Rejoignez-nous

Actualité

Des emballages moins polluants pour la viande

Publié

,

le

KEYSTONE/Karl Mathis

Pour les amateurs de produits carnés, il existe la possibilité de réduire l'impact sur l'environnement en optant pour des emballages moins polluants, des bioplastiques fabriqués à base de plantes. Les grands acteurs du commerce de détail en Suisse restent néanmoins prudents.

La viande s'abîme vite et demande des conditions d'hygiène très élevées. Pour cette raison, sa consommation implique des emballages conséquents. Mais il existe des possibilités d'emballages plus durables. D'après une étude de l'institut Management Center Innsbruck (MCI), des emballages plus verts sont possibles.

Les emballages fabriqués à base végétale sont aussi efficaces que les matériaux habituellement utilisés. Les auteurs de l'étude ont analysé les emballages MAP (Modified Packaging Atmosphere), dans lesquels la viande est emballée sous atmosphère protectrice.

Les tests se sont portés sur le plastique classique et le plastique bio-sourcé, fabriqué à partir de maïs ou de betteraves, des matériaux plus facile à recycler.

"Les emballages à base de plantes ont fonctionné tout aussi bien que les matériaux classiques", a indiqué la professeure Katrin Bach à AWP. Les tests ont prouvé que le type d'emballage utilisé n'a pas d'influence sur la qualité de la viande.

Bioplastique encore rare

Chez les détaillants Migros et Coop, il est encore impossible de trouver de la viande dans des emballages fabriqués à base végétale. "Depuis plusieurs années, nous suivons le développement de ces matériaux à base de plantes", affirme Cristina Maurer, porte-parole de Migros.

Jusqu'à présent, les matériaux d'origine biologique sont nettement plus mauvais en matière de bilan écologique que le plastique classique. D'une part, la fabrication de ce type de matériaux requiert bien plus d'énergie et d'autre part, il concurrence la production à visée alimentaire. "Les coûts, la qualité et le traitement jouent un rôle important", a indiqué Mme Maurer.

Chez Lidl, le constat est similaire. "En dehors des emballages fabriqués à partir de fibres, nous n'avons actuellement aucun de nos produits en marque propre emballés dans des emballages biosourcés", a indiqué le magasin à bas prix.

Depuis l'an dernier, des matériaux à base de fibres, en papier et carton sont utilisés pour l'emballage des produits carnés de la marque "Deluxe". L'arrière de l'emballage est composé de carton, qui est recouvert d'une feuille de plastique. Cela rend la séparation entre les deux matériaux plus simple.

Aldi Suisse étudie également des alternatives possibles aux emballages habituels pour la viande, assure son porte-parole Philippe Vetterli. Mais la biodégradabilité réelle dans les centres de compost et de biogaz suscite des critiques envers les plastiques à base végétale.

"Le plastique à base de matériaux renouvelables n'est pas forcément rapide à décomposer", affirme M. Vetterli. Se pose également la question éthique d'utiliser des matériaux comestibles comme le maïs pour l'emballage.

"Une alternative valable, qui est à peine possible économiquement aujourd'hui, serait de fabriquer du plastique à base végétale à partir des déchets de l'agriculture", explique M. Vetterli. A l'avenir, on pourrait ainsi fabriquer des emballages à partir de racines de chicorée ou de cosses de graines de tournesol.

Mme Bach admet ces critiques: "en matière de durabilité, il n'y a jamais une réponse définitive, seulement des pas à faire vers une solution plus respectueuse de l'environnement".

Ceux qui veulent malgré tout renoncer aux emballages plastiques à usage unique ont toutefois une solution: se présenter au rayon boucherie avec leur propre récipient, explique la porte-parole.

Source: Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Des pénuries de gaz l'hiver prochain en Suisse, avertit Sommaruga

Publié

le

Simonetta Sommaruga appelle à s'affranchir le plus rapidement possible de la dépendance au gaz (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La ministre suisse de l'énergie Simonetta Sommaruga s'attend à des pénuries de gaz l'hiver prochain, en raison de la situation internationale. Du côté de l'électricité, la position est un peu meilleure, car la Suisse a une bonne production d'électricité, selon elle.

"Le Conseil fédéral a pris les devants, mais la Suisse n'est pas une île", déclare Mme Sommaruga dans un entretien diffusé dimanche par la SonntagsZeitung. "Personne ne peut garantir qu'il y aura toujours assez de gaz pour tout le monde", avertit-elle.

Quelque 300'000 ménages se chauffent au gaz en Suisse, constate la conseillère fédérale. "Si une pénurie de gaz et d'électricité devait se produire, l'énergie serait d'abord rationnée dans l'artisanat et l'industrie", prévient-elle, soulignant que le Conseil fédéral veut épargner les ménages le plus longtemps possible.

S'affranchir du gaz

La socialiste bernoise appelle à s'affranchir le plus rapidement possible de la dépendance au gaz. "Ceux qui peuvent encore remplacer leur chauffage au gaz devraient le faire". Les demandes de pompes à chaleur et de chauffages à pellets atteignent des chiffres records, note-t-elle, ajoutant que de nombreuses nouvelles installations solaires continuent d'être construites.

Si la production d'électricité est bonne en Suisse, une pénurie de courant n'est pas exclue, en raison de la guerre en Ukraine, avertit la ministre. "Le marché du gaz est étroitement lié à celui de l'électricité", rappelle-t-elle.

Elle appelle les cantons à investir davantage dans le développement de l'énergie solaire, du biogaz ainsi que des centrales éoliennes et hydrauliques. Le Conseil fédéral a décidé de créer une réserve de force hydraulique pour l'hiver prochain, afin de renforcer la sécurité d'approvisionnement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Conférence de Lugano: l'image d'une Suisse "capable de vision"

Publié

le

Nicolas Bideau se dit "convaincu" que la Suisse va garder son image de "leader mondial" pour la promotion de la paix et les bons offices, malgré la reprise des sanctions contre la Russie (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

La conférence de Lugano sur la reconstruction de l'Ukraine, qui a lieu lundi et mardi, va donner une très bonne image de la Suisse à l'étranger, estime dans Le Matin Dimanche le directeur de Présence Suisse, Nicolas Bideau. Elle est "compatible" avec la neutralité.

Cette conférence "est le sujet d'actualité internationale et une chance en matière d’image", explique M. Bideau dans un entretien diffusé par Le Matin Dimanche. "Nous donnons ici l'image d'un pays capable d'anticipation et de vision".

De plus, ajoute-t-il, "cette visibilité n'offre pas seulement un capital sympathie à notre pays", elle permet aussi d'expliquer le point de vue de la Suisse sur des sujets, "tels que sa politique étrangère, sa neutralité et sa politique des sanctions".

Neutralité

Si la Suisse a pris fait et cause pour l'Ukraine après l'attaque de la Russie, la conférence de Lugano est "compatible" avec la neutralité, car elle porte sur l'avenir du pays, estime M. Bideau. "Il ne s'agit pas de discuter de questions militaires, mais de soutien à l'Ukraine dans la reconstruction civile et le processus de réforme", dit-il.

Quant au fait que la Suisse applique les sanctions contre la Russie, cette décision, si elle "la rend crédible et respectable auprès des pays qui partagent des valeurs similaires [...] il faudra voir ce qui se passe pour la Suisse après le conflit ou lors d'un cessez-le-feu", remarque le directeur de Présence Suisse.

Il se dit toutefois "convaincu" que la Suisse va garder son image de "leader mondial" pour la promotion de la paix et les bons offices. "Nous en avons les moyens et les compétences".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: la Pride de nuit a attiré plus de 4000 personnes

Publié

le

Des manifestants ont pris part samedi soir à Lausanne à une mobilisation queer, anticapitaliste, antiraciste et révolutionnaire pour une meilleure représentation des communautés LGBTQIA. (© KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Plus de 4000 militants ont défilé samedi en fin d'après-midi à Lausanne lors de la première Pride de nuit organisée en Suisse. La manifestation queer, féministe, antiraciste, écologiste et anticapitaliste s'est déroulée sans incident et dans une atmosphère festive.

Entre danse et slogans, le cortège haut en couleur a traversé la ville sous un soleil tapant, évoluant du parc de Milan à la place de la Riponne. "On est queer, fier et pas prêt de nous taire", ont clamé les participants, environ 4000 selon la police de Lausanne, 8000 selon les organisateurs.

"Solidarité avec les queers du monde entier". "Une solution, révolution", ont scandé les militants qui veulent mettre fin au système en place, l'estimant "rongé par le capitalisme".

Quinze ans sans pride

L'événement a été organisé par le collectif lausannois de la Pride de Nuit. La Ville n'avait plus accueilli de pride depuis 2006, a rappelé Seb Zürcher, membre du collectif, à Keystone-ATS.

S'inspirant des Prides de nuit nées à Paris en 2015 et qui ont essaimé en Europe, la mobilisation a pour but de raviver l'esprit des premières Prides et de lutter contre le "rainbow washing", souvent observé, notamment en juin le mois des fiertés. Soit une manifestation "radicale plutôt que marchande et dépolitisée", souligne Seb Zürcher.

Manifeste

"Nous voulions une manifestation inclusive, qui ne laisse personne sur le carreau et qui ne s'adresse pas seulement à ceux qui en ont les moyens", a expliqué Pauline, membre du collectif. Il s'agit aussi de visibiliser les réalités et la précarité des queers. Revendiquer les mêmes droits pour tous est d'autant plus important qu'à l'heure actuelle rien ne semble plus éternellement acquis, ajoute-t-elle, évoquant la question de l'IVG aux Etats-Unis.

Distribué pendant la parade, le manifeste de la Pride de nuit liste par ailleurs un grand nombre de revendications sur l'autodétermination, la précarité, le monde du travail, la santé, l'internationalisme et l'anti-impérialisme. Il a été signé par plus de 25 organisations telles que VoGay, la Grève Féministe, l'Organisation Suisse des Lesbiennes (LOS) ou encore la Grève du Climat Vaud et Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Pas de nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir (image symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante du Swiss Loto samedi soir. Pour empocher le gros lot, il fallait cocher le 11, 14, 25, 29, 40 et 41. Le numéro chance était le 4, le rePLAY le 7 et le Joker le 563113.

Lors du prochain tirage mercredi prochain, 4,4 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Dix kilomètres de bouchons au portail sud du Gothard

Publié

le

Samedi après-midi, le TCS a signalé jusqu'à dix kilomètres de bouchon sur l'autoroute A2 au portail sud du tunnel du Gothard (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Samedi après-midi, le TCS a signalé jusqu'à dix kilomètres de bouchons sur l'autoroute A2 au portail sud du tunnel du Gothard. Suite à un accident, la voie a en outre été temporairement fermée entre Quinto et Airolo (TI).

Selon le Touring Club Suisse (TCS), les voitures étaient bloquées à 15h00 entre Faido (TI) à Airolo (TI) en direction du nord pour cause de surcharge de trafic. Le temps d'attente atteignait jusqu'à deux heures.

Peu après 17h00, un accident a provoqué la fermeture temporaire de l'A2 en direction du nord entre Quinto et Airolo (TI). Une équipe de médecins urgentistes est intervenue sur place, a indiqué le TCS.

Il fallait aussi patienter au nord du tunnel du Gothard. Entre Amsteg et Göschenen (UR), l'embouteillage vers le sud n'a toutefois jamais dépassé les cinq kilomètres à 15h00, avec un retard de 50 minutes.

Début des vacances

Cet été, les automobilistes doivent compter sur d'importantes perturbations du trafic pendant les fins de semaine en raison du trafic de vacances. Pour dix cantons, les vacances scolaires ont déjà commencé, du moins partiellement.

Selon l'Office fédéral des routes (OFROU), c'est d'une part l'effet de "rattrapage" après les restrictions aux voyages pendant la pandémie mais aussi en raison des problèmes aux aéroports.

En direction du sud, l'OFROU s'attend à des bouchons et des perturbations surtout en juillet et en août, a-t-il déjà averti vendredi. En direction du nord, la situation devrait être difficile de mi-juillet à mi-septembre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture