Rejoignez-nous

Genève

Le cartel intersyndical se mobilise contre le projet de budget de l'Etat de Genève

Publié

,

le

©RADIOLAC/MIGUELHERNANDEZ

Le Cartel Intersyndical passe à l'offensive face au projet de budget du gouvernement genevois. Il dénonce un plan de budget qui relève de la supercherie et qui coûtera bien plus que 1% de salaire aux fonctionnaires. Le syndicat appelle à une mobilisation massive du personnel de la fonction publique pour engager des mesures de luttes. 

Le Cartel intersyndical s'attaque au projet de budget de l'Etat de Genève. Il a annoncé ce jeudi devant la presse avoir décortiqué les effets que produiraient le plan d'économie du gouvernement. Il demande au Conseil d'Etat de retirer son projet de baisse de salaire prévu dans le budget 2021. Le syndicat dénonce un plan de budget qui relève de la supercherie et qui coûtera bien plus que 1% de salaire aux fonctionnaires. Les économies que pourrait faire l'Etat sont estimées entre 880 millions et 1 milliard de francs. Les précisions de Françoise Weber, membre du bureau du cartel Intersyndical.

Françoise Weber Membre du bureau du Cartel Intersyndical

Pour rappel, les autorités genevoises prévoient de baisser les salaires de 1% pendant 4 ans, de suspendre les annuités 2021 et 2023, de ne pas indexer les salaires pendant 4 ans et d’augmenter la part employé des cotisations CPEG dès 2022.

Fonction publique amputée

Les organisations membre du Cartel dénoncent le manque de reconnaissance envers le personnel mobilisé face à la Covid-19. Nombre de métiers déjà à flux tendus se sont retrouvés en première ligne lors de la crise sanitaire. Alors qu'ils s'attendaient à une revalorisation de leur salaire pour récompenser leurs efforts, le plan de budget de l'Etat prévoit à l'inverse de réduire leur salaire. Certains fonctionnaires, comme les infirmières par exemple, pourraient se voir amputer de plus de deux mois et demi de salaire sur quatre ans. Un procédé inacceptable pour Françoise Weber.

Françoise Weber Membre du bureau du Cartel Intersyndical

Le Cartel intersyndical à mis en ligne sur le site internet www.budget-ge.com une calculette informatique pour permettre au personnel de la fonction publique de calculer individuellement et annuellement le montant des pertes que va occasionner le cumul des ponctions salariales proposées par le Conseil d'Etat.

Lire aussi: Le personnel de la santé et de l’entretien demande une valorisation des salaires

L'Etat avance masqué

Pour le Cartel il semble clair que l'objectif du Conseil d'Etat va bien au-delà de ce 1% d'économie. Selon le Cartel, les économies prévues servent avant tout à payer les baisses d’impôts RFFA, les futurs cadeaux fiscaux aux plus riches et la capitalisation de la CPEG. Il déplore que les autorités avancent masquées et qu'elles ne discutent pas avec les organisations du personnel. Le détail avec Françoise Weber

Françoise Weber Membre du bureau du Cartel Intersyndical

Le syndicat dénonce une mesure absurde qui va avoir des conséquences fatales sur l'économie locale. Selon lui, en temps de crise il faudrait plutôt investir à la place de couper les salaires. Il souligne que c'est près d'un millard en salaire qui ne sera pas dépensé et perdu pour l'économie de la région. Il craint un premier pas vers une spirale déflationniste.

Appel à la mobilisation

Le Cartel appelle à une mobilisation massive du personnel de la fonction publique pour engager des mesures de luttes contre ce programme d'austérité. Un premier rassemblement sera organisé le jeudi 15 octobre des 15h30 avec un débrayage l'après-midi et une manifestation. D'autres rassemblement et manifestations sont d'ores et déjà prévus. Diverses actions auront lieu le 29 octobre avec préannonce d'une journée de grève en cas de nécessité.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La justice n'arrêtera pas la campagne de Pierre Maudet

Publié

le

Pierre Maudet a annoncé vendredi qu'il poursuivrait sa campagne pour le Conseil d'Etat genevois même si le Tribunal fédéral venait à annuler son acquittement dans le cadre de l'affaire du voyage à Abu Dhabi. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Pierre Maudet a annoncé vendredi soir sur la chaîne de télévision genevoise Léman Bleu qu'il poursuivrait sa campagne au Conseil d'Etat genevois peu importent les décisions judiciaires. Le Tribunal fédéral doit faire savoir prochainement s'il annule son acquittement.

"Cette décision ne changera rien à mon projet politique" a annoncé Pierre Maudet lors de son premier entretien médiatique depuis sa déclaration de candidature mercredi dans la course au Conseil d'Etat genevois.

L'ancien conseiller d'Etat a répété à plusieurs reprises que c'était au peuple de choisir. Dans le cadre de l'affaire du voyage de M. Maudet à Abou Dhabi, le Ministère public a fait recours auprès du TF suite à l'acquittement de l'ancien élu, aujourd'hui âgé de 44 ans.

Interrogé sur une possible coopération avec les ministres sortants, le candidat "Libertés et Justice sociale" a joué la carte de l'apaisement. "Nous ne sommes pas une bande de copains. Comme dans le monde professionnel, on ne choisit pas ses collègues et il faut que l'intérêt commun soit une priorité", a-t-il dit. Il a aussi rappelé la collaboration cordiale qu'il avait entretenue avec le collège au début de la pandémie de Covid-19.

Mercredi, Pierre Maudet avait également annoncé qu'il lancerait une liste pour le Grand Conseil. Une première salve de candidats a été révélée vendredi après-midi. La liste contient pour l'heure quinze noms, douze hommes et trois femmes, avec des profils variés et s'inscrit dans un spectre politique large.

On retrouve notamment l'ancien élu socialiste Jean-Louis Fazio, l'ex-député PLR Charles Selleger ainsi que l'ancien patron de la chambre de commerce, le PLR Jacques Jeannerat.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le bâtiment central d'Uni Bastions sera en travaux jusqu'en 2027

Publié

le

La conseillère d'Etat Anne Emery-Torracinta et le conseiller d'Etat Serge Dal Busco ont donné le premier coup de pioche pour les travaux de rénovation du bâtiment central d'Uni Bastions, sous le regard du recteur de l'UNIGE Yves Flückiger. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Après la rénovation de l'aile Jura qui s'est achevée cet été, les travaux ont commencé dans le bâtiment central d'Uni Bastions à Genève. Devisés à 60 millions de francs, ces travaux d'envergure sur cet édifice qui a été inauguré en 1871 s'achèveront en 2027.

Coup d'envoi des travaux à Uni Bastion. Le premier coup de pioche symbolique a eu lieu ce vendredi en présence des autorités genevoises. La cérémonie marque le début des travaux de gros œuvre du bâtiment central des Bastions qui commenceront lundi. Un chantier de rénovation qui consistera avant tout à mettre le lieu aux normes énergétique, technique et de sécurité incendie. Construits entre 1868 et 1871, les bâtiments d'Uni Bastions n'ont pas subi de rénovations importantes depuis une cinquantaine d'années. Ils se trouvent actuellement dans un état de dégradation avancée avec notamment des infiltrations d'eau, des problèmes d'inconfort thermique et des installations sanitaires vétustes. Jean-Marc Triscone, vice-recteur de l'Université de Genève ne cachait pas son soulagement de voir le bâtiment enfin rénové.

Jean-Marc TrisconeVice-recteur de l'Université de Genève

Le coût du chantier est estimé à 60 millions de francs. La fin des travaux est prévue pour 2027.

À lire aussi: Lifting des Bastions: les étudiants seront délocalisés

Nouvelle bibliothèque

La rénovation permettra de créer un seul et nouvel espace pour la Bibliothèque de l'Université. Cette bibliothèque se déploiera sur trois étages pour une surface de 5000 m2. Une partie de cette bibliothèque a déjà été inaugurée cet été à la fin des travaux de l'aile Jura.

"Ce chantier crucial et technique permettra de faire entrer ce bâtiment emblématique de l'Université de Genève dans le XXIe siècle", a souligné le recteur Yves Flückiger. Pour rappel, Uni Bastions abrite aujourd'hui la Faculté des lettres et celle de théologie, ainsi que l'Institut d'histoire de la Réformation, la Maison des langues et la Maison de l'histoire.

Miguel Hernandez avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Genève

Plus de 1000 signatures contre le trafic autour de l'école de Sécheron

Publié

le

@judith Monfrini

L’école de Sécheron à Genève est entourée de rues encombrées par le trafic de transit. Une pétition  d’habitants et de parents réclame une piétonisation et une réduction de la vitesse.

Une pétition de 1'071 signatures réclame la piétonisation et la mise en zone 20 de cinq rues autour de l’école de Sécheron. Elle a été déposée ce matin (VE) au Conseil municipal et au Grand Conseil. Les parents et les habitants du quartier ne veulent plus être les otages du trafic de transit. Ecoutez Tamara, mère de deux enfants et membre de l’association de parents des élèves de l'école de Sécheron.

Tamaramembre de l'association de parents d'élèves de l'école de Sécheron

Le quartier compte un cycle, deux écoles et trois crèches. Les quelque 1000 pétitionnaires réclament une piétonisation d’une partie de l’avenue Blanc. La pétition est soutenue par l'ATE et Actif-trafic.

Feu de signalisation trop lent

Autre problème, l’avenue de France qui enregistre un fort trafic et un feu de signalisation largement favorable aux voitures. Tamara.

Tamaramembre de l'APE Sécheron

Récolter des signatures n'a pas été difficile selon les pétitionaires. Les parents ont la peur au ventre pour leurs enfants, un quartier dans lequel évoluent près de 1000 élèves chaque jour, entre le cycle et les écoles primaires.

Tamaramembre de l'APE Sécheron

Au bout de l'avenue Blanc, un feu de signalisation qui incite les automobilistes à accélérer juste devant le feu, déplorent les parents d'élèves.

Circulation réorganisée

La pétition demande une réorganisation de la circulation, notamment l'instauration de zones de rencontre et de zone piétonne. Les précisions de Thibault Schneeberger, co-secrétaire d'Actif-trafic.

Thibault SchneebergerCo-secrétaire d'Actif Trafic

La pétition a été déposée au Conseil municipal de la Ville de Genève et au Grand Conseil.

Continuer la lecture

Genève

Troisième édition d'un café avec un agent de police municipale

Publié

le

Pour la troisième année, la Ville de Genève a proposé ce vendredi à la population de prendre un café avec ses agents de police municipale. Une écoute bienvenue dans certains quartiers, comme aux Grottes.

La troisième édition "d'un café avec un policier" organisée par la ville de Genève a eu lieu ce vendredi entre 9 et 11 heures. Les agents de police municipale étaient à disposition de la population pour recueillir les doléances dans huit cafés à proximité des postes de la Ville. Les explications de la Maire de Genève, Marie Barbey-Chappuis.

Marie Barbey-ChappuisMaire de Genève - chargée de la sécurité

Aux Grottes, les personnes se sont succédé à la crêperie du Nant en face de la place, pour parler des problèmes du quartier. Une écoute bienvenue pour ces habitants.

Un bilan sera établi par la Ville de Genève avec pour objectif de répondre aux préoccupations de la population dans chaque quartier, afin d’améliorer la situation.

Du côté des policiers, c'était la satisfaction également.

 

 

Continuer la lecture

Genève

Des labyrinthes de la Fondation Bodmer à voir aux Bains des Pâquis

Publié

le

Les Bains des Pâquis accueillent une exposition de photographies tirées des oeuvres de la collection de la Fondation Bodmer qui évoquent les labyrinthes (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Une nouvelle exposition photographique est à découvrir dès le 7 octobre et jusqu'à mi-décembre aux Bains des Pâquis. Les 17 images affichées sur le mur de ce lieu de rencontre et de détente montrent des labyrinthes issus des ouvrages de la collection de la Fondation Bodmer.

Dante, Friedrich Dürrenmatt ou André Alciat, tous ont utilisé la symbolique du labyrinthe dans leurs oeuvres. Les labyrinthes antiques aux figures mythologiques, comme le Minotaure trouvent aussi leur place dans cette exposition automnale.

La Fondation Bodmer avait déjà présenté une exposition sur ce thème au printemps dernier au salon artgenève. Plus de 3000 visiteurs s'étaient déplacés. La Fondation Bodmer collabore régulièrement avec les Bains des Pâquis afin d'ouvrir l'accès aux trésors de sa collection au public le plus large possible.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture