Rejoignez-nous

Actualité

Coronavirus: toutes les infos du 07 avril 2020

Publié

,

le

EPA/GIORGIO BENVENUTI

A Genève, le nombre de patients aux soins intensifs en légère décrue

Mardi, le canton de Genève comptait 51 malades du Covid-19 aux soins intensifs, dont 48 étaient intubés. Par rapport à lundi, ce chiffre est en léger recul. La veille, le nombre de patients nécessitant une surveillance de tous les instants s'élevait à 56, selon les chiffres fournis par le canton de Genève sur son site internet. Le nombre de décès au bout du lac depuis le début de la pandémie franchit le seuil symbolique de la centaine, avec 103 victimes dues au nouveau coronavirus. 19 personnes sont mortes en EMS, les autres à l'hôpital. Mardi, le canton de Genève avait recensé 3502 cas Covid. 340 patients étaient hospitalisés, contre 338 la veille.

Une baisse des recettes fiscales encore difficile à estimer à Genève

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

La crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 entraînera une diminution des recettes fiscales du canton de Genève cette année, rappelle mardi, dans une interview accordée à la Tribune de Genève, la conseillère d'Etat Nathalie Fontanet. Il est cependant trop tôt pour estimer l'ampleur de cette baisse. Le Conseil d'Etat devra "se montrer particulièrement prudent dans le cadre de l'élaboration du budget 2021", poursuit la grande argentière du canton. La magistrate ne s'avance pas à donner un ordre de grandeur du déficit du canton en 2020. "Nous pourrons nous prononcer dans quelques mois avec un plus grand recul".

Pour avoir une perspective un peu plus claire de l'avenir, le gouvernement genevois s'appuie notamment sur les travaux du Groupe de perspectives économiques (GPE). Ce dernier prévoit une contraction du PIB cantonal de 3 à 4% en 2020. Genève est menacée d'une récession plus brutale en raison de son tissu économique. Mme Fontanet relève l'importance du commerce de gros et des activités bancaires au bout du lac. Des domaines qui sont "particulièrement affectés par la crise actuelle". Il se pourrait toutefois que ces deux secteurs "retrouvent plus rapidement le chemin de la croissance lors de la reprise économique".

La Suisse enregistre 590 nouveaux cas de Covid-19

Mardi à 08h00, la Suisse comptait 22'242 cas testés positifs au coronavirus, soit 590 de plus que la veille. A l'heure actuelle, 641 personnes sont décédées des suites de la maladie Covid-19, selon le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Le pays a enregistré 57 nouveaux décès en 24 heures. La Suisse a l'une des incidences les plus élevées (259 cas pour 100'000 habitants) en Europe, précise vendredi l'OFSP dans son rapport. Près de deux tiers des décès (62%) sont enregistrés chez des hommes, les 38% chez des femmes. L'âge des personnes décédées va de 32 à 101 ans, avec un âge médian de 83 ans.

Depuis le premier cas de Covid-19 confirmé en laboratoire le 24 février, le nombre de cas n'a cessé d'augmenter. A ce jour, 167'429 tests ont été effectués, dont 15% étaient positifs. L'âge des cas confirmés en laboratoire va de 0 à 108 ans, avec un âge médian de 53 ans (50% des cas sont plus jeunes et 50% plus âgés que cet âge). Au total, 47% des cas sont des hommes, 53% des femmes. Les adultes sont nettement plus touchés que les enfants. Chez les adultes de 60 ans et plus, les hommes sont plus touchés que les femmes, et chez les adultes de moins de 50 ans, les femmes que les hommes. Par rapport à leur taille, les cantons du Tessin, de Genève, de Vaud et de Bâle-Ville restent les plus marqués par l'épidémie. Le taux d'incidence pour 100'000 personnes est de 731 au Tessin, 690,3 à Genève, 547 dans le canton de Vaud et 484,7 à Bâle-Ville. Le rapport de l'OFSP est basé sur les informations fournies par les laboratoires et les médecins dans le cadre de la déclaration obligatoire. Les chiffres du jour se basent sur les déclarations que l'OFSP a reçues jusqu'à vendredi matin. C'est pourquoi ils peuvent diverger de ceux communiqués par les cantons.

La plupart des Suisses bloqués à l'étranger ont pu rentrer au pays

La plupart des Suisses bloqués à l'étranger ont pu rentrer au pays, a affirmé Hans-Peter Lenz, responsable de la crise au DFAE lors d'un point de presse mardi à Berne. Ils ont pu le faire soit par leurs propres moyens soit grâce à l'aide du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). A ce jour, 21 vols de rapatriements ont été menés par la Suisse, a détaillé M. Lenz. Au total, environ 4600 personnes, dont 2600 Suisses et 2000 étrangers essentiellement européens ont été transportés. De même environ 1100 ressortissants suisses ont été rapatriés par des pays partenaires, essentiellement européens. Huit vols additionnels sont en cours de planification, a ajouté Hans-Peter Lenz. A savoir depuis Auckland en Nouvelle-Zélande, les Iles Canaries, Guatemala-city, San José au Costa Rica, Dehli et Mumbai en Inde, Le Cap en Afrique du Sud et Kinshasa en République démocratique du Congo.

Ces vols sont organisés lorsqu'il n'y a vraiment plus d'alternative et pour autant qu'il y ait une demande des ressortissants suisses auprès des représentants en poste. La coopération avec d'autres nations s'est avérée essentielle, surtout en Afrique où les ressortissants étaient particulièrement dispersés. Selon M. Lenz, il y aurait encore un millier de Suisses à l'étranger. Selon l'application travel admin, 10'000 seraient encore à l'étranger mais les représentants suisses sur place n'ont reçu que peu de demandes dernièrement. Selon le DFAE, soit ces personnes n'ont pas changé leur statut, soit elles souhaitent rester sur place.

Le Parlement prêt à reprendre la main

Après trois semaines d'interruption, le Parlement se remet dans le bain. Les commissions siègent à nouveau pour juger le travail du Conseil fédéral et son utilisation du droit d'urgence depuis la mi-mars. Selon la Constitution fédérale, en cas de situation extraordinaire, l'Assemblée fédérale dispose "d’une compétence parallèle lui permettant d’édicter des ordonnances de nécessité". Cet instrument peut être utilisé "lorsqu'il est nécessaire et urgent d’établir une réglementation, mais qu’aucune base légale n’existe à cet effet". L’ordonnance de nécessité du Parlement a pour but de remplacer celles du Conseil fédéral pour donner aux mesures concernées une plus grande légitimité démocratique. Elle offre à l’Assemblée fédérale la possibilité de contrôler et de corriger les mesures prises par le gouvernement. Les décisions du Parlement priment celles du Conseil fédéral, explique un document publié par les services du Parlement en vue de la session extraordinaire. Une ordonnance de nécessité du Parlement peut être édictée tant par le Conseil fédéral que le législatif. Ce dernier peut le faire par le biais d'une initiative parlementaire.

Les commissions ont également d'autres moyens d'intervenir. Elles peuvent agir par le biais d'une motion. Mais il faut impérativement que le Conseil fédéral ait donné son avis sur le sujet pour que l'intervention puisse être examinée par les conseils. Concernant les crédits engagés par le Conseil fédéral, les commissions des finances, puis le Parlement, peuvent en augmenter les montants ou en introduire de nouveaux. En outre, le Parlement peut les annuler jusqu'à concurrence de ce qui n'a pas encore été dénoncé. Et ce même si la Délégation des finances a donné son accord aux montants. Le Conseil fédéral n’a alors plus le droit d’effectuer ces dépenses. Le remboursement des dépenses déjà engagées ne peut toutefois pas être demandé. Le même principe s’applique aux crédits d’engagement. La session extraordinaire du Parlement, consacrée à la crise du coronavirus, se déroulera du 4 au 8 mai à Bernexpo à Berne. La pandémie ne permet pas aux Chambres de siéger en toute sécurité sous la Coupole du Palais fédéral.

Les marchés de Lausanne rouvrent partiellement

KEYSTONE/LAURENT GILLIERON

La Ville de Lausanne rouvre partiellement ses marchés. Certains emplacements seront réservés aux maraîchers-producteurs de fruits et légumes à partir du 15 avril. La tenue des marchés est interdite en Suisse depuis le 17 mars en raison du coronavirus. Mais selon les dernières directives du Conseil fédéral, les stands d'alimentation peuvent être maintenus en respectant les règles de distance, a expliqué mardi la Ville de Lausanne pour justifier la réouverture partielle de ses marchés. Pour l'instant, seuls les stands de fruits et légumes sont concernés. Les maraîchers devront veiller à ce que leurs clients restent à distance et ne touchent pas eux-mêmes les produits.

Selon le municipal lausannois de l'économie Pierre-Antoine Hildbrand, cité sur le site de 24 heures, 30 stands pourront ainsi rouvrir, contre 160 habituellement. "D'autres solutions sont étudiées" pour les autres types de produits, poursuit le communiqué de la Ville. Les horaires des marchés seront les mêmes qu'en temps normal: chaque mercredi et samedi pour le marché central, chaque lundi et jeudi pour le marché de Grancy, sous-gare, et chaque jeudi pour le marché de la Sallaz.

Vaud: treize nouveaux décès - Stabilisation des hospitalisations

Le canton de Vaud déplore désormais 160 décès qui peuvent être attribués au Covid-19, soit treize de plus que la veille, selon les derniers chiffres publiés mardi par les autorités sanitaires. Le nombre d'hospitalisations reste à un haut niveau (378) mais tend à se stabiliser depuis plusieurs jours. Le nombre de cas testés positifs au coronavirus reste, lui, toujours sur une pente ascendante. Il s'élève désormais à 4155 personnes, contre 4115 un jour plus tôt. Sur les 378 hospitalisations (+1), 81 le sont aux soins intensifs (+3).

Le Valais procédera à des achats groupés de matériel

La pandémie actuelle rend l’approvisionnement en matériel de protection et désinfectants difficile. Le Département valaisan de la santé a convenu avec les hôpitaux de procéder à des achat groupés pour aider les prestataires de soins, a-t-il indiqué mardi. Les commandes se font par l’intermédiaire des organisations faîtières, précise le département. La livraison s’effectuera en fonction de la disponibilité.

Le marché de l’approvisionnement en matériel de protection - masques, blouses, lunettes, gants, protections, désinfectant - est actuellement très tendu. Plusieurs professionnels de la santé et institutions sanitaires ont sollicité le canton afin de les aider dans leurs démarches auprès de fournisseurs. Une solution a pu être mise sur pied avec la Centrale d’achats de l’Institut Central des Hôpitaux (ICH). Mais il faut s’attendre à des retards de livraison ou des ruptures de stock sur les articles les plus critiques, met en garde le département. Les prix sont en outre très fluctuants et dépendront des opportunités d’achats.

728 soldats actuellement en quarantaine

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

L'armée et la protection civile sont également affectés par le coronavirus. 728 soldats sont actuellement en quarantaine, 49 en isolation et 172 ont été testés positifs, a affirmé Raynald Droz, chef d'état-major du commandement des opérations au Département fédéral de la défense lors d'un point de presse à Berne mardi. Sur les 3800 personnes déployées, 2400 sont capables de prodiguer des soins de base. "Ces jeunes ne sont pas en concurrence avec le sytème de santé, car ils ne sont pas actifs dans ce domaine au quotidien", a précisé le brigadier. Pour le week end de Pâques, l'engagement de l'armée se poursuit: militaires et recrues montrent l'exemple et resteront en caserne. Par ailleurs jusqu'à 340 personnes n'ont pas répondu à l'ordre de marche qu'elles avaient reçues. Elles ont toutes contactées. Si elles ne disposent pas de dispenses valables, la justice militaire se penchera sur leurs cas.

Neuf morts de plus au Tessin - chiffres en baisse

Neuf personnes ont succombé au Covid-19 durant les dernières 24 heures au Tessin. Les chiffres sont en baisse. Lundi, douze décès avaient encore été rapportés et le canton annonçait des nombres à deux chiffres tout au long de la semaine dernière. Cinquante-trois personnes ont en outre été testées positives à la maladie, ont indiqué mardi les autorités cantonales. C'est le quatrième jour consécutif que le Tessin enregistre moins de cent nouvelles infections en 24 heures, une première depuis la mi-mars.

Salles de gymnastique transformées en hôpital d'urgence à Zurich

L'hôpital universitaire de Zurich a installé un hôpital d'urgence pour les patients atteints du Covid-19 dans deux salles de gymnastique d'une école cantonale à Zurich. Il ne deviendra opérationnel que si les hôpitaux et cliniques de réadaptation sont surchargés. L'hôpital d'urgence dispose de 60 lits, a indiqué mardi Gregor Zünd, directeur de l'hôpital universitaire. Il est destiné aux patients atteints par le coronavirus qui quittent les soins intensifs et qui ont encore besoin de soins médicaux. Ces patients sont actuellement dirigés vers d'autres hôpitaux ou des cliniques de réadaptation. "Si ces hôpitaux et cliniques devaient être pleins, nous mettrons en service l'hôpital d'urgence", a expliqué Georg Zünd. L'hôpital d'urgence sera géré par l'Institut de médecine familiale. Près de 50 médecins généralistes ont déjà accepté d'y travailler.

En Europe:

Espagne: le bilan repart à la hausse avec 743 morts en 24 heures

EPA/ISMAEL HERRERO

Le bilan quotidien de la pandémie de coronavirus est reparti à la hausse en Espagne, après quatre jours de baisse. Il a atteint 743 morts, pour un total de 13'798 décès. Les autorités estiment cependant que la tendance à la baisse continue. Le nombre de cas déclarés en 24 heures a lui aussi augmenté plus rapidement, de 4,1% contre 3,3% la veille, pour atteindre 140'510 dans le pays le plus frappé par le Covid-19 derrière l'Italie, selon les chiffres du ministère de la Santé. "Cette légère augmentation par rapport à hier, nous considérons qu'elle est due à l'ajustement des données de la fin de semaine", a expliqué la Dr Maria José Sierra du Centre d'alertes sanitaires, qui avait déjà relevé précédemment que les morts et les cas du week-end n'étaient enregistrés qu'avec retard. "En réalité, la tendance à la baisse est ce que nous continuons d'observer dans les rapports de ces derniers jours", a-t-elle ajouté. Les autorités estiment avoir stabilisé la propagation du virus.

Le Portugal vise un début de retour à la normale en mai

Les autorités portugaises espèrent que le maintien des mesures de confinement pendant le mois d'avril permettra de retrouver progressivement la normalité à partir de mai, a annoncé mardi le président Marcelo Rebelo de Sousa. M. Rebelo de Sousa s'exprimait devant les médias à l'issue d'une rencontre entre les principaux responsables politiques du pays et les autorités sanitaires, qui leur ont fait part d'une "tendance positive" vers une "réduction de la propagation du virus". Selon le bilan officiel publié mardi, le Portugal a recensé un nombre cumulé de 345 morts par Covid-19, soit 34 de plus que la veille. Le nombre total de cas déclarés a atteint les 12'442 après une hausse quotidienne de 6%, un indicateur passé sous la barre des 10% depuis près d'une semaine.

Pour l'instant, les Portugais se verront imposer des mesures de confinement encore plus strictes pendant la période de Pâques. Entre jeudi et lundi, tous les aéroports du pays seront fermés et la population ne pourra quitter sa commune de résidence que pour travailler dans les secteurs d'activité toujours autorisés sous l'état d'urgence, en vigueur depuis le 19 mars. Dès la mi-mars, alors que le Portugal comptait moins de 300 cas officiellement déclarés et n'avait encore enregistré aucun décès, le pays a fermé ses écoles et sa frontière avec l'Espagne voisine, frappée de plein fouet avec un total de 13'798 morts recensés mardi.

La Première ministre danoise a annoncé lundi une levée progressive des restrictions en vigueur pour lutter contre le nouveau coronavirus. Au menu, la réouverture des crèches ainsi que des écoles maternelles et primaires à partir du 15 avril. Selon les autorités sanitaires, "il est approprié et justifié de commencer une ouverture lente. Mais à condition que chacun garde ses distances et se lave les mains" a dit Mette Frederiksen lors d'une conférence de presse. Cette ouverture progressive et prudente s'étalera sur plusieurs mois. Si les plus jeunes pourront retourner à la crèche et à l'école maternelle et primaire le 15 avril, les collégiens et lycéens devront attendre le 10 mai, a indiqué la cheffe du gouvernement. Bars, restaurants, salons de coiffures et de massages, centres commerciaux et discothèques restent également fermés, et les rassemblements de plus de 10 personnes interdits.

La fermeture des frontières est elle aussi prolongée et les voyages à l'étranger déconseillés. Les grands rassemblements sont eux interdits jusqu'en août. Pour les élèves, l'examen national à la fin du collège n'aura pas lieu et est remplacé par le contrôle continu, a ajouté Mme Frederiksen. La cheffe du gouvernement compte sur le civisme de ses concitoyens et leur observation continue des règles sanitaires entre distanciation sociale et gestes barrières. "Un petit dérapage dans notre comportement individuel peut avoir un grand impact sur notre bien-être en tant que société", a-t-elle martelé. Le Danemark compte 4875 cas déclarés depuis le début de l'épidémie et 187 décès en lien avec le Covid-19. Lundi, l'Autriche a été le premier pays européen à dévoiler sa feuille de route d'un retour à une "nouvelle normalité".

Roumanie : dix nouveaux-nés positifs

Dix nouveaux-nés ont été testés positifs au Covid-19 dans une maternité de Roumanie, à Timisoara. Ils ont sans doute été contaminés par des soignants, ce qui a conduit le ministère de la Santé à ouvrir une enquête. "Les mamans sont négatives, les bébés en revanche sont positifs", a déclaré tard le ministre de la Santé Nelu Tataru, soulignant que les bébés avaient été "en contact avec le personnel médical". Les nouveaux-nés sont en bonne santé et ne présentent pas de symptômes. Neuf d'entre eux et leurs mères ont quitté la maternité et ont été placés à l'isolement chez eux. Ils seront tous retestés dans les jours qui viennent, a précisé le ministre.

La Bulgarie ferme ses frontières aux étrangers - Suisse concernée

La Bulgarie va fermer ses frontières aux étrangers dans l'effort de lutte contre la propagation du virus Covid-19, a annoncé le ministre de la Santé publique Kiril Ananiev lundi soir. La mesure vise concrètement les visiteurs venant d'Italie, Espagne, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Autriche et Suisse, peu importe leur nationalité. L'entrée sera refusée aussi aux personnes venant d'autres pays européens présentant un grand risque de propagation du Covid-19. Plusieurs exceptions sont prévues notamment pour les citoyens européens et résidents de pays des Balkans qui veulent retourner dans leur pays. La Bulgarie dénombre 549 cas confirmés de coronavirus pour une population de 7 millions de personnes. Vingt-deux personnes ont perdu la vie. Cette interdiction de voyage fait partie de l'état d'urgence prolongé jusqu'au 13 mai. Des mesures qui visent à protéger le système de santé fragile du pays.

C'est aussi dans cet objectif que les députés et les ministres bulgares feront don de leur salaire au système de santé publique tant que les mesures de confinement en raison de l'épidémie de Covid-19 restent en vigueur, a décidé le Parlement lundi soir. En prolongeant jusqu'au 13 mai l'état d'urgence qui permet au gouvernement d'imposer des mesures de confinement, les députés ont aussi fait preuve d'une rare unanimité. Ils ont soutenu la proposition du parti conservateur au pouvoir, Gerb, de renoncer à leur salaire à partir du 1er avril. Cette mesure comptera aussi pour les membres du gouvernement et leurs cabinets politiques, ainsi que pour les chefs d'agences gouvernementales. Le don des députés s'élèvera à environ 1,44 million de leva (780'000 francs) pour la période de confinement.

Dans le reste du monde:

En 24 heures, 1150 morts supplémentaires aux Etats-Unis

Les Etats-Unis, qui ont dépassé les 10'000 morts du nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie, ont recensé 1150 décès supplémentaires en 24 heures, selon le dernier décompte de l'université Johns Hopkins. Le président Donald Trump a pour sa part annoncé la livraison de 55,5 millions de masques chirurgicaux par mois. Le pays dénombre officiellement plus de 366'000 cas d'infection (quasiment 30'000 cas supplémentaires en 24 heures) et déplore 10'783 décès au total, selon cette base de données actualisée en continu. Les Etats-Unis sont le pays du monde qui compte, de très loin, le plus de cas officiellement déclarés de Covid-19. Le nombre de décès causés par la maladie dans le pays augmente depuis plusieurs jours de plus de 1000 morts quotidiennement, se rapprochant ainsi peu à peu du bilan déploré en Italie (16'523 morts) et en Espagne (13'005). Le président américain Donald Trump a pour sa part annoncé avoir conclu un accord avec la société 3M qui permettra aux Etats-Unis de recevoir des millions de masques chirurgicaux. Quelque 55,5 millions de masques de haute qualité doivent être livrés chaque mois, a-t-il précisé lors de la conférence de presse quotidienne de la cellule de crise de la Maison Blanche sur le nouveau coronavirus.

Une cathédrale de New York utilisée comme hôpital de campagne

Une vaste cathédrale du centre de New York est en train d'être transformée en hôpital de campagne. La mégalopole américaine est très durement frappée par le coronavirus. La cathédrale Saint-Jean le Théologien, située à Manhattan, abritera neuf tentes médicales à température contrôlée dans sa longue nef et sa crypte souterraine, a dit le doyen de la cathédrale, Clifton Daniel. "Au cours des siècles précédents, les cathédrales étaient toujours utilisées de cette façon, comme pendant la peste. Ce n'est donc pas étranger à l'expérience d'une cathédrale, c'est tout simplement nouveau pour nous", a-t-il observé.

Cet hôpital de campagne pourrait commencer à accueillir des patients atteints du Covid-19 dans une semaine, ont précisé des responsables de la cathédrale. Les hôpitaux de New York, épicentre américain de l'épidémie avec près de 3500 morts, commencent à saturer. Et la ville la plus dense des Etats-Unis compte plus de 72'000 personnes infectées. A l'échelle des Etats-Unis, la barre des 10'000 décès liés à l'épidémie de coronavirus a été franchie lundi, et les autorités nationales s'attendent au pire dans les semaines à venir.

 Chine: aucun mort pour la 1ère fois depuis le début de l'épidémie

La Chine n'a recensé aucun nouveau décès du Covid-19 au cours des dernières 24 heures, ont annoncé mardi les autorités, trois mois après le premier mort enregistré dans ce pays. C'est une première depuis le début de l'épidémie de coronavirus. Le géant asiatique, où le nouveau coronavirus est apparu fin 2019, avait fait état d'un premier décès le 11 janvier dernier. Depuis, 3331 personnes ont succombé à la maladie dans le pays. Après avoir dépassé la centaine courant février, le nombre quotidien de nouveau décès s'est régulièrement réduit depuis. Il est tombé à un seul mort annoncé lundi par le ministère de la Santé, puis zéro mardi. Les nouveaux cas de contamination diminuent aussi constamment depuis début mars, mais le pays est confronté à une deuxième vague d'infections importées de l'étranger, avec près d'un millier de cas cumulés, selon le ministère.

L'organisme a fait état mardi de 32 nouveaux cas de contamination, tous d'origine importée. Les autorités ont aussi dénombré 30 nouveaux patients asymptomatiques, portant le total à 1033. La grande majorité des cas et des décès ont été enregistrés à Wuhan, la ville du centre du pays où le virus a fait son apparition l'an dernier avant de se répandre dans le monde entier, tuant plus de 70'000 personnes. Mise en quarantaine le 23 janvier, la ville doit lever ses mesures de confinement mercredi, les personnes en bonne santé étant en principe autorisées à quitter la métropole.

Japon: l'état d'urgence déclaré pour sept régions, dont Tokyo

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré l'état d'urgence pour Tokyo et six autres régions de l'archipel face à une récente accélération du nombre de cas de Covid-19 dans l'archipel. La mesure est prévue initialement pour un mois. L'état d'urgence ne permet pas aux autorités japonaises d'imposer un confinement strict comme dans d'autres pays. Elle offre aux gouverneurs régionaux concernés la possibilité d'insister auprès de la population afin qu'elle reste chez elle, ainsi que de demander la fermeture temporaire de commerces non essentiels. Les préfectures concernées sont la capitale Tokyo et les trois régions de sa grande banlieue: la région de la grande métropole de l'ouest Osaka et sa voisine Hyogo, ainsi que celle de Fukuoka, dans l'île de Kyushu, au sud-ouest. Quelque 50 millions de personnes sont ainsi concernées, soit environ 40% de la population du pays.

Le Premier ministre, qui avait déjà annoncé lundi son intention de déclarer l'état d'urgence, a tenu à rappeler que ce dispositif n'entraînera "pas de confinement comme observé à l'étranger". L'objectif est de "maîtriser la propagation du virus tout en maintenant les services socio-économiques essentiels, comme les transports en commun". Les autorités comptent essentiellement sur la bonne volonté des citoyens, lesquels sont d'ailleurs très majoritairement favorables à l'état d'urgence, selon un sondage de la chaîne privée TBS publié lundi. "Il est nécessaire de demander l'entière coopération de tous", a martelé M. Abe, ajoutant que "selon les experts, si nous faisons tous des efforts pour réduire nos contacts de 70% à 80%, le nombre d'infections se réduira au bout de deux semaines".

ATS/MH

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Livia Leu participe au troisième entretien exploratoire à Bruxelles

Publié

le

Livia Leu rencontrera Juraj Nociar, chef de cabinet du vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, "pour un troisième entretien exploratoire sur l'approche par paquet", écrit le DFAE. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La secrétaire d'Etat Livia Leu se rendra à nouveau à Bruxelles jeudi pour des entretiens exploratoires. C'est ce qu'a confirmé lundi le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

Mme Leu rencontrera Juraj Nociar, chef de cabinet du vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, "pour un troisième entretien exploratoire sur l'approche par paquet", écrit le DFAE, interrogé par l'agence de presse Keystone-ATS. "Des divergences subsistent après deux tours exploratoires", poursuit-il.

Cette troisième rencontre aura lieu après un échange de lettres entre Berne et Bruxelles. Début mai, la Commission européenne avait envoyé à Mme Leu une lettre contenant des questions auxquelles elle souhaitait obtenir une réponse écrite. A l'époque, la secrétaire d'Etat avait déclaré à la radio SRF que le Conseil fédéral avait clairement indiqué qu'il n'y aurait pas d'accord-cadre institutionnel 2.0. Elle avait en outre confirmé que les positions étaient encore très éloignées.

Début juin, la réponse de la secrétaire d'Etat à Bruxelles a été rendue publique par le "Nebelspalter". Elle y prenait position sur les différentes questions et plaidait pour une prochaine rencontre dans les meilleurs délais.

Selon le DFAE, cette phase exploratoire doit permettre de "sonder s'il existe une base suffisante pour entamer des négociations". A l'avenir, le Conseil fédéral ne souhaite plus négocier uniquement sur les questions institutionnelles non résolues, mais également sur de nouveaux accords sectoriels, par exemple sur l'électricité ou la santé.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

Aucun fêtard drogué à la seringue dans le canton de Vaud

Publié

le

Une dizaine de cas d'agressions présumées à la seringue lors de soirées festives dans le canton de Vaud ont été analysés (photo symbolique). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Au cours des trois derniers mois, les services d'urgence du canton de Vaud ont accueilli une dizaine de personnes pensant avoir été droguées à leur insu avec des seringues lors de soirées festives. Les analyses toxicologiques n'ont à ce jour décelé aucune trace de GHB ou autre substance.

"Après analyse d'une dizaine de cas, aucune injection de substance au moyen d'une aiguille n'est avérée dans le canton", ont communiqué lundi les autorités vaudoises. Certaines des victimes présumées présentaient des lésions compatibles avec des piqûres, avec des traces visibles, explique le communiqué.

"Les personnes décrivaient généralement des symptômes aspécifiques (malaise, chaleur, fatigue, vertiges, etc.), voire aucun symptôme associé. Certaines craignaient avoir été intoxiquées par une injection de GHB. Ces situations ont pu susciter des inquiétudes."

En vue des manifestations festives estivales, les polices vaudoise et lausannoise précisent qu'elles collaborent étroitement avec l'Office du médecin cantonal, les services d'urgence, le Centre universitaire de médecine légale, le ministère public, les organisateurs de soirées festives ou d'événements musicaux, les clubs et l'association faîtière La Belle Nuit, afin que tout signalement de cas suspect soit traité dans le respect des règles.

"Peu plausible"

Dans les faits, une injection par seringue demande "de la dextérité et du temps", selon le Canton. Cela rend le geste difficile à réaliser au milieu d'une foule, en particulier pour injecter une quantité suffisante de drogue, quelle qu'elle soit, pour impacter la santé. "Il paraît dès lors peu plausible que des substances puissent être injectées par cette voie sans alerter instantanément la victime potentielle."

En revanche les piqûres au moyen d'une aiguille ou de tout autre objet pointu, non stérile, peuvent être source d'infection. Ce risque doit être évalué par du personnel médical pour déterminer si des mesures préventives sont indiquées. Pour cette raison, l'Office du médecin cantonal recommande aux personnes qui ressentent une sensation de malaise, ou qui pensent avoir été piquées, de se rendre dans un service d'urgence ou dans une permanence.

Permanence dans les grands festivals

Sur mandat du médecin cantonal, un service médico-sanitaire de proximité sera organisé dans les festivals réunissant plusieurs milliers de personnes avec la présence de professionnels de santé autorisés à effectuer une première prise en charge de personnes présentant des symptômes de malaise ou des traces de piqûre. Si une lésion compatible avec une piqûre est constatée, il est conseillé de déposer plainte au commissariat le plus proche de son domicile.

Des témoignages de cas présumés d'agressions à la seringue ont aussi agité la France et le Royaume-Uni récemment. "Les rapports médico-légaux consécutifs à ces phénomènes n'ont fait état d'aucune preuve d'injection de substance", relèvent les autorités vaudoises.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

La Tour-de-Peilz rend hommage à Gertrude Montet Girard

Publié

le

La Tour-de-Peilz a rendu hommage lundi à l'une de ses plus illustres citoyennes, Gertrude Montet Girard (photo d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Tour-de-Peilz a inauguré lundi une allée Gertrude Montet Girard, une des pionnières suisses du suffrage féminin et des droits des femmes. Décédée en 1989 à l'âge de 76 ans, elle a aussi été la première conseillère nationale vaudoise à siéger à Berne dès 1974.

La Municipalité avait décidé, en 2020, de lui rendre hommage en donnant son nom "à l'allée piétonne la plus passante de la commune", à proximité de l'avenue de la gare. La pandémie a toutefois retardé les festivités, rappelle lundi la Ville de la Tour-de-Peilz dans son communiqué.

L’inauguration de l'allée Gertrude Montet Girard a eu lieu lundi matin en présence de ses trois enfants, de ses petits-enfants et proches, ainsi que de personnalités politiques. Au numéro 1 de cette allée, on retrouve le nouveau collège Courbet.

Dès la fin des années 1950, Gertrude Montet Girard s'est fait connaître comme une figure du militantisme féministe, notamment comme secrétaire du comité de l'Association vaudoise pour le suffrage féminin et du Comité d'action vaudois. Membre du parti radical, elle a été ensuite conseillère communale puis nationale.

Elle a aussi oeuvré en Européenne convaincue, en présidant notamment à Strasbourg la Commission européenne des relations avec les parlements nationaux et le public. Elle a reçu en 1983 le prix Ida Somazzi, en témoignage de ses activités en faveur des femmes et de sa lutte pour leur égalité politique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse Romande

L'Etat de Vaud réfléchit à internaliser la Fondation urgences santé

Publié

le

Des mesures ont été prises pour soutenir la Fondation urgences santé (FUS), qui gère notamment les appels au 144 (photo d'illustration). (© KEYSTONE/DOMINIC FAVRE)

Management défaillant, conflits interpersonnels, absentéisme: un diagnostic de l'Etat de Vaud fait état de problèmes majeurs à la Fondation urgences santé (FUS), qui gère les appels au 144. Une série de mesures a été prise. La FUS pourrait être reprise par le Canton.

"La FUS n'était plus à même de faire face à la situation", a déclaré lundi devant la presse à Lausanne Denis Froidevaux, chef de l'Etat major cantonal de conduite (EMCC). L'EMCC a été mandaté en février dernier par les autorités pour continuer à garantir les missions et les prestations délivrées par la FUS à la population en matière d'urgence et de santé publique, ainsi que pour "restaurer un climat de travail apaisé", dans un contexte de crise remontant à 2017.

Le constat a été "assez difficile", a relevé Denis Froidevaux. "Cela nous a beaucoup inquiétés et surpris." Il a décrit une organisation "dysfonctionnelle", une "absence de vision stratégique", une "rupture dans la communication interne" ou encore "de grandes difficultés" dans le domaine informatique, avec des lacunes au niveau de la maintenance. "Le responsable informatique a quitté ses fonctions au milieu de l'année dernière sans être remplacé."

Le tableau dépeint aussi des conflits internes "extrêmement forts et violents", des collaborateurs "en souffrance" confrontés à des tâches confuses ainsi qu'à des horaires changeants et irréguliers, travaillant dans des locaux "en partie inadaptés". Des personnes n'avaient pas les compétences nécessaires pour leur fonction. L'absentéisme a été aussi élevé lors des trois premiers mois de 2022 que sur l'ensemble de l'année 2021.

Manque d'effectifs

Les besoins en ressources humaines n'étaient pas remplis. Les effectifs doivent être "légèrement supérieurs" à la demande pour faire face aux pics d'appels, a dit Denis Froidevaux. La centrale téléphonique des médecins de garde (CTMG) et la centrale d'appels sanitaires d'urgence (144), que gère la FUS pour les cantons de Vaud et Neuchâtel, tournent 24h/24 et reçoivent des milliers d'appels par jour, a-t-il rappelé. "Chacun doit être traité."

A ce propos, le chef de l'EMCC a assuré que les prestations du 144 avaient été "sanctuarisées". "A aucun moment, nous n'avons décelé qu'il y a eu des failles dans la réponse au 144." En revanche, des appels sont restés sans réponse du côté de la CTMG. Les appelants étaient redirigés vers le 144.

Un audit commandé par le Département de la santé et de l'action sociale (DSAS) parvient aux mêmes conclusions. Les recommandations contenues dans le rapport ont pour la plupart été adoptées par le Conseil d'Etat vaudois.

Les effectifs sont renforcés de 17 ETP (équivalents temps plein). La structure de la FUS est réorganisée. Les responsables des ressources humaines, de l'informatique et du 144 sont remplacés. La communication interne est améliorée, avec la création notamment d'un intranet. Une cellule de crise composée de six à huit personnes est créée au sein de l'EMCC.

Phase transitoire

L'EMCC, justement, aura la main sur la gestion opérationnelle de la FUS pour une période transitoire de 18 mois. Durant ce laps de temps, le Conseil d'Etat examinera une autre proposition du rapport d'audit: la dissolution pure et simple de la FUS et son internationalisation par le Canton. Pour rappel, la FUS est une fondation de droit privé, dotée d'un conseil de fondation, avec laquelle l'Etat passe un contrat de prestation annuel.

Cette phase transitoire a été décidée pour se donner le temps de la réflexion et ne pas précipiter les choses, a souligné la cheffe du DSAS, Rebecca Ruiz. Il s'agit aussi de "réussir" le déménagement de la CTMG et du 144 dans leurs nouveaux locaux de la Blécherette, où cohabiteront désormais toutes les centrales d'urgence du canton, dans un bâtiment flambant neuf (Ecavenir).

"Tout n'est pas résolu aujourd'hui, mais nous sommes optimistes pour la suite", a lancé Rebecca Ruiz. La cheffe du Département de la sécurité Béatrice Métraux a assuré que les premières mesures déployées permettaient une amélioration progressive de la situation. L'absentéisme diminue et le temps d'attente pour les appels a été réduit.

Structure actuelle "plus adaptée"

Absent de la conférence de presse, le conseil de la FUS a écrit dans un communiqué "souscrire aux mesures prises par le Conseil d'Etat pour pérenniser ses deux centrales". "La structure juridique actuelle, avec une fondation de droit privé et un conseil formé de bénévoles, n'est plus adaptée."

Pour le syndicat SSP Vaud, très engagé dans ce dossier, "les analyses se rejoignent quant à la nécessité de dissoudre la FUS et de rattacher les deux centrales à un service de l'État afin de garantir les missions de la FUS".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Ouverture du nouveau siège du TAS à Lausanne

Publié

le

Directeur du TAS, Matthieu Reeb présente le nouveau siège de l'institution au Palais de Beaulieu à Lausanne. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a officiellement inauguré lundi son nouveau siège au Palais de Beaulieu à Lausanne. Les travaux, entamés en 2019, ont coûté environ 37 millions de francs.

Créé en 1984, le TAS a d'abord été installé à proximité du Musée olympique puis, dès 2005, au Château de Béthusy, où il s'est toutefois rapidement trouvé à l'étroit.

"Avec l'essor de l'arbitrage sportif et le développement du TAS, il nous fallait des locaux plus grands. Nous avons alors cherché, dès 2012, à trouver un nouveau site, afin également de pérenniser notre présence dans la capitale olympique", a rappelé Matthieu Reeb, directeur du TAS, interrogé par Keystone-ATS.

Toujours locataire jusqu'ici, le TAS est désormais propriétaire de ses locaux, situés dans l'aile sud du Palais de Beaulieu. Par rapport au bâtiment d'origine, la façade a été simplement rafraîchie. L'intérieur a, lui, été complètement détruit puis reconstruit. Un quatrième niveau a notamment été ajouté.

Les travaux ont permis de construire trois salles d'audience, une salle de médiation et plusieurs salles de réunion. S'y ajoutent des bureaux, une cafétéria et un auditoire de 92 places, imaginé pour accueillir des séminaires et des ateliers de formation.

De quoi permettre au TAS "d'organiser simultanément plusieurs audiences dans un environnement à la pointe de la technologie, incorporant des installations de vidéo-conférence et de traduction simultanée", a-t-il souligné dans son communiqué. Des audiences publiques pourront aussi être organisées plus fréquemment à l'avenir.

Renouveau de Beaulieu

Le TAS enregistre environ 900 procédures d'arbitrage et organise quelque 250 audiences par année. Il emploie actuellement 45 personnes et vient de lancer une campagne de recrutement pour engager du personnel supplémentaire.

L'arrivée du TAS contribue aussi au renouveau du site de Beaulieu, qui a traversé des années tourmentées. La Haute Ecole de santé de La Source s'y est aussi installée, tandis que le Théâtre de Beaulieu, qui a été entièrement rénové, rouvrira ses portes en septembre prochain.

L'inauguration a réuni lundi le président du CIO Thomas Bach et plusieurs dirigeants de Fédérations sportives internationales. Le ministre vaudois du sport Philippe Leuba et le syndic de Lausanne Grégoire Junod ont aussi pris la parole, au nom du Conseil d'Etat et de la Ville de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture