Rejoignez-nous

Techno

La reconnaissance faciale remplacera bientôt les cartes d’embarquement

Publié

,

le

benoit rouchaleau
le monde de demain
benoit rouchaleau le monde de demain

Le Monde de Demain : La reconnaissance faciale en test chez nos voisins français

A l’aéroport d’Orly, 2 compagnies aériennes, dont Air France, ont été sélectionnées pour tester au début de l’année prochaine une technologie de reconnaissance faciale pour identifier les passagers lors de la procédure d’embarquement et ainsi fluidifier le trafic.

Cela fonctionne assez simplement : Des bornes spécifiques scanneront les visages, à raison de 300 passagers par heure, contre 150 pour les dispositifs actuels. La phase de test doit durer un an. Elle concerne, pour l’heure, 3 vols réguliers européens en moyen-courrier.

Que deviennent les informations collectées, une fois qu’on a pris l’avion ?

1er point à savoir : il faudra que le passager donne son accord préalable. Ensuite, la Commission nationale de l’informatique et des libertés assure que les données biométriques seront détruites après le décollage et que le passager sera obligé de refaire la procédure à chaque passage à l’aéroport. A terme, Aéroports de Paris espère que l’expérimentation sera généralisée, sachant que la reconnaissance faciale est déjà utilisée aux postes frontières d’Orly et de Roissy où les ressortissants européens peuvent s’identifier dans des sas en 10 à 15 secondes seulement.

Et peut-être demain en Suisse… On se souvient que des essais avaient déjà eu lieu en 2017 et 2018 à Genève et Zurich. Et ça va devenir la norme, sachant que 77 % des aéroports et 71 % des compagnies aériennes ont prévu d’investir dans les technologies d’identification biométrique dans les 3 ans.

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Des exercices de rééducation en réalité virtuelle

Publié

le

Du nouveau pour la rééducation des patients handicapés à Genève.

Un jeune entrepreneur est en train de développer son concept nommé Exium: une solution complète de réadaptation, au travers d’exercices en réalité virtuelle. 

Présentation du concept avec Benoît Rouchaleau. 

Stephen Coutant
Créateur d'Exium
Stephen CoutantCréateur d'Exium

Et signe d’un engouement réel, Exium a récemment reçu le prix Genilem, l’association romande d’aide à la création d’entreprises innovantes.

 

Continuer la lecture

Actualité

UNIGE: des livres tactiles adaptés aux enfants aveugles

Publié

le

© UNIGE Dannyelle Valente

De nouvelles perspectives de lecture pour les enfants aveugles.

Des chercheurs de l’université de Genève et de Lyon ont mis au point des illustrations pour des livres tactiles, qui sont adaptées aux besoins des lecteurs non-voyants.

L’éclairage de Benoît Rouchaleau. 

Edouard Gentaz
Professeur de psychologie du développement à l’UNIGE
Edouard GentazProfesseur de psychologie du développement à l’UNIGE

Continuer la lecture

Actualité

Des consultations vétérinaires à distance

Publié

le

Crédit photo MyStétho

Les vétérinaires font eux aussi leur révolution technologique.

A Genève, un cabinet propose des consultations vétérinaires à distance, directement depuis son smartphone, via l'application MyStétho Veterinary.

Une idée qui peut être pratique en cette période de limitation des contacts et des déplacements.

Présentation du concept avec Benoît Rouchaleau. 

Daniel Pereira et Pierre Starkov
Co-fondateurs de MyStetho Veterinary
Daniel Pereira et Pierre StarkovCo-fondateurs de MyStetho Veterinary

Continuer la lecture

Economie

Une solution genevoise pour des investissements durables personnalisés

Publié

le

Photo Norsia

Ils veulent faire rimer investissements financiers et valeurs personnelles…

Deux genevois sont en train de créer la société “Norsia” qui vise à promouvoir une finance plus durable.

Présentation du projet avec Benoît Rouchaleau.

Patrick Schirmann
Co-fondateur Norsia
Patrick SchirmannCo-fondateur Norsia

Continuer la lecture

Actualité

Un stéthoscope intelligent qui reconnait le bruit de la Covid

Publié

le

Photo d'illustration KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

C'est le "Shazam" des maladies pulmonaires

A Genève, les HUG sont en train de développer un stéthoscope électronique intelligent qui est capable de reconnaître le bruit de la Covid-19.

Benoît Rouchaleau nous présente le prototype développé avec l’HEPIA et l’EPFL.

Professeur Alain Gervaix
Médecin Chef du Service d'Accueil et d'Urgences Pédiatriques
Professeur Alain GervaixMédecin Chef du Service d'Accueil et d'Urgences Pédiatriques

 

Continuer la lecture