Rejoignez-nous

Sport

Une première victoire d'Atlanta à l'extérieur

Publié

,

le

Clint Capela attaque le panier face à Brandon Ingram. (© KEYSTONE/AP/Gerald Herbert)

Atlanta a cueilli à la Nouvelle-Orléans sa première victoire de la saison à l'extérieur. Les Hawks ont battu les Pelicans 102-99 grâce notamment aux 31 points de Trae Young.

Face à un adversaire privé de sa star Zion Wiliamson, Atlanta a dû combler un écart de 16 points en première période (33-17) avant de prendre la main. Auteur de 5 points mais précieux dans les raquettes avec ses 12 rebonds et ses 3 contres, Clint Capela a tenu un rôle déterminant dans cette victoire. Il a, en effet, réussi un geste défensif décisif pour empêcher Devonte Grahham de redonner l'avantage à la Nouvelle-Orléans dans les ultimes secondes de la partie.

A noter par ailleurs l'incroyable défaite des Lakers à Oklahoma City. Sans LeBron James blessé à la cheville droite, ils se sont inclinés 123-115 devant le Thunder après avoir pourtant compté un avantage de... 26 points (56-30) dans le deuxième quarter.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

Zurich Lions prend sa revanche sur Fribourg-Gottéron

Publié

le

Le Fribourgeois David Desharnais ne rechigne pas à entrer en contact avec le portier des Zurich Lions, son ancien coéquipier Ludovic Waeber. (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Fribourg-Gottéron est toujours leader de National League, malgré une défaite 3-4 aux tirs au but face aux Zurich Lions. A Lugano, Genève-Servette s'est incliné sèchement 3-0.

En vingt-quatre heures, Fribourgeois et Zurichois ont livré deux "gros" matches. Même si la partie retour au Hallenstadion a été un peu moins dense que la première lundi soir, les deux équipes se sont engagées totalement. Pour la deuxième fois en deux jours, les deux équipes ont fini par se départager aux tirs au but. Si la série de penalties avait été grandiose lundi, cette fois-ci seul le Canadien Justin Azevedo fut dans la capacité à tromper le gardien adverse.

Ce deuxième point acquis par les Lions n'est pas usurpé. Ils avaient nettement dominé la deuxième période, mais n'étaient parvenus qu'à tromper à une seule reprise le portier Reto Berra. Fribourg a enregistré avec satisfaction le retour d'Andreï Bykov, qui n'avait plus joué depuis le 19 octobre. Il s'est fait l'auteur d'un but et d'un assist, mais a manqué son tir au but.

Genève-Servette sans power-play

Incapable de profiter de ses supériorités numériques, Genève-Servette a dû trouver long le chemin retour. Faute d'avoir su poser un power-play digne de ce nom, les Genevois ont laissé passer une bonne chance de marquer des points pour la quatrième fois de suite. Dans un match longtemps fermé, c'est le Canadien Daniel Carr qui a débloqué la situation. Alors que Josh Jooris avait manqué une occasion en or en début de troisième période, Carr ne manquait pas sa chance sur un contre initié par Luca Fazzini. L'attaquant luganais éliminait Arnaud Jacquemet avec classe avant de ne laisser aucune chance à Gauthier Descloux (48e). Quatre minutes tard, Carr transperçait le portier genevois d'une reprise directe sur l'un des rares 5 contre 4 luganais de la soirée. Le réalisme avait parlé.

Battus samedi par Zoug après avoir mené 4-0, Ambri-Piotta a pris sa revanche cette fois-ci (4-2). Les Léventins ont mené 2-0 grâce à des réussites de Grassi et Incir en première période. Mais les champions en titre sont revenus à 2-2 en deuxième période par Hansson et Kovar. Les joueurs de Luca Cereda n'ont pas perdu leurs nerfs pour finalement passer l'épaule grâce à Hietanen et D'Agostini.

Les Langnau Tigers se sont baladés sur les hauteurs de Davos (6-1). Un triplé de l'inévitable Jesper Olofsson a placé les Emmentalois sur la voie du succès. Pour les Grisons, il s'agit de la troisième défaite au cours des quatre derniers matches.

Classement: 1. Fribourg-Gottéron 27/56 (87-66). 2. Zoug 27/54 (90-65). 3. Rapperswil-Jona Lakers 28/54 (89-69). 4. Davos 26/52 (85-62). 5. Bienne 28/52 (85-68). 6. Zurich Lions 25/42 (76-68). 7. Berne 26/37 (77-72). 8. Lausanne 26/36 (70-73). 9. Lugano 28/36 (77-86). 10. Ambri-Piotta 28/35 (69-76). 11. Genève-Servette 27/29 (66-90). 12. Langnau Tigers 28/27 (87-97). 13. Ajoie 28/18 (52-118).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Minimaliste, Lausanne se défait d'Ajoie

Publié

le

L'attaquant lausannois Tim Bozon entre en contact avec le portier ajoulot Tim Wolf sous les yeux de Jordan Hauert. (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Lausanne a enchaîné un deuxième succès de rang lors de cette soirée de National League. Les Lions ont dominé Ajoie 2-0 dans leur antre.

La dernière visite des Jurassiens dans l'enceinte lausannoise s'était soldée par une magnifique victoire en Coupe de Suisse en février 2020, juste avant que la pandémie ne vienne chambouler le monde.

Mais point de 7-3 et de fête pour les joueurs de Gary Sheehan cette fois-ci, même si le retrait du numéro 61 de Florian Conz, ancien junior d'Ajoie, a fait de ce match un petit événement.

Fait rare cette saison, Gary Sheehan a pu aligner quatre étrangers sur la glace. Il a ainsi choisi de faire confiance au quatuor Devos-Asselin-Fortier-Wannström. Mais ce carré d'as n'a pas su prendre en défaut la défense vaudoise.

Ajoie a d'ailleurs clairement loupé le coche entre la fin de la première et le début de la deuxième période lorsque Michael Frolik s'est fait chasser pour cinq minutes à la suite d'une mise en échec contre la bande. Surtout que Cody Almond a écopé de deux minutes alors que le Tchèque avait encore 2'30 à purger. Mais durant cette double supériorité numérique, les Jurassiens n'ont jamais été en mesure de mettre les trois Lausannois hors de position.

Et dès que les Vaudois ont pu retrouver un bloc complet sur la glace, Ajoie n'a plus eu voix au chapitre. Mais les joueurs de John Fust n'ont pas su concrétiser cette domination territoriale. Alléchante sur le papier, la ligne Bertschy-Fuchs-Riat a mis du temps à se trouver. Très certainement talentueuse, elle n'a pas semblé se comprendre, hormis sur une action dans le tiers médian.

C'est pourtant le talent qui a permis au LHC d'ouvrir la marque après quatre secondes en supériorité numérique. Bien servi, Martin Gernat a transpercé Tim Wolf (7e). Le 2-0 est tombé à la 29e des suites d'une pataugée en défense de la part des Ajoulots. Si le staff vaudois avait entouré cette partie pour prouver que le club était sur la bonne voie, il s'agira de recommencer vendredi pour la venue d'un Davos humilié chez lui par Langnau.

John Fust pourra se satisfaire en se disant que les situations spéciales ont été bien négociées et pour le blanchissage de Luca Boltshauser.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Ballon d'Or: Messi, la septième couronne

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/AP/Christophe Ena

La passe de 7 pour Lionel Messi! 

Quel règne impérial! Sans partage, Lionel Messi a remporté le Ballon d'Or 2021, 7e pour l'Argentin, s'isolant un peu plus au firmament du football après avoir devancé Robert Lewandowski et Jorginho.

Le FC Barcelone, qui a vu partir la "Pulga" à Paris cet été, a toujours un trophée dans ses rangs puisque sa capitaine Alexia Putellas soulève le troisième Ballon d'Or féminin de l'histoire, et le jeune Pedri a remporté le trophée Kopa de meilleur jeune (moins de 21 ans). Enfin, le gardien de l'Italie championne d'Europe, Gianluigi Donnarumma, remporte le trophée Yashin de meilleur portier.

Et de sept! Messi a déjà été sacré six fois auparavant (2009, 2010, 2011, 2012, 2015 et 2019) sous le maillot du Barça, qu'il a quitté en larmes cet été pour rejoindre le PSG, après 20 ans en "blaugrana".

Cette fois, il a très probablement dominé le scrutin pour avoir guidé l'"Albiceleste" à son premier trophée depuis 28 ans, et le premier trophée majeur de "La Pulga" (La Puce) sous ce maillot, après quatre finales perdues, trois en Copa America (2007, 2015 et 2016), une en Coupe du monde (2014).

Ce nouveau succès représente aussi un triomphe pour le PSG, qui touche là son tout premier Ballon d'Or, le deuxième pour un club français après celui de Jean-Pierre Papin avec Marseille (1993).

Le Libérien Georges Weah, sacré en 1995, avait joué le premier semestre au PSG mais soulevé le trophée sous le maillot de l'AC Milan. Auparavant la meilleure place d'un Parisien était la 3e, pour Neymar, en 2017, année commencée au FC Barcelone. Zlatan Ibrahimovic (2013) et Kylian Mbappé (2018) ont terminé 4e.

Cristiano Ronaldo 6e

Le prix de "Gigio" Donnarumma embellit encore la soirée parisienne.

Gala maussade en revanche pour Cristiano Ronaldo, "seulement" sixième de l'édition 2021, et qui a boudé la cérémonie présentée par Didier Drogba et Sandy Heribert et maugréé sur son compte Instagram, écrivant tout de même: "J'envoie toujours mes félicitations à ceux qui gagnent."

Avec cinq trophées, il prend du retard dans sa compétition avec Messi et les années filent, rendant de moins en moins probable que l'Argentin soit rattrapé.

Lewandowski aussi est déçu. Il ne deviendra pas cette année le premier Ballon d'or polonais. Le buteur du Bayern a probablement raté le coche quand France Football a décidé de ne pas attribuer son prestigieux trophée en 2020, année tronquée par la pandémie.

Classé 4e en 2015, 8e en 2019, "Lewy" obtient tout de même le meilleur classement pour un joueur polonais, après les troisièmes places de Kazimierz Deyna (Legia Varsovie) en 1974 et Zbigniew Boniek (Widzew Lodz/Juventus) en 1982. Il se console aussi avec le prix de meilleur buteur de l'année, créé pour cette édition par France Football.

"Je suis très honoré par ce trophée, je sais ce que veut dire être là sur le terrain, être un buteur, parvenir à ses fins", a dit Lewandowski.

La troisième place est occupée par l'Italo-Brésilien Jorginho, milieu défensif de l'Italie et de Chelsea (désigné club de l'année par le jury), et vainqueur à ce titre de l'Euro et de la Ligue des champions cette année.

Le Ballon d'Or féminin lui a couronné la capitaine du FC Barcelone et gagnante de la Ligue des champions féminine, Alexia Putellas.

 

Continuer la lecture

Voile

La Roesti Sailing Team termine 2e de la Transat Jacques-Vabre

Publié

le

La joie de Simon Koster (à gauche) et Valentin Gautier après leur arrivée à La Martinique © Jean-Louis Carli / Alea

FANTASTIQUE! La Roesti Sailing Team termine deuxième de la 15e édition de la Transat Jacques-Vabre. Le binome composé du Genevois Valentin Gautier et du Zurichois Simon Koster a franchi la ligne ce lundi à 13h38 en Martinique. Après une quatrième place en 2019, ils bouclent donc cette transatlantique à la deuxième place après 21 jours, 23 heures, 37 minutes et 38 secondes de course. 

Quatrième en 2019, le duo suisse s'adjuge cette place de dauphin en ayant parcouru les 4 600 milles (8'519 kilomètres) théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 8,68 nœuds (16 kms/h). En réalité, le duo et Banque du Léman ont parcouru 5477,45 milles (10'143 kms) à 10,38 nœuds (19,2 kms/h).

Les premiers mots :

Valentin Gautier
"Redman ils ont été bons et surtout sur le premier tiers de course. Ils ont creusé un écart qu’ils ont ménagé jusqu’à la fin. Ils sont allés tôt dans l’ouest. C’est sûr que les places varient beaucoup derrière. Nous ne sommes pas déçus du tout du classement, nous aurions signé direct au départ pour ça ! Effectivement la flotte est dense, bien préparée et bien entrainée, nous sommes très contents. Nous avons eu une petite frayeur en début de nuit, avec une drisse de spi qui a cassé. Spi dans l’eau avec les mecs au vent qui marchaient à 15-16 noeuds, il fallait réagir vite. Nous avons réussi à tout ramener et au bout de 15 minutes, nous avons eu un spi en l’air à nouveau, c’était efficace !"

Simon Koster
"Sacrée bagarre, jusqu’à la dernière minute c’était tendu. Nous avons passé la nuit à se tirer la bourre. Grosse course ! La flotte était très groupée, c’est revenu complètement par derrière au Cap Vert. Nous étions surpris, nous nous attendions à finir la course avec 5-6 bateaux, mais nous étions 30 bateaux alignés. Dans une course uniquement (ou presque) disputée au portant dans des conditions entre médium et légères il y a très peu de chance pour les bateaux neufs. Nous le voyons bien, il y a des bateaux de génération précédente qui sont plus que dans le match. Nous avons une carène tendue qui marche vraiment bien dans ce temps-là. Nous on avait un bateau plus typé pour la parcours qui allait au Brésil à l’époque. Nous avons aussi cassé la canne à algues, donc nous avons fait une réparation avec ce que nous avions. Il y avait des phases pendant 2-3 heures où nous enlevions les algues dans le safran toutes les 2-3 minutes."

Continuer la lecture

Football

La neige porte bonheur à Servette victorieux à Lausanne

Publié

le

Kastriot Imëri, en grenat, et les Servettiens ont passé l'épaule malgré la résistance de Simone Grippo, en blanc, pour remporter leur première victoire face au Lausanne-Sport depuis plus de deux ans (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI).

Sous la neige, les Servettiens ont battu le Lausanne-Sport (3-0) pour la première fois depuis plus de deux ans dans des circonstances analogues à celles de leur précédent victoire dans la capitale vaudoise.

Deux ans et six mois (03.04.21), voilà le temps que les joueurs d'Alain Geiger ont dû attendre pour remporter une nouvelle victoire aussi importante que la précédente face au Lausanne-Sport (3-0) dans le match de la peur. Un succès acquis grâce à trois buts marqués en seconde mi-temps alors qu’ils évoluaient à onze contre dix. Grejohn Kyei, Kastriot Imëri et le remplaçant Alexis Antunes ont fait trembler les filets «blancs et bleus» pour le gain de ces trois points plus que précieux. Voilà qui réjouit tout particulièrement le gardien genevois Jeremy Frick.

Jeremy FrickGardien du Servette FC

 

Reste à savoir quel point l’expulsion du meneur de jeu lausannois Cameron Puertas a pesé dans la balance.

Jeremy FrickGardien du Servette FC

 

La précédente victoire des Servettiens datait de plus de trente mois et le match s’était également joué sous la neige. De quoi raviver d'excellents et les motiver encore plus.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

La même défense que contre GC

La défense aligné dimanche était exactement la même que contre les Grasshoppers avec notamment Nicolas Vouilloz en défense centrale et Moussa Diallo comme latéral droit. Le but : donner du repos aux titulaires Steve Rouiller et Anthony Sauthier éprouvés par les répétitions des efforts de ces dernières semaines.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Parmi les satisfactions du jour, les excellentes performances des cadres de l'équipe, Kastriot Imëri, auteur du deuxième but de son équipe, et surtout de Miroslav Stevanovic, auteur des trois passes décisives, sans oublier les retours de blessures de Timothé Cognat au milieu et de Dimitri Oberlin en attaque, même s'il n'a joué que quelques minutes.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture