Rejoignez-nous

Culture

« Aigle à 2 têtes » : la Suisse dans l’oeil du cyclone

Publié

,

le

La vie de l’équipe de Suisse n’épouse pas parfois le cours d’un fleuve tranquille. Depuis vendredi, elle se trouve au centre d’une polémique sans doute exagérée en pleine Coupe du monde.

Après le crachat d’Alex Frei à l’Euro 2004, la nuit d’Istanbul qui a coûté à Benjamin Huggel sa place à la Coupe du monde 2006 et le doigt d’honneur d’Ottmar Hitzfeld contre la Norvège en 2012, l’équipe de Suisse se retrouve à nouveau dans la ligne de mire des instances. Elle est l’objet aujourd’hui d’une procédure de la FIFA après le match de Kaliningrad contre la Serbie. Un match remporté 2-1 qui lui a permis de prendre une très grande option sur sa qualification pour les huitièmes de finale.

Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri ont mimé le symbole de l’aigle bicéphale albanais pour célébrer leur but dans un match qui comptait tant pour eux, enfants du Kosovo. Egalement coupable du même geste, le capitaine Stephan Lichtsteiner est le troisième joueur à être concerné par l’enquête de la FIFA.

Les trois hommes risquent une suspension de deux matches. Mais selon le président de l’Association Suisse de Football (ASF) Peter Gilliéron, une telle sanction, qu’il accueillerait comme un véritable « coup de massue », est peu probable. « Je ne nourris pas de craintes excessives », déclarait-il dimanche en début d’après-midi avant l’officialisation de l’ouverture de la procédure à l’encontre de Stephan Lichtsteiner.

Deux matches de suspension…

Selon le règlement de la FIFA, un joueur encourt une suspension de deux matches et une amende de 5000 francs « s’il provoque le public au cours d’une rencontre. » Si la FIFA devait frapper les trois joueurs d’une telle sanction, l’ASF pourrait déposer un recours. « Il ne bénéficiera pas toutefois d’un effet suspensif », précise Peter Gilliéron.

Le président de l’ASF et le délégué aux équipes nationales Claudio Sulser, ancien président de la Commission de discipline de la FIFA, estiment tous deux qu’il est très ardu de définir la nature exacte du geste des trois joueurs. « Ce n’est ni blanc, ni noir, reconnaît Claudio Sulser. Nous sommes dans une zone grise. »

Juristes de formation, les deux hommes sont ainsi relativement confiants quant à l’issue de cette procédure. Les trois joueurs ne devraient être sanctionnés que d’une amende.

Si ce pronostic ne devait pas se vérifier, le formidable allant né du succès de Kaliningrad se briserait net. Bien sûr, l’équipe de Suisse est capable d’obtenir mercredi à Nijni Novogorod face à un Costa Rica qui ne jouera que pour son honneur perdu le point du nul qui suffira pour se hisser en huitième de finale sans Lichtsteiner, Xhaka et Shaqiri. Mais en l’absence de son capitaine, de son régisseur et de son « magicien », l’équipe de Suisse s’attaquerait ensuite à une véritable mission impossible au début de la phase à élimination directe.

Les responsabilités de la FIFA

La FIFA ne doit pas, par ailleurs, s’exonérer de ses responsabilités. Après la rencontre Serbie – Albanie du tour préliminaire de l’Euro 2016 qui n’avait pas pu aller à son terme, la FIFA aurait dû prévoir qu’un duel entre la Suisse et la Serbie dans une phase finale de la Coupe du monde pouvait bien entraîner toutes ces provocations qui ont vu le jour avant et pendant la rencontre.

La présence de quatre joueurs d’origine albanaise dans le onze de départ de Vladimir Petkovic laissait présager un climat aussi délétère sur cette rencontre. Pouvait-on espérer une seule seconde que Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri ne soient pas dans un état second s’ils avaient le bonheur de marquer contre le pays qui a poussé leurs parents sur le chemin de l’exil ?

Et peut-on s’étonner des réactions presque irréelles de la Fédération serbe après cette rencontre qui, par la voix de son sélectionneur, assure que l’arbitre du match mériterait de comparaître devant le Tribunal pénal international de La Haye ?

Interdire une telle affiche en phase de poules comme a pu le faire l’UEFA pour un Russie – Ukraine lors du dernier Euro n’avait rien d’impossible. Une telle mesure aurait été empreinte d’une très grande sagesse.

(Source ATS – Photo : ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La Revue genevoise 2018 sera rythmée ou ne sera pas!

Publié

le

Le mythique spectacle genevois est dirigé cette année par Laurent Nicolet et Antony Mettler.

Du 17 octobre au 31 décembre, c’est le retour de la mythique revue.

Comme chaque année, 180 costumes, 120 minutes de spectacle, 29 sketchs, 20 perruques, 12 chansons, 9 chorégraphies, 6 décors virtuels, 3 comédiennes, 6 comédiens, 6 danseuses, 9 techniciens son-lumière-plateau, 2 habilleuses pour décrypter l’actualité de l’année écoulée, en particulier l’actualité genevoise, et il faut dire qu’elle a été riche.

Laurent Nicolet s’est confié à Radio Lac

Laurent Nicolet Metteur en scène

Continuer la lecture

Actualité

Pas de pitié pour les tueurs à gage de Chêne-Bougeries

Publié

le

Le Tribunal fédéral a confirmé les peines prononcées en décembre 2017 par la Chambre d'appel pénale du canton de Genève contre trois Kosovars condamnés pour tentative d'assassinat (archives). (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Tribunal fédéral a confirmé les peines infligées par la justice genevoise à trois hommes pour tentative d’assassinat. Ces Kosovars avaient été engagés par un gestionnaire de fortune de Chêne-Bougeries afin de tuer son épouse.

Dans un jugement publié mercredi, la cour fédérale conclut que la Chambre pénale d’appel du canton de Genève n’a pas outrepassé son pouvoir d’appréciation. En décembre 2017, elle avait prononcé des peines de 11 ans et 6 mois, 12 ans et 15 ans contre les trois recourants. Pour mémoire, le mari avait écopé de 16 ans de prison.

Les trois hommes voulaient obtenir de Mon Repos une réduction de ces sanctions. Par jugement de première instance en octobre 2014, ils avaient écopé de peines s’échelonnant entre 7 et 11 ans. Sur recours du Ministère public qui estimait que la lourde culpabilité des auteurs n’avait pas été suffisamment prise en compte, des condamnations de 7 à 13 ans avaient été prononcées en octobre.

Un recours du procureur, qui estimait que l’addition n’était toujours pas suffisante, avait abouti devant le Tribunal fédéral en juillet 2017. Invitée à revoir les condamnations, la Chambre d’appel pénale avait prononcé les peines qui ont été confirmées ce mercredi.

Le gestionnaire de fortune avait demandé une première fois en été 2010 aux trois Kosovars de tuer sa femme. Il avait répété sa demande par la suite. En février 2012, l’un d’eux avait attaqué au couteau l’épouse devant la maison du couple à Chêne-Bougeries et avait fini par l’étrangler. La malheureuse s’en était tirée par miracle. (arrêts 6B_352/2018, 6B_427/2018 et 6B_429/2018 du 27 juillet 2018)

Source ATS – Photo ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Continuer la lecture

Actualité

Un robot sonde les tourbillons du lac Léman

Publié

le

Sans éléments de propulsion, le robot n’interfère pas sur la prise de mesures. Autonome, il peut glisser dans les eaux du lac Léman jusqu’à une profondeur de 250 mètres et faire le yoyo sur une distance de plusieurs kilomètres. (©EPFL/Sandy Evangelista)

D’immenses tourbillons – appelés gyres – se forment dans les océans et dans les grands lacs. Deux laboratoires de l’EPFL, en collaboration avec l’Université Davis de Californie, vont sonder un des gyres du lac Léman à l’aide d’un robot planeur sous-marin.

C’est une première dans le Léman. Un robot planeur sous-marin jaune a traversé l’Atlantique pour aider les chercheurs à collecter des données inédites qui permettront de mieux comprendre son impact sur la structure tridimensionnelle de l’écosystème aquatique, a indiqué l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) mardi dans un communiqué.

Le robot – capable de descendre à mille mètres de profondeur dans les océans – va glisser grâce à ses deux ailes dans un des gyres du Léman pendant plusieurs semaines. Les gyres océaniques, induits par les courants et la rotation de la Terre, mesurent des milliers de kilomètres de diamètre. Ils peuvent notamment provoquer l’accumulation des déchets plastiques, formant d’immenses vortex de détritus.

Dans le lac Léman, deux gyres d’une dizaine de kilomètres de diamètre chacun peuvent se former, sous l’effet de la bise et des courants, entre juin à octobre. Ils apparaissent dans les parties les plus larges du lac, au sud-ouest de Morges (VD) et au sud-est de Lausanne.

Les chercheurs ont décidé d’étudier le premier, où naviguent moins de bateaux qui pourraient potentiellement entrer en collision avec le planeur à chaque fois qu’il refait surface.

Un expert

Alexander LeBaron Forrest est un expert en la matière: professeur à l’Université Davis, il a mené plusieurs projets de recherche sur les gyres dans le monde entier en utilisant des robots autonomes. Il a également collecté des données dans le lac Tahoe en Californie, qui présente de grandes similitudes avec le lac Léman.

« Notre objectif est de mesurer la turbulence dans les gyres aussi précisément que possible, afin que nous puissions en apprendre davantage sur la façon dont l’hydrodynamique affecte l’environnement du lac », dit-il, cité dans le communiqué.

Les chercheurs espèrent ainsi découvrir ce que transporte ce tourbillon sur les rives et dans le milieu du lac, quel est son impact sur les nutriments qu’il pousse vers la surface ou aspire dans les profondeurs, ou encore son rôle dans la réoxygénation de la surface de l’eau.

Couche de phytoplancton

Oscar Sepúlveda, du Laboratoire de physique des systèmes aquatiques (APHYS) à l’EPFL observe plus précisément l’impact du gyre sur la couche de phytoplancton qui se forme chaque été sous les eaux du lac: « Je voudrais comprendre si ce processus de mélange dû au gyre affecte la structure et la distribution du phytoplancton dans le lac ».

Jusqu’ici, les données étaient récoltées grâce à des capteurs attachés à un filin et descendus à la verticale du bateau, de manière très localisée. Grâce au robot sous-marin, lui-même bardé de capteurs, « nous allons pouvoir sonder de très grandes zones du tourbillon », explique Johny Wuest, qui dirige le Laboratoire APHYS et mène des recherches en physique aquatique à l’Institut fédéral de recherche sur l’eau Eawag.

Le planeur peut, en effet, se déplacer dans le gyre pendant plusieurs jours, refaisant surface toutes les quatre heures pour transmettre une partie de ses données via une connexion satellite. Sans éléments de propulsion, le robot n’interfère pas sur la prise de mesures. Autonome, il glisse dans les eaux du lac Léman jusqu’à une profondeur de 250 mètres.

En changeant son centre de gravité et la position de ses batteries avec un système de ballast, il se déplace comme un yoyo et peut ainsi récolter des informations latéralement et verticalement tout au long de son périple qui s’étend sur plusieurs kilomètres.

Source ATS – Photo-Vidéo : ©EPFL/Sandy Evangelista

Continuer la lecture

Actualité

La circulation à Genève à quelques jours de la rentrée

Publié

le

Dernière ligne droite pour les chantiers avant la rentrée à Genève. Les automobilistes craignent peut-être qu’ils ne rallongent leur temps de parcours, comme ils l’ont fait cet été…pas moins d’une quarantaine ont gêné la circulation. Mais rassurez-vous, certains d’entre eux devraient prendre fin le 27 août. On fait le point avec Judith Monfrini:

Côté chantier à venir…notez que dès le 10 septembre, ça risque de bouchonner quai Gustave Ador, le long du lac à côté du jet d’eau. En cause : la pose d’un revêtement phono-absorbant et la réfection de la piste cyclable.

 

Continuer la lecture

Actualité

«La victime est sortie du coma»

Publié

le

Le ministère public genevois nous a indiqué jeudi soir que « la victime est sortie du coma ». Il s’agit de l’une des cinq femmes agressées mercredi 8 août, vers 5 h du matin, à la sortie d’une boîte de nuit à Genève. Selon le Blick, son état demeure toutefois préoccupant. Les éventuelles séquelles ne sont pas connues.

Cette femme âgée d’une vingtaine d’années est l’une de celles ayant porté secours à une autre poussée dans les escaliers par un groupe d’hommes. Une autre victime, grièvement blessée est, elle, sortie de l’hôpital il y a quelques jours.

Les auteurs de cette agression sont toujours recherchés. Selon nos informations, au moins trois d’entre eux sont identifiés. Ils sont originaires de la région de Thonon, en Haute-Savoie et sont tous majeurs. Certains sont connus des service de police. Pour l’heure, aucun n’a été interpellé.

Pour rappel, l’instruction est désormais entre les mains de la justice française, avec l’appui de la brigade criminelle genevoise et du ministère public.

Continuer la lecture