Rejoignez-nous

Techno

Bientôt finies les files d'attente dans les bars

Publié

,

le

Photo by Jinnifer Douglass from Burst

L’intelligence artificielle a des ressources insoupçonnées : elle permet aussi d’éviter les files d’attente dans les bars. 

benoit rouchaleauLe monde de demain

Qui n’a jamais pesté en se faisant doubler avant de commander sa boisson dans un bar bondé : vous savez ces resquilleurs qui sont arrivés après vous au bistrot mais qui trouvent le moyen de vous passer devant, alors que vous êtes encore en train d’essayer d’attraper le regard du serveur.

Et bien la technologie a du bon : une société britannique a développé un dispositif qui utilise la reconnaissance faciale pour déterminer l’ordre d’arrivée des clients et donc de savoir qui doit être servi en 1er. En gros : une file d'attente «intelligemment virtuelle». 1er arrivé, 1er servi...

Comment fonctionne ce bar IA ? 

Dès que les clients franchissent la porte du bar, ils sont filmés par une caméra qui fait apparaître leur visage avec le rang d’arrivée sur un écran placé derrière le comptoir. Et le barman n’a plus qu’à servir les clients, en fonction de la file automatique des portraits classée dans l’ordre d’arrivée.

Petit plus : Le nombre de tournées déjà commandées par le client s’affiche également. Il est aussi possible de pointer les personnes qui doivent présenter leur carte d’identité pour vérifier si elles ont bien l’âge requis. La société assure toutefois que le flux vidéo qui s’affiche sur l’écran n’est pas enregistré. Pas question d’aller vérifier le nombre de pintes que vous avez épongé samedi dernier...

Notez que le logiciel coûtera environ 200 francs par mois et fonctionne en utilisant simplement une webcam standard, un écran d'affichage et une connexion Internet. Les 1er bars seront équipés dès l’an prochain. En Grande- Bretagne dans un 1er temps... Les créateurs du dispositif assure d’ailleurs que les Britanniques pourraient bénéficier de 78 millions de pintes supplémentaires versées par an grâce à leur logiciel.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Une vidéo pour expliquer le métier d’influenceur

Publié

le

KEYSTONE Byline CHRISTOF SCHUERPF

“Plus tard, je veux être influenceur”

Si vous êtes parents, vous avez peut-être déjà entendu cette phrase.

Car c’est un fait, les nouvelles générations peuvent rêver de gagner leur vie en faisant ce nouveau métier.

Pour les informer, la Fondation Action Innocence et l’association CIAO publient une nouvelle vidéo d’animation qui explique ce métier et son modèle économique. Elle est accessible à tous et explique les termes essentiels à comprendre comme "placements de produits", "produits dérivés", ou "annonces publicitaires".

Autre objectif de la vidéo, rassurez les parents mais pas seulement.

Tiziana Bellucci, directrice générale d’Action Innocence.

Tiziana BellucciDirectrice générale d’Action Innocence

Justement, la vidéo rappelle l’engagement et le travail nécessaires pour réussir dans ce domaine: 

Tiziana BellucciDirectrice générale d’Action Innocence

Précisons que la vidéo est purement informative sur le métier d’influenceur, elle n’aborde pas les dérives ou les risques. 

La vidéo est diffusée sur les plateformes et les réseaux sociaux d’Action Innocence et de CIAO.  A retrouver ici.

Pour en savoir plus, retrouvez l'interview de Tiziana Bellucci ci-dessous:

Tiziana BellucciDirectrice générale d’Action Innocence

 

Continuer la lecture

Genève

Nouvelle réglementation pour les drones

Publié

le

KEYSTONE/Marcel Bieri

Depuis le 1er janvier, la Suisse a intégré la réglementation européenne concernant les drones. Il va falloir se mettre en conformité pour continuer à voler.

Les nouvelles règles ont été adoptées au début de l'année mais il y a une période transitoire qui va durer jusqu'au 1er septembre. Reste que les changements concernent tout le monde, usagers de drones professionnels comme de loisirs. Parmi les nouveautés, un marquage CE obligatoire pour identifier tous les appareils. Mais ça va plus loin que ça, comme l'explique Régis Thevenet, opérateur drone chez Drone GVA, spécialisé en imagerie aérienne par drone:

Régis Thevenetopérateur drone chez Drone GVA

Pour passer le brevet, rendez-vous sur le site UAS.gate.

Et quand on dit que toues les pilotes seront impactés par la nouvelle réglementation, c'est vrai. Les professionnels aussi sont concernés Régis Thevenet à nouveau.

Régis Thevenetopérateur drone chez Drone GVA

A noter que cette nouvelle réglementation ne met pas un terme à une situation hors de contrôle, il y avait déjà des règles en Suisse.

Régis Thevenetopérateur drone chez Drone GVA

Pour tout connaitre des nouvelles règles en vigueur, consultez le site de l'OFAC.

Continuer la lecture

Genève

Lensa, une appli qui cartonne et qui questionne

Publié

le

C'est l'une des applications les plus téléchargées du moment: Lensa.

Elle permet de créer votre avatar sur la base de plusieurs selfies que vous envoyez directement sur l’application. Des représentations de vous-mêmes, agrémentées de codes qui viennent d'univers différents, comme les mangas ou les bandes dessinées. On se retrouve avec des portraits haut en couleurs, et c’est ce qui plaît sans doute aux utilisateurs comme nous le dit Olivier Glassey, sociologue, maître d’enseignement et de recherche, et spécialiste des réseaux sociaux à l’UNIL:

Olivier GlasseySociologue, maître d’enseignement et de recherche, et spécialiste des réseaux sociaux à l’UNIL

Pour autant, les critiques sont nombreuses contre cette application.

Certains utilisateurs  reprochent à Lensa une hypersexualisation du corps de la femme.

Olivier GlasseySociologue, maître d’enseignement et de recherche, et spécialiste des réseaux sociaux à l’UNIL

Des artistes ont appelé au boycott de l'application qui utilisent leurs œuvres, selon eux sans leur accord. Olivier Glassey  

Olivier GlasseySociologue, maître d’enseignement et de recherche, et spécialiste des réseaux sociaux à l’UNIL

Et comme à chaque fois qu’une application connaît un gros succès, on se pose la question des données et de leur utilisation.

Olivier GlasseySociologue, maître d’enseignement et de recherche, et spécialiste des réseaux sociaux à l’UNIL:

L'application Lensa AI est également payante, il faut donc faire attention comme nous le rappelle Olivier Glassey:

Olivier GlasseySociologue, maître d’enseignement et de recherche, et spécialiste des réseaux sociaux à l’UNIL

Continuer la lecture

Genève

Une école genevoise donne des cours dans le métavers

Publié

le

Credit KEYSTONE Source EPA Byline RUNGROJ YONGRIT

L’école du futur aura-t-elle lieu dans le métavers? 

Une école genevoise de langues propose depuis peu d’apprendre dans ce monde virtuel.

C'est une première en Suisse. Une école de langues propose depuis cette rentrée de faire ses cours dans un monde virtuel: le métavers.

Son nom: la Swiss language Academy. A la base, c’est une école tout à fait classique, basée à Carouge.

Puis le COVID a bouleversé les habitudes. Aujourd’hui, les cours en ligne représentent 60% de l’activité. L’idée d’Anouche Dumortier-Karaman, la créatrice de l’école, c’était d’aller encore plus loin:

Anouche Dumortier-KaramanCréatrice de l’école Swiss language Academy

Que voit-on dans ces cours? La réponse d’Anouche Dumortier-Karaman  :

Anouche Dumortier-KaramanCréatrice de l’école Swiss language Academy

Est-ce que ces cours sont plus efficaces pour l’apprentissage?

Anouche Dumortier-KaramanCréatrice de l’école Swiss language Academy

Précisons qu'il n'a pas besoin obligatoirement de lunettes, Portals, le métaverse qui héberge l’école est en train de travailler sur des développements.

Retrouvez l’interview de d’Anouche Dumortier-Karaman ci-dessous:

Anouche Dumortier-KaramanCréatrice de l’école Swiss language Academy

Le site de l’école est à retrouver ici.

 

Continuer la lecture

Genève

Déjà plus de 1000 jours d’observation pour CHEOPS

Publié

le

Crédit photo: KEYSTONE Source SCIENCE PHOTO LIBRARY SPL Byline ATG MEDIALAB/EUROPEAN SPACE AGEN

Cela fait plus de 1000 jours que CHEOPS scrute le ciel, le télescope télescope spatial suisse a fait une cinquantaine de découvertes.

Le 18 décembre 2019, ce jour est marqué d’une pierre blanche pour les universités de Genève et Berne.

Elles voyaient décoller le télescope CHEOPS. Cela fait donc maintenant plus de mille jours qu’il se trouve en orbite autour de la Terre. Ce télescope a permis de faire plus de cinquante découvertes. Les scientifiques impliqués se retrouvent d’ailleurs cette semaine pour la première fois physiquement à Padoue en Italie pour faire le point sur la mission et son futur. 

David Ehrenreich en fait partie, il est professeur d’astronomie à l’UNIGE. Il nous décrit l’une des découvertes majeures de CHEOPS:

David EhrenreichProfesseur d’astronomie à l’UNIGE

Les missions spatiales s'enchaînent ces derniers mois. Un autre télescope James Webb est aussi parti pour l’espace. D’ailleurs l’UNIGE participe aussi à ce projet. Quelle est la différence avec CHEOPS? David Ehrenreich:

David EhrenreichProfesseur d’astronomie à l’UNIGE

CHEOPS qui devait finir sa mission dans un an, pourrait rester dans l’espace jusqu’en 2025. On devrait en savoir plus cette semaine. 

Continuer la lecture