Rejoignez-nous

Cinéma & Séries TV

Un Genevois a participé à la saison 4 de Stranger Things

Publié

,

le

Une réunion de fan devant l'Empire State Building de New York (USA) habillé aux couleurs de la série lors de la sortie de la saison 4 [Keystone]

La saison 4 de Stranger Things, disponible sur le service de vidéo à la demande Netflix, est un véritable carton. Sortie en deux temps, elle est devenue la deuxième série Netflix a dépassé le milliard d'heures de visionnages après Squid Game

Point fort de la série, un univers qui nous plonge au cœur des années 80 mais surtout ses effets spéciaux, présents en nombre. Employé par Rodéo FX, un studio travaillant notamment sur Stranger Things, Tiago Azevedo, un Genevois de 27 ans parti à Montréal en 2019 a pris part à l'épisode 4 de la dernière saison publiée. Son parcours, son rôle sur Stranger Things et son métier, interview garanti sans spoiler.

 

Son parcours (de Genève à Montréal):

Tiago Azevedo - Son parcoursCompositeur VFX chez Rodeo FX

 

Son travail (et celui de son studio) sur Stranger Things: 

Tiago Azevedo - Son rôle sur Stranger ThingsCompositeur VFX chez Rodeo FX

Pour identifier son travail sur l'épisode 4 de la saison 4 sans révéler d'élément, il s'étend de l'arrivée d'un personnage dans une atmosphère rouge jusqu'à la quasi fin de l'épisode. Une scène qui dure un peu plus de 5 minutes.

Son métier en général et l'évolution de celui-ci:

Tiago Azevedo - Son métierCompositeur VFX chez Rodeo FX

 

35 siècles de visionnage en une semaine

Rien que sur la semaine du 4 au 10 juillet, plus de 188 millions d'heures de visionnage ont été comptabilisées dans le monde par Netflix, ce uniquement pour la saison 4. Un décompte qui atteint plus de 311 millions en comptant les 4 saisons de la série se tenant dans la petite ville d'Hawkins, dans l'Amérique profonde. Cela représente 35'515 ans de visionnage.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Plongée en pleine Réalité Virtuelle au GIFF

Publié

le

giff

Le GIFF ouvre les portes de son musée de réalité virtuelle l'espace d'une journée à l'occasion des Swiss Digital Days, ce jeudi 29 septembre.

A travers quatre œuvres originales présentées et visualisées par le grand public, le Geneva International Film Festival met l'accent sur une expérimentation artistique qui a désormais toute sa place dans la culture.

Extrait de Caravaggio in Tenebris, de Matthieu Van Eeckhout.

 

Elsa Duperray et Benjamin Smadja ont chaussé pour vous casque audio et vidéo pour vous faire vivre cette expérience fantastique.

 

Les Noces de Cana de Paul Véronèse

Joséphine Derobe and Carlos Franklin / FR / 2018 / 8' / animation / French

Saturnism
Mihai Grecu / FR / 2020 / 4' / horreur / French

Les Rêves du Douanier Rousseau
Nicolas Autheman / FR / 2019 / 7' / animation / French

Caravaggio in Tenebris
Matthieu Van Eeckhout / FR / 2018 / 8' / animation / no dialog

 

Ces œuvres pourront être à nouveau visionnées lors du GIFF, du 4 au 13 novembre.

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

"Délits mineurs": une nouvelle série tournée à Genève

Publié

le

© RTS / Philippe Christin

Genève, décor central de la nouvelle série de la RTS: "Délits mineurs". 

Une nouvelle série coproduite par la RTS, tournée à Genève !

Son nom: "Délits mineurs". Elle aborde le sujet délicat de la justice des mineurs. Au casting: la française Marie Gillain, la valaisanne Noémie Schmidt ou encore le genevois Bruno Peki. 

Une série très locale dont le tournage prend fin ce mercredi. Il aura duré en tout 64 jours.

Solène Revillard a assisté à l’une des dernières scènes à Vendœuvres:

Reportage Tournage de la nouvelle série de la RTS: Délits mineurs

La réalisatrice genevoise Nicole Borgeat a choisi ce sujet délicat de la justice des mineurs. Elle nous explique pourquoi:

Nicole BorgeatRéalisatrice de Délits Mineurs

Aux côtés, des acteurs expérimentés, huit jeunes comédiens romands qui ont répondu au casting. 

Une expérience qu’a particulièrement apprécié Nicole Borgeat :

Nicole BorgeatRéalisatrice de Délits Mineurs

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Le cinéaste Alain Tanner est décédé

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/STR
Le cinéaste genevois Alain Tanner est décédé dimanche dans sa 93e année. Reconnu internationalement, Alain Tanner, un "monument" de son art en Suisse, est à l’origine du nouveau cinéma suisse dans les années 1970.

L'annonce a été faite par l'Association Alain Tanner, en concertation avec la famille du défunt. L'oeuvre de ce pionnier du Nouveau cinéma suisse sert toujours de référence aux nouvelles générations de cinéastes.

En 1968, Alain Tanner se réunit avec quatre réalisateurs - Michel Soutter, Jean-Louis Roy, Jean-Jacques Lagrange (remplacé par Yves Yersin en 1971) et Claude Goretta - pour fonder le "Groupe des 5". Ils sont tous à l'origine de ce renouveau cinématographique suisse, un cinéma à contre-courant.

Le premier long métrage d'Alain Tanner, "Charles mort ou vif" (1969), marque le début du cinéma d'auteur engagé en Suisse. Il est aussi lauréat du Léopard d'Or au Festival du film de Locarno.

Il sera suivi en 1971 par "La Salamandre", un film aux accents libertaires, qui devient un film culte. Ensuite, Alain Tanner est influencé par Jean-Luc Godard.

Dans sa filmographie très dense, on retrouve "Jonas qui aura vingt-cinq ans en l'an 2000" (1976), "Les Années lumière" (1981), Grand Prix au festival de Cannes, ou encore "Dans la ville blanche" (1983), César du meilleur film francophone.

Il a tourné sans relâche de la fin des années 1960 jusqu'en 2004. Le Genevois a reçu de nombreux prix pour ses films à Locarno, Venise, Cannes et aux Etats-Unis. En 2014, les archives d'Alain Tanner sont entrées à la Cinémathèque suisse.

Acte politique

Alain Tanner a étudié à l'Université de Genève où il a fondé un ciné-club en compagnie de Claude Goretta. Les deux Genevois sont ensuite partis à Londres. Ils ont réalisé ensemble leur premier film, "Nice Time" (1957), un court métrage remarqué sur la vie des noctambules dans le Picadilly Circus londonien.

Alain Tanner a toujours considéré que faire du cinéma est un acte politique. Il a aussi prolongé son engagement au-delà du cinéma en s'impliquant notamment en faveur de la population palestinienne de Gaza.

"Une violence suisse"

Son complice genevois du "Groupe des 5" Jean-Jacques Lagrange salue en Alain Tanner "une forte personnalité et un homme très indépendant". Un avis partagé par Lionel Baier qui relève sa notoriété à l'étranger et sa capacité à filmer "une violence suisse".

"C'est une triste nouvelle", a dit à Keystone-ATS M. Lagrange. "Je reste seul", dit celui, né en 1929, qui est désormais le dernier des fondateurs du Groupe des 5 encore vivant. Il retient de Tanner sa contribution "essentielle" comme artisan de la loi sur le cinéma.

Le Vaudois Lionel Baier salue l'humilité du cinéaste qui a su arrêter de faire des films quand il ne se sentait plus en phase avec son temps.

S'il affirme ne pas l'avoir considéré comme une inspiration pour lui, il ajoute très rapidement se rendre compte avec l'âge qu'Alain Tanner l'influence sur certains points.

Cinéaste de "cohérence"

A l'étranger, Alain Tanner "est sans doute le cinéaste suisse le plus connu" dont le nom revenait le plus dans les discussions lors de tournages, ajoute le cinéaste vaudois. "Son écriture cinématographique était la plus reconnaissable", dotée de "cohérence" pour un homme de "conviction".

Au Portugal, certains considèrent même "Dans la ville blanche" comme le plus beau film sur Lisbonne, ajoute également M. Baier. Mais son cinéma portait également beaucoup sur la scène suisse. "Personne n'a été aussi précis" sur ce pays, alors même qu'il considérait la Suisse comme "trop belle et trop spectaculaire" pour être filmée, ajoute le Vaudois.

"Il est allé chercher le drame dans un pays qui ne le prévoyait pas" et "il savait montrer une violence suisse", dit-il. Aujourd'hui, Ursula Meier, qui a été son assistante, s'en rapproche probablement le plus, affirme-t-il.

Un monument

La Suisse perd un "monument de son cinéma" avec le décès du Genevois Alain Tanner, selon le directeur de la Cinémathèque suisse Frédéric Maire. Il salue la "rigueur" de son travail et un "activiste" qui a fait avancer le soutien public au film dans ce pays.

"C'était le Nouveau cinéma suisse et pourtant ses films restent d'une modernité aujourd'hui encore", a affirmé à Keystone-ATS M.Maire. Ses oeuvres "résonnent auprès des jeunes qui les voient pour la première fois".

Les thématiques abordées par celui qui avait aussi filmé mai 68 pour la télévision, du capitalisme à l'environnement, sont plus que jamais celles du 21e siècle. "Il a gardé dans son cinéma une actualité", ajoute le directeur de la Cinémathèque, regrettant presque son choix d'arrêter à un moment donné de faire des films.

Précision, rigueur, approche claire sont autant de qualificatifs qui collent aussi bien au cinéaste qu'à l'homme, dont l'oeuvre était très connue à l'étranger, confirme M. Maire.

La Cinémathèque diffuse régulièrement ses oeuvres qui sont numérisées avec le soutien de l'Association Alain Tanner. "Bien sûr que nous lui rendrons hommage", dit le directeur.

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Fréquentation post-covid: les cinémas toujours dans le rouge

Publié

le

La salle Nord du cinema Le Nord-Sud photographiee, lors d'une conference de presse concernant la reouverture du cinema independant Le Nord-Sud, ce lundi 19 aout 2019 a Geneve. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La Journée du Cinéma Allianz c'est ce dimanche en Suisse. L'occasion de faire un bilan de la fréquentation des cinémas post-covid à Genève. Les cinéphiles de Suisse pourront découvrir quelque 150 films de tout genre dans plus de 550 salles de cinéma.

Pour 5 francs, vous allez en prendre plein les yeux. C'est ce dimanche qu'aura lieu la Journée du Cinéma Allianz en Suisse. L'occasion pour le public de retrouver le chemin des salles obscures. Il faut dire qu'elles sont passablement désertées depuis le Covid-19. Confirmation avec Laurent Dutoit, directeur des cinémas les Scala, le City et Nord-Sud à Genève.

Laurent DutoitDirecteur des cinémas les Scala, le City et Nord-Sud à Genève

Et ce chiffre donc: moins 35% de fréquentation en 2022 par rapport à la période 2015 /2019.  Le Covid y est pour beaucoup, mais pas seulement... Les explications de Laurent Dutoit.

Laurent DutoitDirecteur des cinémas les Scala, le City et Nord-Sud à Genève

La concurrence du streaming

Une situation alarmante qui ne date pas d'hier. Depuis l'arrivée du numérique, les cinémas suisses sont passés de 18 millions de spectateurs annuels en 2002, à 12 millions d’entrées en 2019 et à 5 millions en 2021. S'ajoute à cela l'essor des plateformes de streaming depuis quelques années. Pour beaucoup, cette concurrence a largement contribué à cette baisse des entrées en salles. Ecoutez l'avis de Laurent Dutoit.

Laurent DutoitDirecteur des cinémas les Scala, le City et Nord-Sud à Genève

À l'occasion de la Journée du Cinéma Allianz, les cinéphiles de Suisse pourront découvrir quelque 150 films de tout genre dans plus de 550 salles de cinéma.

Continuer la lecture

Actualité

Bastian Baker prête sa voix pour les Minions 2

Publié

le

C'est l’une des sorties les plus attendues de l’année : les Minions reviennent pour un 2e volet!

La particularité cette fois-ci: un romand voit son nom au générique. Il s’agit de Bastian Baker qui prête sa voix à Jean Claude, un superméchant qui mène la vie dure aux petits bonshommes jaunes. Le chanteur vaudois double ce personnage pour la version française et la version allemande. Dans la version originale, c’est Jean-Claude Van Damme qui prête sa voix à Jean-Claude!

L’enregistrement a eu lieu en avril 2021, une période marquée par la pandémie de Covid, rappelez-vous.

Bastian Baker nous explique comment cela s’est passé :

Bastian BakerLe chanteur vaudois prête sa voix pour les Minions 2

"Les Minions 2 : Il était une fois Gru" sort sur les écrans romands ce mercredi 6 juillet.

Crédit photo:  KEYSTONE Byline GIAN EHRENZELLER

Continuer la lecture