Rejoignez-nous

Genève

Opposés aux tarifs forfaitaires, des taxis font grève à l'aéroport

Publié

,

le

Des chauffeurs de taxis sont en attente de clients à Cornavin (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Les taxis genevois en grève à l'aéroport. Ils dénoncent le plafonnement des prix des courses sur certains trajets. Du côté des autorités, c'est la surprise.

Le plafonnement des prix des courses, sur certains trajets, les taxis genevois n’en veulent pas! Aucun professionnel ne desserre ce matin l’aéroport. Une mesure pour dénoncer les tarifs forfaitaires que souhaitent mettre en place l’Etat de Genève pour certains trajets: 30 francs pour relier l’aéroport aux quartiers des Eaux-Vives et 25 francs pour la gare. Hors de question pour les professionnels, à l'image de José, chauffeur de taxi.

JoséChauffeur de taxi

En pleine consultation du nouveau règlement concernant la loi sur les taxis, les autorités ne cachent pas leur surprise face à ce mouvement. Fabienne Fischer, conseillère d'Etat en charge du développement économique.

Fabienne FischerConseillère d'Etat en charge du développement économique

Manque d'écoute

Les professionnels dénoncent également le manque d’écoute dont ferait preuve la conseillère d’Etat Fabienne Fischer. Le détail avec José.

JoséChauffeur de taxi

Du côté des autorités, on réfute ce manque d'écoute et de considération. Des réunions auraient eu lieu dans la cadre de la procédure de consultation selon Fabienne Fischer.

Fabienne FischerConseillère d'Etat en charge du développement économique

Cette grève pourrait se poursuivre demain. D'autres lieux comme la gare Cornavin pourraient être impactés par ce mouvement.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Invité

    17 mai 2022 à 14 h 30 min

    Ça fait en effet un moment déjà que le gouvernement genevois démantèle toujours un peu plus années après années la profession de taxi ;-(

    C'est honteux !!

    • Dèçu

      23 mai 2022 à 0 h 31 min

      Désormais, les chauffeurs taxis et les central de taxis ne doivent fournir aucun service de transport ni de l'aéroport ni vers l'aéroport et empêcher décemment et de manière convaincante ceux qui baissent leur pantalon, laissez-les les vrais voleurs comme le transport illégal avec la quelle nos autorités son très peu efficaces laissez-les également ces applications faire leur travail qu'elles facturent a des prix vraiment abusives et on va voir combien temps les utilisateurs vont supporter ces vrais larcins avec toute la complicité de nos dirigeants.

      Bon déplacement avec vos protégés Madame Fischer de toute façon en tant que conseillère vous avez le droit de imposer votre volonté comme vous l'entendez et au de là.
      Comment avec les problèmes économiques en plus du covid et maintenant l'invasion de la Russie Mme Fischer avec ses sbires peuvent accepter aussi une augmentation de leurs revenus qui viennent des travailleurs sans comprendre pourquoi cette augmentation est due, la quelle devraient rejeter par honnêteté, mais bien que comme ils sont les responsables ils doivent par la loi imposer et s'imposer leur revenus comme ils l'entendent, je m'excuse mais ses des vrais incompétent que savent seulement imposer leur volonté et profiter la situation

      Par ailleurs, Mme Fabienne Fischer, Conseillère d’Etat, garde à l’esprit que non seulement les tarifs des taxis, qui n’ont pas connu d’augmentation depuis de nombreuses années, sont dits élevés, mais aussi la vie en Suisse est chère, tout comme les salaires, ou dites-moi, Mme Fabienne Fischer Conseiller d’Etat est-ce que la rémunération que vous percevriez serait équivalente dans d’autres pays ??
      J’aimerais entendre votre réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Renault, l'électrique et les véhicules chinois, stars du salon de l'auto

Publié

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Après quatre éditions annulées, le salon international de l'automobile de Genève a fait son grand retour ce lundi. Après la journée presse, le public est attendu mercredi. 

Redémarrage en douceur pour le salon international de l’automobile de Genève. Après cinq ans d'absence, le GIMS a rouvert ses portes à la presse ce lundi matin. Un salon en version réduite avec seulement une vingtaine de constructeurs présents. Benoît Rouchaleau a sillonné les halles de Palexpo pour assister à la renaissance du GIMS. Son reportage. 

Benoît RouchaleauReportage

Parmi les stars du salon, le constructeur français Renault en a profité pour présenter en première mondiale sa nouvelle R5 électrique. Feux arrière verticaux, couleurs flashy, sièges sculptés et aileron arrière: la petite voiture multiplie les clins d'œil à son ancêtre des années 70. Sylvain Darphel du Groupe Renault.

Sylvain DarphelGroupe Renault

Avec moins de constructeurs présents, ça laisse de la place aux plus modestes, comme Ludovic Lazareth qui vient d’Annecy en France voisine et qui présente des machines uniques ou en série limitée.

Ludovic LazarethSociété Lazareth

Notez que la journée de samedi est déjà complète. 

Continuer la lecture

Genève

Une commission préoccupée par les décès au Vieil hôtel de police

Publié

le

Le vieil Hôtel de police genevois au boulevard Carl-Vogt a été le théâtre de deux décès à la suite de garde à vue depuis le début de l'année (photo symbolique). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)
A Genève, le décès d'une femme de 21 ans dans une cellule du Vieil hôtel de police rebondit sur le terrain politique. Une délégation de la commission des visiteurs officiels du Grand Conseil a effectué une visite surprise dans les violons de ce commissariat dans la nuit de samedi à dimanche.

Sans empiéter sur l'enquête judiciaire en cours, la commission des visiteurs officiels veut s'assurer de la bonne application des normes et directives en matière de privation de liberté dans les postes de police, a-t-elle indiqué lundi. Et de préciser qu'elle poursuit son travail et ne fera aucune autre communication à ce stade.

Une jeune femme arrêtée pour vol mercredi soir a été retrouvée jeudi matin sans vie dans sa cellule, où elle attendait d'être entendue par un procureur de permanence. Le 3 janvier, un homme avait aussi été découvert inanimé dans les violons du Vieil hôtel de police, situé au boulevard Carl-Vogt. Ces deux décès en deux mois préoccupent vivement la commission des visiteurs officiels.

La mort des personnes arrêtées lors de simples gardes vues interroge aussi des citoyens. Samedi en fin d'après-midi, une centaine de manifestants se sont réunis pendant une heure en face du poste de police à l'appel de Action antifasciste Genève et du collectif Le Silure. Avec un slogan: "Plus aucun mort en détention! Justice et vérité!".

Source: ATS

Continuer la lecture

Genève

Le DIP sonde les parents et les élèves sur l'école

Publié

le

A Genève, le Département de l'instruction publique lance un grand sondage à l'attention des parents et des élèves de l'école genevoise (illustration). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

A Genève, le DIP sonde les parents et les élèves de l'école genevoise. Objectif: prendre le pouls des usagers. Les résultats de l'enquête intitulée "Comment va l'école?" seront communiqués avant l'été et alimenteront les réflexions sur l'avenir de l'école dans le canton.

Cette démarche est unique en son genre, a indiqué lundi le Département de l'instruction publique (DIP), revenant sur une information de 20 Minutes. La conseillère d'Etat Anne Hiltpold veut ainsi donner la parole "aux premiers concernés par notre système éducatif, à savoir les élèves ou leurs parents, pour connaître leurs attentes".

Les questions recouvrent un champ très vaste: importance accordée à certaines matières, horaire scolaire, port d'un uniforme à l'école, possibilités de repas dans les cycles d'orientation, devoir à domicile, climat scolaire. A côté des parents et des élèves, les collaborateurs du DIP seront eux sondés sur le climat de travail et les enjeux liés à la gestion des ressources humaines.

Les parents recevront un questionnaire par enfant sous forme d'email. Les élèves de 3P à 8P seront invités à répondre à l'enquête en classe sur du papier, tandis que ceux du cycle d'orientation et du secondaire II pourront le faire sur ordinateur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

300 Genevois vont s'initier au ski pour 1 franc, tout compris

Publié

le

Photo illustration (KEYSTONE/Maxime Schmid)

Comme chaque hiver, c'est le retour de l'opération au ski pour 1 franc de l'Ecole Suisse de Ski de Genève. Grande nouveauté cette année: ce ne sont plus 200 mais 300 enfants, de 6 à 15 ans, qui vont pouvoir s'initier au ski pour un franc seulement, tout compris. 

A peine les vacances de février terminées, qu'on se prépare déjà à rechausser les lattes avec le retour de l'opération "au ski pour 1 franc" de l'Ecole Suisse de ski de Genève. Depuis 2016, l'ESS propose aux enfants genevois, de 6 à 15 ans, de s'initier au ski pour un franc seulement, tout compris. L'idée est née sur un parking de station.

Julien PalaDirecteur de l'ESS Genève

Et pour un franc symbolique, tout est compris...

Julien PalaDirecteur de l'ESS Genève

L'opération est née aussi d'un constat qui se confirme depuis quelques année: Les Genevois skient peu.

Julien PalaDirecteur de l'ESS Genève

Et cette année, le concept s'étend encore plus: jusqu'à présent, l'opération permettait à 200 enfants de découvrir les joies du ski pendant une journée unique, cet hiver ce sont 300 skieurs en herbe qui vont pouvoir en bénéficier sur 3 week-ends aux Diablerets.

Julien PalaDirecteur de l'ESS Genève

Une opération de l'ESS qui fédère plusieurs partenaires fidèles, dont le Rotary Genève, l'association Jeanne d'Arc, Locaski, Lecar.ch, les stations des Diablerets et de Villars et Cologny.

Les inscriptions débutent ce lundi sur le site de l'ESS Genève.

Continuer la lecture

Culture

Le 14e Festival Antigel à Genève a attiré 46'000 personnes

Publié

le

Un des spectacles de cette édition 2024 d'Antigel: "Horizon Vert", dans une serre du Centre de formation professionnelle nature et environnement (CFPne) de Lullier à Jussy (GE). (© Keystone/SALVATORE DI NOLFI)

Quelque 46'000 personnes ont afflué pour la 14e édition d'Antigel qui a démarré le 1er février dernier et s'achève ce dimanche. Le 80% des 120 représentations - pour quelque 70 spectacles - proposées par le festival pluridisciplinaire genevois ont affiché complet.

"Des chiffres époustouflants compte tenu du fait qu'il n'y avait pas le Grand Central cette année", se sont réjouis les organisateurs dans un communiqué diffusé dimanche après-midi. Antigel avait en effet renoncé à monter son Grand Central pouvant accueillir 3000 personnes par soirée.

La 13e édition avait attiré plus de 55'000 personnes et celle de 2022, 27'000 personnes. Mais jusqu'ici, jamais autant de spectacles n'avaient affiché "sold out" (guichets fermés), souligne-t-on.

Cette édition 2024 a vu défiler plus de 500 artistes toutes catégories confondues, dont 313 artistes suisses, sur une cinquantaine de lieux à travers la ville de Genève et le canton, détaillent les responsables de la manifestation culturelle. Celle-ci s'est déployée dans 21 communes genevoises ainsi qu'à Nyon (VD) et en France voisine.

"Une édition rêvée"

Durant quatre semaines, "nous avons vécu une édition rêvée, partagé un plaisir immense et osé comme jamais", résument finalement les organisateurs. Mêlant musique, arts vivants, performances, mais aussi sport et clubbing, le festival a su créer "de riches échanges entre la population, les artistes et le festival".

Au niveau musical, l'affiche 2024 proposait notamment José González, Air, Jay-Jay Johanson, Beach Fossils, Tim Bernardes, Billy Nomates, James Yorkston, Nina Persson, Kruder & Dorfmeister, French 79, Slowdive ou encore Charlie Cunningham et de Swans.

S'agissant des arts vivants, il a notamment été question cette année de fast fashion dans "RAGS", de Vanessa Riera, de polystyrène dans "Materia", d'Andrea Salustri, de kaléidoscope humain dans "Mirkids", de Jasmine Morand, et d'alpinisme dans "White Out", de Piergiorgio Milano.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture