Rejoignez-nous

Tennis

Le retour de Djokovic

Publié

,

le

Djokovic fait son retour cette semaine à Paris (© KEYSTONE/AP/John Minchillo)

Sept semaines après son rêve de Grand Chelem calendaire brisé en finale de l'US Open, Novak Djokovic fait son retour sur le circuit au Masters 1000 de Paris, qui débute lundi.

Des larmes au changement de côté, dans l'immense stade Arthur Ashe, la tête sous la serviette: voilà la dernière image du no 1 mondial imprimée dans les esprits. A cet instant, mené 6-4 6-4 5-4 par Daniil Medvedev en finale de l'US Open, il est au bord de la défaite dans le match le plus important de sa carrière. Quelques points plus tard, sa chance de signer le premier Grand Chelem calendaire depuis 1969 est envolée.

Depuis, le Serbe de 34 ans - ainsi resté à égalité avec Roger Federer et Rafael Nadal au nombre record de trophées du Grand Chelem, avec 20 titres - a pris ses distances avec le circuit, renonçant notamment au prestigieux tournoi d'Indian Wells. C'est à Paris-Bercy, où il s'est déjà imposé cinq fois, qu'il a décidé de reprendre la raquette.

Djokovic en simple et en double

L'y attend une entrée en lice - mercredi au plus tôt - soit face à l'Italien Fabio Fognini (ATP 36), soit face au Hongrois Marton Fucsovics (ATP 39). Avant un éventuel troisième tour contre le no 1 français Gaël Monfils (ATP 21).

Novak Djokovic y jouera aussi en double, avec son compatriote Filip Krajinovic, en ayant en tête la phase finale de la Coupe Davis (25 novembre-5 décembre), troisième et dernier morceau de son programme de fin de saison, avec le Masters réunissant les huit meilleurs joueurs de l'année (14-21 novembre à Turin).

Le retour de Nole coïncide avec les discussions autour de la question de la vaccination pour l'Open d'Australie (17-30 janvier), le terrain de jeu préféré du Serbe, cependant réfractaire au vaccin et qui refuse de partager son statut vaccinal. A ce stade, et malgré un scénario évoquant une quatorzaine, les autorités australiennes répètent qu'elles ne transigeront pas sur la nécessité d'être complètement vacciné. Avec quelles conséquences pour Djokovic ?

L'attraction Murray

Comme d'habitude, la semaine parisienne est l'occasion de distribuer les derniers sésames pour le Masters, organisé pour la première fois à Turin après douze éditions à Londres. Avec Djokovic, ils sont six à avoir déjà leur billet en poche: Daniil Medvedev, le tenant du titre dans la salle de Bercy, Stefanos Tsitsipas, Alexander Zverev, Andrey Rublev et Matteo Berrettini.

Deux restent à attribuer. Pour l'instant, les mieux placés sont le Norvégien Casper Ruud et le jeune Italien Jannik Sinner, un des hommes en forme du moment.

Autre attraction: le retour d'Andy Murray, qui prouve semaine après semaine sa détermination à ne pas se laisser dicter sa fin de carrière par la prothèse posée à sa hanche droite début 2019. "Je vais percer dans une ou deux semaines, ou peut-être quelques mois", veut croire le Britannique, venu pour la dernière fois à Bercy en 2016... et alors reparti avec le trophée.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tennis

La force tranquille d'Antoine Bellier, qui arrive à maturité

Publié

le

Antoine Bellier a déjà rempli son objectif de la saison (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'envol pour New York sera pour la semaine prochaine. A 25 ans, Antoine Bellier s'apprête à découvrir à Flushing Meadows l'atmosphère unique des tournois du Grand Chelem.

"En début d'année, j'étais 490e mondial et mon objectif était d'obtenir le classement qui me permettrait de disputer les qualifications de l'Open d'Australie en janvier 2023", confesse le gaucher genevois. L'objectif a été pulvérisé en sept mois avec ce 191e rang obtenu au 8 août qui lui ouvre les portes des qualifications de l'US Open.

Le chemin a toutefois été bien tortueux. "Pendant cinq ans, je terminais mes saisons dans le rouge. Aujourd'hui, je commence à gagner un peu plus d'argent pour couvrir mes frais, dit-il. Mais la pression est bien là. Dans le tennis, chaque année doit être meilleure que la précédente pour survivre !"

2022, la belle année

2022 est, pour l'instant, la plus belle pour Antoine Bellier. Victorieux du Challenger de San Luis Potosi sur la terre battue mexicaine, il s'est hissé en demi-finale du tournoi ATP 250 de Majorque sur gazon. "J'ai eu un peu de réussite sur ces deux tournois dans la mesure où j'ai, les deux fois, écarté des balles de match dans les qualifications", sourit Antoine Bellier bien conscient que son jeu d'attaque est vraiment un jeu à risque.

"Parfois cela tourne dans l'autre sens. Il y a deux semaines au Challenger de Pozoblanco, je m'impose devant le 111e mondial au premier tour (ndlr: le Portugais Nuno Borges) avant d'être éliminé au deuxième tour par le 289e (ndlr: le Français Maxime Janvier) après avoir pourtant servi pour le match", raconte-t-il.

Pour le Genevois, l'une des clés de la réussite réside dans une certaine retenue face aux événements. "Il ne faut pas bercer dans l'euphorie lorsque les victoires s'enchaînent. Il ne faut pas non plus tomber dans le 36e dessous après une défaite", explique-t-il. I

Antoine Bellier sait aussi que son style de jeu très particulier l'amène à obtenir "des résultats en dents de scie". "Je ne ferai jamais des demi-finales toutes les semaines, glisse-t-il. Il y a des tournois avec des conditions de jeu, l'altitude comme au Mexique ou le gazon comme à Majorque, qui me sont favorables, d'autres moins. Aujourd'hui, je me dis que je peux battre tout le monde. Que c'est du 50-50 pour chaque match", assure-t-il.

"Mais je sais aussi que si je ne joue pas bien, je peux perdre contre n'importe qui. Mentalement, il y a une sorte d'exigence qui ne doit jamais s'envoler. Il faut aussi apprendre à enchaîner les matches contre des joueurs mieux classés. C'est un peu comme au football. Une équipe qui découvre la Ligue des Champions doit dans un premier temps s'habituer au rythme de l'adversaire avant de performer."

"J'ai toujours cru en moi"

Même si sa feuille de résultats ne sera jamais linéaire, Antoine Bellier affiche une force tranquille qui peut expliquer pourquoi les pièces du puzzle commencent doucement à se mettre en place. "Je ne me suis pas réveillé un beau matin pour voir que tous mes coups touchaient les lignes, lâche-t-il. J'ai toujours cru en moi. J'ai toujours avancé. Je sais aussi que le tennis est un sport qui voit un joueur arriver parfois tard à maturité. "

Rejoindre l'académie de Jean-René Lisnard en novembre 2020 fut ainsi un choix heureux. A Cannes, Antoine Bellier bénéficie du concours d'un entraîneur qui s'est affirmé comme l'un des plus compétents du Circuit. "Daniil Medvedev est passé entre ses mains", précise Antoine Bellier, qui est pour l'instant le no 3 de l'académie derrière les Français Hugo Grenier (ATP 123) et Alexandre Muller (ATP 145).

A Flusging Meadows, comme Simona Waltert d'ailleurs qui vient de rejoindre l'académie, Antoine Bellier sera parfaitement encadré par une structure qui commence vraiment à faire ses preuves même si Daniil Medevdev a décidé de voler de ses propres ailes.

Enfin, Antoine Bellier se félicite de la saine émulation entre les joueurs suisses derrière Roger Federer et Stan Wawrinka. Après Marc-Andrea Hüsler, douzième joueur suisse à être entré dans le top 100 de l'ATP, Dominic Stricker (ATP 126), Alexander Ritschard (ATP 179) et Antoine Bellier frappent désormais à la porte. "Il me manque près de 250 points pour entrer dans le top 100, remarque Antoine Bellier. La route est encore très longue. Mais c'est celle que je dois suivre pour disputer les plus grands tournois du monde. C'est ce que je veux."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Tennis

Marc Rosset : une médaille d'or qui a marqué les esprits

Publié

le

Marc Rosset à son arrivée à Cointrin après sa médaille d'or aux Jeux Olympiques de Barcelone (© KEYSTONE/Patrick Aviolat/archives).

Médaillé d'or aux Jeux Olympiques d'été à Barcelone, le sociétaire du TC Drizia-Miremont a obtenu les meilleurs résultats de sa carrière sous les couleurs helvétiques.

Voilà trente ans jour pour jour (08.08.92) que Marc Rosset est devenu champion olympique lors des Olympiades estivales à Barcelone, remportant le seul et unique titre olympique en tennis... Après avoir éliminé coup sur coup l'Américain Jim Courier, l'Espagnol Emilio Sánchez, le Croate Goran Ivanišević et battu Jordi Arrese - espagnol lui aussi - en finale au terme d'un match épique en cinq sets qui a duré plus de cinq heures. Une victoire d'autant plus difficile à remporter que le Genevois a été victime d'une insolation alors qu'il menait deux sets à zéro. Rejoint à deux manches partout, il a ensuite dû puiser dans ses réserves pour réussir à l'emporter. Cette médaille d’or a marqué l’Histoire du sport dans notre pays… Et cette année-là,  a réussi un autre exploit avec l’Equipe de Suisse de Coupe Davis. Les Helvètes se sont qualifiés pour la finale après avoir battu la France à Nîmes (3-2) et le Brésil (5-0) à Palexpo. Tout au long de sa carrière, Marc Rosset a réussi ses meilleures performances sous les couleurs nationales.

Marc RossetChampion Olympique à Barcelone

 

Grâce à sa victoire sur le Brésil 5-0 à Palexpo, l'Equipe de Suisse composée, de gauche à droite, de Roland Stadler, Thierry Grin, aujourd'hui directeur du Geneva Open, Claudio Mezzadri, Jakub Hlašek et Marc Rosset s'est qualifiée pour la finale finalement perdue 1-3 face aux Etats-Unis à Fort Worth (© KEYSTONE/Patrick Aviolat/archives).

Continuer la lecture

Suisse

Dominic Stricker rebondit à Zoug

Publié

le

Dominic Stricker: un troisième titre sur le front des Challengers à 19 ans. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Dominic Stricker (ATP 172) revoit la lumière. Après des mois difficiles, le Bernois de 19 ans a cueilli à Zoug un troisième titre sur le front des Challengers.

Après ses succès à Lugano en 2021 et à Cleveland en février dernier, Dominic Stricker a raflé la mise sur la terre battue zougoise à la faveur de sa victoire 5-7 6-1 6-3 en finale devant le Letton Ernests Gulbis (ATP 365). Face au demi-finaliste de Roland-Garros 2014, le Bernois a forcé la décision grâce à un break au huitième jeu du troisième set avant de conclure à 15 après 2h11' de match. Il avait dû écarter quatre balles de break à l'entame de cette dernière manche.

Avec cette victoire, Dominic Stricker figurera lundi au 125e rang du classement de l'ATP, soit le plus élevé de sa carrière. Sauf accident, il devrait très vite devenir le treizième tennisman suisse à figurer parmi les cent premiers.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Casper Ruud: une victoire expéditive

Publié

le

Casper Ruud: à une victoire d'un nouveau doublé en Suisse. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La finale du Swiss Open opposera bien ses deux premières têtes de série. Tenant du titre, Casper Ruud (ATP 5) sera présent au rendez-vous proposé ce dimanche par Matteo Berrettini (ATP 15).

Le Norvégien n'a rencontré aucune difficulté pour se qualifier. Il s'est imposé 6-2 6-0 en 63 minutes devant Albert Ramos-Vinolas (ATP 40), qui avait été titré en 2019 à Gstaad, mais qui avait dû écarter une balle de match vendredi soir face au Chilien Nicolas Jarry. Visiblement éprouvé, le gaucher espagnol fut une proie trop facile pour Casper Ruud.

Le Norvégien n'est plus qu'à une victoire d'un deuxième doublé sur la terre battue de Suisse. Victorieux du Geneva Open en 2021 et en 2022, le finaliste de Roland-Garros devra toutefois sortir le grand jeu pour réaliser la passe de deux dans l'Oberland. Il compte deux victoires contre deux défaites dans ses face-à-face avec Matteo Berrettini. Leur dernier affrontement avait souri à l'Italien l'an dernier en demi-finale du Masters 1000 de Madrid.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Une démonstration pour Matteo Berrettini

Publié

le

Matteo Berrettini: un coup droit qui fait très mal. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Au lendemain d'une grosse frayeur devant Pedro Martinez, Matteo Berrettini (ATP 15) a sorti le grand jeu à Gstaad. Le Romain a survolé sa demi-finale du Swiss Open face à Dominic Thiem (ATP 274).

Matteo Berrettini s'est imposé 6-1 6-4 devant l'Autrichien pour prolonger deux séries impressionnantes: 8 victoires en 8 matches à Gstaad où il avait remporté le titre en 2018 et un 12e succès de rang sur le Circuit. Opéré à une main au printemps, l'Italien avait enlevé les titres à Stuttgart et au Queen's lors de son retour aux affaires avant d'être contraint de renoncer à Wimbleon en raison de son infection au Covid-19.

Face à Dominic Thiem, Matteo Berrettini a remporté les cinq premiers jeux du match. Il a fait parler sa puissance au service et en coup droit pour ne laisser que des miettes à l'Autrichien, qui avait triomphé à Gstaad en 2015. En finale dimanche, l'Italien affrontera le vainqueur de la rencontre entre le tenant du titre Casper Ruud (ATP 5) et l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas (ATP 40), qui est également un ancien vainqueur du tournoi (2019).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture