Rejoignez-nous

Genève

Bilan sécuritaire 2022 en demi teinte pour la police genevoise

Publié

,

le

La commandante de la police genevoise Monica Bonfanti a présenté les statistiques de la criminalité en 2022 au côté du conseiller d'Etat Mauro Poggia. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

À Genève, la criminalité a augmenté de 15% par rapport à 2021. Les violences ont grimpé de 8% avec notamment une recrudescence des tentatives d'homicide commises par des mineurs. La cybercriminalité, elle, est en baisse de 17%.

En 2022, Genève a vu la criminalité augmenter de 15% dans le canton par rapport à 2021. Des chiffres qui correspondent aux statistiques nationales qui voient les infractions au code pénal grimper de 10%. Parmi les points noirs, les violences ont augmenté de 8% avec notamment par une recrudescence des tentatives d'homicide commises par des mineurs. Une hausse des violences qui préoccupe Mauro Poggia, conseiller d'Etat en charge de la sécurité.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat en charge de la sécurité

Du côté des infractions contre l'intégrité sexuelle, elles ont connu une croissance de 19%. Des chiffres en hausse, mais qui restent inférieures à ceux de 2019, après deux années dites d'accalmie en raison du Covid-19. Ecoutez la Colonelle Monica Bonfanti, commandante de la police cantonale genevoise.

Colonelle Monica BonfantiCommandante de la police cantonale genevoise

L'an dernier, la police genevoise a répondu à 194'000 appels pour 87'000 interventions. Une grande partie des signalements concernaient des vols ou des disparitions. Les plaintes pour du bruit ont été moins nombreuses.

Cybercriminalité en baisse

Au rayon des bonnes nouvelles inattendues, la cybercriminalité est en baisse dans le canton. Elle a reculé de 17% à Genève. Les explications de Frédéric Vifian, chef de la brigade des Cyber Enquêtes de la police judiciaire.

Frédéric VifianChef de la brigade des Cyber Enquêtes de la police judiciaire

Le préjudice des affaires cybercriminelles est passé de 12 millions de francs en 2021 à 34 millions de francs en 2022.

1 commentaire

1 commentaire

  1. Boby

    28 mars 2023 à 15 h 02 min

    On va parler sans détour, y'en a marre de l'hypocrisie ! Genève est situé à côté d'un pays qui donne plus de droit aux délinquants qu'aux victimes, un pays qui ne punit plus la délinquance, voir collabore avec, un pays qui méprise ceux qui travaille et glorifie celui qui ne fait rien à part ennuyer les autres. Y'a un moment il faut comprendre que sans éducation, instruction ou punition SEVERE et EXEMPLAIRE, ce genre de chose ne fera qu'empiré ! Un délit et un délit peu importe sa gravité c'est un Délit POINT !

    Donc les autorités si vous ne souhaitez pas que Genève deviennent pas comme, l'usine d'incinération à ciel ouvert de la décharge à ordures qu'est devenu Paris, peuple de chômeur assistés et de gens refusant toutes intégration depuis 20 ans, commencez donc à dresser les genevois à respecter les règles !

    Bref à vouloir tellement copier le modèle français qui est tout sauf un exemple à suivre (je suis français, je l'ai vécu 30 ans ce modèle, j'en ai eu marre de voir que moi victime était plus punit que le délinquant qui m'aggresse, alors ciao pays de merde), ben vous vous rendez compte aussi que le modèle social ne fonctionne pas ! Quelqu'un qui ne bosse et s'ennuie va forcément emmerder les autres. Et l'augmentation des homocides par des moins de 18 ans doit être punit de la même façon que ce qu'ils ont voulut faire à leur victime quand on ne respecte pas la vie, pas de raison qu'on respecte la leur !!! CE genre de déchets n'a pas sa place dans notre société ! Et c'est nous les petites gens qui payont les décisions d'une politique sociale stupide et inutile. #idiocracry

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

La place de la Synagogue dévoile son nouveau visage sans voiture

Publié

le

Une place entièrement piétonne, des nouveaux arbres avec un revêtement clair et perméable à la place du bitume. Voilà à quoi ressemble désormais la place de la Synagogue, à Genève.

Après 12 mois de travaux, le nouvel aménagement a été présenté ce mardi par les autorités de la Ville de Genève. Les précisions de Frédérique Perler conseillère administrative en charge du Département de l'aménagement, des constructions et de la mobilité.

 

Un projet qui revient de loin, il a notamment fait l'objet d’un recours au tribunal fédéral. 

Un nouvel éclairage sera également mis en place cet automne. La synagogue et la fontaine seront illuminées et un nouvel éclairage adapté à la vocation piétonne va être installé.

Sans trafic motorisé ni places de stationnement, les abords de la synagogue, utilisée par la Communauté israélite de Genève, sont plus sûrs, explique Elias FRIJA, secrétaire général de la Communauté Israélite de Genève.

Cet aménagement a coûté 2,4 millions de francs.

Continuer la lecture

Genève

LEM anticipe une amorce d'embellie sur la demande dès l'hiver

Publié

le

Le producteur de composants électroniques LEM, basé à Meyrin (GE), a souffert sur la fin de son exercice décalé 2023/24, clos fin mars, de l'appréciation du franc et d'un phénomène de déstockage persistant (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le producteur de composants électroniques LEM, basé à Meyrin (GE), a souffert sur la fin de son exercice décalé 2023/24, clos fin mars, de l'appréciation du franc et d'un phénomène de déstockage persistant. La direction anticipe une amorce d'embellie à compter du second semestre de l'exercice en cours.

Une décroissance de près de 15% au dernier semestre partiel a annihilé la croissance observée aux neuf premiers mois de l'année. Le chiffre d'affaires s'est au final érodé de 0,1% à 405,8 millions de francs. Hors effets de change, la société genevoise calcule dans son compte rendu diffusé mardi une croissance de 7,2%.

La rentabilité a souffert d'une inflation des coûts d'approvisionnement et de stockage, de la comptabilisation des indemnités de licenciement pour une quarantaine d'employés et de frais pour la mise en service du nouveau site de production de Penang, en Malaisie.

La marge opérationnelle (Ebit) a été élaguée de près de trois points de pourcentage à 20,0%. Le résultat afférent a chuté de 12,1% à 81,1 millions, quand le bénéfice net a fondu de 13,3% à 65,3 millions.

La performance s'inscrit dans le bas des objectifs déjà modérés par la direction en février dernier et en dessous des pronostics les plus pessimistes formulés par les analystes consultés par AWP. Les actionnaires se verront proposer un dividende réduit de 2 francs à 50 francs.

Par ailleurs, l'organe de surveillance de LEM proposera lors de la prochaine assemblée générale ordinaire l'élection de Libo Zhan en son sein. Administratrice du groupe VAT, cette résidente allemande a auparavant exercé en qualité de trésorière pour le sous-traitant automobile outre-Rhin Bogward, ainsi que pour le conglomérat international FFG Europe and Americas, précise LEM dans son rapport d'activité 2023/24.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

5 Ironmans et une conférence pour lutter contre Alzheimer

Publié

le

5 ironmans pour sensibiliser l’opinion publique à la maladie d’Alzheimer. C’est le défi que s’est lancé Hassan Fadli après que la maladie ait été diagnostiquée chez son père.  Il viendra en parler ce mercredi à Genève lors d’une conférence. 

L'objectif avec cet exploit est de sensibiliser l'opinion publique sur les maladies neuro-évolutives mais aussi de promouvoir la prévention précoce grâce aux meilleures pratiques en matière de santé et de bien-être.

Hassan s'est aussi donné pour mission de témoigner, dialoguer, de déstigmatiser et de lever les tabous autour de cette maladie avec l’aide et la collaboration de médecins, chercheurs, patients et aidants.

Il a déjà effectué deux de ces triathlons longue distance en Suisse et au Portugal. Les trois autres auront lieu en France, en Suède et en Espagne.

Il s’est lancé cet objectif après que la maladie d'Alzheimer ait été diagnostiquée chez son père.

 

 

A la fin de ce défi, un documentaire sur les différentes approches pour soigner la maladie et aider les patients dans ces 5 pays, verra le jour.

La conférence est organisée par Alzheimer Genève. Vous pouvez vous inscrire jusqu'à mardi midi à l’adresse association@alz-ge.ch

Et pour plus d'informations sur le défi d'Hassan rendez-vous ici. 

Continuer la lecture

Genève

L’Hospice général installe des distributeurs de serviettes hygiéniques

Publié

le

L’Hospice général installe des distributeurs de serviettes hygiéniques. Photo: Hospice Général

L’Hospice général a installé des distributeurs de serviettes hygiéniques pour ses bénéficiaires. Une initiative qui est dévoilée à l’occasion de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle.

Le 28 mai, c’est la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle.

Pour aider les personnes défavorisées, l’Hospice général a installé des distributeurs de serviettes hygiéniques dans tous ses lieux d’hébergement, locaux administratifs et centres d’action sociale. 72 au total pour un lot initial de 63 000 protections. Ces serviettes hygiéniques sont en coton biologique et sont à la disposition des populations locales et migrantes. Une initiative qui va améliorer la vie des femmes pour Anaïs Antreasyan, responsable de l'unité action pour l'information, la prévention et l'intégration à Hospice général:

Car avoir des produits menstruels de bonne qualité représente un coût important. Une femme dépense en moyenne 4 000 francs sur l’ensemble de sa vie pour acheter des protections. Ces serviettes coûtent 160 000 francs par an à l’Hospice général.

Parallèlement, une collaboration avec l’association For Womxn, Period a permis d’organiser une campagne d’information sur les produits réutilisables comme les serviettes lavables ou les cups via des stands dans plusieurs lieux d’hébergement. Une douzaine de collaboratrices ont aussi été formées afin de sensibiliser les femmes sur la nécessité d’avoir une bonne hygiène menstruelle pour favoriser à la fois le confort et la préservation de l’environnement. 

Il faut donc briser certains tabous pour Anaïs Antreasyan:

Forough est une jeune Afghane de 24 ans, elle a aussi participé à ces stands d’informations. La jeune femme qui rêve de devenir architecte d’intérieur est arrivée en Suisse en 2022 et elle à Genève depuis six mois. Elle salue l’installations de ces distributeurs de serviettes hygiéniques:

Lorsque Forough a participé aux stands d'informations, elle a pu donc aider d’autres femmes et trouver les mots justes:

 

Continuer la lecture

Genève

Baume-Schneider: "l'OMS n'érodera pas la souveraineté des Etats"

Publié

le

La conseillère fédérale Elisabeth Baume-Schneider estime qu'il ne faut pas "des décennies" avant de conclure un accord contre les pandémies mais qu'il ne faut pas non plus se précipiter pour un arrangement. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La désinformation autour de l'OMS impose aux politiques d'expliquer son rôle, dit Elisabeth Baume-Schneider. A deux semaines de la votation sur l'initiative pour l'intégrité physique, elle exclut toute possibilité pour l'OMS "d'éroder la souveraineté" des Etats.

"Nous devons prendre nos responsabilités pour expliquer le rôle des institutions" de gouvernance de la santé, a affirmé lundi à Keystone-ATS la conseillère fédérale, en marge de l'Assemblée mondiale de la santé à Genève. Depuis le début des négociations pour un accord contre les pandémies il y a deux ans, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'a cessé de battre en brèche les allégations qui l'accusent de vouloir se substituer aux Etats.

Une contre-offensive répétée lundi encore devant les membres par le directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus qui s'en est à nouveau pris à cette "désinformation". Une campagne de dénigrement aussi observée en Suisse sur les réseaux sociaux.

"Certaines affirmations sont erronées et la pandémie n'a pas contribué à apaiser certaines parties de la population", explique la cheffe du Département fédéral de l'intérieur (DFI). Il faut rassurer ces personnes et même certains parlementaires, ajoute-t-elle.

Les initiants du texte "Pour la liberté et l'intégrité physique" souhaitent que chaque individu puisse décider librement ce qui est injecté dans son corps, même en cas d'urgence sanitaire. "La Constitution est claire" et elle est "sans équivoque pour la protection de l'intégrité physique et psychique" des Suissesses et des Suisses, insiste la conseillère fédérale.

"Précipitation" à éviter

Pour le moment, les 194 membres de l'OMS n'ont pas trouvé de consensus dans les deux ans prévus pour un accord contre les pandémies. Des divergences entre pays du Nord et du Sud subsistent sur des questions de propriété intellectuelle, d'accès équitable aux vaccins ou de partage des indications sur les pathogènes.

La Suisse est notamment épinglée par les ONG et certains pays pour sa protection de ses entreprises pharmaceutiques. "Il faut laisser les personnes qui négocient faire leur travail", se contente de dire, prudente, la conseillère fédérale, qui admet que, "dans une négociation, chacun doit faire un pas", notamment pour établir la "confiance" indispensable à un consensus.

Comme d'autres, Mme Baume-Schneider estime que le délai de deux ans était "ambitieux". La Suisse veut un accord, "mais il ne faut pas se précipiter", dit-elle, appelant à réfléchir à une approche politique et technique adaptée au défi. Pour autant, "cela ne doit pas durer des décennies", dit la conseillère fédérale.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture