l’arrestation d’un des agents impliqués dans le drame.

Le déploiement de 500 soldats de la Garde nationale et l’imposition d’un couvre-feu n’ont pas empêché la grande ville du Minnesota de s’embraser pour la quatrième nuit consécutive.

Des milliers de manifestants ont d’abord défilé pacifiquement en mémoire de George Floyd, un Afro-américain de 46 ans, mort lundi juste après son arrestation. Mais dans la nuit, la situation a dégénéré auprès d’un commissariat du sud de la ville, avec plusieurs commerces incendiés, de nouveaux pillages et de nombreuses dégradations.

Les soldats et policiers anti-émeutes ont tiré des gaz lacrymogènes et des fumigènes pour éviter que ce commissariat ne subisse le même sort qu’un autre, incendié la veille au soir.

Situation très dangereuse

« La situation est extrêmement dangereuse », a lancé le gouverneur de l’Etat Tim Walz lors d’une conférence de presse au milieu de la nuit pour appeler au calme. « Il n’y a rien d’honorable à brûler votre ville », a renchéri, à ses côtés, le maire Jacob Frey.

La tension est également montée dans le reste du pays. Des centaines de personnes se sont rassemblées devant la Maison Blanche à Washington, mais aussi à New York, Dallas, Houston, ville d’origine de la victime, ou encore Las Vegas, Des Moines, Memphis et Portland. A Atlanta, des véhicules de patrouille de la police ont été brûlés.

Justice exigée

Partout, les manifestants ont dénoncé les bavures policières et les disparités raciales. Surtout, ils ont exigé justice pour George Floyd qui, selon une vidéo devenue virale, semble avoir été asphyxié par la police.

Le policier blanc Derek Chauvin qui, sur ce film, maintient son genou pendant de longues minutes sur le cou du quadragénaire, a été arrêté vendredi et inculpé pour « homicide involontaire » et « acte cruel et dangereux ayant causé la mort ».

La famille de la victime a salué ce développement comme un premier pas sur « la voie de la justice », mais l’a jugée « tardif » et insuffisant. « Nous voulons une inculpation pour homicide volontaire avec préméditation. Et nous voulons voir arrêter les trois autres agents impliqués dans le drame », a-t-elle affirmé dans un communiqué.

Ces derniers ont immédiatement été licenciés, comme Derek Chauvin, mais ne font encore l’objet d’aucune poursuite.

Armée en alerte

Pour faire face à la gravité de la situation, des renforts militaires vont être portés à 1700 à Minneapolis et dans la ville voisine de Saint-Paul, d’ici à samedi soir, a annoncé dans la nuit le major-général Jon A Jensen, qui dirige la Garde nationale du Minnesota.

Le président « a demandé au Pentagone de placer des unités de l’armée en alerte pour qu’elles puissent éventuellement intervenir à Minneapolis », a-t-il ajouté en estimant « prudent d’étendre les options disponibles » pour sécuriser la ville.

Tirs à balles réelles

Donald Trump, qui a dénoncé à plusieurs reprises un crime « tragique », s’en est pris jeudi aux « casseurs ». « Les pillages seront immédiatement accueillis par les balles », a-t-il ajouté dans un tweet, que le réseau social a décidé de signaler comme une « apologie de la violence ».

Sur un ton diamétralement opposé, son prédécesseur démocrate Barack Obama a dit partager « la détresse » des millions d’Américains noirs, pour lesquels « être traités différemment sur la base de la race est tragiquement, douloureusement et de façon rageante ‘normal' ».

L’émotion a dépassé les frontières américaines, et des appels à rendre justice à George Floyd se multipliaient sur les réseaux sociaux dans plusieurs pays.

Précédent

L’affaire rappelle la mort d’Eric Garner, un homme noir décédé en 2014 à New York après avoir été asphyxié lors de son arrestation par des policiers blancs. Lui aussi avait dit « Je ne peux pas respirer », une phrase devenue un cri de ralliement du mouvement Black Lives Matter (« La vie des Noirs compte »).

Continuer la lecture

International

Les États-Unis coupent les ponts avec l’OMS

Publié

le

Donald Trump, qui avait déjà coupé la contribution financière accordée par son pays à l'OMS, a mis en exécution sa menace de couper les ponts avec l'agence onusienne (archives). (©KEYSTONE/EPA Bloomberg POOL/AL DRAGO / POOL)

Washington a rompu avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) accusée par Donald Trump de complaisance envers Pékin. Le Brésil s’enfonce dans la crise sanitaire devenant la cinquième nation ayant enregistré le plus de décès du nouveau coronavirus.

Le déconfinement se poursuit dans le même temps samedi surtout en Europe, avec entre autres l’Italie qui va rouvrir au public la célébrissime Tour de Pise, et la capitale ukrainienne Kiev qui fait redémarrer ses centres commerciaux et hôtels.

En France, le grand magasin parisien des Galeries Lafayette rouvre aussi samedi, avec masques et distances de sécurité de rigueur. Musées, parcs, cafés et restaurants français rouvriront mardi – seulement en terrasse à Paris. Ce sera aussi la fin de l’interdiction d’aller à plus de 100 km de chez soi.

Grâce au recul de la pandémie, à Varsovie les masques faciaux ne sont désormais plus obligatoires en public. La situation, en revanche, s’aggrave au Brésil, qui avec 27’878 décès est devenu le cinquième pays le plus endeuillé au monde, derrière les Etats-Unis (102’201), la Grande-Bretagne (38’161), l’Italie (33’229), la France (28’714), et devant l’Espagne. Qui plus est, des scientifiques soulignent que les chiffres réels au Brésil sont vraisemblablement bien pires.

Dans le monde, la pandémie a fait au moins 362’028 morts depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles vendredi à 21h00 heure suisse. Plus de 5,8 millions de cas ont été diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

Trump divorce de l’OMS

Sans surprise, Donald Trump, qui avait déjà coupé la contribution financière accordée par son pays à l’OMS, a mis en exécution sa menace de couper les ponts avec l’agence onusienne.

Il a annoncé « mettre fin à la relation » entre son pays et l’OMS, qu’il accuse depuis le début de la pandémie de se montrer trop indulgente avec la Chine, où le coronavirus est apparu en décembre avant de se répandre sur la planète.

Premiers bailleurs de fonds de l’OMS, les Etats-Unis vont « rediriger ces fonds vers d’autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent », a-t-il déclaré à la presse.

La pandémie continue de faire des ravages aux Etats-Unis, en Amérique latine et en Russie, et de plonger l’économie mondiale dans une crise inédite. Et des pays qui ont employé la manière forte avec des résultats convaincants, comme la Corée du Sud, restent en alerte.

Assouplissement à venir à New York

En Europe, le sauvetage à 9 milliards d’euros du géant du transport aérien Lufthansa a passé vendredi une nouvelle étape cruciale avec un accord entre le gouvernement allemand et la Commission européenne sur les principales conditions de cette opération, pour éviter la faillite du groupe. Mais quand le trafic retrouvera-t-il des niveaux qui permettent aux compagnies d’être rentables? Nul le sait.

Aux Etats-Unis, préoccupée par l’aggravation de la situation économique, le gouverneur de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, a annoncé vendredi qu’il prévoyait une levée partielle du confinement pour la ville de New York la semaine du 8 juin, à condition que les indicateurs de santé publique soient satisfaisants.

Cet assouplissement ne concernerait dans un premier temps qu’une partie de l’économie, principalement le bâtiment et l’activité manufacturière. New York est, de très loin, la ville la plus touchée au monde par le coronavirus, qui y a tué plus de 21’000 personnes.

Les restaurants et salons de coiffure de Los Angeles, principal foyer de Covid-19 en Californie, ont été autorisés vendredi à rouvrir à condition de mettre en oeuvre les précautions d’usage. Tous les employés de ces établissements devront porter un masque et les clients également, dès lors qu’ils ne seront pas en train de manger.

Revenu minimum en Espagne

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Italie a chuté de 5,3% au premier trimestre par rapport au précédent, de même que celui de la France, qui entre en récession. Celui de l’Autriche a diminué de 2,9%. L’économie canadienne s’est contractée de 8,2% en rythme annuel au premier trimestre, la chute la plus brutale depuis début 2009.

En Inde, l’économie a connu au 1er trimestre sa croissance la plus faible depuis 20 ans, tandis que celle du Brésil s’est contractée de 1,5% par rapport au trimestre précédent.

En Espagne, la crise a aggravé la pauvreté et fait exploser la demande d’aide alimentaire, poussant le gouvernement à approuver vendredi la création d’un revenu minimum vital.

Ce revenu a été fixé à 462 euros par mois pour un adulte vivant seul. Quelque 850’000 foyers, soit 2,3 millions de personnes, toucheront 139 euros mensuels pour chaque personne supplémentaire, adulte ou enfant, avec un plafond fixé à 1015 euros par foyer.

Sur le front médical, un médicament, l’anakinra, initialement destiné à des maladies rhumatismales, donne des résultats « encourageants » pour les formes graves du Covid-19 en réduisant le risque de décès et le besoin d’être mis sous respirateur en réanimation, selon une étude française qui offre une lueur d’espoir.

Continuer la lecture

International

Plus de 100’000 cas de Covid-19 aux Etats-Unis

Publié

le

New York est l'épicentre de la pandémie de la maladie à coronavirus 2019 aux Etats-Unis. (©KEYSTONE/AP/Mary Altaffer)

Plus de trois milliards de personnes sont entrées samedi dans un nouveau week-end de confinement à travers le monde en raison du coronavirus, qui a déjà fait plus de 25’000 morts. Si la pandémie frappe de plein fouet l’Europe, elle se propage très vite aux Etats-Unis.

Ces derniers ont dépassé vendredi la barre des 100’000 personnes contaminées par la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), selon le comptage de l’université Johns-Hopkins. La veille, ils avaient déjà dépassé l’Italie et la Chine pour devenir le pays du monde à compter le plus de cas déclarés.

Désormais, les Etats-Unis dénombrent déjà près de 15’000 cas de plus que l’Italie et 20’000 de plus que la Chine. Le nombre de morts (1544) reste toutefois moins important aux Etats-Unis que dans ces deux pays. Le taux de mortalité de la maladie aux Etats-Unis, basé sur le nombre de cas recensés, est de 1,5%. Il est de 10,5% en Italie.

« Nous avons réalisé plus de tests que n’importe quel autre pays au monde et notre capacité continue à croître », a affirmé le président américain Donald Trump vendredi lors d’une conférence de presse de la Maison-Blanche.

Epicentre à New York

L’épicentre de l’épidémie aux Etats-Unis se situe à New York. L’Etat a enregistré plus de 500 morts et près de la moitié de la totalité des cas américains. Les hôpitaux y sont proches de la saturation.

« Nous sommes témoins d’un nombre croissant de cas, d’hospitalisations, d’admissions en unités de soins intensifs, de patients nécessitant des respirateurs artificiels », a déclaré Thomas Tsai, professeur de santé publique à Harvard. « Et, malheureusement, le taux de mortalité va suivre cette tendance. C’est simplement que cela va prendre plusieurs jours ou semaines. »

Cette situation a incité le président américain à contraindre par décret le constructeur automobile General Motors à produire des respirateurs artificiels, vitaux pour les malades du Covid-19, toujours plus nombreux à être hospitalisés. L’équipement vient en effet à manquer après des semaines de pandémie.

La Russie, dernier grand pays à n’avoir encore pris aucune mesure de confinement généralisé, a décidé à compter de samedi de fermer ses restaurants et la plupart de ses commerces avant une semaine chômée. Les autorités espèrent que les Russes resteront ainsi chez eux, même sans y être obligés.

Continuer la lecture