Rejoignez-nous

Actualité

12 ans de prison pour avoir tué son amante à La Plaine

Publié

,

le

Le Tribunal criminel a jugé odieux la façon dont l'accusé a poignardé son amante, estimant qu'il s'agissait bel et bien d'un assassinat (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Tribunal criminel de Genève a condamné vendredi un homme de 41 ans à 12 ans de prison. Le prévenu a été reconnu coupable de l'assassinat de son amante, en janvier 2016, à La Plaine (GE). Il lui avait asséné 13 coups de couteau.

"Votre faute est très lourde", a déclaré, s'adressant à ce mécanicien auto de formation, le président du tribunal François Haddad. La cour a retenu le mobile particulièrement odieux et futile qui a poussé le prévenu à tuer. L'accusé voulait empêcher sa maîtresse de 49 ans de révéler leur relation à sa compagne de l'époque.

Poignardée par surprise

Pour le tribunal, le prévenu a agi par pur égoïsme, pour s'épargner un désagrément, alors qu'il était lui-même responsable de la situation. Lorsqu'il s'est rendu à l'appartement de sa victime, il n'a pas privilégié le dialogue. Il l'a frappé avec un couteau qu'il était allé chercher à la cuisine en la prenant par surprise.

Il a ensuite poignardé son amante encore 12 fois. Il "s'est acharné sur elle" et la victime, qui s'est vidée de son sang, a dû se voir mourir durant longues minutes, a souligné le tribunal dans son jugement. Le prévenu s'en est pris à une femme sans défense, qui lui faisait confiance et qui l'avait aimé.

Une personnalité borderline

A la décharge de l'accusé, les juges ont noté l'excellente collaboration dont il a fait preuve durant la procédure, sa prise de conscience de la gravité de son acte ainsi que sa volonté faiblement restreinte telle que l'ont décrite les experts chargés d'analyser sa personnalité, qualifiée de borderline.

Le Tribunal criminel a retenu la circonstance aggravante de l'assassinat et n'a pas suivi la défense qui avait plaidé pour une condamnation pour meurtre. Vincent Spira ne savait pas à l'issue de l'audience de jugement si un recours allait être déposé contre le verdict.

"Cette question mérite réflexion", car, selon l'avocat, la peine qui a été infligée "n'apparaît pas comme excessive ou disproportionnée" par rapport au crime qui a été commis. Laura Santonino, l'avocate de la fille de la victime, s'est, pour sa part, montrée satisfaite du jugement, "qui prend en compte l'atrocité de ce qui s'est passé".

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Stromae chantera le 24 juillet à Paléo

Publié

le

Photo by Rich Fury/Invision/AP
Stromae sera de retour à Paléo l'été prochain. Huit ans après un concert resté dans les annales, la star belge chantera dimanche 24 juillet à Nyon (VD).

Le plus grand festival open air de Suisse, annulé ces deux dernières années en raison du coronavirus, a dévoilé vendredi la première tête d'affiche de son édition 2022. Et pas des moindres, sachant que Stromae vient d'amorcer un retour très attendu.

Retiré du circuit musical en 2015, le chanteur a dévoilé la semaine dernière un single inédit, "Santé", qui augure l'arrivée d'un nouvel album. Le dernier en date remonte à 2013 avec "Racine carrée", après "Cheese" en 2010.

Encensés par le public et la critique, ces deux albums avaient propulsé Stromae dans une autre dimension. Il avait aligné les tournées folles à travers le monde, s'usant physiquement et mentalement jusqu'à être victime d'un burn-out.

C'est alors en pleine gloire qu'il avait fait escale à Paléo en juillet 2014. L'interprète de "Papaoutai", "Alors on danse" ou "Formidable" avait enflammé la plaine de l'Asse, où 50'000 spectateurs s'étaient massés devant la Grande Scène, ce qui reste un record pour Paléo.

Billets le 1er décembre

Aujourd'hui âgé de 36 ans, Stromae a récemment annoncé son retour sur scène avec quelques premières dates en Belgique et en France. Le voilà désormais programmé à Nyon pour ce qui sera son seul concert en Suisse l'an prochain, indiquent les organisateurs de Paléo dans leur communiqué.

Les billets pour le 24 juillet, ainsi que les abonnements pour le festival (19-24 juillet), seront mis en vente le 1er décembre à midi. Concernant la crise sanitaire, le festival relève que les conditions d'accès dépendront des mesures en vigueur l'été prochain.

Les noms des autres artistes de l'édition 2022 seront dévoilés lors de l'annonce du programme, normalement à la fin de l'hiver. On rappellera que le concert de Céline Dion, annulé en 2020 et 2021, a finalement été reporté à 2023.

Continuer la lecture

Actualité

Dario Cologna souffre d'un genou

Publié

le

Dario Cologna s'est blessé lors d'un entraînement de ski à roulettes (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Dario Cologna souffre d'une entorse du ligament croisé postérieur et d'une contusion du ménisque.

Le Grison de 35 ans s'est blessé à un genou en chutant lors d'un entraînement de ski à roulettes à Davos, annonce Swiss-Ski.

La date à laquelle le quadruple champion olympique pourra à nouveau s'entraîner à plein régime dépend du processus de guérison, précise la Fédération suisse. Selon elle, le fondeur du Val Müstair devrait pouvoir s'aligner en ouverture de saison à Ruka (27/28 novembre) s'il se rétablit comme prévu.

Une chose est certaine, Dario Cologna a largement le temps de monter en puissance dans l'optique de ce qui pourrait être le dernier grand rendez-vous de sa carrière, les JO de Pékin en février prochain. Il se contente pour l'heure d'un entraînement alternatif, sans pression liée au temps.

Le Grison espère certainement se tester une première fois à Ruka, dans l'optique d'un mois de décembre qui s'annonce chargé avec les épreuves de Davos et le Tour de Ski dont le départ est prévu à Lenzerheide le 28 décembre. Il aura ensuite un peu plus d'un mois pour s'affûter avant les JO, où c'est en relais que ses chances de s'illustrer devraient être les plus grandes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Mme Keller-Sutter pessimiste sur la réforme européenne de l'asile

Publié

le

La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a rendu une visite de travail en Grèce et en Bosnie-Herzégovine pour parler de coopération migratoire. Elle s'est dit pessimiste sur des réformes proches de la politique d'asile européenne. (© KEYSTONE/EPA/YANNIS KOLESIDIS)

Selon la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter, la situation sur la route des réfugiés à travers la Grèce et les autres pays des Balkans reste tendue. Une réforme rapide de Schengen/Dublin est nécessaire, mais on en est encore loin.

La cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP) n'est "pas très optimiste quant à la possibilité de trouver une solution rapidement", a déclaré Mme Keller-Sutter vendredi dans un entretien avec Keystone-ATS. Pour l'instant, "il ne se passe tout simplement rien", a-t-elle déploré.

Certaines parties du Pacte européen sur la migration et l'asile restent bloquées, de sorte que la répartition équitable des réfugiés entre les différents pays n'avance pas. Cela s'explique par le fait que de nombreux pays poursuivent une "stratégie du tout ou rien", a déclaré Mme Keller-Sutter, qui préconise une "approche pragmatique".

La Suisse, avec d'autres pays, demande la mise en ½uvre rapide de mesures individuelles où il existe déjà une amorce de consensus, comme le renforcement de la protection des frontières extérieures et le rapatriement commun de migrants. "Commençons par le début", a commenté la ministre.

Visite de travail

Mme Keller-Sutter s'est rendue vendredi dans le centre d'accueil et d'enregistrement des réfugiés de Mavrovouni, sur l'île grecque de Lesbos.

Lors de ses entrevues bilatérales à Athènes, la cheffe du DFJP a loué la coopération qu’entretiennent de longue date les deux pays dans le domaine migratoire. Elle s’est réjouie des progrès faits par la Grèce ces dernières années en matière de capacités d’accueil et de gestion des flux migratoires, écrit son département dans un communiqué.

La Suisse a contribué à ces efforts. Depuis 2014, Berne a accordé près de 12 millions de francs à la Grèce pour renforcer ses structures d’asile et d’accueil. Après l'incendie du camp de réfugiés de Moria à Lesbos en septembre 2020, la Suisse a par exemple assuré l'alimentation en eau potable quotidienne pour 10'000 personnes.

Le site de Mavrovouni a bénéficié d’une aide humanitaire de la Suisse sous forme de matériel pour l’alimentation en eau potable, de fournitures médicales pour lutter contre la pandémie et d’autres biens.

Jeudi, à Athènes, la ministre avait visité le centre Oikos, qui accueille des jeunes migrantes mineures non accompagnées. Le Secrétariat d’État aux migrations a soutenu financièrement la construction de ce centre, où seize jeunes filles d’âge compris entre 12 et 16 ans sont actuellement hébergées, pour un séjour moyen d’une centaine de jours.

A Sarajevo

Avant la Grèce, Mme Keller-Sutter avait aussi effectué une visite de travail en Bosnie-Herzégovine. Les défis migratoires avaient également été au c½ur des discussions avec les autorités. La cheffe du DFJP a visité un centre pour migrants à proximité de la capitale Sarajevo qui est soutenu par la Suisse, dans le cadre du partenariat migratoire conclu en 2009.

Depuis 2017, la Suisse a soutenu plusieurs projets migratoires en Bosnie-Herzégovine à hauteur d'environ 6,8 millions de francs.

Aussi bien la Grèce que la Bosnie-Herzégovine ont souligné l'importance des efforts de la Suisse sur place, a souligné Mme Keller-Sutter. L'aide est considérée comme très généreuse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Décès de Martin Heller, ancien directeur artistique d'Expo.02

Publié

le

Martin Heller s'était fait connaître au plan national en tant que directeur artistique d'Expo.02 (archives). (© Keystone/WALTER BIERI)

Le concepteur et ancien directeur artistique d'Expo.02 Martin Heller est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi à Zurich, des suites d'une grave maladie, a indiqué son neveu Andreas Heller à Keystone-ATS. Il aurait fêté son 69e anniversaire lundi prochain.

Martin Heller a acquis une renommée nationale en tant que directeur artistique d'Expo.02 de 1999 à 2003. Depuis, il travaillait comme entrepreneur culturel indépendant sur des projets de politique culturelle, notamment en Allemagne, en Autriche, en France et en Suisse. Il avait quitté son entreprise il y a environ cinq ans.

Martin Heller avait fait sa dernière apparition publique en 2017 avec l'exposition "End of the World - End without End", qu'il a contribué à créer au Musée d'histoire naturelle de Berne. Il avait également accompagné au même moment les célébrations du 500e anniversaire de la Réforme à Zurich.

En 2010, il avait été nommé chef de l'équipe de projet du nouveau château de Berlin. Ce cercle de conseillers devait élaborer un concept permettant de mettre à profit le centre artistique situé dans ce bâtiment en reconstruction.

L'un des points forts de la carrière de M. Heller a été la direction de Linz 2009 - capitale européenne de la culture. L'équipe sous sa houlette a réalisé un total de 220 projets par environ 5000 artistes en provenance de 66 pays.

Il avait auparavant déjà organisé un grand nombre d'expositions en tant que directeur du Museum für Gestaltung (Musée des arts appliqués) de Zurich à partir de 1990 et sept ans plus tard à la tête du musée Bellerive, dans la même ville. Ses domaines de prédilection étaient la communication visuelle, le design, la photographie et la culture populaire.

Auteur, éditeur et conférencier

Parallèlement à ces activités, Martin Heller était l'auteur et l'éditeur d'une série de publications, éclairant des sujets aussi divers que les autoroutes suisses, le photographe Edward Quinn ou le monde de l'art dans la bande dessinée. Il s'est également consacré à l'enseignement en tant que professeur invité à l'école nationale de design de Karlsruhe et comme conférencier aux universités de Berne, Bâle, Saint-Gall et Vienne.

Né à Bâle, il avait d'abord suivi une formation de professeur de dessin après sa maturité, avant d'étudier l'ethnologie, l'histoire de l'art et le folklore européen à Bâle. Martin Heller a vécu à Zurich et Berlin. Il laisse derrière lui une femme et trois filles.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Fin du procès, Benzema fixé sur son sort le 24 novembre

Publié

le

Benzema sera fixé sur son sort le 24 novembre dans l'affaire de la sextape (© KEYSTONE/AP/Efrem Lukatsky)

Karim Benzema devra attendre un mois pour savoir si le tribunal le juge coupable de complicité de tentative de chantage.

Le procès de "l'affaire de la sextape" a pris fin vendredi et le jugement a été mis en délibéré au 24 novembre.

Le parquet avait requis jeudi dix mois de prison avec sursis contre Benzema, star du Real Madrid et ex-coéquipier en équipe de France de Mathieu Valbuena, victime présumée d'un chantage autour d'une vidéo intime et dont le "ressenti" a été au centre des plaidoiries des avocats de la défense.

Une "enquête à charge"

L'un des avocats de Benzema, Me Antoine Vey, a critiqué une "enquête à charge" contre son client et demandé sa relaxe. "L'élément intentionnel de l'infraction" reprochée à l'attaquant de 33 ans n'est pas caractérisé, a-t-il martelé.

Le dossier a été construit sur le "ressenti" du plaignant Mathieu Valbuena, a-t-il argué, dénonçant les "hypothèses et les spéculations" avancées par l'accusation. "Il n'est jamais trop tard pour faire du droit, c'est vous le dernier rempart", a demandé au tribunal l'autre avocat de Benzema, Me Sylvain Cormier.

Même argument pour Me Tewfik Bouzenoune, conseil de l'intermédiaire Younes Houass, qui a également regretté que ce soit "le ressenti de la victime qui conditionne les poursuites pénales".

"Cirque médiatico-judiciaire"

De manière générale, tous les avocats de la défense ont stigmatisé un dossier faible, qui ne méritait pas à leurs yeux un tel traitement de la part de l'accusation et un tel écho dans la presse. "On peut se demander ce qui intéresse vraiment les Français dans cette affaire. Le sexe ? L'argent ? Le football ? Pas la chose judiciaire en tout cas", s'est demandé Antoine Vey.

Autre avocat de l'attaquant du Real Madrid, Me Cormier a, lui, tonné contre un "cirque médiatico-judiciaire" au cours duquel "on a infligé à Karim Benzema une sorte de +marche de la honte+ à l'américaine" lors de son passage devant la juge d'instruction en 2015. "Si on est dans l'orthodoxie du droit, la relaxe doit être générale", a assené Me Serge Money, avocat de Mustapha Zouaoui, la "cheville ouvrière" du projet.

Benzema "s'inclut dans cette équipe"

"On n'aurait pas passé autant de temps sur ce dossier s'il n'y avait pas eu Karim Benzema", avait reconnu jeudi lors des réquisitions le procureur Julien Eyraud. A ses côtés, l'autre procureure, Ségolène Marés, avait estimé que les écoutes prouvaient que la star du Real Madrid "s'inclut dans cette équipe et s'associe dans ce projet" de tentative de chantage autour d'une vidéo intime.

En plus des dix mois de prison avec sursis, l'accusation a requis une amende de 75'000 euros contre l'attaquant de l'équipe de France, candidat au Ballon d'or et absent du procès. Contre les quatre autres prévenus de cette affaire, qui gravitent dans le milieu du football et constituent "une vraie brochette de comédiens" selon les mots du procureur Julien Eyraud, le ministère public a requis des peines allant de 18 mois avec sursis à quatre ans de prison.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture