Rejoignez-nous

Genève

L'ESA dévoile son troisième catalogue de données sur la Voie lactée

Publié

,

le

Représentation artistique de la sonde Gaia. (© Sonde: ESA/ATG medialab; Milchstrasse: ESA/Gaia/DPAC)

La mission Gaia de l'Agence spatiale européenne (ESA) a dévoilé lundi son troisième catalogue de données sur la Voie lactée. Cette nouvelle moisson comprend des détails plus précis sur près de deux milliards d'étoiles de notre galaxie.

Cartographier en trois dimensions la Voie Lactée avec une précision encore inégalée: c’est l’objectif de la mission Gaia lancée en 2013 par l’ESA, à laquelle participent une cinquantaine d’institutions et centres de recherche, dont l’Université de Genève (UNIGE).

Positionné à 1,5 million de kilomètres de la Terre, dans la direction opposée à celle du Soleil, le satellite Gaia collecte de précieuses données sur les étoiles grâce à son télescope à deux champs de vision et à sa caméra d’un milliard de pixels. Celles-ci sont traitées par près de 500 chercheurs, principalement basés en Europe.

"La mission Gaia est sans équivalent", explique Marc Audard, maître d’enseignement et de recherche au Département d’astronomie de l’UNIGE, cité lundi dans un communiqué de cette dernière: "Près de 2 milliards de sources ont été recensées – soit environ 1% du nombre total d’étoiles de notre galaxie - et chacune d’entre elles a été observée en moyenne 50 fois. C’est un vrai projet Big Data".

Le satellite Gaia recense et observe en continu des étoiles se situant parfois à plusieurs dizaines de milliers d’années-lumière, mais aussi des astéroïdes, des étoiles ayant des planètes extrasolaires et des galaxies lointaines. Son lancement a multiplié par 10'000 le nombre d’objets observés et par un facteur 100 la précision des données.

Croissance exponentielle

Après la publication de deux catalogues, en 2016 et 2018, la mission Gaia dévoile aujourd’hui une nouvelle moisson – Gaia Data Release 3 (DR3) – qui pousse encore plus loin les limites de nos connaissances.

"Chaque nouvelle publication de données Gaia permet une croissance exponentielle des sources et du type de données recensées", explique Laurent Eyer, maître d’enseignement et de recherche au Département d’astronomie de l’UNIGE et coordinateur de l’unité sur la variabilité du consortium.

"Ici, non seulement les positions, les distances et les mouvements des étoiles sont beaucoup plus détaillés, mais nous publions près de dix millions de sources dont l’intensité lumineuse est variable, classifiées et étudiées en détail. De plus, nous avons pu le faire pour près de 30 types de sources variables - telles des étoiles binaires à éclipses ou des étoiles pulsantes, par exemple - contre seulement 6 pour le 'DR2'", ajoute le spécialiste.

Sur son site d’Ecogia, à Versoix, l’UNIGE a notamment mesuré la variabilité de la lumière émise par les étoiles. Un élément particulièrement utile pour déterminer leurs caractéristiques – leur masse et leur rayon par exemple – mais aussi pour calculer les distances dans l’Univers.

Pour traiter cette masse colossale d’informations - 2 milliards de sources et près de 400 milliards de mesures photométriques - l’équipe de l’UNIGE a eu recours à l’intelligence artificielle, plus précisément au "machine learning" (apprentissage automatique).

A disposition des scientifiques et du public

Gaia a aussi permis d'en apprendre plus sur la composition chimique des étoiles, ce qui permet d'obtenir des informations sur leur lieu de naissance et leur voyage par la suite, donc sur l'histoire de la Voie lactée. Le catalogue publié lundi propose ainsi la plus grande carte chimique de la galaxie.

Ces données sont dès à présent à la disposition de la communauté scientifique mais également du grand public. En outre, le consortium annonce la publication de près de 50 articles scientifiques basés sur le "DR3" - la plupart signés comme premier auteur ou co-auteur par l’équipe de l’UNIGE - dont 17 proviennent de l’analyse de la variabilité.

Une édition spéciale de la revue Astronomy & Astrophysics y sera consacrée. La parution du catalogue précédent avait généré au total 6000 articles. Les papiers traitant spécifiquement des données Gaia figurent régulièrement parmi les plus cités dans le domaine de l’astronomie. Le satellite doit encore récolter des données jusqu'en 2025.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Un projet de loi pour garantir l'accès au lac passe à la trappe

Publié

le

A Genève, un projet de loi visant à garantir un cheminement le long des rives du lac a été enterré. La majorité du Grand Conseil a refusé jeudi soir l'entrée en matière sur ce texte. Le débat pourrait rebondir au niveau fédéral par le biais d'une initiative.

L'entrée en matière a été refusée par 54 voix contre 27 et 14 abstentions. Très remonté contre un texte qui s'en prend "à ceux qui créent de la valeur dans le canton", soit les riches propriétaires qui habitent au bord de lac, le député PLR Vincent Subilia, a rappelé que le canton disposait déjà de 29 accès publics au lac sur ses 32 kilomètres de rives.

Pour la majorité de droite, ce projet de loi ne favorisera pas la biodiversité, en raison du flux de personnes qui pourraient se promener le long des rives et déranger la faune. Autre argument: le nombre d'ambassades installées au bord du lac et qui sont protégées par le droit international. Enfin, les expropriations envisagées généreraient des dépenses "abyssales", selon le PLR.

Canicules

Le projet de loi vise à garantir un chemin de rive continu d'au moins deux mètres de large sur l'ensemble du territoire cantonal. "Il est indispensable pour mettre en oeuvre l'article constitutionnel qui prévoit ce principe", a relevé la socialiste Amanda Gavilanes. "Alors que les périodes de canicule se multiplient, la population a le droit de pouvoir se rafraîchir: ça ne doit pas être un luxe", a-t-elle ajouté.

Les partisans de ce projet de loi ont souvent cité l'exemple du cheminement créé en France voisine le long du lac entre Hermance et Evian. "Cela montre que c'est possible", a souligné le Vert David Martin. Il a aussi évoqué le canton de Neuchâtel qui, sous pression d'une initiative cantonale, a finalement adopté un plan directeur des rives.

"Trop rigide"

Pour le premier auteur du projet de loi, le député socialiste Cyril Mizrahi, ce texte se base sur le droit fédéral qui stipule que les rives sont publiques. L'association Rives publiques est d'ailleurs en train d'élaborer une initiative sur le plan fédéral qui devrait être lancée prochainement.

Pour l'heure, le débat parlementaire est clos à Genève. Le conseiller d'Etat en charge du territoire, Antonio Hogers, s'est opposé à ce projet de loi "trop rigide" tout en soulignant que le canton avait le plus mauvais taux d'accès au lac. Antonio Hodgers.

Antonio HodgersConseiller d'Etat chargé du territoire

ATS keystone - Judith Monfrini

Continuer la lecture

Genève

Une mesure d'insertion professionnelle saluée à Genève

Publié

le

Les certificats d'agent de sécurité et d'agent de régulation du trafic ont été remis à des bénéficiaires de l'Hospice général en présence du conseiller d'Etat Thierry Aporthéloz, de la commandante de la police Monica Bonfanti et du directeur de l'institution d'aide sociale Christophe Girod. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

A Genève, la cérémonie de remise de certificats d'agent de sécurité et de surveillance et d'agent de régulation du trafic à des bénéficiaires de l'Hospice général a eu lieu jeudi matin en présence des autorités. L'occasion de saluer le succès d'une mesure d'insertion professionnelle.

À Genève, une mesure de réinsertion qui fonctionne. Des bénéficiaires de l'Hospice général ont été diplômés ce jeudi. 18 hommes et une femme ont reçu leur certificat d'agent de sécurité et de surveillance. Le certificat d'agent de régulation du trafic a lui été remis à six hommes et une femme. Ces diplômes sont issus d'une mesure d'insertion professionnelle mise en place en 2014 par l'Hospice général.  Ecoutez Thierry Apothéloz, conseiller d'Etat en charge de la Cohésion sociale

Thierry ApothélozConseiller d'Etat en charge de la cohésion sociale

Valérie Céli-végas, conseillère en insertion professionnelle à l'Hospice général, se félicite du succès de cette mesure.

Valérie Céli-végasConseillère en insertion professionnelle à l'Hospice général

La formation d'agent de sécurité et de surveillance est dispensée par une école privée, l'Académie suisse de sécurité, responsable du volet théorique. Rémunéré, le volet pratique est désormais sous-traité dans des sociétés de sécurité partenaires, a expliqué le directeur de l'école Patrick Carruzzo: "C'est un tremplin vers l'emploi." Quant à la formation d'agent de régulation du trafic, elle est donnée gratuitement par la brigade routière de la police cantonale. "Le bilan de cette collaboration tripartite est très favorable", a déclaré Monica Bonfanti, commandante de la police genevoise, tout en louant une mesure qui permet une "reconstruction individuelle fondée sur la valeur cardinale du travail."

Une formation qui fonctionne

"Sur la cinquantaine d'agents de sécurité et de surveillance formés en trois ans, 35 sont sortis de l'aide sociale. Et sur les 31 personnes qui ont été formées comme agent de régulation du trafic depuis 2021, deux n'ont pas d'emploi mais poursuivent leur formation", a relevé le directeur général de l'Hospice général Christophe Girod, lors de la cérémonie. Une formation qui fonctionne et qui permet à certains bénéficiaires d'exercer le métier dont ils ont toujours rêvé. Ecoutez Geoffrey, lauréat de la volée 2017.

GeoffreyLauréat de la volée 2017

Pour d'autres bénéficiaires, cette formation leur permet de se relancer professionnellement, à l'image de Bertrand, lauréat de la volée de novembre 2022.

BertrandLauréat de la volée de novembre 2022

MH avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Genève

2022, l'année la plus chaude jamais enregistrée à Genève

Publié

le

Illustration (© KEYSTONE/DPA/MATTHIAS BALK)

En 2022, la température moyenne enregistrée à Genève était de 12,8 degrés. C'est l'année la plus chaude jamais observée depuis l'entrée en fonction de la station météorologique de MétéoSuisse à Cointrin, en 1962. Le précédent record datait des années 2018 et 2020 avec une température moyenne dépassant les 12 degrés.

Selon l'Office cantonal de la statistique, le mois d'octobre a été particulièrement chaud, avec une moyenne de 14,7 degrés, soit 3,4 degrés de plus que la normale 1991-2020 pour un mois d'octobre. Les mois de mai et de juillet ont aussi été marqués par des températures moyennes nettement supérieures à la normale. Et la température la plus élevée de l'année a été atteinte le 19 juillet, avec 38,1 degrés.

En matière d'ensoleillement, 2022 est également une année record à Genève, avec 2 343 heures de soleil, soit 456 heures de plus que la moyenne de la période 1991-2020.

Continuer la lecture

Genève

Une panne de courant jeudi matin au centre-ville

Publié

le

Le quartier de Rive au centre-ville de Genève a été impacté jeudi matin par une coupure d'électricité, suite à l'endommagement de deux lignes électriques (image d'illustration). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Une panne d'électricité a touché une partie du centre-ville de Genève jeudi entre 10h50 et 12h00 environ. Quelque 6000 clients du quartier de Rive ont été impactés, ont indiqué les Services industriels de Genève (SIG).

La panne est survenue vers 10h50, a indiqué Anne-Claude Steiner, porte-parole des SIG à Keystone-ATS, revenant sur une information de plusieurs médias. "Huit minutes plus tard, nous avons réussi à rétablir la première ligne et à réalimenter la moitié des clients concernés", a-t-elle expliqué.

A 11h44, 99% des clients disposaient à nouveau de courant. Seuls deux en ont encore été privés jusqu'à 12h55. Quant à la cause de la coupure, ce sont deux lignes de moyenne tension qui ont été heurtées dans le cadre d’un chantier, a précisé Mme Steiner.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Les élèves genevois ont-ils subi un retard scolaire à cause du Covid?

Publié

le

Source KEYSTONE Byline LAURENT GILLIERONécole

Les élèves suisses ont pris deux mois de retard à cause du Covid-19.

Une étude internationale, réalisée dans une quinzaine de pays à revenus moyens à élevés, dévoile que ce retard correspond à deux mois pour les élèves suisses. C’est moins que la moyenne (au tiers d'une année scolaire environ) et par rapport à d’autres pays selon les auteurs de cette méta-analyse dans la revue Nature Human Behaviour. 

Les lacunes sont beaucoup plus importantes en mathématiques qu'en lecture. Les enfants de bas statut socio-économique ont le plus souffert. Cette recherche a compilé 42 études réalisées entre mars 2020 et août 2022 et provenant de quinze pays, dont deux de Suisse.

A Genève, à l’ARA, l’Association des Répétitoires Ajeta, on a aussi constaté une hausse de la demande.   

Mais ce n’est pas forcément la pandémie qui est en cause. 

Jérôme Gavin, directeur de l’ARA:

Jérôme GavinDirecteur de l’ARA

Pour autant cette étude est intéressante car elle permet selon Jérôme Gavin d’alerter sur cette problématique: 

Jérôme GavinDirecteur de l’ARA

Et d'anticiper des solutions si ce type de situation devait se reproduire:

Jérôme GavinDirecteur de l’ARA

Sachez enfin que 4 450 élèves ont fait appel à l’ARA au 31 janvier. Un record en 65 ans, et une hausse de 7 % par rapport à 2022. Et 1 944 répétiteurs sont présents pour les aider.

Continuer la lecture