Rejoignez-nous

Economie

Top 4 des meilleures chaînes YouTube de cryptomonnaie

Publié

,

le

Crypto monnaie Youtube
Sponsorisé

Si vous avez cherché à vous renseigner sur les crypto-monnaies, il y a de fortes chances pour que vous vous soyez retrouvé sur YouTube pour trouver des renseignements. Et vous ne vous êtes pas trompés, il peut s’agir là d’une véritable mine d’or. Mais tout comme partout sur Internet, l’important est de bien savoir distinguer les chaînes qui vous apportent du vrai contenu de qualité avec de la valeur ajoutée parmi le reste. Il est difficile de résister à la tentation de ne regarder que des chaînes consacrées aux pumps et dumps du Bitcoin. Ces dernières n’apportent cependant aucune éducation sur le long terme et n’apportent pas d’informations utiles.

Alors une fois doté de vos bitcoins que vous aurez achetés sur une plateforme comme Bitcoin Profit, que nous vous recommandons pour sa grande fiabilité et transparence, n’hésitez pas à prendre du recul et à suivre l’actualité des crypto-monnaies.

Pour cela, nous allons retracer dans cet article quelques chaînes youtube francophones mais aussi anglophones qui pourraient vous être extrêmement utiles pour comprendre le vaste monde des crypto-monnaies. Notez que ce top quatre n’a pas d’ordre particulier et ne reflète que les opinions de son auteur.

1. Hasheur : 390 000 abonnés

Comment ne pas évoquer la première chaîne française en nombre d’abonnés qui parle de crypto-monnaie ? Oubliez les flèches rouges, les titres anxiogènes sur une montée ou une baisse à venir des prix du marché, les prédictions de prix à tout va, Hasheur n’a pas volé sa place. Il se distingue de la grande majorité des chaînes par la qualité de ses vidéos, leur préparation visible et leur bonne écriture. Ancien étudiant d’école de commerce, il a tout laissé tomber pour bâtir sa société de crypto-monnaies, comportant plus d’une trentaine d’employés. Il vous permet de prendre un peu de recul sur le marché et le chemin qui se dessine pour certains projets de crypto-monnaies. Certaines de ses vidéos comportent un langage qui n’est plus tout à fait destiné aux débutants mais demeurent des mines d’informations à exploiter.

Si vous êtes un investisseur impulsif, c’est sans doute de ce type de contenu que vous devriez vous nourrir davantage et nous ne pouvons que vous y encourager.

2. Crypto Futur : 100 000 abonnés

Si vous souhaitez du contenu plus régulier, qui vous permettra d’obtenir des informations de qualité sur une multitude de projets, la chaîne de Mateo ou Crypto Futur s’impose dans le paysage numérique français. Ce dernier poste des vidéos presque quotidiennement sur des sujets extrêmement variés, en prenant le temps de suivre les dernières nouvelles relatives au marché mais aussi aux projets eux-mêmes, sans oublier certaines rapides analyses techniques qui, sans doute, suffiront largement aux plus néophytes.

Chacune de ses vidéos comporte ainsi un segment dédié aux nouvelles de la journée sur Twitter et les journaux et des analyses techniques sur différents tokens. Autant dire que chaque événement important est traité dans la journée et le tout vous est apporté de manière extrêmement claire et précise. Une chaîne à ne pas manquer si vous souhaitez rester à jour sur un marché aussi dynamique que celui des crypto-monnaies.

3. Journal du Coin : 94 000 abonnés

Ceux qui connaissent le site ne seront sans doute pas surpris de savoir que le Journal du Coin, un des plus gros site d’informations exclusivement liées aux crypto-actifs, a développé une chaîne youtube. La chaîne se consacre donc pratiquement exclusivement aux informations d’actualité. Ces dernières portent ainsi sur des points relatifs au marché et notamment au bitcoin. On retrouve aussi des interviews et des vidéos à visée informative plutôt tournées vers les nouveaux investisseurs.

De manière plus générale, le contenu est accessible et en cas de problème, vous avez accès à toute la plateforme d’information fiable qu’est le Journal du Coin.

4. Coin Bureau : 1 440 000 abonnés

Enfin, il faut sans doute terminer ce top par évoquer la plus grosse chaîne mondiale qui est anglophone. Une chance pour ceux d’entre vous qui comprenez l’anglais, car il s’agit là d’une source de renseignements inépuisables sur toute une gamme de sujets. CoinBureau est une chaîne dirigée par Guy, dont la voix posée va vous emmener dans des sujets encore inexplorés par vous, investisseurs débutant ou intermédiaire. S’il s’agit paradoxalement de la chaîne la plus récente de ce top 4, c’est sans doute la plus claire et la plus professionnelle de toutes. Vous y trouverez, outre un récapitulatif des news hebdomadaire, des projets de crypto-monnaies décortiqués durant plus de 20 minutes dans une forme quasiment exhaustive. Par ailleurs, CoinBureau vous fera découvrir le fonctionnement précis de plusieurs plateformes d’exchange et wallets qui comptent parmi les plus importants en termes d’utilisateurs. Enfin, sortant parfois des sentiers battus, il vous initiera aux play-to-earn, aux analyses techniques et vous dévoilera même sa stratégie au sein du marché !

Une chaîne très complète à tous les points de vue et que nous vous encourageons largement à regarder.

Pour conclure, n’oubliez pas que malgré ces vidéos, c’est à vous de faire vos propres recherches et ne jamais vous fier aveuglément à des youtubeurs. Leurs vidéos peuvent permettre d’éclaircir votre esprit à de nombreux sujets mais ne les laissez jamais dicter vos investissements. Nous espérons que ce top 4 vous a plu et vous aidera dans votre quête de plus d’informations.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Credit Suisse: les ex-cadres ne doivent pas rembourser leurs bonus

Publié

le

La situation juridique actuelle rend difficilement envisageable un remboursement des bonus des anciens cadres de Credit Suisse (archives). (© Keystone/MICHAEL BUHOLZER)

Les anciens cadres de la défunte grande banque Credit Suisse (CS) peuvent conserver leurs bonus. Dans la situation juridique actuelle, une demande de remboursement n'aurait guère de chances d'aboutir.

Le Département fédéral des finances (DFF) a confirmé dimanche à Keystone-ATS cette information de la Sonntagszeitung. Le Conseil fédéral est arrivé à cette conclusion dans son rapport sur la stabilité bancaire.

Dans ce rapport, le gouvernement a dressé un état des lieux des moyens juridiques à disposition pour sanctionner rétroactivement les responsables d'une banque ayant mal géré leurs affaires, explique le DFF.

Le Conseil fédéral estime nécessaire d'agir au niveau des bases légales. "Il convient notamment de créer des instruments qui permettront, à l'avenir, dans des cas similaires, de retirer rétroactivement aux dirigeants des banques les bonus déjà versés. Avec l'introduction d'un régime pour les cadres supérieurs, ceux-ci doivent en outre être clairement identifiables", écrit le DFF.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Année 2023 prospère pour les banques cantonales

Publié

le

Les banques cantonales tirent deux tiers de leurs revenus des opérations d'intérêts, tirant profit de la hausse des taux l'an dernier (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les 24 banques cantonales ont totalisé un bénéfice cumulé de 4,3 milliards de francs l'an dernier, en hausse de 19%, grâce aux opérations d'intérêt dans un contexte de remontée des taux.

Les distributions aux cantons et aux communes s'élèvent à quelque 2,1 milliards de francs, selon le rapport de l'Union des banques cantonales suisses publié vendredi. Cela représente environ 240 francs par habitant.

Les 24 établissements "ont fait face avec brio aux événements liés au Credit Suisse, à la volatilité des marchés boursiers et aux défis géopolitiques, et signent ainsi un très bon exercice financier", d'après le communiqué.

Les opérations d'intérêts représentent toujours la source de revenus la plus solide des banques cantonales, avec une part de deux tiers. Au 31 décembre 2023, les opérations d'intérêts ont affiché un résultat net cumulé de 7,6 milliards de francs, soit une progression d'un quart sur un an. Au premier semestre, "la politique monétaire et la hausse rapide de la courbe des rendements ont largement soutenu ce segment". Pour la première fois depuis huit ans, le taux directeur était à nouveau en territoire positif pendant la totalité de l'exercice.

Les autres sources de revenus ont également connu une évolution positive. Le résultat des opérations de commissions et des prestations de service a progressé de 1,4 à 2,7 milliards. Celui des opérations de négoce a gagné 4,8% à environ 1,1 milliard. Au total, les produits s'élèvent à 11,7 milliards de francs (+16,2%).

Hausse des effectifs

La bonne marche des affaires s'est reflétée dans les effectifs avec la création de 873 nouveaux emplois. Fin 2023, les banques cantonales employaient au total 20'306 personnes équivalents temps plein. Les charges d'exploitation ont affiché une hausse limitée à 7% (357 millions).

Le "très bon résultat opérationnel" de 5,6 milliards de francs, qui a bondi de 30,2%, a permis de renforcer encore la couverture des risques et de constituer des réserves supplémentaires de 960,1 millions de francs pour les risques bancaires généraux.

Le montant total de l'actif a stagné par rapport à l'exercice précédent (-0,3%). Au vu de la bonne performance d'acquisition dans le segment des prêts à la clientèle (+4,3 %), cela tient en premier lieu à la réduction des liquidités. Fin 2023, le total des prêts s'élevait à 536,7 milliards de francs, dont 479 milliards de francs de créances couvertes par des hypothèques (+4,4 %).

Du côté du passif, les engagements à l'égard de la clientèle ont légèrement diminué, sous l'influence des arbitrages dans les solutions de placement et des transferts dans les activités hors bilan. Ils ont reculé à 457,7 milliards de francs (-0,9%). Les fonds de la clientèle couvrent environ 85,3% des prêts.

Au 31 décembre 2023, les banques ont renforcé leur capitalisation, avec des fonds propres (fonds propres de base, net tier 1) à 59,9 milliards de francs (+6,1%). "Toutes les banques cantonales dépassent nettement le seuil réglementaire" avec des ratios de fonds propres pondérés situés entre 16,5% et 25,7%. La moyenne des ratios de fonds propres non pondérés s'élève à 7,8 %.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Trois entrepreneurs genevois lancent une application de réduction pour les étudiants

Publié

le

(obs/bonus.ch S.A. via KEYSTONE)

Stoody, une carte de réduction digitale est lancée vendredi, par trois entrepreneurs genevois pour les étudiants de 16 à 29 ans. Elle se présente sous  la forme d'une application, avec des réductions pouvant aller jusqu'à 60%. Une cinquantaine de commerces, de tout le pays, y participe. Cette opération devrait s'étendre à Lausanne, à l'automne prochain. 

Des réductions jusqu’à 60%, pour les étudiants. C’est ce que propose, dès vendredi, Stoody, une carte digitale à destination des étudiants de 16 à 29 ans. Pour ce faire, il leur suffit de télécharger l’application, en échange de 29 francs, par année. A la manœuvre, trois entrepreneurs genevois qui souhaitent ainsi aider ces jeunes, de plus en plus précarisés. Les explications de David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

"Notre objectif est d'aller au delà de l'action commerciale et de toucher une dimension sociale"

Près de cinquante commerces participent à cette opération. Des commerces de tous horizons: loisirs, santé, vente. Un projet gagnant / gagnant pour les jeunes et les commerçants. David Pivoda, l’un de ses entrepreneurs et fondateur du centre de loisirs Airloop.

Stoody devrait être disponible pour les étudiants lausannois, dès cet automne.

 

 

Continuer la lecture

Economie

Les loyers n'ont pas augmenté pour une majorité de locataires

Publié

le

Parmi les personnes interrogées ayant reçu une augmentation de loyer, 15% ont décidé de rechercher activement un nouveau bien locatif, tandis que 3% ont déjà déménagé. (archives) (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Environ deux tiers des locataires n'ont pas vu leur loyer augmenter début avril, malgré le relèvement du taux hypothécaire de référence. C'est ce que révèle un sondage du portail immobilier ImmoScout24 publié vendredi.

Avec le relèvement du taux hypothécaire de référence par l'Office fédéral du logement (OFL) en juin et en décembre de l'année dernière, les propriétaires ont eu la possibilité d'augmenter les loyers de 3% dès le mois d'avril. Le portail immobilier ImmoScout24 a indiqué vendredi avoir mené une enquête auprès de 1224 personnes dans toute la Suisse pour prendre le pouls des locataires à ce sujet. Dans ce sondage, 62% des personnes interrogées déclarent ne pas avoir reçu de hausse de loyer, tant à partir d'octobre 2023 que d'avril 2024. Seuls 11% affirment avoir vu le prix de leur logement augmenter.

Pas de déménagement

Si l'on compare les régions linguistiques, on constate de nettes différences, selon ImmoScout24: alors qu'en Suisse romande, 78% des locataires ne se sont pas vu notifier de hausse de loyer au cours de ces derniers mois, en Suisse alémanique, ce chiffre tombe à 55%.

Parmi les personnes interrogées ayant reçu une augmentation de loyer, 15% ont décidé de rechercher activement un nouveau bien locatif, tandis que 3% ont déjà déménagé. A l'inverse, pour 76% d'entre elles, l'adaptation du loyer n'a eu aucune influence sur leur situation. En outre, 85% ont accepté la hausse du prix de leur logement sans sourciller. Seuls 6% se sont présentés au propriétaire ou à la gérance pour négocier, et 5% ont contacté les autorités de conciliation en matière de droit du bail.

Pour rappel, l'Office fédéral du logement (OFL) a relevé deux fois le taux hypothécaire de référence l'an dernier, d'abord de 25 points en juin, puis à nouveau de 25 points en décembre. Il s'établit désormais à 1,75%. Cela signifie que toutes les personnes qui ont signé un bail après le 1er juin 2017 sont susceptibles de voir leur loyer augmenter.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L'accès à la propriété du logement toujours plus restreint

Publié

le

La part des ménages qui peuvent devenir propriétaires ne fait que reculer (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les ménages disposant de revenus suffisants pour réaliser leur rêve d'accès à la propriété sont toujours moins nombreux. En conséquence, les primo-accédants sont toujours plus disposés à s'excentrer pour devenir propriétaires.

Cela pousse les prix immobiliers à la hausse dans les régions périphériques alors que dans les grands centres urbains on observe une certaine accalmie, indique jeudi UBS dans une étude immobilière. Les économistes d'UBS estiment que seulement 15% des ménages ont des moyens suffisants pour leur permettre d'accéder à la propriété, contre 60% il y a vingt ans.

Pour acheter leur premier logement, nombreux sont ceux qui décident de s'éloigner des grands centres, renforçant la demande dans des régions comme la Suisse orientale ou le canton de Fribourg. Ces régions enregistrent une hausse des prix supérieure à la moyenne, aux alentours de 4%, selon l'étude, tandis que dans certaines grandes villes, comme Genève ou Bâle, les prix fléchissent légèrement.

Dans un contexte de ralentissement économique, il est "peu probable" d'assister à un nouveau boom comme celui rencontré pendant la pandémie. Toutefois, la hausse des prix a de bonnes chance de se poursuivre, alors que le nombre d'acheteurs potentiels augmente via l'arrivée de personnes fortunées désireuses de s'installer en Suisse ainsi que par la solide croissance sur le segment des revenus élevés.

Ainsi, les économistes d'UBS tablent sur une hausse des prix de 1,5% pour les appartements et de 1,0% pour les maisons individuelles en 2024.

A partir de 2025, une accélération de la hausse des prix est attendue, portée par une reprise conjoncturelle, des coûts de financements diminués ainsi que la pénurie de logements, chiffrée à environ 10'000 logements par an.

Locataires sous pression

Pour les logements en location, les loyers proposés ont connu la plus forte augmentation depuis quinze en 2023, enflant de près de 5% sur un an. La pression sur les locataires risque de se poursuivre, alors que l'activité de construction est freinée par différents facteurs, notamment des processus pour les permis de construire inefficaces et des coûts plus élevés.

Sur le volet de la durabilité, les économistes d'UBS estiment que les incitations à faire les travaux pour améliorer l'efficience énergétique des immeubles de rendements sont insuffisantes, malgré les subventions et exonérations fiscales. Ainsi, les hausses de loyers dans les baux en cours ne sont pas suffisantes pour encourager les dépenses en rénovation.

Enfin l'immobilier de bureau est sous pression, la remontée des taux d'intérêt ayant infligé un nouveau coup dur à un secteur déjà malmené avec la généralisation du télétravail depuis la pandémie.

Dans les emplacements phares, la baisse des prix atteint 10 à 15%. Dans les régions périphériques, la liquidité est si faible qu'il faut consentir à un fort abattement pour trouver des acheteurs potentiels. Les économistes ne s'attendent pas à un retournement de tendance prochainement, toutefois, la forte correction dans les emplacements centraux semble terminée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture