Rejoignez-nous

Sport

Mondial 2018: un rêve brisé

Publié

,

le

La Suisse attend toujours de marquer un but en huitième de finale de la Coupe du monde !

Battue 1-0 par la Suède à Saint-Pétersbourg, elle a encore failli le jour où elle avait rendez-vous avec la gloire.

Face à un adversaire valeureux mais aussi bien limité, la Suisse a cédé à la 66e minute. Emil Forsberg, sans doute le plus latin des Scandinaves, a trouvé l’ouverture après avoir provoqué un décalage pour armer une frappe que le malheureux Manuel Akanji a déviée dans ses propres filets.

Après le 3-0 contre l’Espagne de 1994, le 0-0 sanctionné d’une élimination aux tirs au but devant l’Ukraine en 2006 et le 1-0 en prolongations de 2014 face à l’Argentine, la Suisse n’a pas passé ce cap des huitièmes de finale qui demande apparemment ce supplément d’âme qu’elle ne possède pas.

La Suisse ne méritait peut-être pas de perdre face à la Suède. Mais elle n’a pas fait assez pour mériter de disputer samedi à Samara les quarts de finale de la Coupe du monde. La sélection de Vladimir Petkovic, mardi, ne fut tout simplement pas à la hauteur des immenses attentes qu’elle a pu susciter depuis deux ans dans le pays.

Dans cette rencontre cadenassée par les deux équipes et marquée par un déchet technique trop élevé, la Suisse a bénéficié de la plus belle chance. A la 38e minute, Zuber signait une véritable offrande pour Dzemaili. A 12 mètres de la cage, le Zurichois ne cadrait pas. Lui, le héros malheureux de São Paulo (reprise sur le poteau qui aurait pu arracher les tirs au but à l’Argentine), pouvait croire à une malédiction personnelle.

La Suède a, quant à elle, porté à deux reprises le danger devant la cage adverse. A la 28e minute, Sommer signait une parade remarquable sur une frappe d’Ekdal. A la 41e, ce même Ekdal ratait sa reprise seul devant le gardien suisse sur un centre magnifique de Lustig.

A la reprise, la Suisse prenait résolument l’ascendant. Seulement, malgré un Shaqiri que l’on sentait en jambes, elle ne parvenait pas réellement à se procurer des situations intéressantes. A l’heure de jeu, tout devait s’enchaîner dans le… mauvais sens.

Valon Behrami écopait d’un carton jaune pour avoir stoppé une contre-attaque suédoise après une frappe ratée de Xhaka. Synonyme de suspension pour un éventuel quart de finale. Pendant quelques instants, le capitaine de l’équipe de Suisse ne pouvait pas cacher son dépit. Il perdait un peu le fil de son match et la question est savoir si cette fébrilité que l’on a pu percevoir depuis les tribunes explique pourquoi il a lâché trop vite le marquage sur Forsberg lors de cette fatidique 66e minute.

L’aventure s’est donc arrêtée à Saint-Pétersbourg pour une équipe qui quittera la Russie avec une montagne de regrets derrière elle.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Basketball

Les Lions arrachent la victoire face à Massagno

Publié

le

Le duel entre Lions de Geneve et leurs anciens coéquipiers a été épique. Mais finalement Marko Madjan, à gauche, et la SAM ont fini par s'incliner d'extrême justesse face aux basketteurs du Grand-Saconnex de Mikaël Maruotto, à droite (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Les Lions de Genève ont remporté le match au sommet de SBL d’extrême justesse. Ils sont venus à bout Massagno (68-66) au terme d’un match épique, indécis et tendu jusqu’au bout.

Les joueurs d’Andrej Štimac ont dû cravacher face à des Tessinois très solides. Un succès arraché de haute lutte lors d’un match qui s’est véritablement décanté lors de l’avant-dernière minute. Un lay-up de leur meneur de jeu lituanien Donatas Sabeckis leur a permis de reprendre définitivement l’avantage à 1’17’’ de la fin. Mais avant cela, la maigre assistance (vingt-cinq spectateurs, tous des bénévoles, hormis la Conseillère Administrative Marie Barbey-Chappuis et la responsable du Service des Sports de la Ville Sybille Bonvin) a eu droit à un chassé-croisé épique. De leur côté, les dirigeants des Lions sont passés par tous les états d’âme.

Imad Fattal Président des Lions de Genève

 

Les Lions à la peine sur les rebonds défensifs

Mais malgré les qualités dont ils ont fait preuve, les basketteurs du Grand-Saconnex ont joué en dessous de leur niveau dans un compartiment du jeu crucial: le rebond défensif.

Andrej Štimac Entraîneur des Lions de Genève

 

Une « box and one de derrière les fagots »

Un autre défaut qui aurait pu causer leur perte est leur manque d’efficacité lors des lancers-francs, sans même parler des pièges tendus par le coach adverse.

Imad Fattal Président des Lions de Genève

 

Au classement de Swiss Basketball League, les Lions de Genève comptent à présent deux points d’avance sur Fribourg Olympic et quatre sur Massagno.

 

 

 

 

Continuer la lecture

Basketball

Jeremy Jaunin : « la mayonnaise a vite pris! »

Publié

le

Jeremy Jaunin - à droite - et les Lions de Genève ont trouvé la cohésion nécessaire pour être à la hauteur de leurs ambitions (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Malgré le coronavirus, les Lions de Genève se présentent en position de force avant le choc au sommet qui les oppose à Massagno samedi au Grand-Saconnex.

Actuellement en tête du championnat, les Lions de Genève affrontent l’un de leurs poursuivants Massagno samedi à la Salle du Pommier.
Avec dix victoires contre une seule défaite, les basketteurs du Grand-Saconnex ont le vent en poupe.
Alors qu’on approche de la fin du deuxième tour, le premier bilan intermédiaire est très positif et riche d’enseignements.

Jeremy Jaunin Meneur des Lions de Genève

 

Même le coronavirus qui les a obligés à se mettre en quarantaine durant la période des Fêtes de fin d’année n’a pas brisé leur élan. Malgré une dizaine de jours sans entraînements, les Lions ont réussi à poursuivre leur série de victoires.

Jeremy Jaunin Meneur des Lions de Genève

 

Les Lions ont l’occasion de franchir un pas supplémentaire en distançant leurs adversaires directs au classement.
Et contrairement aux années précédentes, les Tessinois jouent les premiers rôles cette saison grâce notamment à deux anciens joueurs des Lions.
Le meneur genevois nous parle des atouts de cette équipe de Massagno.

Jeremy Jaunin Meneur des Lions de Genève

 

Les Lions comptent deux points d’avance sur Massagno avant le choc au sommet qui opposera les deux équipes samedi (17h30) à la Salle du Pommier. Un match à huis-clos, mais qu’on peut suivre en direct sur les réseaux sociaux.

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Un succès historique pour Michelle Gisin

Publié

le

Michelle Gisin victorieuse lors du slalom nocturne de Semmering. (APA/EXPA/FLORIAN SCHRÖTTER)

Michelle Gisin tient enfin son premier succès en Coupe du monde! L’Obwaldienne de 27 ans a même fêté une victoire historique dans le slalom nocturne de Semmering, offrant au ski féminin helvétique son premier triomphe dans la discipline depuis près de… 19 ans.

Deuxième à 0 »02 de Mikaela Shiffrin à l’issue de la première manche, Michelle Gisin a parfaitement maîtrisé ses nerfs sur un second parcours tracé par son coach Denis Wicki. La championne olympique 2018 de combiné est la première Suissesse à s’adjuger un slalom depuis Marlies Oester le 20 janvier 2002 à Berchtesgaden.

« C’est fou, c’est incroyable. Je suis sans voix », s’est exclamée Michelle Gisin. « Cette victoire survient huit ans jour pour jour après mon premier départ en Coupe du monde, et c’était déjà ici », a expliqué l’héroïne du soir, qui met en outre fin à une série de… 28 victoires en slalom pour le duo Mikaela Shiffrin/Petra Vlhova.

« C’est la victoire de toute une équipe. Nous avons beaucoup travaillé pour en arriver là », a encore souligné l’Obwaldienne, 2e du deuxième slalom de Levi, dans lequel elle s’était élancée en dernière position mais n’avait pas tenu le choc. « Aujourd’hui (réd: mardi), c’est moi qui gagne, mais ça aurait parfaitement pu être Wendy », a-t-elle glissé, forcément radieuse.

Michelle Gisin – qui réussit donc là où Wendy Holdener (24 podiums en slalom) a jusqu’ici toujours échoué – décroche simplement son dixième podium en Coupe du monde, le troisième dans la spécialité. Mardi, elle a devancé de 0 »11 l’Autrichienne Katharina Liensberger (2e), qui lui avait mis la pression en signant une deuxième manche de feu, et de 0 »57 Mikaela Shiffrin (3e).

Gisin sur les talons de Vlhova

L’appétit venant en mangeant, Michelle Gisin doit se découvrir de nouvelles ambitions grâce à cette victoire tant attendue. L’Obwaldienne, slalomeuse de « formation » devenue performante en vitesse depuis un peu plus de trois ans, est solidement installée au 2e rang du classement général et de celui de la discipline.

La vice-championne du monde 2017 de combiné est devancée dans les deux classements par la Slovaque Petra Vlhova, dont la marge est de 88 points au général et de 25 unités en slalom. Victorieuse des cinq slaloms précédents, Petra Vlhova n’a pu faire mieux que 4e mardi, à 1 »36 de sa rivale obwaldienne.

Deux fois 4e à Levi, Wendy Holdener a pour sa part retrouvé des couleurs après ses déconvenues vécues dans les autres disciplines au cours des dernières semaines. La Schwytzoise, 5e sur le premier tracé, a conservé ce rang en finale. Elle termine à 1 »43 de Michelle Gisin, qu’elle est allée embrasser sitôt la course terminée.

Meillard 20e

Surprenante 9e du premier slalom de Levi, Mélanie Meillard doit, elle, se contenter d’un 20e rang. A la peine sur le premier tracé (25e), la Neuchâtelo-Valaisanne s’est montrée plus agressive en finale. Une faute commise sur le « plat » lui a coûté de précieux centièmes, et elle échoué d’ailleurs à 0 »54 seulement du 10e rang. Mais elle s’offre tout de même son troisième top 30 de l’hiver.

Quatrième Suissesse en lice mardi à Semmering, l’autre « revenante » Romande Camille Rast devra en revanche encore patienter avant d’inscrire ses premiers points dans cet exercice 2020/2021. Partie avec le dossard 59, la Valaisanne (33e) a échoué à 0 »16 seulement d’une place en finale – et à 0 »50 de Mélanie Meillard à l’issue du premier parcours.

Continuer la lecture

Actualité

Roger Federer forfait pour l’Open d’Australie

Publié

le

Roger Federer doit poursuivre sa récupération avant de reprendre la compétition. (image d'archives - ©KEYSTONE/AP/MDB KAJ)

Le suspense a pris fin ce lundi: comme il l’avait laissé entendre, Roger Federer a déclaré forfait pour l’Open d’Australie (8-21 février) et ratera donc pour la première fois de sa carrière le premier tournoi du Grand Chelem de l’année. Il poursuit sa convalescence après deux opérations au genou droit.

C’est un communiqué des organisateurs du tournoi qui a mis fin aux espoirs des supporters du Bâlois de 39 ans. « Finalement, Roger n’a pas eu le temps de se préparer aux rigueurs d’un Grand Chelem et il est très déçu de ne pas pouvoir venir à Melbourne en 2021 », a expliqué le patron de l’Open d’Australie Craig Tiley. « Nous lui souhaitons le meilleur alors qu’il prépare son retour plus tard dans l’année et attendons de le voir à Melbourne en 2022 », a-t-il ajouté.

Les circonstances auraient pu sourire au Maître: l’Open d’Australie devait initialement débuter le 18 janvier, mais le tournoi a dû être repoussé de trois semaines à la demande des autorités australiennes pour mettre en place des mesures sanitaires inédites afin d’éviter la propagation du Covid-19. Cela n’a pas toutefois suffi pour que Roger Federer fasse son retour à Melbourne Park.

Le long terme

Roger Federer a subi en juillet dernier – en pleine suspension du circuit mondial – une seconde arthroscopie du genou droit en quatre mois. Les organisateurs de l’Open d’Australie espéraient il y a encore quelques jours sa participation, et le Bâlois a même rejoint récemment son camp de base de Dubaï pour sa traditionnelle préparation d’avant-saison.

Mais Roger Federer, qui n’a joué qu’un tournoi en 2020 (l’Open d’Australie), a finalement choisi de privilégier ses objectifs à plus long terme. « J’aurais espéré être à 100% dès le mois d’octobre. Mais je ne suis pas à ce niveau, même aujourd’hui. Cela risque d’être très juste » pour Melbourne, avait-il prévenu lors de la soirée des Sports Awards à Zurich à la mi-décembre.

« La priorité, ce sera l’été, avec Wimbledon, les JO et l’US Open », avait ajouté le Bâlois, qui avait d’ailleurs évoqué l’été dernier le scénario d’une fin de carrière. « L’heure de la retraite approche et je sais que le circuit va me manquer. Il aurait été facile de prendre ma retraite maintenant, mais je veux me donner une chance de profiter encore du tennis », déclarait-il en juillet.

Retour en février?

Roger Federer n’avait manqué aucune des 21 éditions précédentes d’un Open d’Australie qu’il a remporté à six reprises (2004, 2006, 2007, 2010, 2017, 2018). Mais ses supporters ne revivront pas le même conte de fées qu’en 2017, lorsqu’il avait triomphé à Melbourne pour son retour aux affaires après une pause forcée de six mois due à une opération au genou gauche.

Son agent Tony Godsick s’est toutefois voulu rassurant lundi: « Il a fait de gros progrès ces derniers mois concernant ses douleurs au genou et sa condition physique », a-t-il indiqué dans un communiqué où il donne rendez-vous à « fin février » pour le retour de Roger Federer en compétition. Reste à savoir où: le calendrier de l’ATP s’arrête pour l’heure à l’Open d’Australie (8-21 février)…

Bulle sanitaire

Un Open d’Australie qui se disputera donc sans l’une de ses attractions majeures et dans des conditions inédites, devant une jauge de spectateurs réduite de moitié. Les joueurs et joueuses devront arriver en Australie dans des vols charters qui leur seront réservés à partir du 15 janvier pour observer une période de quarantaine de deux semaines dans une « bulle sanitaire » sécurisée mise en place autour de Melbourne Park, le site du tournoi.

Joueurs et joueuses devront ainsi séjourner dans des hôtels qui leur seront aussi réservés et ne devront pas rester hors de ces établissements plus de cinq heures par jour pour leurs entraînements. Les qualifications de ce premier tournoi majeur de l’année auront lieu pour les messieurs à Doha et pour les dames à Dubaï du 10 au 13 janvier.

Continuer la lecture

Sport

Genève Volley: une fin d’année qui incite à l’optimisme

Publié

le

Malgré l'absence d'une demi-douzaine de joueuses, Genève Volley est parvenu à remporter une dernière victoire avant la fin de l'année face à Val-de-Travers (© Jérôme Schneider/redzonefoto.com).

Deux fois victorieuses face à Val de Travers (3-0, 3-1), les joueuses d’Aïda Shouk ont remporté leurs premières victoires de la saison en décembre.

Genève Volley a terminé l’année de la meilleure manière. Sa victoire sur Val de Travers (3-1) lors de la dernière confrontation de l’année entre les deux équipes qui ferment la marche au classement laisse entrouverte une possible qualification pour les play-offs de Ligue Nationale A féminine,
Actuellement neuvièmes, les volleyeuses de Châtelaine conservent donc l’espoir d’accrocher une huitième place afin de participer aux séries finales.
Pourtant leur début de championnat a été particulièrement difficile, avec sept défaites en autant de rencontres. Tout cela, sans obtenir le moindre point. Mais le déclic est arrivé mi-novembre.

Aïda Shouk Coach de Genève Volley

 

Cinq rencontres pour une place en play-offs

Les volleyeuses de Châtelaine ont encore cinq matches pour gagner une place et atteindre leur objectif minimal de début de saison. N’ayant plus aucune confrontation directe face aux équipes qui sont voisines avec elles au classement, elles devront nécessaires obtenir des points face à des équipes classées entre les cinquième et septième places.
Que faudra-t-il faire pour y parvenir? rééditer leur performance de samedi ou devront-elles élever le niveau de leur jeu?

Aïda Shouk Coach de Genève Volley

 

En attendant la reprise pour Genève Volley est fixée au samedi 10 janvier à Neuchâtel contre une des grosses cylindrées du championnat.

 

 

 

 

Continuer la lecture