Rejoignez-nous

Actualité

Dick Rivers est décédé

Publié

,

le

Le chanteur Dick Rivers est mort à l'âge de 74 ans, le jour-même de son anniversaire. (©KEYSTONE/WIKIMEDIA COMMONS/MICHAEL BEMELMANS)

Le rockeur français Dick Rivers est décédé d’un cancer mercredi, le jour de son 74e anniversaire, a indiqué son manager. Il a passé dans plusieurs festivals en Suisse, dans le Jura, à Payerne et à Fribourg notamment.

Figure majeure du rock ‘n’ roll français, aux côtés de Johnny Hallyday ou Eddy Mitchell, l’ex-leader du groupe Les Chats sauvages s’est éteint à l’hôpital américain à Paris, a précisé Denis Sabouret. Auteur de 35 albums en 55 ans de carrière, il a connu le succès dans les années 60 et 70. Dick Rivers s’était composé de toutes pièces un personnage de rocker-crooner à la française.

Né le 24 avril 1945 à Nice, fils unique d’un boucher, Hervé Forneri fonde Les Chats Sauvages à quinze ans et devient Dick Rivers en s’inspirant de Deke Rivers, personnage joué par Elvis Presley dans le film de Hal Kanter « Loving You » (1957). Il adopte banane gominée et bottes de cow-boy.

Le rêve américain fait tourner la tête du jeune Hervé. Après avoir découvert Elvis chanter, il dira: « J’ai trouvé Dieu! ». « Cela fait cinquante ans que je chante, que je vis ma vie, la vie que j’invente (…), les années 1960 c’est hier, je respire encore leur poussière », chantera-t-il en 2011.

Avec les Chats Sauvages, il publie en avril 1961 son premier 45 tours, « Ma p’tite amie est vache », monte à Paris: « Je suis passé brutalement de la Mobylette à la Cadillac », dit-il. Deux ans plus tard, après « Twist à Saint-Tropez » et autres succès adaptés de tubes anglo-saxons, il se lance en solo.

Passage à vide

Il se cantonne au rôle d’interprète, reste fidèle à ses choix malgré les traversées du désert: « Je n’ai jamais enregistré de soupe pour être à la mode ». Il rencontre Elvis à Las Vegas en 1969 mais le mouvement hippie de la fin des années 1960 lui est presque fatal. Le public boude alors plusieurs albums.

Au début des années 1970, il travaille avec Alain Bashung, directeur artistique de trois de ses albums. Suivent des succès comme « Maman n’aime pas ma musique » (1974) ou « Faire un pont » (1976), adapté du « Take Me Home, Country Roads » de John Denver, dans l’album « Mississipi River’s » à la pochette dessinée par Morris (Lucky Luke).

En 1984, c’est « Nice Baie des Anges » et deux ans après, un livre de souvenirs, « Hamburger, pan-bagnat, rock’n’roll ». Il écrira aussi deux romans: « Complot à Memphis » (1989) et « Texas Blue » (2001). Les années 1990 marquent un tournant. Il retrouve la scène en 1995 après 19 ans d’absence, la popularité de sa caricature télévisée en France « Didier l’Embrouille » lui profite.

Acteur au cinéma et sur scène

Au cinéma, il débute en 1999 dans « La candide Madame Duff » du réalisateur français Jean-Pierre Mocky qu’il retrouvera pour « Le Furet » (2003). Il est invité au Festival de Cannes en 2005 par le réalisateur et producteur américain George Lucas. Il joue aussi en France au Théâtre National de Chaillot dans « Les Paravents » de Jean Genet (2004).

Ses disques deviennent de plus en plus personnels, il fait appel à de jeunes talents (Benjamin Biolay ou Mickey 3D notamment). Dans un livre d’entretiens publié parallèlement, il dit sa frustration d’être la « troisième roue de la charrette » du rock français et se plaint du « manque de reconnaissance » de la part d’animateurs de télévision.

En 2018, bien que n’appréciant pas trop la nostalgie, il a participé à la tournée « Age tendre » dans toute la France avec plusieurs autres stars des années 60 et 70. « Il ne faut jamais se prendre au sérieux, et toujours remettre le couvert. Chaque fois que je fais un nouveau disque, j’ai l’impression que c’est le premier », assurait-il.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève va donner un nouvel élan à sa transition énergétique

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Ce mercredi le Conseil d’Etat genevois a adopté le plan directeur de l’énergie 2020-2030. L’un des gros objectifs est notamment de sortir du chauffage fossile d’ici 2030 et de valoriser les ressources renouvelables du territoire. 

Le canton de Genève a adopté ce mercredi le plan directeur de l’énergie 2020-2030 et donne ainsi un nouvel élan à sa transition énergétique. Le but est de répondre aux défis de l’urgence climatique. Le projet est ambitieux et veut diviser par 3,5 la consommation d’énergie et tripler la part d’énergies renouvelables. Ce plan veut garantir un avenir durable et de meilleur qualité à la population genevoise. L’un des objectif principaux de ce plan est de réduire la consommation d’énergie fossile. Les explications d’Antonio Hodgers, Conseiller d’Etat en charge du territoire.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

Aujourd’hui, 78% de la consommation d’énergie du canton est d’origine fossile (mazout, gaz, pétrole). La moitié de la consommation d’énergie du canton est liée au bâti et avec 1% par an, le taux de rénovation est actuellement trop faible pour atteindre les objectifs climatiques que s’est fixé le canton. Il faudra augmenter ce taux à 2,5% en 2030 et atteindre un taux de rénovation de 4% en 2050.

Green New Deal

Au travers de ce plan ambitieux, il s’agit pour Genève de s’orienter vers un modèle de société plus durable pour ses habitants et son tissu économique. Notamment grâce à ce qu’Antonio Hodgers appelle un Green New Deal.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

 

Valoriser l’énergie locale 

Le canton souhaite également mettre en avant son territoire en matière d’énergie renouvelable. En ce sens, il a consenti a de gros investissements pour permettre le chauffage et le refroidissement des bâtiments grâce à l’eau du lac Léman. Une action symbolisée par le projet de réseau thermique GeniLac. En matière d’énergie solaire, Genève est un peu à la traîne et pour coller à ses ambitions climatiques, le canton devra multiplier par 5 le développement du solaire.

Pour atteindre ces différents objectifs, ce plan possède de nombreux partenaires comme les communes, les propriétaires immobiliers, les professionnels du bâtiment, les milieux économiques, le tissu associatif, le monde de la formation ou encore de la recherche. Des partenaires sans qui ce plan directeur serait impossible comme l’explique Antonio Hodgers.

Antonio Hodgers Conseiller d'Etat en charge du territoire

Continuer la lecture

Actualité

Dépité, le personnel des HUG écrit au Grand Conseil genevois

Publié

le

Le Syndicat des services publics dit le ras-le-bol du personnel de santé genevois qui se sentent trahis par les autorités. Horaires interminables par manque d’effectifs, le résultat de plusieurs plans d’austérité successifs sur plusieurs années, selon les soignants. 

Le SSP a fait une lettre ouverte au Grand Conseil pour dénoncer les conditions de travail aux Hôpitaux universitaires de Genève. Le syndicat des services publics s’inquiète des conditions alarmantes dans lesquelles se trouve le personnel de santé. Les mesures d’austérités préconisées par le Conseil d’Etat, comme la suppression de l’annuité et la non-indexation des salaires sont très mal vécues par les soignants, d’où cette lettre. Les explications de Martin Malinovski, secrétaire syndical au SSP :

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

Les mesures d’austérité responsables du confinement

Ce matin, devant la presse plusieurs infirmières ont témoigné de leur situation. Semaine de 60 heures. Equipe toujours dépassée, rythme effréné. Les soignants sont sortis épuisés des deux vagues successives de Covid-19 et craignent déjà la troisième. Plusieurs années de coupes dans les budgets des HUG ont conduit au confinement, selon Martin Malinovski.

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

A cause des plans d’austérité successifs depuis les années, il manquerait près de 1000 emplois plein temps aux HUG, selon les syndicats. Les soignants seraient constamment débordés.

Martin Malinovski Secrétaire syndical au SSP - HUG

Le SSP réclame le retrait de l’ensemble des mesures d’austérités prises par le gouvernement genevois dans son budget quadriennal pour le personnel de santé mais également pour tous les fonctionnaires de l’Etat. Il réclame également une revalorisation des métiers de la santé. Il réclame également de revoir le financement des hôpitaux publics.

Témoignages de soignants en soins aigus 

Le représentant du Collectif des soignants en anesthésie a expliqué que les infirmières.ers étaient épuisés après la première vague et qu’ils l’étaient encore davantage après la seconde. Il a rappelé que les patients sous respirateur requièrent une attention de tous les instants. Il faut les tourner et les retourner toute la journée pour éviter les escarres. Il est également revenu sur le manque de matériel lors de la première vague, avec des masques périmés depuis 20 ans notamment. L’épuisement professionnel des soignants atteindrait un paroxysme selon ce collectif.

Continuer la lecture

Actualité

Genève: reportage à la SPA avant les fêtes de Noël

Publié

le

La Société genevoise de protection des animaux accompagne les candidats à l’adoption d’un animal de compagnie. Les chiens, chats et autres rongeurs qui se retrouvent au refuge de Bernex sont souvent victimes de la désinvolture de leurs maîtres. Un animal demande des soins. 

Noël approche et certains d’entre vous ont peut-être décidé d’adopter un animal de compagnie. A la SGPA, les petits pensionnaires n’attendent que ça…Judith Monfrini s’y est rendue récemment. Ecoutez son reportage….

 

Retrouvez toutes les informations sur le site internet: sgpa.ch

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Reprise de l’horaire normal pour les TPG dès samedi

Publié

le

KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Les transports publics genevois retrouvent un horaire normal à partir de samedi. La stabilisation du taux d’absence des chauffeurs des TPG permet à l’entreprise de planifier un retour à un horaire normal.

A partir du 5 décembre, les TPG augmentent leur offre « afin d’accompagner les mesures de déconfinement annoncées par le Conseil d’Etat genevois », indique un communiqué. Le réseau des TPG fonctionnera à nouveau à 100%.

Le service de nuit, dont les Noctambus, reste suspendu, conformément aux décisions de la branche suisse des transports et de l’Office fédéral des transports. La semaine dernière, la fréquentation des TPG se situait à 54% en comparaison à la même période l’année passée.

C’est le plus bas niveau atteint au cours de la deuxième vague de coronavirus. En avril, lors de la première vague, la baisse de fréquentation avait atteint 16% du niveau de l’année précédente. L’entreprise s’attend à une croissance de la fréquentation durant la période de fin d’année.

L’entreprise rappelle que le port du masque est obligatoire dès 12 ans, dans les transports publics tout comme aux arrêts. Et ajoutent qu’il est impératif de se désinfecter les mains en entrant et en sortant de chaque véhicule.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève: les jeunes des Grottes se battent pour un Skate et un Parkour park

Publié

le

Le sport urbain a le vent en poupe. A Genève, si le Skatepark de Plainpalais permet aux jeunes de la rive gauche de s’adonner à leur sport favori, il n’existe pas d’équivalent rive droite. Un projet se dessine juste au-dessus de la poste de Montbrillant. Le détail avec Judith Monfrini

Ils sont jeunes et ils ont la passion des sports urbains. Depuis près de deux ans, ils réclament un skate parc, rive droite, dans le quartier des Grottes à Genève. L’initiative est née dans la tête d’une trentaine de jeunes Skaters lors du Forum social Grottes-Saint-Gervais organisé par la Ville de Genève, au printemps 2019. Pour mener à bien leur projet et aidés de leurs parents, ils ont créé l’association Espace Freestyle Montbrillant, EFM. La Ville leur a accordé une subvention pour réaliser un projet d’étude du futur Skate et Parkour park.

Océane Firman est à la fois traceuse, adepte des parkours, et skateuse…Elle a 16 ans.

Océane Firman Membre de EFM

La parcelle choisie par les jeunes se trouve rue de Montbrillant entre la poste et le cycle du même nom. Le financement du département de la cohésion sociale et de la solidarité a permis à l’association de réaliser un projet collaboratif avec un bureau d’architecte bâlois, Vertikal Technik. Océane nous livre sa vision du futur espace de vie.

Océane Firman Membre de EFM

La volonté des jeunes est également d’ouvrir le sport urbain aux filles, encore trop peu représentées dans ce domaine.

Océane Firman Membre de EFM

En mai, l’association a déposé une pétition au Conseil municipal de la Ville de Genève munie de 500 signatures. Les jeunes sont dans l’attente d’une décision. Selon la Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité, Christina Kitsos, le projet est inscrit au plan d’investissements financier de 2024 et même si les services de la Ville ont travaillé dessus, il reste encore des obstacles à franchir.

Christina Kitsos Conseillère administrative chargée de la cohésion sociale et de la solidarité

La Magistrate salue néanmoins l’engagement des jeunes des Grottes et n’exclut pas de tenter de faire avancer le projet plus rapidement.

 

 

Continuer la lecture