Rejoignez-nous

Actualité

Genève se veut plus accessible aux personnes handicapées

Publié

,

le

(Photo: KEYSTONE)

Les autorités genevoises ont présenté une série de mesures destinées à rendre la ville plus accessible aux personnes en situation de handicap. Une politique qui s’articule autour de 4 axes.

En ce 3 décembre, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées célébrée par l’ONU, la Ville de Genève a présenté son plan de mesures pour améliorer l’accessibilité aux personnes en situation de handicap. La politique s’articule autour de 4 axes : l’information et l’accueil, la sensibilisation, l’accessibilité et la participation. A Genève, on estime à 30'000 le nombre de personnes de plus de 15 ans en situation de handicap. C’est 12% de la population. Le travail s’est fait en collaboration avec des associations partenaires afin de répondre aux mieux aux besoins. La maire de Genève, Sandrine Salerno.

Sandrine SalernoMaire de Genève

Le projet présenté comprend dix mesures. Parmi elles, une plateforme d'information sur le site internet de la Ville et des bâtiments et infrastructures mieux adaptées. Ether Alder, conseillère administrative en charge de la cohésion sociale et de la solidarité.

Esther AlderConseillère administrative - cohésion sociale et solidarité

L'importance de l'accessibilité au sport et à la culture fait également partie du plan de mesures. Les musées et théâtres par exemple doivent être accessibles à tous. En plus des mesures concrètes, comme des rampes d'accès, des présentations en langue des signes ou pour les personnes malvoyantes, il s'agit surtout de former et sensibiliser le personnel municipal. Sami Kanaan, conseiller administratif en charge de la culture et du sport.

Sami KanaanConseiller administratif - culture et sport

Depuis 2017, le travail s’est fait en collaboration avec des associations partenaires afin de répondre aux mieux aux besoins. Face à l'urgence de la situation, les associations sont aujourd’hui reconnaissantes du travail accompli. Marjorie de Chastonay, présidente de la Fédération genevoise des Associations de personnes handicapées et de leurs proches (FéGAPH).

Marjorie de ChastonayPrésidente de la FéGAPH

Marjorie de Chastonay souligne le "message fort" envoyé par les autorités même si les besoins sont encore nombreux.

Marjorie de ChastonayPrésidente de la FéGAPH

Les mesures présentées seront réalisées d’ici à 2025.

Politique

Personnes âgées et petits revenus ont fait pencher la balance

Publié

le

Les voix des personnes à faible revenu ont dépassé celles des ménages plus fortunés (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 13e rente AVS a surtout été plébiscitée par les personnes de plus de 65 ans et celles ayant un petit revenu. Il n'y a en revanche pas eu de Röstigraben, ni de fossé entre les sexes ou entre villes et campagnes, selon un sondage publié lundi par Tamedia et 20Minuten.

Le clivage entre générations était déjà ressorti des études d'opinion réalisées avant le scrutin. Et il se confirme: les personnes qui dépendent le plus de l'AVS ont été les plus fervents soutiens à une 13e rente. Plus de deux tiers (69%) des personnes ayant un revenu inférieur à 4000 francs ont voté "oui". Les ménages les plus fortunés ont rejeté l'initiative.

Dans le même temps, plus la confiance dans le gouvernement est faible, plus l'acceptation du projet était élevée.

Le sondage a été réalisé par l'institut Leewas du 29 février au 3 mars auprès de 30’384 personnes de toute la Suisse. La marge d'erreur est de +/- 1,6 point de pourcentage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

Grève reconduite chez Micarna pour une quatrième journée

Publié

le

Les employés poursuivent leur mobilisation chez Micarna. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le personnel du producteur de viande Micarna à Ecublens (VD) a décidé de reconduire sa grève pour une quatrième journée. Les employés ont soumis à Migros, le propriétaire, diverses propositions pour résoudre le conflit.

Soutenus par Unia, les employés se sont réunis dès 04h00 lundi matin en assemblée générale, indique le syndicat. La réunion doit se poursuivre toute la matinée, dans le but d'"affiner les revendications sur les mesures d'accompagnement à la fermeture du site".

Unia attend une prise de position de Migros d'ici midi. "Le groupe Migros refuse toujours d'ouvrir des négociations sur l'accompagnement relatif à la fermeture", déplore Unia. Des propositions ont été adressées "afin de débloquer les négociations".

En attendant, la grève est reconduite pour une quatrième journée, alors que Micarna avait exigé des employés qu'ils reprennent le travail ce lundi à 05h00.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

C'est le printemps! La 1ère feuille du Marronnier officiel a éclos!

Publié

le

Le Marronnier officiel de la Treille a fait éclore, dimanche 3 mars, sa première feuille

C’est le printemps… du moins à en croire le Marronnier officiel de la Treille! Il a fait éclore, dimanche, sa première feuille, ce qui marque, comme de tradition, l’arrivée du printemps à Genève.

Le printemps est donc là. 18 jours avant la date calendaire! Le sautier de la République a officiellement annoncé, dimanche, l'éclosion de la la première feuille du marronnier officiel de la Treille. Une date, un peu plus précoce que la moyenne des observations de ces dernières années, où cette première feuille apparaît plutôt entre le 5 et le 24 mars. C'était le 9 mars en 2023. Cette éclosion précoce symbolise l’hiver doux et éphémère qu’a connu Genève, cette année. Cette tradition du Marronnier de la Treille remonte au 16 mars 1818. La date de dimanche a d’ailleurs été inscrite sur le parchemin qui recense toutes les dates d’éclosion de la première feuille. A noter, enfin, que la maison de quartier Chausse-Coq, organise, le samedi 23 mars,  sa "Fête de la Première feuille"

Continuer la lecture

Mobilité

Des problèmes de moteurs coûtent des millions à Swiss

Publié

le

Les problèmes de moteurs occuperont Suisse juqu'en 2026, selon son directeur opérationnel Oliver Buchhofer (image prétexte). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Trois avions de type A320 de Swiss sont actuellement cloués au sol en raison de problèmes de moteur. La compagnie aérienne devra renoncer à huit d'entre eux au total dans les mois à venir en raison de travaux de maintenance, affirme son directeur opérationnel.

Une amélioration de la situation ne se dessine pas dans l'immédiat, indique Oliver Buchhofer lundi dans les titres alémaniques du groupe Tamedia. "Nous partons du principe que le problème des réacteurs nous accompagnera jusqu'en 2026", précise-t-il.

L'an dernier, des problèmes avec les moteurs du constructeur Pratt & Whitney avaient entraîné des retards dans les vols de Swiss. A l'époque déjà, la compagnie avait dû renoncer en partie à huit avions.

Ces pannes coûtent à Swiss plusieurs centaines de millions à l'entreprise, explique M. Buchhofer. La compagnie aérienne mène des "discussions constructives" avec le fabricant de moteurs et a bon espoir de trouver une solution, dit-il.

Poursuite des vols en wet lease

Pour faire face au manque de capacités, Swiss continue de miser sur les contrats d'affrètement d'avions avec équipage (wet lease) lui permettant de transporter ses passagers via la compagnie lettone Air Baltic et Helvetic Airways.

Une pratique qui a suscité la colère chez les syndicats, accusant Swiss de dumping salarial. M. Buchhofer rejettent ces critiques. "Nous avons un contrat valable avec Air Baltic et respectons toutes les prescriptions européennes concernant le wet lease", assure-t-il.

Le directeur opérationnel de la compagnie affirme en outre ne pas viser le poste de Dieter Vranckx, patron de Swiss qui se retirera au milieu de l'année. "Nous avons actuellement de grands défis à relever au quotidien, déclare-t-il. C'est sur cela que je me concentre".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Veillée à Zurich après l'attaque contre un juif orthodoxe

Publié

le

Des centaines de personnes ont pris part dimanche à Zurich à une veillée contre l'antisémitisme avec des parapluies jaunes, suite à l'agression d'un membre de la communauté juive orthodoxe. (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Après l'agression d'un juif orthodoxe samedi à Zurich, des centaines de personnes, selon les premières estimations, se sont rassemblées dimanche soir pour une veillée. Beaucoup portaient des parapluies jaunes, symbole contre l'antisémitisme.

Les manifestants se sont déplacés depuis le lieu de l'agression, dans le Kreis 2 de Zurich, jusqu'à l'Helvetiaplatz. Une journaliste de Keystone-ATS sur place a constaté la présence de la police et d'agents de sécurité.

La veillée intervient suite à l'agression à l'arme blanche d'un juif orthodoxe par un adolescent suisse de 15 ans samedi soir en ville de Zurich. Le pronostic vital de la victime, un homme de 50 ans, est engagé. Le suspect de l'attaque a été arrêté sur les lieux mêmes.

Dimanche soir, le contexte et le déroulement des faits n'étaient toujours pas clairs. La centrale d'intervention a été informée à 21h35 d'une dispute entre plusieurs personnes.

La police cantonale, le Parquet des mineurs compétent enquêtent dans toutes les directions. Les investigations en cours incluent la possibilité d'un crime à motivation antisémite, a indiqué la police cantonale zurichoise.

Agression condamnée

La Fondation contre le racisme et l'antisémitisme (GRA) a condamné cet acte dans un communiqué dimanche. Pour elle, il ne s'agit pas d'un cas isolé, mais d'une conséquence "de l'escalade des incidents racistes et antisémites".

Dans un communiqué dimanche, le PLR de la ville de Zurich s'est dit "horrifié et profondément consterné par l'attaque au couteau perpétrée hier soir par un jeune sur un juif orthodoxe". Il a condamné "avec la plus grande fermeté cette terrible attaque contre nos concitoyens juifs."

Pour la Fédération suisse des communautés israélites FSCI, "d'après les témoignages recueillis auprès des médias, il ne fait guère de doute que l'attaque avait un motif antisémite", écrit l'organisation dimanche. La montée massive de l'antisémitisme des derniers mois a atteint selon elle "un nouveau niveau d'escalade effrayant".

Incidents en hausse

Les incidents antisémites se sont multipliés en Suisse depuis l'attaque du Hamas en Israël en octobre 2023 et la guerre au Proche-Orient, dernier épisode du long conflit israélo-palestinien. Le Centre romand de lutte contre l'antisémitisme et la diffamation (Cicad) a récemment affirmé que leur nombre avait augmenté de 68% en Suisse romande en 2023, dont près de la moitié se seraient produits après le 7 octobre.

Le Conseil fédéral a annoncé début février qu'il allait élaborer, en collaboration avec les cantons, une stratégie et un plan d'action contre le racisme et l'antisémitisme. Il s'agira également d'examiner la possibilité d'instituer un nouveau délégué à la lutte contre ces phénomènes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture