Rejoignez-nous

Genève

Papyrus a amélioré les perspectives des sans-papiers à Genève

Publié

,

le

(image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)
L'opération Papyrus dans le canton de Genève a permis de régulariser la situation de 2900 personnes sans papiers. Même si leurs revenus restent faibles, leurs perspectives de vie se sont améliorées et un autre point positif a été la mise en conformité de nombreux employeurs, selon une étude publiée mardi.

En 2017 et 2018, le canton de Genève a lancé l’opération Papyrus et régularisé les titres de séjour d’environ 2900 personnes qui remplissaient les critères d’avoir un emploi, de vivre à Genève depuis une certaine durée, de comprendre le français et de ne pas avoir d’antécédents pénaux. Une équipe de l’Université de Genève (UNIGE) a suivi cette cohorte d’anciens sans-papiers entre 2017 et 2022 à l’aide d’enquêtes annuelles.

Les résultats publiés dans la revue Social Change in Switzerland montrent que trois quarts des personnes régularisées sont des femmes, provenant surtout d’Amérique latine (en particulier du Brésil et de la Bolivie) et des Philippines. La plupart travaillent dans l’économie domestique – dans le ménage ainsi que dans la garde d’enfants et de personnes âgées.

Presque pas d'aide sociale

Si la plupart des personnes ont gardé les mêmes emplois après la régularisation, celle-ci a eu un fort impact sur la mise en conformité de leurs employeurs. Alors que seuls 41% des emplois étaient déclarés pour les personnes sans statut légal, la proportion monte à 85% pour les personnes régularisées.

Les personnes régularisées voient leurs opportunités s’élargir sur le plan professionnel et du logement, soulignent Giovanni Ferro-Luzzi (UNIGE/HES-SO Genève) et ses collègues. Cependant, leur situation économique reste fragile, avec des revenus entre 3000 (2017-18) et 3300 francs net (2021-22).

Le recours à l’aide sociale est toutefois anecdotique, concernant moins de 1% des répondants. Même au moment de la pandémie, seuls 5% des participants régularisés ont temporairement recouru à ce soutien.

Les auteurs concluent que la régularisation a donné des perspectives de vie plus stables à ces personnes qui vivaient en Suisse depuis de longues années. Elle a aussi permis d’assainir les relations d’emploi dans des secteurs où le travail au noir était répandu.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une étudiante dédommagée après avoir contracté le sida

Publié

le

L'Université de Genève va dédommager une étudiante italienne qui a contracté en 2011 le virus du sida alors qu'elle effectuait des recherches en laboratoire pour achever sa thèse (archives). (© Keystone/ANTHONY ANEX)

L'Université de Genève (UNIGE) va dédommager une étudiante italienne qui a contracté en 2011 le virus du sida alors qu'elle effectuait des recherches dans un de ses laboratoires. Les deux parties ont signé un accord qui clôt une bataille judiciaire.

"Les parties ont souhaité, par gain de paix, mettre un terme à la procédure judiciaire en cours", a indiqué mercredi un porte-parole de l'UNIGE, confirmant ainsi des informations publiées par l'Université de Padoue. Le dédommagement s'élève à environ 140'000 francs.

"La transaction en cours de finalisation n’implique pas de reconnaissance de responsabilité ou de prétentions de l’une ou l’autre partie", ajoute le porte-parole.

L'étudiante italienne, dont l'identité demeure confidentielle, a effectué un échange d'études en 2011 à l'UNIGE dans le cadre du programme universitaire européen Erasmus, selon la presse italienne. Elle devait effectuer des recherches pour achever sa thèse et avait travaillé dans un laboratoire de l'UNIGE en utilisant des échantillons du virus du sida.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Genève

L’UNIGE veut sensibiliser aux gestes de premiers secours

Publié

le

L’Unige organisait mercredi une grande journée de premiers secours. 

Savez-vous faire un massage cardiaque?

Car ce geste pourrait un jour sauver une vie.

Rien qu’à Genève, 400 personnes sont victimes d'un arrêt cardiaque chaque année. Pour informer les étudiants mais aussi le grand public, l’Unige organisait mercredi sa grande journée consacrée aux premiers secours. Elle a mobilisé de nombreux acteurs comme Save-a-life, les HUG ou encore les Sapeurs-pompiers volontaires SIS.

Reportage sur place:

ReportageL’UNIGE veut sensibiliser aux gestes de premiers secours

Continuer la lecture

Genève

Une semaine sur liens entre inégalités de genre et climat

Publié

le

La Semaine de l'égalité organisée par la Ville de Genève se penchera dès vendredi sur les liens entre enjeux environnementaux et inégalités de genre (illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Semaine de l'égalité organisée par la Ville de Genève se penchera dès vendredi sur les liens entre enjeux environnementaux et inégalités de genre. Des conférences, des tables rondes, des randonnées, des ateliers ou encore une exposition figure au programme jusqu'au 10 mars.

Le thème de cette 10e édition - "Genre & climat, même combat!" - a été annoncé mercredi par la Ville de Genève. Pour le maire Alfonso Gomez, en charge de l'égalité, "le changement climatique renforce les inégalités, et vice versa." Les femmes âgées sont par exemple davantage impactées par les vagues de chaleur, pour des raisons physiologiques mais aussi parce qu'elles ont tendance à être plus isolées et précaires.

Or les femmes et minorités de genre sont moins représentées dans les processus décisionnels liés à l'environnement, alors qu'elles polluent statistiquement moins et sont plus investies dans les tâches traditionnelles liées au soin des autres comme de la planète. "L'égalité entre les genres constitue un axe central de la transition écologique et devrait davantage être prise en compte", estime M. Gomez.

Expo de La bûche

La Semaine de l'égalité ouvrira vendredi par un enregistrement public d'un épisode du podcast "Nous faire justice", de la journaliste française Victoire Tuaillon. Mardi, Fatima Ouassak, fondatrice de la première maison de l'écologie populaire en France présentera son livre "Pour une écologie pirate".

Des tables rondes se pencheront sur les questions de genre et d'environnement dans le domaine agricole, sur l'inclusion et la diversité pour transformer la société ou encore sur la finance durable. Des randonnées sur les traces des écoféministes seront organisées les deux dimanches, et le parc des Bastion accueillera une exposition du collectif de créatrices de bande dessinée La bûche.

www.semaine-egalite.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Plus de 500 signatures pour demander du gazon sur la Plaine de Plainpalais

Publié

le

LEANDRE DUGGAN Keystone

Une Plaine de Plainpalais plus verte. Voilà ce que demande la pétition qui vient d'être déposée auprès de la Ville de Genève. 500 signatures ont été récoltées en ligne.

A l’origine de la pétition, Skender Salihi. Pour le député MCG, le gore n'est pas pratique car il génère de la poussière, notamment. Et ce sont les habitants ainsi que les commerçants se trouvant à proximité qui en font les frais.

Skender SalihiDéputé MCG

"Dès qu'il y a du vent, on ne peut pas ouvrir les yeux"

Pour Skender Salihi, remplacer le revêtement de sol de la plaine de Plainpalais par du gazon donnerait lieu à un espace plus frais et écologique. Reste que le gore a été installé pour accueillir plus facilement certains évènements comme le cirque. Au risque de faire des mécontents?

Skender SalihiDéputé MCG

Skender Salihi imagine une plaine en grande partie verte avec également une zone sablée pour remplacer le gore.

Quant au coût d'une telle mesure, il est impossible d'articuler un montant pour l'instant, selon lui.

Skender Salihi espère maintenant que cette pétition fasse écho jusqu'au Conseil municipal de la Ville.

Continuer la lecture

Genève

Accueil mitigé pour la première journée publique du salon de l'auto

Publié

le

Jour J pour le salon international de l’auto de Genève. Après la presse et les VIP, c'était l’ouverture au public ce mercredi. Les avis sont partagés. 

Comment les premiers visiteurs allaient juger ce salon new look, avec seulement une vingtaine d’exposants présents et quatre zones thématiques?

Si pour certains, le plaisir de voir renaître le GIMS suffisait, pour d'autres la version compacte du salon déçoit... Petit florilège de réactions recuillies dans les allées de Palexpo:

Le salon de l'auto de Genève se poursuit jusqu'à dimanche soir. 200’000 visiteurs sont espérés par les organisateurs.

Continuer la lecture