Rejoignez-nous

Sport

Super League: Triste fin pour Lausanne

Publié

,

le

Il n’y a pas eu de miracle pour le Lausanne-Sport !

Trois jours après la mère des défaites à Lugano (2-0), les Vaudois n’ont pas gagné à la Pontaise face à Thoune le match qu’ils devaient gagner pour avoir une chance de « survivre ». Battu 2-0 par le FC Thoune dans une rencontre marquée malheureusement par le comportement imbécile des fans vaudois dont les débordements ont provoqué l’interruption du match avant son terme, le Lausanne-Sport ne peut plus échapper à la relégation avant l’ultime journée.

Promus il y a deux ans, les Vaudois quittent l’élite l’année où l’arrivée d’un nouveau propriétaire devait leur permettre de franchir enfin un palier, de redevenir ce club qui, il y a bientôt 20 ans, luttait pour le titre. Mais elle est bien là la magie du football qui nous apprend que rien ne peut être écrit d’avance. Qu’un coup de baguette magique ne peut pas effacer toutes les fêlures qu’une drôle de saison aura laissé éclater. La dernière, ce divorce avec les supporters qui ont provoqué des scènes presque inimaginables dimanche, sera peut-être la plus difficile à guérir.

Le pourquoi d’une relégation

Cinquième à la trêve à trois points seulement de la troisième place, Lausanne aura vécu un printemps « horribilis ». Avec une seule victoire à leur compteur, le 2 avril à la Pontaise contre Lugano (2-1), le bilan des Vaudois en 2018 est proche du néant. Il s’explique à la fois par la fracture entre le vestiaire et Fabio Celestini, qui a entraîné le renvoi de l’entraîneur au soir du 28 avril, et par une campagne de transferts qui n’a pas ciblé la priorité absolue: l’engagement d’un défenseur central de valeur.

Grâce au soutien de son nouveau propriétaire Ineos, Lausanne est un club qui n’accuse aujourd’hui plus aucun souci d’argent. Les Vaudois feront donc tout pour reprendre leur place en Super League avant l’inauguration de leur nouveau stade de la Tuilière prévue pour la saison 2019/2010. Ils s’avancent donc comme les grandissimes favoris du prochain championnat de Challenge League. Mais ils devront toutefois rester sur leurs gardes. Le Servette FC, qui bénéficie lui aussi de la générosité d’une grande multinationale, ne sera peut-être pas toujours dirigé par un entraîneur étranger qui ne maîtrise pas le français, qui ignore tout de la réalité du football suisse et qui est, enfin, épaulé par un directeur sportif issu du rugby…

L’opération remontada menée à bien

Si les Lausannois basculent en enfer, les Sédunois sont, quant à eux, au septième ciel. Victorieux 3-2 du FC Saint-Gall, ils ont mené à terme cette opération remontada qu’ils considèrent encore plus belle qu’une victoire en Coupe de Suisse. Que les esprits chagrins jugeaient impossible au soir de la défaite du 10 février à Lugano qui laissait le FC Sion à sept points à la barre.

Ce match à Lugano était le premier dirigé par Maurizio Jacobacci. Promu depuis l’équipe des M21, le successeur de Paolo Tramezzani et de Gabri est, bien sûr, le grand artisan de ce maintien. Il a eu l’intelligence de modifier un système de jeu pour chercher davantage de verticalité dans le jeu de possession et de sortir de la « cave » dans laquelle avaient été enfermés de manière inexplicable Carlitos, Lenjani et Neitzke. Il reste à espérer que Christian Constantin maintiendra sa confiance à Maurizio Jacobacci et qu’il misera toujours sur la jeunesse de son effectif. Bouleverser son équipe comme il l’a fait l’été dernier serait la dernière chose à faire. Christian Constantin est trop avisé pour jouer à nouveau avec le feu au terme d’une saison qui aurait pu être celle de toutes les désillusions.

Fessés jeudi par le FC Bâle (5-1), les Young Boys ont eu le mérite de bien rebondir devant leur public face à Lugano pour que la remise de la coupe du Champion soit une belle fête. Les Bernois se sont imposés 3-1 après avoir pourtant concédé l’ouverture du score. La récréation est désormais terminée pour l’admirable Steve von Bergen et ses coéquipiers. Ils ont deux semaines pour se remettre en mode « guerriers » avant la finale de la Coupe de Suisse contre le FC Zurich de Ludovic Magnin qui, pour sa part, a battu.. 4-1 le FC Bâle au Letzigrund.

(Source ATS – Photo ©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sport

Battu au Tessin, Sion peut encore espérer

Publié

le

Kevin Fickentschera genoux et les Luganais qui exultent (© KEYSTONE/Samuel Golay)

La 35e journée de Super League n’a pas souri au FC Sion samedi. A Lugano, les Valaisans se sont inclinés 3-1, mais peuvent dire merci à Servette qui a battu Vaduz sur le même score.

Sion au mieux barragiste, voilà l’information principale de cette avant-dernière journée de championnat. Cela signifie que les Valaisans ne sont pas encore relégués, mais qu’ils devront prolonger un peu leur saison s’ils terminent devant Vaduz vendredi prochain.

Si les Sédunois en sont là, c’est parce qu’ils n’ont pas réussi à ramener un résultat positif du Cornaredo. Le sursaut d’orgueil entraperçu mercredi contre Lucerne n’a pas été suivi d’une partie maîtrisée au Tessin. Les Valaisans ont eu quelques occasions mais aucune emprise sur le jeu. On a vu Hoarau tester les réflexes de Baumann à la 9e et à la 23e, mais cela n’a pas suffi.

Parce qu’à la 19e Ziegler a ouvert la marque en deux temps sur penalty après une faute de main de Zock qui a nécessité un petit passage par la VAR pour l’arbitre Adrien Jaccottet. Et comme Sion n’était pas dans une période très chanceuse, c’est Lacroix qui a dévié dans son but un ballon luganais à la 44e pour le 2-0. La réaction sédunoise via le 2-1 de Tosetti dans les arrêts de jeu aurait dû donner des ailes aux joueurs de Marco Walker, mais ce sont les Tessinois qui ont inscrit le 3-1 par Gerndt à la 69e.

Et dire que les joueurs de Maurizio Jacobacci restaient sur quatre revers consécutifs sans avoir réussi à marquer le moindre but…

Servette européen

Si le président Christian Constantin peut encore croire au maintien, c’est en raison de la défaite de Vaduz chez lui face à Servette. Battus sèchement par Lausanne mercredi passé, les Grenat ont relevé la tête pour aller chercher en prime une qualification européenne. Un succès 3-1 au Liechtenstein qui permet de souffler en accueillant St-Gall vendredi prochain sans aucune pression.

Si les Genevois peuvent savourer cette future présence continentale, c’est parce que Young Boys a battu Lucerne 5-2 et que Lausanne a coulé à pic sous la pluie saint-galloise. Jamais dans le match, les Vaudois ont été essorés 5-0 par un FC St-Gall joueur et offensif. Après deux buts d’Adamu aux 21e et 25e, c’est Mory Diaw qui a précipité la chute des siens en cherchant à faire le malin devant Youan juste avant la mi-temps. L’ancien Nantais a contré le portier lausannois avant de placer le ballon dans le but vide.

Dans le dernier match de la soirée, Bâle s’est imposé 4-0 devant Zurich.

La 36e et dernière journée de Super League aura lieu le 21 mai. Sion reçoit Bâle et Vaduz se déplace à Zurich.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Les Lions piégés par les Starwings

Publié

le

Deondre Burns brillant contre les Lions de Genève (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le deuxième acte des quarts de finale des play-off de LNA a réservé une surprise vendredi soir. Les Lions de Genève ont été battus 77-75 par les Starwings et devront passer par un 3e match décisif.

Même s’il n’y a pas péril en la demeure, il est assez rare de voir le leader du championnat se faire battre en play-off par l’équipe classée 8e. A Birsfelden, les Lions d’Andrej Stimac ont mené trois fois à la marque pour finalement se laisser submerger dans le quatrième quart et être trop courts pour arracher une prolongation.

Les 41% au shoot n’ont pas aidé. Les Genevois ont également dû affronter un très grand Deondre Burns, auteur de 21 points, 11 rebonds et 5 assists.

A Lugano, Massagno a dû utiliser deux prolongations pour venir à bout des Luganais. Westher Molteni a inscrit 9 des 13 derniers points de son équipe pour un succès 93-89.

Dans les deux autres rencontres, les favoris n’ont pas connu de problèmes. Fribourg Olympic a écarté Boncourt 88-65, alors qu’Union Neuchâtel s’est débarrassé de Monthey 88-74. Les voilà tous deux en demi-finales.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Bonne opération pour GC et Xamax, Thoune cale

Publié

le

Les supporters zurichois sont venus en nombre à Neuchâtel (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 35e journée de Challenge League n’a livré aucun verdict. Neuchâtel Xamax et GC se sont neutralisés à la Maladière (1-1), mais réalisent tout de même une opération, alors que Thoune a perdu devant Aarau (1-3).

Pas de vainqueur entre les Rouge et Noir et les Sauterelles avec cette impression d’avoir disputé une journée pour beurre, ou presque.

Grâce à ce point remporté à Neuchâtel, les Zurichois ont malgré tout repris un point de bonus sur Thoune qui a été surpris 3-1 à domicile par Aarau. Ils auront leur destin en mains jeudi prochain pour la dernière journée puisqu’ils recevront une équipe de Kriens définitivement sauvée.

Xamax devra pour sa part aller à Chiasso pour jouer son maintien. Les Tessinois ont fait match nul à Schaffhouse (1-1) et accusent toujours trois points de retard sur les joueurs d’Andrea Binotto. Et à moins d’un succès par trois buts ou plus du FCC, les Neuchâtelois – au bénéfice d’une meilleure différence de buts – se maintiendront.

Dans les deux autres matches, Stade Lausanne a battu Wil 3-0 et Kriens en a fait de même contre Winterthour sur le même score.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

natation

Jeremy Desplanches : « une contre-performance me ferait mal »

Publié

le

Jeremy Desplanches, ici au Challenge International de Genève aux Vernets, sait qu'il aura à faire à forte partie ; il vise néanmoins un podium à Budapest (archives).

Champion d’Europe du 200 m quatre nages voilà trois ans, Jeremy Desplanches remet son titre en jeu à Budapest la semaine prochaine, non sans pression. Si le nageur genevois se veut ambitieux, il sait que la concurrence est de plus en plus forte.

Jeremy Desplanches espère évidemment briller dans le grand bassin hongrois, et il en a les moyens. Troisième performeur européen de l’année grâce aux 1’57 »50 réalisés à Marseille en mars, il sera l’un des principaux candidats au podium mercredi (séries et demi-finales) et jeudi prochains (finale) dans sa discipline de prédilection.

« Mon objectif est de nager le plus vite possible », explique le vice-champion du monde 2019. Sa forme est bonne. « J’ai une petite douleur à une épaule depuis quelques jours, mais rien de grave. Un peu de massage, un peu de kiné, et ça partira », assure-t-il.

« Je me repose un peu pour le moment, ensuite j’ai une semaine d’affûtage. Je vais même me raser », sourit le grand blond. « Le chrono sera hyper important à Budapest. Mais j’aimerais aussi décrocher une bonne place. Ca me ferait du bien mentalement d’obtenir à la fois un bon temps et une belle place. »

Jeremy Desplanches
Champion d'Europe en titre 200m 4 nages
Jeremy DesplanchesChampion d'Europe en titre 200m 4 nages

 

Une dizaine de prétendants au podium

Ne craint-il pas de prendre un coup sur la tête à deux mois des JO de Tokyo, son grand objectif, en cas de contre-performance à Budapest#? « C’est une question épineuse. Une contre-performance me ferait mal au moral, alors qu’une très belle perf’ m’encouragerait et me montrerait que je suis sur le bon chemin », répond-il.

« Mais une mauvaise performance m’apporterait certainement de la hargne et un peu de frustration, qui m’aideraient aussi à ne rien lâcher », poursuit-il. « Aucune des deux issues ne serait finalement mauvaise pour moi. Je devrai de toute manière savoir encaisser de la bonne façon, quel que soit le résultat final. »

Un résultat final qui ne dépendra évidemment pas que des seules performances du Genevois. « J’ai énormément de rivaux. La concurrence sur deux mètres quatre nages a beaucoup progressé en Europe, avec de nombreux nageurs dans les 1’57-1’57 »50. Il y en a même un (le Britannique Scott Duncan) qui a réussi 1’55 »90 cette année » explique-t-il.

« C’est beaucoup plus rapide que moi », souligne Jeremy Desplanches, dont le record de Suisse (1’56 »56) a été établi en finale des Mondiaux 2019 à Gwangju. « Je devrai donc faire une très, très bonne course en finale. On verra bien ce que ça donne. Il faut aussi voir quel sera l’état de forme de mes adversaires », ajoute-t-il.

Jeremy Desplanches
Champion d'Europe en titre 200m 4 nages
Jeremy DesplanchesChampion d'Europe en titre 200m 4 nages

 

« Nous sommes capables de viser des médailles! »

Leader de la natation helvétique,

Jeremy Desplanches
Champion d'Europe en titre 200m 4 nages
Jeremy DesplanchesChampion d'Europe en titre 200m 4 nages
(il fêtera ses vingt-sept ans le 7 août) se réjouit par ailleurs grandement des progrès de ses coéquipiers suisses. Swiss Aquatics enverra ainsi pas moins de dix-huit représentants avec autant de nageuses (neuf) que de nageurs (neuf) à Budapest pour les courses en bassin, avec de belles perspectives.

« Nous sommes passés d’une équipe composée de quelques nageurs qualifiés de justesse à une équipe formée de nombreux nageurs capables d’aller non seulement en demi-finale mais aussi de viser une finale voire une médaille. C’est vraiment cool, je suis hypercontent de voir cette évolution », se réjouit le Niçois d’adoption.

« Lors de mes premiers Européens en 2014, nous étions un ou deux en demi-finales, et c’était déjà bien. Là, presque tous iront en demies », poursuit Jeremy Desplanches, qui ne ressentira pour autant pas moins de pression si l’un de ses compatriotes brille: « C’est un sport individuel. Quand c’est fini, tu rentres seul chez toi, et seul ce que tu as fait compte dans ton développement personnel. »

 

 

Textes: Gilles Mauron (Keystone/ATS-sports)

Continuer la lecture

Football

Anthony Sauthier: « il faut montrer plus de caractère! »

Publié

le

L'image est trompeuse: le défenseur grenat Steve Rouiller fait échec à l'offensive de l'attaquant du LS, Evann Guessand, en blanc, mais les visiteurs finiront par remporter leur plus large victoire de la saison face aux Servettiens (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Nettement battu (1-4) mercredi à la Praille, Servette a subi sa troisième défaite en quatre matches cette saison face au Lausanne-Sport. Les approximations défensives ont coûté cher au SFC. Ensuite les expulsions de Sasso, puis de Kone dans le dernier quart du match ont mis fin à leurs espoirs...

Un point, un seul, c’est tout ce que Servette a obtenu face au Lausanne-Sport cette saison en trois-cents soixante minutes. Sur le terrain de la Praille, les « grenats » se sont nettement inclinés (1-4) face aux joueurs de Giorgio Contini. Ceux-ci ont fait valoir toute leur facilité technique pour prendre en défaut la vigilance de la défense servettienne.
A la mi-temps, les visiteurs menaient déjà par deux buts d'écart: pour leur coach, ravi que le maintien soit assuré, c’est en début de match que son équipe a forgé son succès… Quant à savoir si c'est la meilleure performance de la saison jusqu'à la, il laisse la question ouverte, avant de se réjouir que le LS a encore la possibilité de se mêler à leur lutte pour l'Europe.

Giorgio Contini
Entraîneur du Lausanne-Sport
Giorgio ContiniEntraîneur du Lausanne-Sport

 

Repositionnement tactique

En seconde période, le coach grenat a modifié ses batteries passant du 4-4-2 initial à un 3-5-2, le demi défensif russo-camerounais Gaël Ondoua cédant sa place au défenseur central Vincent Sasso pour permettre aux latéraux de jouer plus haut.
Mais l’expérience a tourné court, notamment, pas seulement en raison des deux expulsions qui ont sanctionné d’abord Sasso pour deux avertissements à une vingtaine de minutes de la fin, puis Koro Kone pour avoir imprimé la marque de ses crampons sur un mollet de Tsounggi. Deux expulsions sur lesquelles le capitaine servettien s'interroge. Y a-t-il vraiment des lignes directrices claires du côté des instances arbitrales dans l'élite du ballon rond helvétique: une allusion à peine voilée sur le tacle dangereux, pour ne pas dire méchant lors de Saint-Gall - Sion dimanche.

Anthony Sauthier
Capitaine du Servette FC
Anthony SauthierCapitaine du Servette FC

 

Pour le capitaine grenat Anthony Sauthier, opposé ici à l'attaquant du LS Jonathan Bolingi, en blanc, comme pour son entraîneur, les Servettiens doivent montrer une autre attitude lors des deux derniers matches de la saison  (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

 

Une spirale négative, mais pas que...

En fin de compte, Servette concède sa troisième défaite (et la seconde par trois buts d'écart) en une semaine à peine. De quoi susciter une sérieuse remise en question. Car si le capitaine genevois Anthony Sauthier admet que son équipe se trouve dans une spirale négative et que la réussite n’est pas au rendez-vous, ses coéquipiers doivent surtout changer d’attitude.

Anthony Sauthier
Capitaine du Servette FC
Anthony SauthierCapitaine du Servette FC

 

Le gardien servettien Jeremy Frick a été cherché le ballon au fond de ses filets à quatre reprises mercredi à la Praille, lors du match face au Lausanne-Sport (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

 

Une démobilisation? Quelle démobilisation?

Concernant le risque de démobilisation complète pour les deux derniers matches à Vaduz, dans la Principauté, puis à domicile face à Saint-Gall, l'arrière latéral droit grenat n'y croit pas : à l'entendre, la perspective d'une qualification pour une compétition européenne est une grande motivation pour les joueurs.

Anthony Sauthier
Capitaine du Servette FC
Anthony SauthierCapitaine du Servette FC

 

Un troisième rang à défendre

Le mentor valaisan de la Praille estime que ses joueurs ont tout intérêt à défendre becs et ongles leur troisième rang: malgré les affres d’une saison éprouvante, un strapontin européen reste accessible.

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Une fois de plus, seuls 100 spectateurs ont pu assister au match SFC - LS en raison des mesures préventives contre le coronavirus (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

 

Pour le reste, le fait de jouer un match tous les trois (ou quatre) jours ne constitue pas une excuse à ses yeux. Encore que une certaine fatigue - peut-être plus psychique que physique - pourrait nuire aux performances de ses joueurs.

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Pourquoi le SFC réussit si bien au LS?

Reste la question cruciale que les supporters se posent: comment expliquer le fait que Servette convienne si bien au Lausanne-Sport cette saison ?

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Aligner plus de jeunes?

Afin de mettre toutes les chances de son côté, le coach grenat ne ferait pas mieux que d'aligner des jeunes de l'Académie - qui aspire à davantage de temps de jeu - plutôt que les anciens à Vaduz samedi et face à Saint-Galle vendredi 21.

Alain Geiger
Entraîneur du Servette FC
Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture