Rejoignez-nous

Sport

Tanguy Nef sera en lice à Sölden

Publié

,

le

Tanguy Nef a décroché sa place pour Sölden (© KEYSTONE/EPA/CHRISTIAN BRUNA)

Tanguy Nef disputera le géant de Sölden le dimanche 24 octobre en ouverture de la Coupe du monde masculine.

Le Genevois a décroché le dernier ticket disponible en remportant mercredi la sélection interne organisée par Swiss-Ski à Diavolezza.

Avant tout spécialiste de slalom, Tanguy Nef est en quête de ses premiers points en Coupe du monde de géant. Le Genevois de 24 ans a été aligné à quatre reprises dans la discipline sur le Cirque blanc, dont trois la saison dernière, pour autant de non-qualifications.

Huit Suisses seront en lice dans le géant messieurs de Sölden. Tanguy Nef rejoint Marco Odermatt, Loïc Meillard, Justin Murisier et Gino Caviezel, tous présents dans le top 15 de la World Cup Start List, ainsi que Daniele Sette, Cédric Noger et Daniel Yule.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe de Suisse

Le Portugal inflige une correction à la sélection helvétique 6-1

Publié

le

Pepe, en rouge et vert, peut reprendre le ballon de la tête entre Akanji, n°5, et Schär, n°22, pour donner deux buts d'avance à ses couleurs après à peine plus d'une une demi-heure de jeu (© KEYSTONE/EPA/Ali Haider)

La défense suisse a pris l'eau de toutes parts face aux redoutables attaquants lusitaniens (1-6).

La marche était trop haute. Il faut le reconnaître. Le score parle de lui-même. Face aux Portugais, objectivement supérieurs, il aurait fallu entrer dans la partie avec une toute autre volonté et bien plus de discipline. Entre les deux équipes, la différence semblait encore plus nette que celle entrevue dimanche entre la Pologne et la France. Même le Brésil l'a emporté sur un score moins net face à la Corée du Sud lundi soir.

Une différence de niveau intrinsèque

Et cette différence intrinsèque était pour ainsi dire palpable. Le passif récent des rencontres décisives face à la formation de Fernando Santos était déjà important. A chaque fois que les joueurs de Vladimir Petkovic ou de Murat Yakin ont tenté de s'attaquer à cette seleção portugaise ces six dernières années, ils ont échoué. Bilan: quatre défaites, dont deux très nettes, et deux victoires chanceuses sur sol suisse uniquement. Lors du match retour du tour préliminaire de la Coupe du Monde en Russie (0-2), en demi-finales du Final Four de la Ligue des Nations (1-3), ou plus récemment en juin dernier lors de la phase de groupe de l'édition suivante de cette même Nations' League (0-4). Et enfin, celle de mardi soir (1-6).

Des Portugais reposés

La première mi-temps, marquée par des lacunes défensives criardes, a été catastrophique. Pour corser le tout, les Lusitaniens ont marqué sur leurs deux premières occasions de but. Leur fraîcheur - leur coach a choisi de reposer les titulaires contre la Corée du Sud - a constitué un atout décisif. Au contraire de l'an dernier, où ils avaient bénéficié de neuf jours repos, soit trois de plus que leurs adversaires avant de défier la France, les Helvètes manquaient manifestement de jus. Ils se sont malgré tout créé deux occasions de marquer peu avant la pause avec un coup-franc de Xherdan Shaqiri dévié du bout des doigts par Diogo Costa en corner et une reprise de la tête de Remo Freuler sauvée sur la ligne par un défenseur "rouge et vert".

2 buts encaissés en 4 minutes

Deux nouveaux buts encaissés en l'espace de quatre minutes seulement ont définitivement enterré les derniers espoirs "rouge à croix blanche". L'entrée en jeu conjuguée de Haris Seferovic et Denis Zakaria, puis de Noah pas plus que la réduction du score par Akanji, n'y a changé quoi que ce soit. C'était trop tard, beaucoup trop tard. Gonçalo Ramos, déjà auteur de deux buts, s'est chargé de saler l'addition. Et d'enfoncer le couteau dans la plaie.

Les Helvètes ont bu le calice jusqu'à la lie: Gonçalo Ramos, en rouge et vert, inscrit le cinquième but portugais et ce ne sera pas le dernier (© KEYSTONE/AP Photo/Alessandra Tarantino)

Murat Yakin, le bouc émissaire

Alors on peut bien sûr incriminer le coach Murat Yakin, le montrer du doigt comme étant LE coupable de ce naufrage. Le fait est que le temps de récupération est déterminant dans un grande compétition, continentale ou planétaire. Auteurs d'un match plein et intense vendredi contre la Serbie (3-2), les Helvètes ont cette fois eu beaucoup moins de temps non seulement pour récupérer, mais surtout pour préparer de façon optimale cette partie.

Trop de remaniements défensifs

Ensuite, les remaniements défensifs, opérés sous la contrainte ou voulus, ont pesé sur le déroulement de la rencontre. Une tactique peut-être suicidaire vu les circonstances a précipité la chute du onze helvétique qui n'avait guère les moyens de réagir. Le fait d'être tombé dans un groupe particulièrement difficile a joué un rôle capital également. Sans servir d'excuse aucune. Bien sûr, on peut légitimement s'interroger sur les choix discutables du coach national qui n'a sélectionné que deux arrières latéraux de formation pour retenir quatre gardiens, et faire confiance à une ribambelle de demis centre dont on voit mal ce qu'ils peuvent réellement apporter. Cela étant, il va falloir digérer cet échec sans s'affoler, avant de repartir d'un bon pied. La phase qualificative de l'Euro'24 demarre au printemps prochain et la qualification pour la phase finale n'a rien d'inaccessible.

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Qatar 22: l'Espagne éliminée aux penalties par le Maroc

Publié

le

Dani Olmo, Pedri et Marco Asensio n'ont pas trouvé l'ouverture face au Maroc (© KEYSTONE/EPA/Mohamed Messara).

Au terme d'un non-match, les joueurs de Luis Enrique ont connu une élimination mortifiante face au Maroc: aucun but (0-0) marqué en 120 minutes. Les Marocains ont été les plus habiles au cours de la séance de tirs au but qu'ils ont nettement remportée (3-0).

Quatre ans après connu le même en Russie face à la nation organisatrice, l'Espagne quitte à nouveau la Coupe du Monde la tête basse. Tenu en échec par l'Allemagne (1-1), puis battu par le Japon (1-2), les Ibériques n'ont su trouver les solutions nécessaires pour redresser la barre. Multipliant les imprécisions, ils se sont de plus exposés aux contre-attaques nord-africaines qui auraient pu faire mouche plus d'une fois. La ressemblance avec le scenario lors de la précédente édition est frappante. Pour mémoire, les Lions de l'Atlas avaient également tenu en échec les Espagnols.

Le gardien marocain Bono a arrêté trois penalties espagnols (© KEYSTONE/AP Photo/Abbie Parr).

Qualification historique pour le Maroc!

Quant aux Marocains, ils vivent un véritable conte de fées. Oubliée la fébrilité de leur premier match face à la Croatie (0-0). Après leur victoire sur la Belgique, ils ont gagné en assurance et accèdent aux quarts de finale pour la première fois de leur Histoire. En 1986, ils avaient déjà pris part aux huitièmes de finale lors de la Coupe du Monde au Mexique, mais s'étaient inclinés face à l'Allemagne (0-1) qui a marqué un but sur coup-franc par Lothar Matthäus à deux minutes de la fin.

 

Continuer la lecture

Football

🔴 Liveblog: Suivez Suisse-Portugal en direct sur Radio Lac

Publié

le

Continuer la lecture

Football

Un Portugal - Suisse intense et familial pour Miguel Ferreira

Publié

le

Sertisseur dans la vie civile, Miguel Ferreira est aussi coach-adjoint de la première équipe du Club Sportif Chênois.

Entraîneur des gardiens et coach-assistant au CS Chênois, Miguel Ferreira vivra intensément le Portugal - Suisse de mardi soir (20h) à l'image des 40'000 Portugais de Genève. Quant à savoir qui soutenir son entourage est partagé. 

Les huitièmes de finale de la Coupe du Monde au Qatar connaîtront leur épilogue mardi soir avec le choc que tout un pays attend ; l’Equipe de Suisse défie le Portugal. Un évènement pour le ballon rond helvétiques, mais aussi pour les quelques quarante milles Portugais de Genève. C’est le cas pour Miguel Ferreira qui vit dans la République depuis sa plus tendre. Si son entourage est partagé, il soutiendra clairement les joueurs de Murat Yakin.

Miguel FerreiraCoach-assistant et entraîneur au CS Chênois

 

Reste à évaluer les forces en présence, quelles sont les chances des Helvètes face aux Lusitaniens ? S’agit-il d’un bon tirage ?

Miguel FerreiraCoach-assistant et entraîneur au CS Chênois

 

Travaillant dans le domaine de l'horlogerie en tant que sertisseur depuis l'âge de seize ans, Miguel Ferreira a été junior au CSC jusqu'à l'âge de dix-sept ans, soit au terme de la saison 94-95 moment où la première équipe a été reléguée en première ligue. Ce qui a entraîné la dissolution de la catégorie espoirs. Par la suite, il a fait ses classes d'entraîneur à l'ASF sous la houlette de Patrick Foletti, actuel entraîneur des gardiens de l'Equipe de Suisse. Il s'exprime sur le match dans le match que vont se livrer les derniers remparts.

Miguel FerreiraCoach-assistant et entraîneur au CS Chênois

Continuer la lecture

Sport

Victime d'endométriose, Marta Peiro met un terme à sa carrière

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Certaines retraites professionnelles sont plus dures que d'autres, encore plus lorsque la maladie s'en mêle. La footballeuse de Servette Chênois Marta Peiro a pris une décision difficile. Dans un post Instagram publié ce dimanche, le joueuse a expliqué avoir priorisé sa santé à sa carrière.

«J’ai dépassé toutes les limites possibles. Je n’en pouvais plus, et avant de me voir dans des conditions encore pires si elles existent, j’ai préféré donner la priorité à la chose la plus importante: la santé». 

Dans un communiqué paru ce lundi, Servette Chênois a salué le courage de sa joueuse, et lui a réitéré son soutien: «Depuis la reprise, Marta vit au rythme de la douleur et des changements de traitements qui n’ont pas eu les effets escomptés. Malgré une abnégation et une résilience à toute épreuve, ce quotidien de douleurs devient trop difficile pour notre attaquante qui a préféré dire stop.»

Le diagnostic de sa maladie était connu depuis une année suite à une opération de l'appendicite. Mais Marta avait choisi de lutter pour retrouver le chemin des terrains. Elle avait d'ailleurs rejoué en mai dernier à la Fontenette où elle avait inscrit un doublé en l’espace de quelques minutes face à Aarau en 1/4 de finale des playoffs.

" Je ne voulais pas renoncer à mon droit d'être mère à 24 ans"

Continuer la lecture