Rejoignez-nous

Genève

Aides financières Covid: la Cour des comptes salue la gestion de l'Etat

Publié

,

le

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

À Genève, la Cour des comptes met en avant la bonne gestion de la direction générale du développement économique concernant l’aide aux entreprises lors du Covid-19. En dépit du fonctionnement en silo de l'Etat, plus de 550 millions de francs ont pu être rapidement versés aux bénéficiaires. 

Un bilan positif. C'est en ces termes que la Cour des comptes a qualifié la gestion des aides financières Covid de la part de la direction générale du développement économique, de la recherche et de l'innovation (DG DERI). Il apparaît que l’organisation mise en place a permis d’assurer le versement rapide des aides financières aux bénéficiaires, pour un montant supérieur à 550 millions de francs, dans le respect des dispositions légales, tout en limitant les risques d’erreur et d’abus.

Concrètement, la DG DERI a reçu 8817 demandes d'aides financières émanant de 4137 entreprises (une entreprise ayant pu déposer plusieurs demandes). Ainsi, au 30 juin 2022, 3266 sociétés ont été soutenues suite à leur fermeture ou à la baisse de leur chiffre d’affaires durant la pandémie de Covid-19. Ce sont les secteurs de la gastronomie et de l’hébergement qui ont été le plus aidés, avec 142 et 141 millions de francs versés respectivement.

Pour rappel, les aides dites des “cas de rigueur” étaient destinées aux sociétés dont le chiffre d’affaires avait diminué d’au moins 40% par rapport à la moyenne annuelle des années 2018 et 2019, ou à celles qui ont dû fermer pendant 40 jours dès novembre 2020. En janvier 2021, Genève a étendu cette aide aux entreprises ayant subi une baisse de chiffre d’affaires de 25% (au lieu de 40%), à condition que leur chiffre d’affaires moyen 2018-2019 ait été inférieur à 5 millions de francs.

Pôle de compétence

Lors de cette crise sanitaire inédite, la Cour des comptes est sortie de son mode de fonctionnement traditionnel. Elle a proposé son soutien à l'administration cantonale. Elle a ainsi accompagné la DG DERI entre février 2021 et juin 2022. Explications avec Sophie Forster Carbonnier, magistrate de la Cour des comptes.

Sophie Forster CarbonnierMagistrate de la Cour des comptes

Ce service, habituellement doté de 25 collaborateurs, a dû relever ce défi très éloigné de sa mission d'origine. En plus de l'évolution constante et complexe du cadre légal relatif à ces aides, la DG DERI a aussi dû composer avec trois conseillers d'Etat différents.

Manque de ressources

Certaines compétences spécifiques ont manqué à la DG DERI, comme des compétences d'analyses financières et juridiques, a constaté la Cour. Mais ce ne sont pas les seules difficultés auxquelles ils ont dû faire face. Ecoutez Sophie Forster Carbonnier.

Sophie Forster CarbonnierMagistrate de la Cour des comptes

Ces ressources disponibles au sein d'autres départements de l'Etat n'ont pas été suffisamment mises à sa disposition, a précisé Mme Forster Carbonnier, déplorant un fonctionnement "en silo". Seul le Département des finances a épaulé la DG DERI en fournissant quelques collaborateurs. Le détail avec Sophie Forster Carbonnier.

Sophie Forster CarbonnierMagistrate de la Cour des comptes

À ce jour, la quasi-totalité des dossiers sont bouclés. Sur les 768 réclamations reçues de la part des entreprises, une cinquantaine sont en traitement, dont 43 ont fait l'objet de recours en justice.

MH avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une nouvelle votation sur le développement de Bernex

Publié

le

Le développement de Bernex se joue encore une fois dans les urnes. Le 9 juin, les citoyens de la commune devront dire s'ils acceptent le plan localisé de quartier de Vailly. En 2021, les Genevois avaient accepté le déclassement de la zone agricole à la Goutte de Saint-Mathieu (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le développement de Bernex se joue encore une fois dans les urnes. Le 9 juin, les citoyens de la commune devront dire s'ils acceptent le plan localisé de quartier (PLQ) de Vailly, un nouveau quartier de 550 logements prévu au terminus de la ligne de tram.

Approuvé en novembre par le Conseil municipal, le préavis en faveur de ce PLQ a été attaqué par un référendum lancé par l'Association communale bernésienne, sans le soutien de partis. Les référendaires s'opposent à la construction de treize bâtiments qui vont transformer le village en "une cité dortoir, sans âme et complètement défigurée", selon eux.

Les premiers logements sont prévus pour 2028. Le projet réserve 12% des 66'000 m2 de surface brute de plancher à des activités et des équipements publics, dont une crèche et un espace socio-culturel. Actuellement de l'autre côté de la route de Chancy, en zone agricole, le P+R sera intégré au grand parking souterrain de 650 places. Dénués de places pour les voitures, les espaces publics seront arborisés.

Moins hauts

Les référendaires craignent une détérioration de la qualité de vie. Alors que les autorités estiment que les gabarits de quatre à six étages au coeur du quartier et de maximum sept étages le long de la route s'intégreront à l'habitat villageois, les opposants veulent des bâtiments moins hauts avec des toits à deux pans, dans le respect du bâti existant. Ils estiment aussi que ce PLQ va augmenter le trafic routier.

Le PLQ de Vailly s'inscrit dans le grand projet de développement de Bernex qui prévoit plusieurs nouveaux quartiers et infrastructures de mobilité. Il s'agit du troisième projet en votation après l'acceptation du déclassement de la zone agricole à la Goutte de Saint-Mathieu en 2021 et du Plan directeur de la zone de développement industriel et artisanal des Rouettes en 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Un potentiel Djokovic-Murray en 8e de finale

Publié

le

Novak Djokovic pourrait retrouver Andy Murray pour son premier match à Genève. (© KEYSTONE/AP/Alessandra Tarantino)

Le tirage au sort du Geneva Open a réservé une jolie surprise à Novak Djokovic, invité de dernière minute au Parc des Eaux-Vives. Dispensé de premier tour, il pourrait affronter Andy Murray en 8es.

L'Ecossais de 37 ans, ancien no 1 mondial et actuel 77e au classement de l'ATP, devra écarter l'Allemand Yannick Hanfmann (ATP 59) lors de son premier match s'il veut fêter ses retrouvailles avec le Serbe. Les deux hommes ne se sont plus affrontés depuis 2017 et une finale à Doha remportée par Djokovic.

Tête de série no 3, l'Américain Taylor Fritz figure dans la même moitié de tableau que les deux vétérans. Le Norvégien Casper Ruud, double vainqueur du tournoi en 2021 et 2022 et tête de série no 2, est quant à lui dans la partie basse avec Ben Shelton (USA/4) et affrontera pour son premier match Rinky Hijikata (AUS) ou un qualifié.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Rez actifs: Quand la vision du quartier devient durable

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Genève, une ville en constante mutation, cherche à adapter ses quartiers aux défis contemporains du développement durable et de la cohésion sociale. C'est dans cet esprit que le projet Rez-Actifs, porté par l'association Après Genève, œuvre depuis une décennie pour rapprocher les mondes de l'urbanisme et de l'entrepreneuriat autour d'une vision commune: celle de quartiers. J'ai eu le plaisir de m'entretenir avec Ludovic Laffont, coordinateur de Rez Actifs, pour en savoir plus sur cette initiative innovante.

 

« Rez Actifs est un projet qui [...] a le besoin de rapprocher ces deux mondes qui ont besoin l'un de l'autre pour créer des quartiers [...] vivants pour les habitants », explique Ludovic Laffont. L'idée est simple mais ambitieuse: transformer les quartiers pour qu'ils deviennent des lieux où « on peut trouver tous les biens et services à proximité, d'avoir du lien social et dans le respect de notre planète, des limites planétaires ».

Ludovic Laffont détaille cette vision: « On essaie de promouvoir l'économie sociale et solidaire qui est plutôt une économie tournée vers les limites planétaires, vers le partage, vers la réparation, vers le lien social ». Le projet Rez Actifs s'attaque à un modèle économique qui privilégie souvent la maximisation des profits au détriment de la qualité de vie dans les quartiers. « C'est du bon sens mais évidemment aujourd'hui, on pourrait dire qu'il y a quand même une recherche de maximisation des profits », souligne-t-il.

L'exemple du rez-de-chaussée est emblématique de cette approche. Il s'agit de repenser ces espaces pour qu'ils accueillent des activités contribuant à la vie du quartier, comme les ressourceries ou les bibliothèques d'objets « qui permet d'éviter qu'on ait tous une perceuse dans notre placard [...] et d'aller la chercher quand on en a besoin », illustre Ludovic Laffont.

La transition vers ce modèle n'est pas sans difficulté. Le coordinateur de Rez Actifs admet que « c'est pas facile de résumer parce qu'il y a plein de raisons qui s'entremêlent », mais il souligne la dynamique positive de certaines communes et promoteurs privés, comme ce projet qui a dédié 5500 m² à des activités de vie de quartier, preuve que des solutions innovantes existent.

La volonté de Rez Actifs ne s'arrête pas aux frontières de Genève. « L'ambition [...] c'est de vraiment accompagner les promoteurs pour construire un quartier sur une seule planète, mais aussi de développer les entrepreneurs [...] et de déployer ces Rez Actifs en dehors du canton de Genève et au-delà de la Suisse si jamais », affirme Ludovic Laffont.

Ce projet, qui a déjà vingt ans d'existence, espère continuer à promouvoir l'économie sociale et solidaire et à attirer davantage de porteurs de projets. « On espère que cette association puisse attirer encore plus de porteurs et de porteuses de projets et d'adhérents et de membres à cette économie sociale et solidaire », conclut Ludovic Laffont avec espoir.

En favorisant la proximité, le partage et la durabilité, Genève pourrait bien devenir un exemple à suivre pour les villes du futur.

Avec IA

Continuer la lecture

Genève

Une demande de prélèvement d'ADN d'Alain Delon déposée auprès d'un tribunal genevois

Publié

le

L'acteur français Alain Delon au festival de Cannes en 2019 - EPA/GUILLAUME HORCAJUELO
La fille d'Ari Boulogne, lequel affirmait être le fils d'Alain Delon ce que ce dernier a toujours démenti, a saisi la justice genevoise pour demander un test ADN. Révélée par la Tribune de Genève, cette requête déposée vendredi auprès du Tribunal civil de première instance vise à déterminer si l'acteur est son grand-père biologique.

"Je confirme avoir déposé ce jour la requête de mesures super provisionnelles contre Alain Delon", a confirmé à Keystone-ATS Saskia Ditisheim, l'avocate de l'adolescente de 16 ans. Elle demande de nommer des experts pour procéder au prélèvement de l'ADN de l'acteur. "Tout le monde a le droit de connaître sa filiation et notre mandante ne fait pas exception à la règle", a-t-elle précisé.

Décédé en mai 2023 à l'âge de 60 ans, Ari Boulogne était le fils de la top model, chanteuse et actrice allemande Nico, icône de Velvet Underground. Enfant, Ari avait été élevé par la propre mère d'Alain Delon, Edith Boulogne, dont il porte le nom.

Ces dernières années, Ari Boulogne avait fait une demande de reconnaissance de paternité auprès de la justice française. Il avait été débouté en appel en septembre 2021 en raison du lieu de résidence d'Alain Delon, situé en Suisse.

Gravement malade, l'acteur âgé de 88 ans, qui a été placé sous "curatelle renforcée", se trouve actuellement dans sa propriété de Douchy (F). Depuis début janvier, les trois enfants de la star se mènent une guerre fratricide, par médias et justice interposés, jurant chacun vouloir protéger la légende du cinéma, à la santé déclinante depuis un AVC en 2019.

Ses fils, Anthony, 59 ans, et Alain-Fabien, 29 ans, estiment que leur père est manipulé par leur soeur, Anouchka, 33 ans, qui leur aurait caché son état de santé et souhaiterait le ramener en Suisse où elle vit. Dernier épisode en date: Anouchka Delon a intenté un procès à ses deux frères pour atteinte à la vie privée après la diffusion de l'enregistrement d'une conversation entre elle et son père.

Continuer la lecture

Culture

Terra Animalia de Tom Tirabosco: "un album qui pète la couleur"

Publié

le

Terra Animalia, voici le nom du nouvel ouvrage de Tom Tirabosco. L'auteur genevois renoue pour l’occasion avec la couleur.

Tom Tirabosco publie un nouvel ouvrage ce vendredi. Son nom: Terra Animalia.

Il l’a co-écrit avec Patrick Mallet. L’ouvrage a été présenté en avant-première à BDFIL, festival dont Tom Tirabosco était l'invité d'honneur cette année.

L’histoire nous emmène dans un monde où les humains ont quitté la Terre après avoir utilisé toutes ses ressources. Les animaux et les végétaux ont récupéré leur espace. Mais un jour, un vaisseau s'écrase sur la planète. On suit alors Nyelle, une lycaonne, sorte de chien sauvage d'Afrique, qui part à la rencontre de l'homme et de la femme qui ont survécu au crash.

Ce nouveau projet a enthousiasmé Tom Tirabosco:

Terra Animalia, aux éditions “La joie de lire” est à retrouver dans toutes les bonnes librairies.

Continuer la lecture