Rejoignez-nous

Tennis

Open d'Australie : Federer arrache la victoire face à Millman

Publié

,

le

Roger Federer l'a emporté après plus de quatre heures de jeu face au coriace Australien Millman (©KEYSTONE/EPA/LUKAS COCH AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT)

Roger Federer a souffert avant de venir à bout de John Millman lors d'un match à rebondissements conclu par un super tie break!

Roger Federer s'est qualifié pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie au terme d'un match de folie qui a duré quatre et trois minutes face à l'Australien John Millman (ATP 47). Le Bâlois s'est imposé en cinq sets : 4-6 7-6 (7/2) 6-4 4-6 7-6 (10/8) après avoir été mené 8/4 dans le Super tie-break. Dimanche, le troisième joueur du Monde affrontera le Hongrois Marton Fucsovics (ATP 67).

Nouveau miracle helvétique

Comme Stan Wawrinka la veille face à Andreas Seppi, Roger Federer revient de loin lors de son troisième tour de l'Open d'Australie. Victorieux face à Millman, le seul Australien a l'avoir battu ce siècle dans un tournoi du Grand Chelem. Une an et demi après leur rencontre de New York qui s'était déroulée dans des conditions extrêmes en raison de la chaleur et de l'humidité, Roger Federer a longtemps cru épouser à Melbourne le même sort funeste face au "journeyman" de Brisbane.

 

Federer acculé au 5e set

Federer s'est retrouvé dans les cordes dans un cinquième set à couper le souffle. Après avoir perdu son service au troisième jeu, il a immédiatement recollé au score. Ensuite à trois partout, il a dû écarter deux balles de break à 15-40. Mais c'est surtout au Super Tie-Break - le premier de l'histoire à se dérouler sur la Rod Laver Arena - qu'il a joué avec le feu ! Mené 8/4, le Bâlois s'est adjugé les six derniers points de cette partie pour remporter un centième simple dans le cadre de l'Open d'Australie. Même si elle ne lui offre pas un septième titre, cette victoire restera comme l'une des plus belles et comme la plus improbable.

 

"Rodg'" dominé dans l’échange

Lâché par son coup droit - il a commis 48 fautes directes avec son arme fatale -, Federer a - le plus souvent - été dominé dans l'échange par un adversaire certainement au bénéfice d'une meilleur condition physique. Mais Millman ne s'est pas montré à son avantage sur le plan mental. A 8/5 sur son service dans le Super tie-break, l'Australien a commis deux erreurs grossières, l'une en revers et l'autre en coup droit, pour permettre à Roger Federer de sortir enfin la tête de l'eau. Revenu en vie par on ne sait quel miracle, le Bâlois a gagné les deux points suivants sur son engagement pour se procurer une balle de match qu'il remportait sur un coup droit gagnant grâce à son sens de l'anticipation. Mais c'est surtout sa résilience qui lui a permis de remporter la victoire même s'il a avoué juste après la rencontre qu'il pensait que tout était fini pour lui à 8/4.

Reste à savoir comment il a fallu fait pour garder son calme dans une situation aussi inconfortable et se dire que c'est encore possible.

Roger Federer3e joueur mondial

 

Face à Fucsovics en 8e de finale

Dimanche, Roger Federer retrouvera comme il y a deux ans au même stade de la compétition Márton Fucsovics (ATP 67). Vainqueur du Geneva Open voilà un an et demi,il n'a perdu qu'un set depuis le début du tournoi. "Bourreau" en quatre manches au premier tour de Denis Shapovalov (n°13), il a ensuite battu 6-4 6-4 6-3 le prodige Jannik Sinner (ATP 82) et 6-1 6-1 6-4 l'Américain Tommy Paul (ATP 80). On peut affirmer sans se tromper que le Hongrois joue à Melbourne le tennis de sa vie.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Dominic Stricker: 100 points pour le Graal.

Publié

le

Dominic Stricker prêt pour le top 100 (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Aux portes du top 100 de l'ATP, Dominic Stricker se bat pour obtenir des points et entrer directement dans le tableau de Roland-Garros. Mais pour ça il doit gagner à Bienne.

"Je n'en fais pas une obsession. Mais le sujet est toutefois bien présent dans ma tête." Le cerveau de Dominic Stricker (ATP 118) a fait tous les calculs depuis longtemps. Il lui manque une bonne centaine de points ATP pour figurer dans le tableau principal de Roland-Garros.

Le gaucher tentera de les gagner cette semaine au Challenger de Bienne qui assure justement 100 points ATP à son vainqueur. Tête de série no 1, Dominic Stricker entrera en lice ce mardi face au Kazakh Beibit Zhhukayev (ATP 343). S'il devait échouer à Bienne, il lui resterait une dernière chance la semaine prochaine à Lille.

"Je sais ce qui m'attend, explique-t-il. Je sais que tout le monde peut battre tout le monde dans un Challenger. Je sais aussi que je joue bien depuis le début de l'année. La clé est de le faire en pleine possession de ses moyens." Le Bernois avoue, ainsi, traîner depuis des semaines une inflammation au pied qui l'a notamment diminué il y a dix jours en demi-finale du Challenger de Lugano. Comme son camarade de promotion Leandro Riedi, contraint de déclarer forfait pour les qualifications du Masters 1000 de Miami en raison d'une fracture de fatigue - le diagnostic doit toutefois être affiné -, le physique est peut-être le pire adversaire de Dominic Stricker.

"Je suis prêt à aller plus loin avec Dominic"

Sur le plan du tennis, le champion juniors de Roland-Garros 2020 rallie tous les suffrages. Swiss Tennis a cru très vite en ses capacités pour le soutenir pleinement depuis des années et deux coaches de renom, l'Allemand Dieter Kindlmann et le Suédois Peter Lundgren, lui apportent désormais leur concours. Ancien mentor d'Angelique Kerber, Dieter Kindlmann est son coach principal. Quant à Peter Lundgren, qui a oeuvré on le sait aux côtés de Roger Federer et de Stan Wawrinka, il est à l'essai pour une troisième et dernière semaine. "Je suis prêt à aller plus loin avec Dominic, dit-il. Il frappe à la porte du top 100. Il va d'ailleurs y entrer très prochainement. Il doit très vite nourrir l'ambition de figurer parmi les 50 premiers joueurs mondiaux."

Cette accession dans le top 100 est aujourd'hui une nécessité. Un joueur assure tous ses frais seulement s'il a l'assurance de disputer les quatre tournois du Grand Chelem. Or aujourd'hui, Dominic Stricker doit rétribuer un coach principal et peut-être un pigiste de luxe. Comme pour Roger Federer il y a plus de vingt ans, le temps est venu pour Dominic Stricker de voler de ses propres ailes sans le soutien financier de Swiss Tennis. "Oui, Dominic devient son propre entrepreneur, souligne le responsable du sport d'élite au sein de Swiss Tennis, Alessandro Greco. A lui de rétribuer ses entraîneurs désormais. Mais Swiss Tennis sera toujours à ses côtés pour lui offrir, s'il le désire, des coups de main dans le domaine de l'entraînement physique notamment."

Une réalité assimilée

Le Bernois a assimilé cette réalité économique depuis un certain temps. C'est pourquoi il avait fait le choix en décembre dernier de s'aligner en Arabie saoudite dans une exhibition lucrative qui lui a permis d'assurer ses arrières. "Cette question financière ne me prend pas la tête. Je les ai définies, dit-il avec force. Le tennis demeure ma priorité. Et je veux croire que les apports de Dieter Kindlmann et de Peter Lundgren vont m'aider à passer des paliers." Le premier est connu. Dans un monde idéal, il sera franchi dimanche après la finale du Challenger de Bienne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Peter Lundgren aux côtés de Dominic Stricker

Publié

le

Peter Lundgren (à gauche) peut permettre à Dominic Stricker d'intégrer le top 100. (© KEYSTONE/AP/SHUJI KAJIYAMA)

Comme Roger Federer et Stan Wawrinka, Dominic Stricker se place à son tour sous la férule de Peter Lundgren. Le coach suédois accompagnera le Bernois lors des Challengers de Lugano et de Bienne.

Peter Lundgren oeuvrera aux côtés de Sven Swinnen, l'entraîneur "historique" du champion juniors 2020 de Roland-Garros, pour emmener le plus tôt possible Dominic Stricker dans le top 100 de l'ATP. Il est classé actuellement au 126e rang à 100 points du Graal. "C'est un honneur de pouvoir compter sur le concours d'un tel coach", souligne Dominic Stricker dans le "Blick". Un point sera fait à la fin du mois pour dessiner les contours d'une collaboration à plus long terme.

Tête de série no 2 du Challenger de Lugano qu'il a remporté il y a deux ans, Dominic Stricker entrera en lice ce mardi au Tessin contre le Belge Raphaël Collignon (ATP 238).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Coupe Davis doit se réinventer

Publié

le

La magie de la Coupe Davis opère toujours, à l'ITF d'en profiter (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Vice-président et trésorier de la Fédération Internationale (ITF), René Stammbach a été l'un des hommes qui a milité pour le changement de format de la Coupe Davis.

Malgré la rupture de contrat entre l'IITF et le groupe Kosmos, celui qui est également le président de Swiss Tennis ne regrette rien.

"Nous avons organisé 36 rencontres de Coupe Davis le week-end dernier. Je n'ai eu que des retours positifs, se félicite René Stammbach. Sur le plan financier, 6 millions de dollars étaient redistribués aux fédérations et le prize money pour les joueurs s'élevait à 6,8 millions de dollars avant la réforme de 2018. Aujourd'hui, nous versons 10 millions aux fédérations et 16 millions aux joueurs."

Selon René Stammbach, ces montants seront toujours de mise pour 2023 malgré le retrait de Kosmos. "Des assurances ont été finalisées pour couvrir le prize money de 2023, précise-t-il. Quant à celui de 2022, il sera réglé ces prochaines semaines. Les joueurs qui n'ont pas encore touché leur argent vont être indemnisés."

Se "réinventer" en 2024

René Stammbach est toutefois pleinement conscient que la Coupe Davis devra se "réinventer" dès l'année prochaine pour faire face au retrait du groupe Kosmos de Gerard Piqué qui s'était engagé pour un contrat de... 25 ans chiffré à 3 milliards de dollars. "L'ITF se penchera sur cette question au mois de mars. Nous devons chercher des solutions", lâche-t-il.

Le président de Swiss Tennis n'ignore pas que les tournois du Grand Chelem souhaitent redonner à la Coupe Davis son lustre d'antan. "J'ai pris connaissance des critiques émises par Gilles Moretton, le président de la Fédération française. Mais quelles sont les propositions avancées par les tournois du Grand Chelem ? Je ne vois rien venir !"

L'engouement suscité par les "qualifiers" du week-end dernier - on a notamment joué à guichets fermés à Trèves pour la rencontre Allemagne-Suisse - a rappelé combien le public pouvait apprécier ces rencontres à domicile qui ont toujours fait beaucoup pour la promotion du tennis.

"L'idéal serait de jouer les huitièmes et les quarts de finale sur un match +sec+ comme on le faisait jusqu'en 2018 et d'organiser ensuite un Final 4", plaide pour sa part Marc Rosset. Finaliste de la Coupe Davis en 1992 lors d'une campagne mémorable, le Genevois veut croire que l'épreuve qu'il chérit a encore un avenir.

Victime du Big Three

"La Coupe Davis a été en quelque sorte la victime des fabuleux succès du Big Three. Roger Federer, Rafael Nadal et Novak Djokovic l'ont jouée au début de leur carrière avant de courir derrière le record des titres du Grand Chelem", note Marc Rosset.

"On peut comprendre que la Coupe Davis, qu'ils ont tous les trois gagnée, n'était plus un objectif premier pour eux. Mais aujourd'hui, nous n'avons plus de joueurs capables de remporter 20 titres du Grand Chelem. Pour un Stefanos Tstsipas, un Carlos Alcaraz, un Alexander Zverev, un Roger Auger-Aliassime, un Jannik Sinner, la Coupe Davis est un must. J'en suis persuadé", glisse-t-il.

A Trèves en sa qualité de consultant pour la RTS, le Genevois a pu constater que la magie de la Coupe Davis opère toujours pour l'équipe de Suisse. A 37 ans bien passés, Stan Wawrinka s'est battu comme un lion pour lui donner le point de la victoire. Transcendé par l'événement, Marc-Andrea Hüsler a sorti le match de sa vie pour battre Alexander Zverev. Quant à Dominic Stricker, il avait des étoiles plein les yeux après son double avec Stan Wawrinka malgré l'amertume de la défaite.

"Croyez-moi, jouer une rencontre de Coupe Davis dans un stade à guichets fermés au côté d'un triple vainqueur en Grand Chelem fut une expérience extraordinaire. J'en redemande", lançait le Bernois. René Stammbach a sans doute reçu le message de celui qui est aujourd'hui le plus grand espoir de sa fédération. Il n'a franchement pas le droit de le décevoir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Casper Ruud pour la passe de trois au Geneva Open

Publié

le

Casper Ruud remettra son titre en jeu au Geneva Open. (© KEYSTONE/EPA/JAMES ROSS)

Double tenant du titre, Casper Ruud sera de retour au Geneva Open. Le no 3 mondial a confirmé sa présence pour le tournoi ATP 250 qui se déroulera au Parc des Eaux-Vives du 20 au 27 mai prochain.

Finaliste l'an dernier des Internationaux de France, de l'US Open et du Masters de Turin, Casper Ruud visera un triplé inédit à Genève où il est invaincu en huit rencontres. Le Norvégien veut croire que son succès sur le fil l'an dernier en finale face à Joao Sousa, lequel avait servi pour le gain de la rencontre, avait agi comme un véritable déclic avant sa belle campagne à Roland-Garros.

Par ailleurs, les organisateurs du Geneva Open annoncent que le sponsor titre du tournoi, la Banque Gonet, a prolongé son partenariat jusqu'en 2025. Ce nouveau bail comprend une option pour les éditions 2026 et 2027.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Stan Wawrinka jouera bien à Trèves contre l'Allemagne

Publié

le

Stan Wawrinka de retour en Coupe Davis. (© KEYSTONE/EPA/JONO SEARLE)

Stan Wawrinka fera bien son grand retour en Coupe Davis la semaine prochaine ! Swiss Tennis annonce la présence du Vaudois pour la rencontre contre l'Allemagne à Trèves.

A la fois espéré et attendu, ce retour a été entériné le week-end dernier. Stan Wawrinka avait livré son dernier match de Coupe Davis en septembre 2015 à Genève lors d'un barrage contre les Pays-Bas. On rappellera qu'il l'a gagnée en 2014 à Lille face à la France aux côtés de Roger Federer, de Marco Chiudinelli et de Michael Lammer.

A Trèves les 3 et 4 février prochain, la Suisse tentera de se qualifier pour la phase finale à seize de l'automne prochain. Avec l'apport de Stan Wawrinka aux côtés de Marc-Andrea Hüsler, de Dominic Stricker et de Leandro Rieidi, l'équipe de Suisse peut désormais nourrir l'ambition de s'imposer face à une équipe emmenée en principe par le Champion olympique Alexander Zverev.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture