Rejoignez-nous

Sport

Servette FC - Lugano: vaincre la malédiction tessinoise à domicile

Publié

,

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

En football, Servette reçoit Lugano demain à La Praille. Un adversaire souvent compliqué pour les grenats. La dernière victoire à domicile contre les Tessinois remonte à février 2015. 

Pour les grenats, ce match contre Lugano comporte deux objectifs. Le premier, maintenir la série d'invincibilité à La Praille. Le deuxième, l'emporter contre une équipe qui ne réussit pas aux Servettiens à domicile. Il faut remonter au 16 février 2015 pour trouver trace d’une victoire servettienne au Stade de Genève contre les Tessinois (victoire 2-0 avec des buts de Kevin Bua et Alexandre Pasche). Voilà donc l’occasion de mettre fin à une série de 6 matches sans succès à domicile contre cet adversaire (5 nuls et 1 défaite). Et pour engranger les trois points, l’entraîneur grenat Alain Geiger attend un changement d'attitude de la part de ses joueurs.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

Après une semaine anglaise avec deux matchs en trois jours (victoire face à Grasshopper et match nul contre Saint-Gall), dans quel état d'esprit sont les Servettiens avant la rencontre de demain? La réponse du gardien et capitaine servettien Jérémy Frick.

Jérémy FrickCapitaine et gardien du Servette FC

En cas de victoire, les grenats reviendraient provisoirement à deux points de Young Boys qui joue dimanche face à Bâle.

Défense solide

Avec 5 blanchissages en 13 matchs, Servette possède une défense plus solide que l'année dernière. Comment expliquer ce changement? La réponse de Jérémy Frick.

Jérémy FrickCapitaine et gardien du Servette FC

Servette FC - Lugano s'est donc demain à 20h30 au Stade de Genève.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey sur glace

Genève-Servette s'adjuge le choc au sommet 3-2 face à Rapperswil

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Dans ce match au sommet face à Rapperswil, Genève-Servette s'impose avec brio sur le score de 3-2. Avec ce succès, les Genevois sont désormais garanti de terminer dans le top 10 et donc de lutter pour le titre de champion.

Cette rencontre mettait aux prises les deux équipes les plus en forme du moment. D'un coté, Genève-Servette restait sur 5 succès consécutifs dont 3 face à des membres du top 3 (Bienne deux fois et Zurich). En face, Rapperswil enregistrait 6 succès de rang et comptait dans ses rangs un homme en feu: Roman Cervenka, auteur de 22 points en 8 matchs.

C'est toutefois un autre homme, plus discret offensivement cette saison, qui s'illustra après un peu plus de 5 minutes de joué: Henrik Tömmernes. Le défenseur suédois du GSHC prit ses responsabilités depuis sa ligne bleue et porta le danger à travers la défense saint-galloise. Après un tir repoussé par Melvin Nyffeler, le défenseur suédois put capter son propre rebond pour ouvrir le score.

56 secondes pour gagner

Le score n'évolua pas dans le premier tiers ni dans le second malgré les bonnes occasions des locaux. Mais dans le troisième tiers, Marco Miranda put doubler la mise après 1'18'' dans le tiers final. Un avantage qui tint moins de 10 minutes avec une réduction saint-galloise tombée sur une belle déviation pour relancer la rencontrer.

Les efforts genevois furent temporairement anéantis à 5 minutes de la fin du temps réglementaire avec l'égalisation saint-gallois tombée d'un superbe tir de la bleue alors que Robert Mayer semblé masqué. Mais 56 secondes plus tard, les Grenat eurent à nouveau le sourire avec le troisième goal inscrit de manière confuse par Arnaud Jacquemet.

Cette rencontre allait donner un bon aperçu de la capacité servettienne à s'adapter à des matchs compliqués face à une défense bien organisée et une attaque capable d'opérer en contre. In fine, ce succès est certes le 6e de rang mais peut-être l'un des mieux acquis par le GSHC depuis quelques rencontres.

Continuer la lecture

Football

Servette perd Monteiro

Publié

le

Diogo Monteiro quitte les Grenat pour rejoindre Leeds United (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Servette voit l'un de ses joueurs les plus prometteurs s'en aller. L'actuel 3e du classement de Super League annonce le départ de Diogo Monteiro pour Leeds United.

Le défenseur central de 18 ans s'est engagé pour trois ans et demi avec la formation de Premier League, précise celle-ci. "Un accord satisfaisant" a été trouvé entre les deux clubs, se réjouit le Servette FC dans son communiqué.

International junior portugais formé à Etoile Carouge puis à Servette, Diogo Monteiro est le troisième plus jeune joueur à avoir évolué en Super League avec une première apparition sous le maillot grenat à 16 ans et 2 mois. Il a disputé trois matches de championnat durant l'exercice en cours.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

FC Sion: Celestini a du pain sur la planche

Publié

le

Celestini a un immense chantier devant lui (© KEYSTONE/Pierre Albouy)

"On ne va aller nulle part comme ça !" Malgré le point arraché à dix contre onze sur le terrain de Servette, Fabio Celestini jetait un regard sans concession sur son équipe.

Comme s'il mesurait l'immense chantier qui se dresse devant lui.

"Sur les deux rencontres face à Lugano et Servette, nous ne méritions pas davantage qu'un point, lâche froidement le successeur de Paolo Tramezzani. Nous ne pouvons pas livrer une telle première mi-temps lors d'un derby avec l'effectif que nous possédons. Il y a trop de hauts et de bas. Nous sommes toujours dans la réaction, au lieu d'agir."

Le technicien vaudois se "réjouissait" pourtant de voir son équipe à la Praille. Il l'avait bâtie pour prendre le match à son compte avec un milieu à quatre - Cyprien, Zuffi, Grgic et Araz - très fin techniquement et deux latéraux - Lavanchy et Baltazar - capables de prendre le couloir. "On peut être mené 2-0 à la pause, c'est vrai. Mais je l'aurais accepté si mon équipe avait joué dans les deux sens et si Servette avait été plus en réussite," poursuit-il.

L'échéance du 1er mars

Fabio Celestini a un mois devant lui pour trouver la bonne alchimie. Le FC Sion jouera en effet sa saison le 1er mars à Tourbillon avec le quart de finale de la Coupe de Suisse contre Lugano.

La Coupe semble aujourd'hui l'unique moyen offert aux Sédunois pour retrouver la saison prochaine la scène européenne, une dernière fois faut-il le préciser si Christian Constantin devait se retirer au 30 juin 2024 comme il le suggère depuis des semaines. Fabio Celestini va sans doute très vite l'admettre: le FC Sion est avant tout une équipe capable de coups d'éclat. Son inconstance le pénalise trop sur la longueur d'un championnat.

D'ici le 1er mars, il devra réinventer une défense. A Genève, Dimitri Cavaré, Nathanaël Saintii, bien à la peine dans l'axe, et Baltazar, dépassé à gauche, ont failli. Avec Joël Schmied, Reto Ziegler et François Moubandjé, l'entraîneur bénéficie de véritables alternatives. Malheureux contre Lugano dans un poste de latéral gauche qui ne lui convient plus vraiment, Reto Ziegler peut s'affirmer dans un rôle plus axial comme le patron de la défense. N'a-t-il d'ailleurs pas été engagé pour cela cet hiver ?

"Ce n'était pas un cadeau de le faire entrer"

"Il faut assembler toutes les pièces du puzzle", avoue Fabio Celestini. La plus belle de toutes demeure bien sûr Mario Balotelli. A Genève, Super Mario a fait du Super Mario.

Introduit à la pause, il a armé une frappe sur sa première action bien misérable si on la compare avec le feu d'artifice lancé par les fans sédunois avant de jouer dans le registre qui est le sien depuis le 3 septembre: une implication réelle dans le match, mais toujours cette répugnance à enchaîner les courses même lorsque son équipe évolue en infériorité numérique.

"Ce n'était pas un cadeau de le faire entrer dans de telles circonstances, souligne Fabio Celestini. Il était seul devant. Il a défendu. Mais peut-être que sa seule présence a été un motif d'inquiétude pour l'adversaire." Peut-être, oui...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Une première liste de 19 noms pour Swiss Ski

Publié

le

Marco Odermatt sera bien sûr le chef de file de l'équipe de Suisse. (© KEYSTONE/AP/Alessandro Trovati)

24 athlètes - 10 femmes et 14 hommes - formeront la sélection de Swiss Ski pour les Championnats du monde de Courchevel/Méribel qui se dérouleront du 6 au 9 février prochain. 19 noms sont déjà connus.

L'équipe de Suisse dames sera composée d'Aline Danioth, d'Andrea Ellenberger, de Jasmine Flury, de Michelle Gisin, de Lara Gut-Behrami, de Joana Hählen, de Wendy Holdener, de Priska Nufer, de Camille Rast et de Corinne Suter.

Chez les hommes, Gino Caviezel, Niels Hintermann, Loïc Meillard, Alexis Monney, Justin Murisier, Marco Odermatt, Stefan Rogentin, Gilles Roulin et Thomas Tumler ont été retenus. Les cinq derniers skieurs seront désignés après le slalom de Chamonix du 4 février.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Alain Geiger: "Nous avons surclassé Sion..."

Publié

le

Alain Geiger, l'entraîneur de Servette, regrette que son équipe n'ait pas fait la différence quand elle menait 2-0. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Alain Geiger a-t-il déjà vécu au cours de belle et longue carrière un match aussi "étrange" que ce premier derby du Rhône de l'année ? On ne mettrait pas notre main au feu.

"Nous avons surclassé Sion, lance l'entraîneur du Servette FC avec force. Mais deux erreurs individuelles nous coûtent les deux buts sédunois. Nous étions trop dans la gestion en seconde période. Nous avons joué de manière trop "facile" aussi, sans la volonté de faire mal à l'adversaire. C'est l'un des domaines dans lesquels nous devons progresser."

"C'est un match que nous devons gagner 4-0. On aurait dû marquer ce troisième but pour prendre le large, poursuit Alain Geiger. A 2-1, le jeu se crispe un petit peu. Nous n'avions plus la même maîtrise qu'en première mi-temps."

Sans chercher d'excuses, l'entraîneur du Servette FC affirme que les feux d'artifice lancés par les supporters du FC Sion ont eu une influence sur la rencontre. "Tout d'abord, l'arbitre n'a pas décompté tout le temps perdu à cause de ces feux d'artifice, dit-il. Ensuite, on n'y voyait pratiquement plus rien pendant cinq minutes. Pour emballer le match, ce n'était pas idéal.".

Mais fumigène ou pas fumigène, il demeure au final un immense sentiment de gâchis. Ne pas gagner un match lorsque l'on mène 2-0 à onze contre dix relève de la faute professionnelle. Et un tel scénario dans un tel match tombe mal pour un entraîneur dont l'avenir n'a pas encore été tranché par sa direction.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture