Rejoignez-nous

Coronavirus

La fièvre des réseaux sociaux: Les rassemblements se réinventent sur les réseaux sociaux!

Publié

,

le

Nous le savons, les événements et les grands rassemblements risquent d’être interdits pour un moment. Le retour à la normale va se faire encore attendre. Mais heureusement, sur les réseaux sociaux les initiatives se multiplient pour réinventer les rassemblements et continuer à partager !

La fièvre des réseaux sociaux Les rassemblements se réinventent sur les réseaux sociaux

Préserver le lien social grâce aux réseaux sociaux

L’être humain est avant tout un animal social, nous avons ce besoin de nous réunir, de communiquer, d’être ensemble. Et face à l’épidémie de Coronavirus et aux mesures de distanciation sociale, ce besoin est mis à rude épreuve.  C’est pourquoi, les initiatives de rassemblement grâce à internet, sur les réseaux sociaux et via les applications de visioconférence se multiplient.

Clubbing, concerts, festivals… Les événements se réinventent avec une nécessité d’innover, de trouver de nouveaux formats pour rassembler le public mais aussi de nouveaux modèles économiques. Tout cela avec toujours un même objectif, partager et rester positifs !

 

L’événement humanitaire : des stars se rassemblent pour la bonne cause

Premier format que l’on retrouve sur les réseaux sociaux : l’événement caritatif. Il y a quelques semaines, le concert virtuel organisé par Lady Gaga et l’association Global Citizen au profit de l’OMS et du personnel soignant, « One World : Together at home » a connu un immense succès.

Le show, diffusé sur la chaîne Youtube de l’ONG mais aussi plusieurs télévisions nationales à travers le monde, réunissait un parterre de super stars du monde entier telles que Céline Dion, Taylor Swift, Christine and The Queens, Angèle et bien d’autres encore. Le temps d’un concert qui avait des airs de skype-apéros entre amis, toutes ces stars ont chanté depuis chez elles pour le plus grands bonheur des spectateurs confinés.

Soulignons d’ailleurs la prestation des Rolling Stones, eux aussi au programme de ce show incroyable, qui ont joué en accord parfait « You Can’t Always Get What You Want » tout en étant à distance.

Une prouesse d’organisation pour un événement virtuel très réussi qui a rassemblé pas moins de deux milliards de personnes dans le monde et dont les bénéfices s’élèvent à 127,9 millions de dollars, reversés intégralement à l’OMS pour la lutte contre l’épidémie de Covid-19.

 

Des concerts intimes, exclusifs et payants

Parmi les artistes ayant décidés de se réinventer en proposant des concerts en live sur les réseaux sociaux, il n’y a pas que les super stars qui font cela bénévolement.

Beaucoup d’artistes dépendent des revenus de leurs concerts pour vivre et dans le contexte actuel, ils doivent s’adapter et trouver de nouvelles sources de revenus. Plusieurs proposent donc à leurs fans des showcases intimistes voir privés en live dont la plupart sont payants.

 

Les Festivals aussi se réinventent

Les festivals font aussi partie des événements très impactés par la crise. Alors que la période phare de ces événements musicaux en plein air se situe entre juin et août et que les mesures de distanciation sociale prolongées rendent impossible leur tenue, les grands festivals ont pour beaucoup dû annuler leur édition 2020, ou du moins la repousser à l’année prochaine.

Il y a malgré tout une possibilité pour les festivals de se réinventer en mode virtuel. On l’a déjà vu avec le Swiss Sofa Festival qui s’est tenu sur Instagram du 25 et 27 mars dernier et qui rassemblait de nombreux artistes suisses comme Bastian Baker, Aliose ou encore Nick Melow. Mais de grands noms du monde des festivals ont également pris cette direction à l’instar du Printemps de Bourges en France par exemple.

Une bonne idée à récupérer pour nos festivals romands non ?

 

La fièvre du samedi soir s’invite dans votre salon 

Bars, boîtes de nuit et restaurants fermés, est-ce une raison pour renoncer à faire la fête ? La réponse est non ! De nombreux DJs proposent des sets en live sur Facebook ou Instagram pour vous permettre de continuer à profiter de vos samedis soirs mais depuis votre salon ou votre terrasse. Pas plus de 5 personnes à la fois et avec 2m de distance entre chaque s’il vous plait !

A Genève, une telle opération a été organisée samedi 25 avril. Geneva United Session a rassemblé cinq DJs pour six heures de sets retransmises en live sur Facebook. Le tout pour relayer un appel aux dons au profit de la Croix-Rouge Suisse. Comme quoi, on peut même conjuguer plusieurs de ces nouveaux formats.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

👹👹👹 @djtictactec

Une publication partagée par GENEVA UNITED SESSIONS (@genevaunitedsessions) le

A travers tous ces exemples, on constate que, malgré tout, nous recherchons toujours à créer du lien, à maintenir le contact et à continuer à nous rassembler même si pour un temps, ce sera virtuellement.

Et si aujourd’hui, ces réseaux sociaux dont on dit souvent tant de mal, constituait notre meilleur moyen de garder le contact et de continuer à tisser un lien social entre les individus ? Une réflexion intéressante lorsque l’on voit toutes les initiatives qui émergent pour lutter contre la solitude, l’ennui, la distance mais aussi pour s’entraider, se soutenir et rester positifs.

Alors, allons-y, réinventons les modèles de rassemblements, tirons le meilleur des réseaux sociaux et surtout, n’oublions pas de profiter et de partager virtuellement!

Actualité

Premier enfant décédé du coronavirus en Suisse

Publié

le

Peter Kneffel/dpa

La Suisse a enregistré 32 cas supplémentaires de coronavirus et deux décès liés à la maladie en 24 heures, a annoncé vendredi Stefan Kuster de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Pour la première fois, un enfant fait partie des victimes.

Continuer la lecture

Actualité

Tribunal fédéral: conditions de détention illégales à Champ-Dollon

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Tribunal fédéral admet le recours d’un détenu incarcéré durant plus de 22 mois à Champ-Dollon. Il constate que l’homme a passé 234 jours dans des conditions illicites, essentiellement en raison de la surface insuffisante de sa cellule.

Libéré à mi-mai 2016, le détenu avait saisi les autorités genevoises afin que l’illicéité de ses conditions de détention entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015 soit constatée et qu’une indemnité pour tort moral lui soit versée. Ses démarchés étaient restées vaines jusqu’à ce que le Tribunal fédéral ordonne en février 2019 à la Cour de justice d’entrer en matière.

En décembre 2019, la Cour de justice avait admis l’illicéité pour la période de détention précédant le jugement, soit durant 89 jours. Elle estimait en revanche que les conditions de détention après le jugement avaient été difficiles mais pas illicites.

Surface insuffisante

Certes, le recourant s’était retrouvé avec deux codétenus dans une cellule prévue pour deux personnes et ne disposait donc pas de la surface minimale de 4 mètres carrés recommandée par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT). Mais ses compagnons étaient occupés plusieurs heures par jour au-dehors. Lui-même avait droit à une promenade quotidienne d’une heure et de trois à quatre heures hebdomadaires de sport.

Saisi d’un nouveau recours, le Tribunal fédéral a estimé, dans un arrêt publié vendredi, que le raisonnement des juges genevois, qui ont opéré une distinction « artificielle » entre la détention avant et après jugement, est indéfendable. En effet, les conditions – surface et occupation de la cellule – étaient les mêmes durant ces deux périodes. Cette distinction permettait juste de considérer que la durée maximale de trois mois, considérée comme tolérable en cas de surpopulation carcérale, n’était pas atteinte.

Confiné durant 8 mois

Pour le Tribunal fédéral, le recourant a passé près de 8 mois confiné durant 22 à 23 heures par jour dans une cellule qui lui offrait une surface individuelle inférieure à 3,7 mètres carrés. Les activités hors cellule proposées apparaissent très marginales. Dans ces conditions, la durée tolérable de trois mois au maximum est largement dépassée.

En conclusion, la Cour de droit pénal conclut que les conditions de détention du recourant n’ont pas été conformes aux standards minimaux durant 234 jours , entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015. Le Tribunal fédéral n’a pas été saisi d’une demande d’indemnisation et ne s’est donc pas prononcé sur ce point qui devra être tranché par la justice genevoise. (arrêt 6B_169/2020 du 18 mai 2020)

Continuer la lecture

Actualité

La hotline genevoise dédiée au COVID-19 va être progressivement désactivée

Publié

le

Mis en place le 28 février dernier pour répondre aux questions des Genevoises et des Genevois sur la maladie COVID-19, le numéro 0800 909 400 de la ligne d’information gratuite cantonale sera progressivement désactivée à compter du vendredi 5 juin.
En raison de la baisse du nombre d’appels et du changement de leur nature, les responsables du dispositif ORCA-GE (organisation en cas de catastrophe et de situation exceptionnelle) ont décidé de suspendre l’activité de la hotline genevoise. En trois mois, les opérateurs ont répondu à un peu plus de 20’000 appels (un appelant sur 8 a été dévié sur le 144 pour une prise en charge médicale).

La ligne d’information a été organisée, dans un premier temps, pour désengorger les lignes téléphoniques des urgences et des hôpitaux, mais aussi pour apporter un complément d’information relatif à la situation épidémiologique à Genève et rappeler les mesures à prendre individuellement et collectivement pour se protéger du virus. La réponse pour les personnes présentant des symptômes a été assurée par du personnel de santé. Dès le 28 mars, des spécialistes sont également venus en renfort afin de répondre aux personnes souhaitant obtenir un soutien psychologique.

Un nouveau numéro

Aujourd’hui, la situation épidémiologique conjuguée à une information régulière de la population sur le virus ne nécessite plus le maintien d’une ligne dédiée aux seuls renseignements relatifs au COVID-19. Dès le 5 juin, les répondants (actuellement des astreints de la Protection civile) seront démobilisés et un répondeur prendra le relais jusqu’au 26 juin, date ou la ligne sera définitivement fermée.

Dès lors, il est recommandé aux personnes présentant des symptômes ou souhaitant obtenir des informations médicales sur le coronavirus de contacter sans délai le nouveau numéro +41 22 427 88 00. Ce numéro répond à tous les appels médicaux non urgents 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Le personnel de santé qui répond à cette ligne, dédiée aux urgences non vitales, évaluera la situation et orientera ces personnes vers les structures de prélèvements ou de consultations adéquates. Cette nouvelle ligne médicale décharge le 144, qui continue à traiter les urgences médicales.

Le standard téléphonique de l’Etat traite, durant les heures ouvrables, toute autre question au numéro +41 22 327 41 11, et redirige les demandeurs auprès des services concernés. Pour les personnes souhaitant bénéficier d’un soutien psychologique et/ou émotionnel, il est recommandé d’appeler directement le 143. L’Infoline coronavirus gérée par l’office fédéral de la santé publique (OFSP) reste opérationnelle et répond tous les jours, de 6h00 à 23h00 au +41 58 463 00 00.

ATS avec MH

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: des panneaux de protection en kit

Publié

le

Photo: ExpertiZ/Petalo

De l’expertise d’art, à l’art de se protéger, il n’y a qu’un pas et c’est le monde de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Oui c’est l’histoire d’une startup genevoise, spécialisée dans l’expertise d’objets d’art et la restauration de tableaux, qui a connu des difficultés avec le Covid-19. Ses activités sont provisoirement à l’arrêt mais, en attendant la reprise, elle a trouvé un moyen de rebondir en proposant des panneaux de protection ingénieux et utiles surtout en cette période de pandémie, pour délimiter les espaces dans les commerces, les restaurants, chez le coiffeur, dans les bibliothèques et autres open space. La jeune pousse ExpertiZ, c’est son nom, a donc décidé début mai de se lancer dans une nouvelle aventure avec ces panneaux antibactériens. Un concept né en Italie où 15’000 pièces ont déjà été vendues en l’espace d’un mois et demi. En Suisse, le démarchage commence tout juste mais une brasserie genevoise et un hôtel vaudois ont déjà passé commandes. 

Qu’est-ce qu’ils ont d’ingénieux ces panneaux?

D’une part c’est leur facilité d’installation. Ils sont livrés en kit. 2 minutes suffisent nous dit-on pour les monter à 2. Ce sont des pièces que l’on emboite… Un socle, une paroi transparente en plexiglas à emboîter sur un encadrement et le tour est joué. Le représentant genevois assure d’ailleurs, avec le sourire, que même sa fille de 6 ans y arrive. Parce qu’à la différence des modèles qui existent déjà sur le marché, ceux-là sont un mélange de bois, de matériau alvéolé et de plexiglas. Donc assez légers. Plusieurs dimensions sont possibles, plusieurs coloris aussi. Et les prix varient entre 130 et 250 francs pièce, selon les options. En attendant que les activités d’expertise d’objets et de restauration de tableaux redémarrent, ExpertiZ essaie d’encadrer différemment le monde de demain.

Continuer la lecture

Actualité

Lac Léman: les lignes touristiques de la CGN rouvrent dès le 6 juin

Publié

le

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Les emblématiques bateaux à vapeur de la CGN sont bientôt de retour dans le paysage lacustre. La CGN procédera dès le 6 juin à la réouverture progressive de ses lignes touristiques suspendues depuis le 13 mars dernier en raison de l’épidémie du coronavirus.

Le plan de reprise couvrira l’intégralité des rives lémaniques suisses jusqu’au 15 juin, indique jeudi la CGN. Il sera articulé autour de trois boucles, proposées au public au départ de Lausanne, Genève et Le Bouveret (VS) avec une desserte des ports principaux.

Cet horaire spécial s’explique notamment par le temps nécessaire à remettre en exploitation la totalité de la flotte. En fonction de la fréquentation, les lignes seront renforcées si nécessaire.

Dès le 15 juin, les rives françaises seront également accessibles au plus grand nombre. Les lignes transfrontalières N1 (Lausanne – Evian), N2 (Lausanne – Thonon), et N3 (Nyon-Yvoire) seront à nouveau en libre accès avec la levée des restrictions douanières.

Enfin, dès le 28 juin, la CGN opérera à nouveau à plein avec son horaire usuel de haute saison. Toutes les conditions sanitaires requises selon les directives de la Confédération seront respectées sur l’ensemble de la flotte, précise le communiqué.

Continuer la lecture