Rejoignez-nous

Coronavirus

Découvrez le visage des héros des HUG

Publié

,

le

Genève les applaudit sans relâche tous les soirs à 21 heures. Ces professionnels en blouse blanche sont en première ligne de la lutte contre le Covid-19. Le temps d’un cliché, quelques unes des figures de l’hôpital cantonal se sont prêtées à l’exercice du portrait sous l’objectif de Salvatore Di Nolfi, photographe de l’agence Keystone. Découvrez les visages de ces neuf médecins des HUG au coeur de l’action. Saluons à travers eux, ceux et celles qui oeuvrent à leurs côtés, parfois dans l’ombre, pour mener cet héroïque combat. 

 

Le biologiste Pascal Cherpillod (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Pascal Cherpillod a fait ses études de biologie à l’Université de Lausanne en se spécialisant dans les domaines de la biochimie et la biologie moléculaire virale. En 2000, il a obtenu une thèse de doctorat en virologie moléculaire (virus de la maladie de Carré) puis a poursuivi l’étude de certains mécanismes moléculaires de ce virus au Tierspital de Berne. Depuis 2005, il a rejoint le laboratoire de virologie où il est actuellement en charge du Centre National de Référence pour les Infections Virales Emergentes (CRIVE/NAVI).

 

Pr Laurent Kaiser              (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Chef du Service des maladies infectieuses et responsable du laboratoire, FMH maladies infectieuses et FAMH microbiologie. Il a obtenu son diplôme de médecine à la Faculté de médecine de Genève en 1987, puis une spécialisation en maladies infectieuses et en microbiologie clinique.En octobre 2013, il est nommé médecin chef de service des maladies infectieuses et supervise les activités cliniques et académiques grâce à une équipe de nombreux spécialistes compétents dans les domaines phares des maladies infectieuses et de la microbiologie.

 

Pr Pascal Bonnabry           (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Il est pharmacien-chef aux Hôpitaux Universitaires de Genève.

 

Pr Francois Sarasin               (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Il est médecin-chef de service des Urgences des HUG.

Pr Jerome Pugin                    (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Vice-doyen en charge de la médecine clinique, Jérôme Pugin a été formé comme médecin à la Faculté de médecine de Genève et possède un FMH en médecine interne et en médecine intensive. Il pratique la médecine comme médecin chef de service du service des Soins intensifs des Hôpitaux universitaires de Genève. Il dirige également un laboratoire de recherche au Département de microbiologie et médecine moléculaire, dont la thématique est centrée sur les mécanismes moléculaires de la reconnaissance bactérienne par les cellules immunitaires de l’hôte humain.

 

Dr Frederique Jacquerioz Bausch (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Médecin cheffe de clinique, Gestionnaire de projets au sein de l’équipe de médecine tropicale et humanitaire.

Dr Anne Iten                             (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Médecin interniste infectiologue, responsable du programme VigiGerme. Elle est spécialisée sur la prévention de la grippe en milieu hospitalier et a travaillé dans le service  prévention et contrôle de l’infection avec le Dr Didier Pittet.

 

Dr Manuel Schibler                 (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Il rejoint le laboratoire de virologie le 1er novembre 2013 afin d’orienter son activité vers la virologie clinique, à cheval entre l’interprétation des résultats des analyses et la recherche translationnelle, tout en gardant une activité clinique en maladies infectieuses, et obtient le titre FAMH en microbiologie médicale en 2018.

 

Pr Alexandra Calmy                (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Alexandra Calmy est médecin interniste, spécialisée en maladies infectieuses (FMH), et titulaire d’un doctorat en recherche clinique sur le VIH / sida obtenu à Sydney, Australie (Prof Andrew Carr, 2005-2008). Elle est actuellement professeure assistante à l’Université de Genève et responsable de la consultation VIH / sida au sein des Hôpitaux Universitaires de Genève. Elle est membre des groupes de travail de l’OMS qui élaborent les recommandations de prise en charge du VIH depuis 2001

5 Commentaires

5 Comments

  1. Arlette König

    8 avril 2020 à 11 h 51 min

    Un très grand merci pour votre dévouement à tous.

  2. Pastore Daniel

    8 avril 2020 à 13 h 01 min

    Soyez félicités pour cette emoathie tournée vers les r principaux responsables des HUG. Il est bon de mettre en lumière le somnet de la pyramide. Il impirte totefois de ne pas oublier la base de cette même pyramide.
    A quand la publication des portraits des centaines de médecins, infirmières, infirmiers aide-soignants , et.c qui méritent ausi notre reconnaissance

  3. Thomas

    8 avril 2020 à 22 h 51 min

    Très bien mais les infirmiers ? Les aides-soignants, assc, physio, nettoyeurs, cuisinier, nettoyeurs, magasiniers, laborantins et j’en passe ? Montrer les portraits de responsables de département ou de services oui cela humanise l’hôpital mais où sont les autres forçats de la santé ?

  4. Alvarez

    8 avril 2020 à 23 h 32 min

    Bravo aux médecins…et les infirmièrs…leurs responsables..ce sont aussi ces professionnels qui font tourner les unités que ce soit en soins intensifs ou dans les services,trop tendance à les ignorer

  5. Landwerlin

    9 avril 2020 à 13 h 32 min

    Dommage justement de ne pas mettre en avant ses personnes de l ombre…ceux qui sont ds les sous sols…cuisiniers…nettoyeurs…etc les professeurs ont régulièrement des articles…et les recherches c est avant qu elles sont utiles pas pendant une pandémie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Premier enfant décédé du coronavirus en Suisse

Publié

le

Peter Kneffel/dpa

La Suisse a enregistré 32 cas supplémentaires de coronavirus et deux décès liés à la maladie en 24 heures, a annoncé vendredi Stefan Kuster de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Pour la première fois, un enfant fait partie des victimes.

Continuer la lecture

Actualité

Tribunal fédéral: conditions de détention illégales à Champ-Dollon

Publié

le

KEYSTONE/Martial Trezzini

Le Tribunal fédéral admet le recours d’un détenu incarcéré durant plus de 22 mois à Champ-Dollon. Il constate que l’homme a passé 234 jours dans des conditions illicites, essentiellement en raison de la surface insuffisante de sa cellule.

Libéré à mi-mai 2016, le détenu avait saisi les autorités genevoises afin que l’illicéité de ses conditions de détention entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015 soit constatée et qu’une indemnité pour tort moral lui soit versée. Ses démarchés étaient restées vaines jusqu’à ce que le Tribunal fédéral ordonne en février 2019 à la Cour de justice d’entrer en matière.

En décembre 2019, la Cour de justice avait admis l’illicéité pour la période de détention précédant le jugement, soit durant 89 jours. Elle estimait en revanche que les conditions de détention après le jugement avaient été difficiles mais pas illicites.

Surface insuffisante

Certes, le recourant s’était retrouvé avec deux codétenus dans une cellule prévue pour deux personnes et ne disposait donc pas de la surface minimale de 4 mètres carrés recommandée par le Comité européen pour la prévention de la torture (CPT). Mais ses compagnons étaient occupés plusieurs heures par jour au-dehors. Lui-même avait droit à une promenade quotidienne d’une heure et de trois à quatre heures hebdomadaires de sport.

Saisi d’un nouveau recours, le Tribunal fédéral a estimé, dans un arrêt publié vendredi, que le raisonnement des juges genevois, qui ont opéré une distinction « artificielle » entre la détention avant et après jugement, est indéfendable. En effet, les conditions – surface et occupation de la cellule – étaient les mêmes durant ces deux périodes. Cette distinction permettait juste de considérer que la durée maximale de trois mois, considérée comme tolérable en cas de surpopulation carcérale, n’était pas atteinte.

Confiné durant 8 mois

Pour le Tribunal fédéral, le recourant a passé près de 8 mois confiné durant 22 à 23 heures par jour dans une cellule qui lui offrait une surface individuelle inférieure à 3,7 mètres carrés. Les activités hors cellule proposées apparaissent très marginales. Dans ces conditions, la durée tolérable de trois mois au maximum est largement dépassée.

En conclusion, la Cour de droit pénal conclut que les conditions de détention du recourant n’ont pas été conformes aux standards minimaux durant 234 jours , entre le 23 juin 2014 et le 15 février 2015. Le Tribunal fédéral n’a pas été saisi d’une demande d’indemnisation et ne s’est donc pas prononcé sur ce point qui devra être tranché par la justice genevoise. (arrêt 6B_169/2020 du 18 mai 2020)

Continuer la lecture

Actualité

La hotline genevoise dédiée au COVID-19 va être progressivement désactivée

Publié

le

Mis en place le 28 février dernier pour répondre aux questions des Genevoises et des Genevois sur la maladie COVID-19, le numéro 0800 909 400 de la ligne d’information gratuite cantonale sera progressivement désactivée à compter du vendredi 5 juin.
En raison de la baisse du nombre d’appels et du changement de leur nature, les responsables du dispositif ORCA-GE (organisation en cas de catastrophe et de situation exceptionnelle) ont décidé de suspendre l’activité de la hotline genevoise. En trois mois, les opérateurs ont répondu à un peu plus de 20’000 appels (un appelant sur 8 a été dévié sur le 144 pour une prise en charge médicale).

La ligne d’information a été organisée, dans un premier temps, pour désengorger les lignes téléphoniques des urgences et des hôpitaux, mais aussi pour apporter un complément d’information relatif à la situation épidémiologique à Genève et rappeler les mesures à prendre individuellement et collectivement pour se protéger du virus. La réponse pour les personnes présentant des symptômes a été assurée par du personnel de santé. Dès le 28 mars, des spécialistes sont également venus en renfort afin de répondre aux personnes souhaitant obtenir un soutien psychologique.

Un nouveau numéro

Aujourd’hui, la situation épidémiologique conjuguée à une information régulière de la population sur le virus ne nécessite plus le maintien d’une ligne dédiée aux seuls renseignements relatifs au COVID-19. Dès le 5 juin, les répondants (actuellement des astreints de la Protection civile) seront démobilisés et un répondeur prendra le relais jusqu’au 26 juin, date ou la ligne sera définitivement fermée.

Dès lors, il est recommandé aux personnes présentant des symptômes ou souhaitant obtenir des informations médicales sur le coronavirus de contacter sans délai le nouveau numéro +41 22 427 88 00. Ce numéro répond à tous les appels médicaux non urgents 7 jours sur 7 et 24h sur 24. Le personnel de santé qui répond à cette ligne, dédiée aux urgences non vitales, évaluera la situation et orientera ces personnes vers les structures de prélèvements ou de consultations adéquates. Cette nouvelle ligne médicale décharge le 144, qui continue à traiter les urgences médicales.

Le standard téléphonique de l’Etat traite, durant les heures ouvrables, toute autre question au numéro +41 22 327 41 11, et redirige les demandeurs auprès des services concernés. Pour les personnes souhaitant bénéficier d’un soutien psychologique et/ou émotionnel, il est recommandé d’appeler directement le 143. L’Infoline coronavirus gérée par l’office fédéral de la santé publique (OFSP) reste opérationnelle et répond tous les jours, de 6h00 à 23h00 au +41 58 463 00 00.

ATS avec MH

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: des panneaux de protection en kit

Publié

le

Photo: ExpertiZ/Petalo

De l’expertise d’art, à l’art de se protéger, il n’y a qu’un pas et c’est le monde de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Oui c’est l’histoire d’une startup genevoise, spécialisée dans l’expertise d’objets d’art et la restauration de tableaux, qui a connu des difficultés avec le Covid-19. Ses activités sont provisoirement à l’arrêt mais, en attendant la reprise, elle a trouvé un moyen de rebondir en proposant des panneaux de protection ingénieux et utiles surtout en cette période de pandémie, pour délimiter les espaces dans les commerces, les restaurants, chez le coiffeur, dans les bibliothèques et autres open space. La jeune pousse ExpertiZ, c’est son nom, a donc décidé début mai de se lancer dans une nouvelle aventure avec ces panneaux antibactériens. Un concept né en Italie où 15’000 pièces ont déjà été vendues en l’espace d’un mois et demi. En Suisse, le démarchage commence tout juste mais une brasserie genevoise et un hôtel vaudois ont déjà passé commandes. 

Qu’est-ce qu’ils ont d’ingénieux ces panneaux?

D’une part c’est leur facilité d’installation. Ils sont livrés en kit. 2 minutes suffisent nous dit-on pour les monter à 2. Ce sont des pièces que l’on emboite… Un socle, une paroi transparente en plexiglas à emboîter sur un encadrement et le tour est joué. Le représentant genevois assure d’ailleurs, avec le sourire, que même sa fille de 6 ans y arrive. Parce qu’à la différence des modèles qui existent déjà sur le marché, ceux-là sont un mélange de bois, de matériau alvéolé et de plexiglas. Donc assez légers. Plusieurs dimensions sont possibles, plusieurs coloris aussi. Et les prix varient entre 130 et 250 francs pièce, selon les options. En attendant que les activités d’expertise d’objets et de restauration de tableaux redémarrent, ExpertiZ essaie d’encadrer différemment le monde de demain.

Continuer la lecture

Actualité

Lac Léman: les lignes touristiques de la CGN rouvrent dès le 6 juin

Publié

le

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

Les emblématiques bateaux à vapeur de la CGN sont bientôt de retour dans le paysage lacustre. La CGN procédera dès le 6 juin à la réouverture progressive de ses lignes touristiques suspendues depuis le 13 mars dernier en raison de l’épidémie du coronavirus.

Le plan de reprise couvrira l’intégralité des rives lémaniques suisses jusqu’au 15 juin, indique jeudi la CGN. Il sera articulé autour de trois boucles, proposées au public au départ de Lausanne, Genève et Le Bouveret (VS) avec une desserte des ports principaux.

Cet horaire spécial s’explique notamment par le temps nécessaire à remettre en exploitation la totalité de la flotte. En fonction de la fréquentation, les lignes seront renforcées si nécessaire.

Dès le 15 juin, les rives françaises seront également accessibles au plus grand nombre. Les lignes transfrontalières N1 (Lausanne – Evian), N2 (Lausanne – Thonon), et N3 (Nyon-Yvoire) seront à nouveau en libre accès avec la levée des restrictions douanières.

Enfin, dès le 28 juin, la CGN opérera à nouveau à plein avec son horaire usuel de haute saison. Toutes les conditions sanitaires requises selon les directives de la Confédération seront respectées sur l’ensemble de la flotte, précise le communiqué.

Continuer la lecture