Rejoignez-nous

Actualité

Disparue d’Onex: l’argent pour mobile

Publié

,

le

Le procès d'un homme de 53 ans s'est ouvert lundi matin devant le Tribunal criminel de Genève. Il est accusé d'avoir tué sa voisine d'Onex, une femme de 73 ans dont il était très proche, pour lui voler de l'argent et des bijoux. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

« Tout le monde aime l’argent. Je suis très économe », a déclaré lundi à la présidente du Tribunal criminel de Genève le prévenu de 53 ans accusé d’avoir tué sa voisine d’Onex en 2015. Il lui aurait notamment volé 40’000 francs et des bijoux.

D’après les experts psychiatres, l’homme a un rapport pathologique à l’argent. Selon l’acte d’accusation, il savait que sa voisine de 73 ans avait retiré cette somme ce fatidique 5 février 2015, ce qu’il a nié lundi en audience. Quelque 45’000 euros ont été retrouvés enroulés dans un socle d’escabeau dans la maison de sa soeur au Portugal.

Selon lui, cet argent lui appartenait: il avait profité d’un taux de change avantageux pour convertir des francs suisses en euros. Il ressort de l’instruction qu’il cachait aussi de l’argent dans des poulets congelés.

« Pas m’enrichir »

Le 5 février 2015, la septuagénaire a tenté à trois reprises de joindre son voisin en sortant de la banque. « J’ignore pourquoi. Elle avait l’air paniquée », a-t-il dit. Il l’aurait attirée chez lui, menottée et bâillonnée avant de l’étrangler. Il a ensuite abandonné son corps dans une zone boisée près de Nantua (F) et est revenu pour le brûler une semaine plus tard. Les restes ont été retrouvés en 2017.

Il avait voulu faire croire qu’elle était en vie en retirant de l’argent avec sa carte bancaire, vêtu d’une de ses vestes à capuche. S’il a multiplié les retraits bancaires de 1’000 francs, c’était pour qu’elle se bloque au plus vite, « pour ne plus l’avoir. Je n’avais pas l’intention de m’enrichir », a-t-il expliqué à la Cour.

Bruit de menottes

Selon lui, les deux se sont disputés en soirée. Après avoir livré différentes raisons au cours de la procédure, il a indiqué lundi que c’était parce qu’elle lui devait 3’000 euros et qu’elle avait eu un accrochage avec sa voiture. Il l’a poussée, provoquant sa chute, et elle s’est tapé la tête au pied du lit. Il l’aurait attachée à une chaise avec un pull pour qu’elle ne touche pas à ses affaires.

Un enregistrement effectué par le prévenu à ce moment fait entendre des bruits métalliques. L’homme conteste avoir utilisé des menottes ou un ruban adhésif, alors que la voix de sa voisine est bizarre. Selon lui, elle n’avait pas de quoi avoir peur: « A aucun moment, je ne voulais lui faire du mal. » Il ne se souvient pas de ce qui passé le soir de son décès.

« J’assume »

Les experts psychiatres sont arrivés à la conclusion que le prévenu est imperméable à la souffrance d’autrui et dans le déni de la gravité de ses actes. Considérant qu’il n’est pas soignable, ils préconisent l’internement. Le risque de récidive est de 50%. « Je ne suis pas malade du tout. Ma vie, c’était le travail. Je sais pourquoi je suis là, j’assume », a affirmé l’accusé.

Interrogé sur sa situation personnelle, il a expliqué avoir eu une enfance très dure au Portugal. Battu par sa mère, il a travaillé dès ses 13 ans. Selon lui, la victime était un peu comme sa mère, « mais en bien ». Pour une amie de la septuagénaire, le prévenu avait de l’emprise sur elle. Deux soeurs de l’accusé ont dit qu’il profitait financièrement des personnes âgées. « Jalousie », a-t-il balayé.

Agent infiltré

A l’ouverture du procès, qui doit durer jusqu’au 3 avril, les avocats de la défense ont plaidé les questions préjudicielles. Le tribunal a rejeté tant celle contestant la qualité de partie plaignante de la soeur et du frère de la victime que celle portant sur les mesures employées pour découvrir la vérité, compte tenu du recours à un agent infiltré en prison.

« Ces mesures portent atteinte aux droits du prévenu de garder le silence et de ne pas contribuer à sa propre incrimination », a relevé Cécile Bocco, son avocate avec Eric Beaumont. « Le Ministère public n’avait pas d’autre choix que de faire appel à un agent infiltré pour retrouver le corps de la victime », a rétorqué le procureur Endri Gega.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Collision de trains en Valais: 11 blessés

Publié

le

L'accident a fait 11 blessés dont sept n'ont pas dû être hospitalisé. (©Mgbahn)

Un train de ferroutage a percuté un train régional vendredi vers 10h10 dans le tunnel Stephan-Holzer près d’Oberwald (VS). Onze voyageurs ont été blessés, la plupart légèrement.

Sept voyageurs légèrement blessés ont reçu des soins sur place et n’ont pas dû être hospitalisés. Trois ont été transportés en ambulance à l’hôpital de Viège et une personne a été héliportée à l’hôpital de Sion mais ses jours ne seraient pas en danger, a indiqué à Keystone-ATS Mathias Volken, porte-parole de la police cantonale valaisanne.

Les trains circulaient sur la ligne entre Oberwald et Realp (UR). Le convoi de ferroutage qui venait d’Oberwald a percuté le flanc droit du train régional venant en sens inverse.

Enquête ouverte

Le train de ferroutage se composait d’une locomotive avec neuf wagons et était chargé d’environ 15 automobiles. Le train régional comprenait une locomotive, cinq voitures avec une trentaine de passagers, a indiqué vendredi peu avant midi la compagnie Matterhorn Gotthard Bahn.

Selon un porte-parole de la compagnie ferroviaire, la collision s’est produite sur un aiguillage. Les causes de l’accident ne sont pas encore connues. Le ministère public a ouvert une enquête en collaboration avec le service suisse d’enquête de sécurité (SESE), précise Mathias Volken.

Le trafic entre Ulrichen et Realp est temporairement interrompu. Un service de bus est organisé. Les voyageurs doivent compter avec un trajet d’une heure supplémentaire. La durée de l’interruption du trafic n’est pour l’heure pas connue.

Continuer la lecture

Actualité

Vaud: Masques obligatoires dans les commerces avec 10 clients

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins vaudois dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le port du masque sera obligatoire dans tous les commerces du canton de Vaud lorsque plus de 10 personnes se trouvent dans le magasin. La mesure, qui entre en vigueur mercredi prochain, a été annoncée vendredi par le Conseil d’Etat.

Continuer la lecture

Actualité

Jura: Masques obligatoires dans les commerces

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins jurassiens dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Jura devient le premier canton suisse à rendre obligatoire le port du masque dans les magasins et commerces dès lundi et pour une durée de deux mois. Cette mesure concerne les personnes âgées de plus de 12 ans.

« Depuis une dizaine de jours désormais, le canton du Jura fait face à une recrudescence du coronavirus avec plus d’une vingtaine de nouveaux cas positifs confirmés », a expliqué vendredi le gouvernement jurassien. Cette obligation pourra être prolongée en fonction de l’évolution de la situation.

Pour faire face à l’augmentation des cas, les effectifs et moyens techniques de la ligne téléphonique d’urgence santé ont aussi été adaptés afin de mieux répondre aux sollicitations en forte augmentation pour les tests de dépistage, a précisé le canton. Les équipes de cette ligne s’occupent en effet aussi des tâches liées au traçage.

Continuer la lecture

Coronavirus

Un cas de Covid-19 dans une discothèque genevoise: des centaines de personnes en quarantaine ?

Publié

le

Une personnes a été testée positive au Covid-19 dans une boite de nuit à Genève. Plusieurs centaines de personnes pourraient être placées en quarantaine. 

Grosse inquiétude à Genève. Un cas de Covid-19 a été détecté dans une discothèque de la Ville. Selon nos informations, les autorités sont actuellement en train de contacter toutes les personnes présentes dans l’établissement, le week-end dernier, pour les informer et les inviter à se mettre en quarantaine en cas de symptômes. Plusieurs centaines de personnes seraient concernées selon la médecin cantonale.  Aglaé Tardin qui précise que le traçage des contacts a bien été effectué, ce qui a permis de retrouver, facilement, les personnes.  Rappelons que les boîtes de nuit ont pu rouvrir, depuis le 6 juin. Mais dès le 21 juin, 300 fêtards avaient dû être placés en quarantaine, à Zurich. Les cantons de Zurich et Berne ont depuis décidé de renforcer les contrôles dans les bars et les discothèques.  

 

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: un assistant pour connecter et sécuriser les aînés

Publié

le

Un petit assistant “Made in Swiss” pour connecter et sécuriser nos aînés, c’est le monde de demain… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

La période du Covid-19 et du semi-confinement nous aura rappelé, si besoin, toute l’importance de maintenir le lien avec les plus anciens et surtout de pouvoir veiller à leur sécurité, même à distance. A défaut de pouvoir leur rendre visite régulièrement, les assistants numériques se multiplient pour garder un œil ou une oreille virtuelle sur les personnes âgées dépendantes. En Suisse, un modèle se démarque, il a été développé par une startup zurichoise qui présente son assistant à commande vocale nommé Caru, comme un “colocataire intelligent”. Il s’agit en fait d’un boitier rond, blanc et lumineux que vous posez dans le salon, dans la cuisine ou sur votre table de chevet. Physiquement, il ressemble à peu de choses près aux autres assistants vocaux, sauf que là c’est en fait une version revisitée du bouton d’urgence, transformée en capteur intelligent, en dispositif communicant et en système d’alarme. 

Comment est-ce qu’il fonctionne ce “colocataire intelligent”?

Pour bien comprendre, prenons un cas concret: une nonanégaire vit seule dans son appartement, il lui suffit de dire bonjour Caru» pour que l’appareil enregistre son message vocal pendant 60 secondes. Message qui est aussitôt transmis à sa famille, via une application sur smartphone et les proches peuvent même y répondre directement. L’appareil permet aussi de passer un appel téléphonique ou d’envoyer un appel à l’aide en répétant simplement 2 fois “à l’aide”. Il est même possible d’analyser le comportement des utilisateurs et de détecter d‘éventuels écarts. Le capteur a déjà fait ses preuves puisqu’il est utilisé dans les centres de soins en Suisse et en Allemagne depuis fin 2018. Les investisseurs y croient aussi puisque la société vient de collecter 3 millions de francs supplémentaires. Comme quoi avec le monde de demain peut aussi faire preuve de bienveillance… 

 

Continuer la lecture