Rejoignez-nous

Actualité

Affaire Semhar: le chauffeur de taxi écope de 20 ans

Publié

,

le

Affaire Semhar, l’heure du verdict à Genève. Le tribunal de première instance a retenu l’assassinat pour le meurtrier de la fillette, violée et étranglée chez elle à Carouge en 2012. Le chauffeur de taxi, d’origine éthiopienne, a été condamné à une peine privative de 20 ans de prison assortie d’un internement ordinaire. Ce qui signifie qu’il sera évalué sur sa dangerosité avant sa sortie de prison. 

Le tribunal criminel a estimé que le faisceau d’indices concernant la culpabilité du prévenu était suffisant. Au point d’exclure « tout doute raisonnable », un des arguments développés par la défense. Le chauffeur de taxi a été reconnu coupable de viol et d’assassinat sur la petite Semhar, 12 ans. Il l’aurait ensuite cachée sous le lit des parents en utilisant la poussette du petit frère comme levier pour soulever le lit. Pour le tribunal, l’ADN retrouvé à l’intérieur du slip de la fillette et sur son cou constitue une preuve suffisante. De même que l’ADN de l’accusé retrouvé sous les ongles de Semhar, signe d’un contact prolongé. Les explications fournies par l’accusé sur la présence de cet ADN n’ont aucunement convaincu le tribunal, a souligné la présidente.

L’instance judiciaire a pris le temps de bien détailler l’argumentaire de son jugement.

Avec des avocats de la défense très actifs dans cette procédure qui ont maintes fois dénoncé les zones d’ombre du dossier, le tribunal voulait certainement éviter toute faille dans le jugement. Concernant la faute, le tribunal l’a qualifiée d’extrêmement lourde, la collaboration de l’accusé à l’enquête a été nulle – il a menti sur des points importants et n’a manifesté aucune empathie. Son mobile était égoïste et il a cédé à une pulsion sexuelle sur une jeune enfant qui bénéficiait de sa confiance. Il l’a ensuite étranglée pour dissimuler son crime. Le tribunal a retenu une responsabilité pleine et entière et ne lui a accordé aucune circonstance atténuante. Verdict : 20 ans de prison assorti d’une mesure d’internement ordinaire. Ce qui veut dire qu’avant sa sortie de prison, sa dangerosité va être réévaluée. On rappelle que deux psychiatres ont qualifié l’homme de psychopathe.

L’annonce a été accueillie par des applaudissements dans la salle.

Une salle pleine à craquer. La communauté éthiopienne et les amis de Semhar, soit une cinquantaine de personnes, s’étaient rassemblés, tôt ce matin, devant le palais de justice. Vêtus de tee-shirt à l’effigie de la petite où l’on pouvait lire : Justice pour l’innocence. De nombreux sanglots ont d’ailleurs éclaté à la lecture du jugement. Lorsque le verdict est tombé, la communauté éthiopienne a crié au départ de l’accusé: « assassin »! On écoute un des membres de la communauté. Il nous dit les raisons de sa présence.

Ethiopien

Du côté de la famille de la victime, Maître Robert Assaël, se dit soulagé par ce verdict. Qui tombe enfin. Robert Assaël.

Robert Assaël Avocat de la famille de Semhar

La défense, quant à elle, clame l’innocence de son client.

Elle a d’ores et déjà annoncé qu’elle ferait appel de cette décision. Les avocats, deux ténors du barreau, avaient déjà annoncé la couleur en plaidant pendant plus de 9 heures lors du procès. Yael Hayat et Vincent Spira ont parlé ce matin de condamnation par défaut. Maître Spira.

Vincent Spira Avocat de la défense

Quant au Ministère public, qui avait requis la prison à vie, impliquant que l’accusé ne soit pas libéré avant 15 ans de prison, il n’a pas été suivi. Le procureur va analyser le jugement avant de se déterminer.

Notez encore que le tribunal a alloué 100’000 francs pour tort moral au père et à la mère de Semhar. Et 60’000 et 20’000 francs pour sa sœur et son frère. Il a également condamné l’accusé à payer les frais de procédure qui s’élèvent à 300’000 francs.

Le Tribunal a également reconnu coupable l’accusé de viols, de contraintes sexuelles et de séquestration sur une autre plaignante, qui était sa compagne au moment des faits.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La justice suisse poursuit deux espions russes

Publié

le

Le Conseil fédéral a autorisé le Ministère public de la Confédération à ouvrir une procédure pénale à l'encontre de deux ressortissants russes soupçonnés de service de renseignements politique. (©)

Le Conseil fédéral a autorisé le Ministère public de la Confédération à ouvrir une procédure pénale contre deux ressortissants russes, indique mardi le Département fédéral de justice et police. Les hommes sont soupçonnés de service de renseignements politique.

Développement suit.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

L’Apple Store de Genève a été braqué

Publié

le

Un individu a fait irruption ce mardi matin dans l’Apple Store de Rive, en plein centre-ville de Genève. Vers 6h30, il a mis en joue des employés à l’aide d’un pistolet d’alarme. L’homme, dont on ne sait rien pour l’heure, a volé du matériel électronique pour une valeur inconnue, selon la police genevoise.

Le braqueur est reparti à pieds en direction de Bel-Air avant de disparaître. Il est activement recherché par la Brigade de répression du banditisme (BRB).

@tadeuszroth

Continuer la lecture

Actualité

#pasdevague: « Certains enseignants agressés se renferment »

Publié

le

En France, le hashtagg #Pasdevague met en lumière le malaise des enseignants. Il a fait son apparition sur les réseaux sociaux après l’agression d’une professeure dans un lycée de Créteil jeudi dernier. Dans cet établissement de la banlieue parisienne, l’enseignante s’est fait braquer par un élève avec un pistolet à billes. Depuis, les messages de soutien mais aussi les témoignages de la violence en classe se multiplient. Qu’en est-il en Suisse romande? On en parle avec le secrétaire général du syndicat romand des enseignants, Jean-Marc Haller:

Jean-Marc Haller Secrétaire général du syndicat romand des enseignants

Continuer la lecture

Actualité

Lancement de la campagne de vaccination contre la grippe

Publié

le

Dès ce mardi, il est possible de se faire vacciner contre la grippe saisonnière dans de nombreux cabinets médicaux et les pharmacies en Suisse.

La vaccination permet d’éviter à de nombreuses personnes de tomber malades ou d’être hospitalisées, rappelle l’Office fédéral de la santé publique dans un communiqué. Les personnes vulnérables sont invitées à se prémunir mais aussi celles qui les côtoient  afin d’éviter tout risque.

Par personnes vulnérables on entend les personnes de plus de 65 ans, les femmes enceinte et celles qui viennent d’accoucher d’enfants prématurés. Mais aussi celles atteintes de maladies cardiaques, pulmonaires ou neurologiques. Entrent aussi dans la catégorie à risque, les diabétiques et les personnes atteintes d’un cancer qui font une chimiothérapie ou des rayons.

Le vaccin est aussi recommandé pour le personnel médical.

Effectivement les soignants sont aussi encouragés à se vacciner contre la grippe. De même que les collaborateurs des crèches, des EMS et des maisons de retraite.  Le médecin cantonal genevois estime que le taux de vaccination est encore trop bas pour cette maladie qui peut aggraver des maladies chroniques et même provoquer des décès.

Nous sommes allés prendre le pouls de la population genevoise en ce premier jour de vaccination…certains l’ont fait…d’autres ne sont pas convaincus

Certains préfèrent des alternatives au vaccin pour se prémunir et ils misent sur l’homéopathie et la médecine naturelle pour renforcer leur défense. C’est le cas des clients de la pharmacie du Cirque, à Plainpalais, comme l’explique Monica.

Monica assistante - pharmacie du Cirque

La journée nationale contre la grippe aura lieu le 9 novembre. Il sera possible de se faire vacciner sans rendez-vous dans tous les cabinets médicaux ou pharmacie participantes.

 

Continuer la lecture

Actualité

Huit des dix accusés d’An’Nur condamnés

Publié

le

L'un des dix accusés à son arrivée au procès le 1er octobre dernier. (©KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Huit des dix personnes accusées d’avoir agressé deux fidèles dans la mosquée An’Nur à Winterthour (ZH) en novembre 2016 ont été reconnues coupables. Le Tribunal de district de Winterthour a prononcé mardi des peines de prison avec sursis et des renvois de territoire.

La plupart des prévenus ont écopé de peines d’emprisonnement avec sursis allant de 6 à 18 mois et d’amendes. Deux d’entre eux, un Afghan et un Macédonien, ont en outre été condamnés à des renvois de territoire d’une durée de sept ans. Ils ont notamment été reconnus coupables de séquestration, lésions corporelles et contrainte.

Deux accusés ont par contre été acquittés. Parmi eux figure un Tunisien de 49 ans, qui a présidé pendant une courte période l’association An’Nur. Il reçoit une indemnité de 18’000 francs.

Source ATS

Continuer la lecture