Rejoignez-nous

Coronavirus

Le monde de demain: le développement accéléré de la télémédecine

Publié

,

le

Photo: One Doc

La crise liée au coronavirus a aussi obligé les médecins à se réinventer, c’est le monde de demain… 

Benoît RouchaleauLe monde de demain

Avec le semi-confinement et les distances de sécurité à respecter, les médecins généralistes ont eux aussi dû s’adapter pour continuer, tant bien que mal, à suivre leurs patients. Il faut dire que beaucoup ont renoncé à consulter, de peur d'être contaminés par le Covid-19. On estime que les RDV chez le médecins ont ainsi été divisés par 4 rien que sur le mois de mars. En réponse, la télémédecine a accéléré le pas… Illustration avec la start-up genevoise One Doc, spécialisée dans la prise de RDV médicaux en ligne. Elle avait prévu de développer un module de consultation vidéo pour l’été 2020, mais le contexte du coronavirus a précipité la finalisation de leur projet. Après 7 jours et 7 nuits de travail acharné, la plateforme a finalement vu le jour le 23 mars. Il s’agit d’un module sécurisé et crypté : le flux vidéo est transmis directement entre le médecin et son patient, sans transiter par les serveurs de One Doc et surtout il est gratuit pour l'ensemble des professionnels de santé partenaires, jusqu’à la fin de la pandémie de Covid-19.

Est-ce que les médecins et les patients ont franchit le pas? 

Oui la plateforme a rapidement confirmé son potentiel, il faut dire qu’elle fonctionne aussi bien sur un téléphone que sur un ordinateur, ce qui permet plus de souplesse d’utilisation. Les RDV pour une consultation vidéo se prennent directement sur le site de One Doc. 10 minutes avant la consultation, vous recevez un lien par SMS ou par email pour rejoindre la salle de consultation virtuelle. Le dispositif a d’abord été testé auprès d’une 20aine de praticiens genevois, qui louent d’ailleurs la proximité qu’offre l’image, plutôt qu’une simple conversation téléphonique. Et 3 semaines après son lancement, 300 professionnels de santé sont aujourd’hui équipés et plus de 400 consultations vidéo sont ainsi menées chaque jour. 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

La Suisse compte 1846 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

La Suisse compte mercredi 1846 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte mercredi 1846 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 45 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 27'981 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,60%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 15'962, soit 183,27 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,24. Les patients Covid-19 occupent 11,50% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 69,80%.

Au total 11'060'641 doses de vaccin ont été administrées et 63,16% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 71,87%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'297'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 7'007'847 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 869'041 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'594'561 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'840 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'540.

Le pays dénombre par ailleurs 9320 personnes en isolement et 6318 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

La vaccination de rappel prolonge la validité du certificat d'un an

Publié

le

Le certificat est valable pendant douze mois après la dernière vaccination, a rappelé l'OFSP (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le certificat Covid sera prolongé d'un an après une troisième dose de vaccin contre le coronavirus. C'est ce qu'a annoncé mercredi l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) à Keystone-ATS.

Le certificat Covid est valable pendant douze mois après la dernière vaccination. Cela s'applique également à la vaccination de rappel, a indiqué un porte-parole de l'OFSP. Des informations contradictoires avaient circulé mardi sur l'effet de cette vaccination de rappel sur la validité du certificat.

Lors d'une conférence de presse, Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et collaboration internationale de l'OFSP, a indiqué que le certificat ne serait pas prolongé. En soirée, le président de la commission fédérale pour les vaccinations, Christopoh Berger, a rectifié le tir dans l'émission de la SRF "10 vor 10".

Mais le rappel du vaccin n'est pas là pour prolonger le certificat, a-t-il précisé. "Nous voulons offrir le rappel aux personnes qui ne disposent plus d'une protection maximale".

L'autorité de surveillance des médicaments Swissmedic a donné mardi le feu vert au rappel de la vaccination contre le coronavirus pour les produits Biontech/Pfizer et Moderna. La troisième piqure est autorisée pour les personnes "particulièrement vulnérables" et celles ayant un système immunitaire affaibli dès 12 ans.

La Confédération recommande à toutes les personnes de plus de 65 ans de se faire administrer une troisième dose, au plus tôt six mois après une vaccination complète.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 1491 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Swissmedic autorise un booster contre le coronavirus pour les personnes à risques. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

La Suisse compte mardi 1491 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore neuf décès supplémentaires et 26 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 22'145 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 6,73%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 15'088, soit 173,24 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,24. Les patients Covid-19 occupent 11,6% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 68,7%.

Au total 11'043'045 doses de vaccin ont été administrées et 63,01% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 71,69%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'297'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'985'505 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 867'197 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'566'572 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'836 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'494.

Le pays dénombre par ailleurs 7967 personnes en isolement et 5411 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Les seniors sont appelés à tendre l'épaule une troisième fois

Publié

le

Une troisième dose de vaccin est autorisée en Suisse pour les personnes à risques (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse autorise à son tour un rappel du vaccin contre le coronavirus. Pour l'instant, le booster n'est recommandé que pour les personnes de plus de 65 ans.

Le rappel doit être injecté au minimum six mois après la deuxième dose. ll s'adresse en particulier aux personnes de plus de 75 ans, aux résidents des EMS et des établissements de soins, et aux personnes de plus de 65 ans souffrant de maladies graves préexistantes, a précisé mardi Christoph Berger, président de la commission fédérale pour les vaccinations, lors du traditionnel point de presse des experts de la Confédération.

La protection vaccinale contre le coronavirus peut diminuer avec le temps dans ces catégories. Mais elle reste quand même élevée, d'environ 80% sans le booster chez les personnes de plus de 80 ans qui ont reçu le vaccin Pfizer, a relevé M. Berger.

Le booster n'est pas recommandé pour tout le monde, a-t-il poursuivi. L'efficacité des vaccins est encore "excellente" pour la population en général.

Rappel pour les soignants étudié

Swissmedic a pourtant lui autorisé le vaccin de rappel pour les personnes à risques dès 12 ans. "Swissmedic et la commission n'ont pas les mêmes rôles", a rappelé M. Berger.

Cette dernière émet simplement des recommandations pour la population. Son président a cependant concédé que les personnes de moins de 65 ans, à risques ou non, qui veulent aussi recevoir un vaccin de rappel, peuvent le faire si leur demande est approuvée par un médecin.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la commission étudient par ailleurs la possibilité du rappel pour le personnel soignant qui côtoie les personnes à risques, a encore indiqué M. Berger. Des recommandations détaillées seront publiées dans les deux prochaines semaines.

Les cantons se préparent à injecter les premiers vaccins de rappel à partir de la mi-novembre, probablement d'abord dans les maisons de retraite. Ils décideront à partir de quand les personnes concernées pourront s'inscrire. Le booster de Pfizer/BioNTech consistera en une dose similaire aux deux premières (0,3 ml) et celui de Moderna en une demi-dose (0,25 ml).

Certificat Covid pas prolongé

"La durée de validité du certificat Covid ne sera pas prolongée en raison du booster", a précisé Patrick Mathys, chef de la section gestion de crise et coopération internationale de l'OFSP. Les premiers sésames devraient arriver à échéance en janvier, a-t-il reconnu.

"Mais la situation n'est pas statique". Les données sur une protection aussi longue ne sont générées que maintenant. "Il y a de bonnes chances que la protection s'étende au-delà de douze mois", selon M. Mathys.

Motiver les non-vaccinés

Si la troisième dose permet une meilleure protection des personnes à risque, elle ne va pas changer la donne, ont souligné les experts. "Les game changer, ce sont les première et deuxième injections", a insisté M. Mathys. Chaque vaccination permet de supprimer petit à petit les restrictions sans pour autant surcharger les hôpitaux.

"Il faut atteindre les personnes qui ne sont pas encore vaccinées", a abondé Elise de Aquino, de l'OFSP. "C'est là que nous attendons le plus grand impact."

La Suisse dispose de suffisamment de doses pour vacciner les personnes autorisées à recevoir un booster et celles qui n'ont encore reçu aucune dose en 2021 et 2022, selon la commission.

Troisième dose pour les immunodéprimés

Les personnes immunodéprimées, par exemple celles transplantées ou atteintes d'un cancer, qui n'ont pas ou peu développé de défenses immunitaires contre le Covid-19 après les deux doses pourront elles recevoir une troisième injection de même dosage au moins 28 jours après la deuxième dose. Dans ces cas-là, "il ne s'agit pas d'un booster ou d'un rappel", a insisté Claus Bolte, chef de la section autorisation de Swissmedic.

Ces décisions interviennent alors que les nouveaux cas de coronavirus augmentent dans toutes les régions de Suisse. "La situation épidémiologique est défavorable", a déclaré Patrick Mathys.

Un doublement des cas est attendu toutes les deux semaines, notamment avec l'arrivée de la saison froide, a averti Tanja Stadler, présidente de la Task force scientifique Covid-19 de la Confédération. "1,6 million de personnes ne sont toujours pas immunisées en Suisse."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Vérification et émission de certificats temporairement impossible

Publié

le

La panne a duré sur un très court laps de temps entre 15h03 et 15h14 (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Les certificats Covid ont connu des problèmes lundi après-midi. Leur émission et vérification étaient impossibles sur un cours laps de temps. Des problèmes similaires avaient déjà été constatés il y a un peu plus d'une semaine.

Selon l'Office fédéral de la technologie de l'information (OFIT), le problème a duré de 15h03 à 15h14.

Des problèmes techniques avaient déjà été rencontrés avec les certificats le vendredi 15 octobre. Vers 19h30, le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable". Selon l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), les applications suisses n'ont pas pu valider les certificats Covid suite à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne.

Vers 20h30, le problème a été résolu pour les certificats suisses. Les détenteurs de certificats étrangers ont eux dû attendre jusqu'à 22h30 avant de pouvoir les utiliser à nouveau. Les citoyens suisses de l'étranger n'ont eux pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés.

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, concerts, etc). Il faut être guéri, testé ou vacciné, et présenter un certificat sous forme papier ou s'affichant dans une application.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture