Rejoignez-nous

International

Les combats entre Israël et le Hamas ont fait près de 1000 morts

Publié

,

le

Le bilan des victimes des combats entre Israël et le Hamas s'est agravé dimanche. Tel Aviv annonce plus de 600 morts, tandis qu'on dénombre quelque 370 tués côté palestinien. Pour l'heure. Tsahal continue de traquer les combattants palestiniens infiltrés.

Pour Israël, cette escalade est la plus meurtrière dans le conflit israélo-palestinien depuis des décennies. De plus, le Hamas détient de nombreux otages civils, une centaine selon un média. On dénombre en outre plus de 1000 blessés israéliens et quelque 2200 palestiniens, selon les autorités respectives des deux camps.

Les forces israéliennes traquaient dimanche des centaines de combattants palestiniens infiltrés en Israël et bombardaient la bande de Gaza. Le premier ministre Netanyahu a évoqué une guerre longue contre le Hamas, à l'origine d'une offensive inédite lancée la veille.

L'armée israélienne a annoncé qu'elle évacuerait dans les prochaines 24 heures tous les habitants résidant dans des localités proches de Gaza, territoire sous contrôle du Hamas, ennemi juré d'Israël.

Cherchant à reprendre la main après l'offensive surprise lancée samedi à l'aube en plein Shabbat, le repos hebdomadaire juif, les forces israéliennes traquaient dimanche les combattants infiltrés dans le sud d'Israël et poursuivaient leurs frappes aériennes contre des cibles à Gaza où des bâtiments ont été aplatis.

"Des dizaines de milliers de soldats" sont déployés dans le secteur sud où des "combats héroïques sont en cours pour libérer des otages" et "nous allons (...) tuer chaque terroriste présent en Israël", a déclaré le porte-parole de l'armée, le général Daniel Hagari.

Les forces israéliennes ont indiqué avoir repris le commissariat de police à Sdérot, après avoir "neutralisé 10 terroristes qui s'y trouvaient".

"La première phase est en train de s'achever [...] par l'élimination de la grande majorité des forces ennemies qui se sont infiltrées sur notre territoire", a déclaré M. Netanyahu en avertissant que "la guerre sera longue et difficile".

Sous le couvert d'un déluge de roquettes tirées sur Israël, les combattants du Hamas, à bord de véhicules, de bateaux et même de parapentes motorisés, se sont joués samedi de l'imposante barrière autour de Gaza, attaquant des positions militaires et des civils en pleine rue.

Soutien de l'Iran réitéré

De nouveau dimanche, les combattants palestiniens ont tiré des roquettes sur Israël.

Le Hamas a reçu dimanche le soutien réitéré de l'Iran, qui soutient la légitime défense de la nation palestinienne, ajoutant qu'Israël devait "être tenu pour responsable" de la situation". Et le président Ebrahim Raïssi de préciser, selon la télévision iranienne, que "les gouvernements musulmans devraient se joindre à la communauté musulmane pour soutenir la nation palestinienne".

Ce dernier s'est entretenu dimanche par téléphone séparément avec les chefs des mouvements armés palestiniens Hamas et Jihad islamique. Dans un premier temps, l'agence Irna n'a donné aucun détail sur la teneur des deux entretiens téléphoniques du président Raïssi, qui avait reçu séparément MM. Nakhala et Haniyeh à Téhéran en juin.

L'autorité palestinienne a pour sa part demandé une réunion d'urgence auprès de la Ligue arabe. La concertation devrait être initiée par les ministres des Affaires étrangères conformément à la requête, précise l'agence de presse WAFA. La Ligue arabe comporte 22 membres, dont de plus en plus établissent des relations avec Israël, au grand dam notamment du Hamas.

"Beaucoup de corps"

Israël a été en outre attaqué à sa frontière nord avec le Liban. Le Hezbollah libanais, un allié du Hamas et de l'Iran, a tiré des obus sur un secteur contesté à la frontière, entraînant une frappe de drone israélienne sur une cible du Hezbollah dans le sud du Liban.

En Egypte, deux touristes israéliens ont été tués par un policier qui a tiré sur eux à Alexandrie, selon un média.

En Israël, les autorités n'ont pas précisé le nombre de civils et militaires israéliens enlevés par les combattants palestiniens, mais le site d'information israélien en ligne Ynet avance "une estimation d'une centaine de personnes".

Certains des Israéliens à la recherche de leurs proches, interrogés sur les radios et télévisions, ont dit les avoir vus sur des vidéos d'otages du Hamas à Gaza circulant sur les réseaux sociaux.

Le Hamas et le Jihad islamique, un autre groupe palestinien armé, ont affirmé avoir capturé de "nombreux soldats".

"Ce qui s'est passé est sans précédent en Israël", a reconnu Benjamin Netanyahu, en commentant l'offensive du Hamas.

Réunion du Conseil de sécurité

L'offensive du Hamas a été lancée 50 ans et un jour après la guerre israélo-arabe de 1973 qui avait pris Israël totalement par surprise, entraînant la mort de 2600 Israéliens en trois semaines de combats.

Les Brigades Al-Qassam, branche militaire du Hamas, ont annoncé avoir déclenché samedi l'opération "déluge d'Al-Aqsa" contre Israël et avoir tiré plus de "5000 roquettes" pour "mettre fin aux crimes de l'occupation". Israël occupe depuis 1967 la Cisjordanie, un territoire palestinien, et la partie orientale de Jérusalem, et impose un blocus à Gaza depuis plus de 15 ans.

L'armée israélienne, qui a compté plus de 3000 tirs palestiniens, a déclenché l'opération "Sabres de fer", détruisant des bâtiments présentés comme des "centres de commandement" du Hamas à Gaza.

Selon Médecins sans frontières, une frappe a touché un hôpital, causant des décès.

Israël a suspendu les livraisons d'électricité, de nourriture et de biens d'Israël vers le territoire palestinien.

Les écoles sont restées fermées dimanche, début de la semaine en Israël.

L'attaque du Hamas a été condamnée par les Occidentaux et le président américain Joe Biden a assuré Israël de son "soutien inébranlable".

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit tenir dimanche une réunion d'urgence sur la situation.

Cette offensive a été lancée alors que des négociations entre Israël et l'Arabie saoudite sous l'égide des Etats-Unis, semblaient s'accélérer en vue d'une normalisation, un rapprochement majeur condamné par le Hamas et son allié iranien. L'Iran s'est félicité de l'offensive du Hamas.

Le pape François a demandé que "les attaques cessent" en Israël, disant que "le terrorisme et la guerre ne conduisent à aucune solution".

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Libération de milliers de détenus face à des prisons débordées

Publié

le

"Nos prisons sont au bord de l'effondrement", a déclaré la nouvelle ministre de la Justice Shabana Mahmood. (© KEYSTONE/EPA/ANDY RAIN)

Le gouvernement travailliste britannique a annoncé vendredi la libération anticipée de milliers de détenus afin d'alléger la pression sur des prisons "au bord de l'effrondrement". Il s'agit de l'une des premières mesures marquantes du nouveau gouvernement.

Il risque de ne plus y avoir de place dans les prisons britanniques "d'ici quelques semaines", a mis en garde le gouvernement. Près de 84'000 hommes sont actuellement détenus au Royaume-Uni, où les prisons sont régulièrement remplies à 99% de leur capacité depuis début 2023, selon des chiffres du ministère de la Justice. Le 8 juillet, il n'y avait plus que 700 places libres.

"Nos prisons sont au bord de l'effondrement", a déclaré la nouvelle ministre de la Justice Shabana Mahmood, en annonçant un plan d'action d'urgence depuis l'établissement pénitentiaire HMP Five Wells, dans le centre de l'Angleterre. Les détenus éligibles à une libération anticipée sous contrôle judiciaire après avoir réalisé la moitié de leur peine, pourront désormais en bénéficier plus tôt, lorsqu'ils ont réalisé 40% de leur peine, ce à compter de septembre.

"Si nous n'agissons pas maintenant, nous risquons l'effondrement du système de justice criminelle et des troubles à l'ordre public", a ajouté Mme Mahmood. Si les prisons venaient à manquer de places, les tribunaux seraient contraints de retarder le placement en détention de délinquants, a-t-elle souligné.

Une telle crise "mettrait le public en danger face à une criminalité incontrôlée". Le constat est partagé par l'inspecteur en chef des prisons Charlie Taylor, qui a affirmé que la situation était "à un point de rupture absolu".

"Laissez moi être claire: il s'agit d'une mesure d'urgence. Il ne s'agit pas d'un changement permanent. Je suis convaincue que les criminels doivent être punis", a aussi dit la ministre. Les personnes condamnées à des peines de quatre ans ou plus ou pour des infractions sexuelles sont exclues du nouveau dispositif de libération anticipée.

Nouveaux agents recrutés

Les mesures annoncées vendredi n'entreront en vigueur qu'en septembre, afin de donner le temps aux services pénitentiaires d'organiser ces libérations. Le Premier ministre Keir Starmer a blâmé les précédents gouvernements conservateurs pour cette situation.

"C'est une irresponsabilité flagrante de la part du gouvernement sortant", a-t-il accusé. "Nous savions qu'il allait y avoir un problème, mais son étendue est pire que nous le pensions", a-t-il ajouté. Keir Starmer, un ancien avocat spécialisé dans les droits humains, connait parfaitement les questions liées à la justice. Il a aussi été directeur du parquet général d'Angleterre et du Pays de Galles, l'un des postes les plus importants du système judiciaire.

La ministre de la Justice a également annoncé le recrutement de plus de 1000 agents de probation d'ici mars 2025, afin de "mieux surveiller et gérer les délinquants" une fois libérés. Elle a évoqué la construction de nouvelles prisons.

Pour faire face à la crise qui couve depuis plusieurs années, six nouvelles prisons sont actuellement en construction, ce qui devrait représenter 20'000 places supplémentaires. Environ 10'000 sont attendues d'ici la fin 2025.

"Moins mauvaise solution"

Le gouvernement conservateur avait déjà lancé un programme de libérations anticipées en octobre 2023, selon le ministère de la Justice. Les détenus étaient initialement libérés 18 jours plus tôt que prévu, puis cette durée a augmenté ces six derniers mois. Plus de 10'000 détenus en auraient bénéficié. Les annonces du gouvernement travailliste ont reçu un accueil plutôt positif de la police.

Pour le chef de la police londonienne, Mark Rowley, les libérations anticipées représentent la "moins mauvaise solution" face à la crise des prisons. Le président du conseil des chefs de la police, Gavin Stephens, s'est félicité que le nouveau gouvernement ait "pris des mesures aussi rapidement sur cette question urgente".

Le Royaume-Uni est cependant loin d'être le pire pays européen en matière de prison. Depuis des années, la surpopulation carcérale bat record sur record en France. La population carcérale y a atteint 77'880 détenus au 1er juin, pour 61'694 places dans les prisons.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Culture

La princesse Anne reprend ses engagements publics

Publié

le

La princesse Anne avait dû annuler sa participation à un banquet d'Etat à cause de son hospitalisation le 23 juin (archives). (© KEYSTONE/AP/Victoria Jones)

La princesse Anne, soeur du roi Charles III, a repris ses engagements publics vendredi. Ce après avoir été hospitalisée fin juin à la suite d'un choc à la tête apparemment provoqué par un cheval.

Vêtue d'un tailleur pantalon gris et d'un chapeau sombre, la fille d'Elizabeth II, âgée de 73 ans, a assisté à une compétition dans le Gloucestershire organisée par une association équestre qui accueille des personnes handicapées, la Riding for the Disabled Association. Elle doit y remettre des prix aux vainqueurs.

La princesse, ancienne cavalière de haut niveau, est la marraine de cette association depuis 1971, et sa présidente depuis 1986. Il s'agit du premier engagement public d'Anne depuis qu'elle a été hospitalisée le 23 juin pour ce que le palais de Buckingham avait qualifié de "légères blessures" et de "commotion" à la tête après un incident dans sa résidence de Gatcombe Park.

Selon ses médecins, ses blessures étaient compatibles avec un choc causé par la tête ou les jambes d'un cheval. Très populaire en Angleterre, la princesse, qui est la plus active des membres de la famille royale avec des centaines d'engagements par an, était restée hospitalisée cinq jours à Bristol (sud-ouest de l'Angleterre) avant de regagner Gatcombe Park pour son rétablissement.

A cause de cet accident, la princesse avait dû annuler sa participation au banquet d'Etat organisé fin juin au palais de Buckingham en l'honneur de l'empereur du Japon Naruhito et de son épouse l'impératrice Masako, ainsi qu'un voyage officiel au Canada.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Economie

Unilever supprimera 3200 postes en Europe

Publié

le

La localisation exacte des suppressions d'emplois chez Unilever en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam. (archives) (© KEYSTONE/DPA/DANIEL REINHARDT)

Unilever prévoit de supprimer quelque 3200 postes en Europe d'ici la fin de l'année prochaine, dans le cadre du plan de 7500 suppressions d'emplois au total annoncé en mars, a appris l'AFP vendredi de source proche du dossier.

"Nous entamons, au cours des prochaines semaines, le processus de consultation auprès des employés qui pourraient être touchés par les changements proposés", a indiqué un porte-parole du géant britannique de l'hygiène et de l'alimentaire dans une déclaration transmise à l'AFP.

Dans ce processus, environ 3200 postes seraient supprimés en Europe d'ici fin 2025, soit un tiers des emplois de bureau sur le continent, a précisé à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du Financial Times.

La localisation exacte des suppressions d'emplois en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam, selon les informations du quotidien.

"Nous sommes conscients de l'anxiété considérable que ces propositions suscitent" parmi le personnel et "nous nous engageons à soutenir" les salariés concernés, a ajouté le porte-parole de l'entreprise.

Savons et déodorants

Unilever, connu pour les savons Dove, les déodorants Axe ou les soupes Knorr, a répercuté ces dernières années l'envolée des coûts due à l'inflation. Le groupe a pourtant vu son bénéfice net chuter de 15% l'an dernier et avait annoncé un chiffre d'affaires en faible hausse au premier trimestre.

Sous pression pour améliorer les performances du groupe, notamment de la part de l'investisseur activiste et milliardaire américain Nelson Peltz, qui siège au conseil d'administration depuis 2022, le directeur général Hein Schumacher avait dévoilé en octobre dernier un plan stratégique.

Il compte relancer la performance du groupe en se focalisant sur 30 marques "motrices", qui représentent conjointement 70% des recettes de l'entreprise.

En mars, il avait ainsi annoncé que le groupe allait se séparer de la division des glaces (qui compte les marques Ben & Jerry's ou Magnum notamment) et lancer pour doper ses marges un plan d'économies prévoyant 7.500 suppressions d'emplois, soit près de 6% des effectifs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Lufthansa revoit en baisse sa prévision de résultat 2024

Publié

le

Le groupe Lufthansa prévoit désormais un résultat d'exploitation ajusté annuel compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros, contre environ 2,2 milliards auparavant, suite à un premier semestre décevant. (archives) (© KEYSTONE/DPA/FREDRIK VON ERICHSEN)

Le premier groupe aérien européen Lufthansa a revu vendredi à la baisse sa prévision de résultat 2024 et annoncé un plan de "redressement" dans son activité transport de passagers en raison d'un risque de pertes en fin d'exercice.

Le groupe dans son ensemble prévoit désormais un résultat d'exploitation ajusté annuel compris entre 1,4 et 1,8 milliard d'euros (quasiment autant en francs), contre environ 2,2 milliards auparavant, suite à un premier semestre décevant.

Par ailleurs, dans la seule activité de transport de passagers, le coeur de métier du groupe, "il devient de plus en plus difficile pour Lufthansa Airlines d'atteindre l'équilibre pour l'ensemble de l'année", a expliqué le groupe dans un communiqué.

"Lufthansa Airlines est particulièrement touchée par les défis posés par l'évolution négative du marché et par les inefficacités dans les opérations aériennes de Lufthansa et Cityline, également dues à des retards de livraison d'avions", ajoute le communiqué.

Pour y remédier, un "vaste programme de redressement est en cours de lancement", a déclaré le groupe, sans donner plus de détails.

Au deuxième trimestre, le groupe Lufthansa a réalisé un résultat opérationnel de 686 millions d'euros, contre 1,1 milliard d'euros à trimestre comparable l'année précédente.

Ce recul de près de 40% s'explique par la "baisse du chiffre d'affaires moyen" par passager dans toutes les régions, "en particulier en Asie", selon la compagnie.

L'activité phare de transport de passagers, - à côté de Lufthansa, les compagnies Austrian, Swiss, Eurowing et Brussels Airlines - a réalisé un bénéfice d'exploitation de 213 millions d'euros au deuxième trimestre, environ 300 millions d'euros de moins qu'au cours de la même période en 2023.

Air France-KLM aussi

Ce résultat n'a pas permis de compenser la perte du premier trimestre 2024, subie en raison de grèves déclenchées par des salariés au sein du groupe et chez les contrôleurs aériens au sein des aéroports.

En tout, au cours des six premiers mois de l'année, l'activité passagers a fait état d'une perte opérationnelle de 427 millions d'euros, qui contraste par rapport au bénéfice de 149 millions d'euros réalisé au premier semestre 2023, alors que le secteur de l'aviation avait retrouvé des couleurs après la période de la crise sanitaire.

Le cours de l'action Lufthansa perdait 1,59% vers 13H40 GMT à la bourse de Francfort.

Ces annonces interviennent alors que de son côté le groupe Air France-KLM a anticipé début juillet un été difficile en raison d'un "évitement" de Paris par la clientèle internationale pendant les Jeux olympiques.

Le groupe franco-néerlandais a aussi essuyé une lourde perte au premier trimestre causée par la hausse de ses coûts et les tensions géopolitiques, malgré des passagers plus nombreux et payant leurs billets plus cher. Il a en conséquence lancé un plan d'économies.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Mariage et pluie de stars pour la plus riche famille d'Inde

Publié

le

Mukesh Ambani (au centre) pose avec son fils Anant et sa femme Neeta at Anant Ambani. (© KEYSTONE/AP/Rajanish Kakade)

Le magnat indien Mukesh Ambani, l'homme le plus riche d'Asie, célèbre par des festivités grandioses le mariage de son fils. L'occasion d'afficher son immense fortune dans un pays qui connaît une croissance accélérée malgré des inégalités toujours criantes.

Anant, le fils cadet de Mukesh Ambani, et sa future épouse Radhika Merchant, tous deux âgés de 29 ans, se connaissent depuis l'enfance. Leur union sera célébrée au cours d'une cérémonie hindoue de trois jours qui débute vendredi à Bombay.

Pour l'homme le plus riche d'Asie, ce mariage extravagant n'est pas une première. Il avait organisé le mariage le plus cher de l'Inde pour sa fille en 2018, d'un coût estimé à 100 millions de dollars, avec un concert de la star américaine de la pop Beyoncé.

Les trois jours de festivités de cette semaine s'annoncent encore plus extravagants. Les soeurs Kardashian, stars de téléréalité devenues femmes d'affaires, sont arrivées en Inde et doivent assister au mariage. Les anciens premiers ministres britannique Boris Johnson et Tony Blair ont aussi été repérés par la presse à l'aéroport de Bombay.

Pléthore de patrons de grands groupes mondiaux, de stars et de responsables politiques sont attendus pour l'occasion dans la capitale économique de l'Inde en pleine mousson.

Festivités depuis plusieurs mois

La cérémonie de mariage a été précédée de plusieurs fêtes fastueuses ces derniers mois avec une croisière en Europe pour 1200 invités, un temple hindou spécialement construit et des concerts assurés par des stars allant de la star de R&B Rihanna au chanteur canadien Justin Bieber.

M. Ambani, 67 ans, président de Reliance Industries, affiche une fortune de plus de 123 milliards de dollars, qui fait de lui la 11e personne la plus riche au monde, selon la liste des milliardaires de Forbes.

Allié clé du Premier ministre nationaliste Narendra Modi, M. Ambani a hérité d'une entreprise industrielle florissante dans le pétrole, le gaz et les produits pétrochimiques. Il en a fait un conglomérat diversifié allant du pétrole aux télécoms en passant par la distribution et une équipe de cricket. La demeure familiale, Antilia, un gratte-ciel de 27 étages construit pour plus d'un milliard de dollars avec 600 employés, fait figure de monument à Bombay.

Croisière en Méditerrannée

La fiancée Radhika Merchant est, elle, la fille de magnats de l'industrie pharmaceutique. Le coup d'envoi des célébrations précédant le mariage a été donné en mars, dans l'Etat de Gujarat, avec trois jours de fastueuses festivités pour plus de 1500 convives.

La pop star Rihanna y a donné son premier concert depuis le Superbowl devant un parterre d'invités dont le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg et Ivanka, la fille de l'ancien président américain Donald Trump.

Les convives ont visité un centre de protection d'animaux exotiques que possède le magnat ainsi qu'un temple hindou spécialement construit pour l'occasion.

La deuxième étape, en juin, était une croisière de quatre jours en Méditerranée avec 1200 invités, a raconté la fiancée Radhika Merchant au magazine Vogue.

La pop star Katy Perry s'est produite lors d'un bal masqué dans un château français à Cannes, tandis que les Backstreet Boys et le rappeur américain Pitbull ont également assuré le spectacle. Le DJ David Guetta a joué lors d'une soirée costumée avec des invités en toges, en mer.

La croisière s'est terminée à Portofino, en Italie, où le ténor Andrea Bocelli a donné une sérénade sur la place de la ville.

Multitude de robes personnalisées

Les heureux convives avaient reçu leur invitation dans un coffre comprenant un mini temple d'argent.

La future mariée a porté une multitude de robes, plus sophistiquées les unes que les autres: des modèles personnalisés conçus par Versace, Dolce & Gabbana ou une robe vintage Yves Saint Laurent pour Dior, a-t-elle confié à Vogue.

Une autre robe en mousseline de soie était imprimée des mots d'une lettre d'amour de son fiancé, a rapporté le magazine.

"Je veux pouvoir la montrer à mes enfants et à mes petits-enfants, et leur dire "voilà ce qu'était notre amour", a déclaré la jeune femme.

Inégalités persistantes

L'Inde, cinquième plus grande économie au monde, continue à connaître une croissance parmi les plus rapides de la planète. Mais en dépit de progrès considérables, le pays le plus peuplé du monde connaît un chômage important.

Signe des fortes inégalités persistantes dans le pays, 1% des 1,4 milliard d'habitants de l'Inde gagnent plus d'un cinquième de sa richesse, selon le World Inequality Lab.

Sans doute pour désamorcer les critiques, M. Ambani a organisé un festin pour 50'000 personnes dans sa ville natale de Jamnagar, dans l'Etat du Gujarat, au début des festivités.

Il a également organisé des noces collectives pour 52 couples défavorisés près de Bombay, promettant de financer "des centaines d'autres mariages de ce type" dans toute l'Inde.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture