Rejoignez-nous

Sport

Mondial 2018: un rêve brisé

Publié

,

le

La Suisse attend toujours de marquer un but en huitième de finale de la Coupe du monde !

Battue 1-0 par la Suède à Saint-Pétersbourg, elle a encore failli le jour où elle avait rendez-vous avec la gloire.

Face à un adversaire valeureux mais aussi bien limité, la Suisse a cédé à la 66e minute. Emil Forsberg, sans doute le plus latin des Scandinaves, a trouvé l’ouverture après avoir provoqué un décalage pour armer une frappe que le malheureux Manuel Akanji a déviée dans ses propres filets.

Après le 3-0 contre l’Espagne de 1994, le 0-0 sanctionné d’une élimination aux tirs au but devant l’Ukraine en 2006 et le 1-0 en prolongations de 2014 face à l’Argentine, la Suisse n’a pas passé ce cap des huitièmes de finale qui demande apparemment ce supplément d’âme qu’elle ne possède pas.

La Suisse ne méritait peut-être pas de perdre face à la Suède. Mais elle n’a pas fait assez pour mériter de disputer samedi à Samara les quarts de finale de la Coupe du monde. La sélection de Vladimir Petkovic, mardi, ne fut tout simplement pas à la hauteur des immenses attentes qu’elle a pu susciter depuis deux ans dans le pays.

Dans cette rencontre cadenassée par les deux équipes et marquée par un déchet technique trop élevé, la Suisse a bénéficié de la plus belle chance. A la 38e minute, Zuber signait une véritable offrande pour Dzemaili. A 12 mètres de la cage, le Zurichois ne cadrait pas. Lui, le héros malheureux de São Paulo (reprise sur le poteau qui aurait pu arracher les tirs au but à l’Argentine), pouvait croire à une malédiction personnelle.

La Suède a, quant à elle, porté à deux reprises le danger devant la cage adverse. A la 28e minute, Sommer signait une parade remarquable sur une frappe d’Ekdal. A la 41e, ce même Ekdal ratait sa reprise seul devant le gardien suisse sur un centre magnifique de Lustig.

A la reprise, la Suisse prenait résolument l’ascendant. Seulement, malgré un Shaqiri que l’on sentait en jambes, elle ne parvenait pas réellement à se procurer des situations intéressantes. A l’heure de jeu, tout devait s’enchaîner dans le… mauvais sens.

Valon Behrami écopait d’un carton jaune pour avoir stoppé une contre-attaque suédoise après une frappe ratée de Xhaka. Synonyme de suspension pour un éventuel quart de finale. Pendant quelques instants, le capitaine de l’équipe de Suisse ne pouvait pas cacher son dépit. Il perdait un peu le fil de son match et la question est savoir si cette fébrilité que l’on a pu percevoir depuis les tribunes explique pourquoi il a lâché trop vite le marquage sur Forsberg lors de cette fatidique 66e minute.

L’aventure s’est donc arrêtée à Saint-Pétersbourg pour une équipe qui quittera la Russie avec une montagne de regrets derrière elle.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Bâle marque trois fois en vingt minutes, puis se crispe

Publié

le

Aurtur Cabral - à gauche - et les Bâlois joueront les matches de barrage de l'Europa League (© KEYSTONE/EPA Giorgos Kefalas).

Futur adversaire de Servette dimanche en championnat, le FC Bâle jouera les matches de barrage de l’Europa League grâce à une courte victoire face à Anorthosis Famagouste (3-2).

Trois buts en vingt-deux minutes. On croyait les Bâlois sur orbite dans ce match comptant pour le troisième tour qualificatif de l’Europa League. L’international Silvan Widmer – auteur d’une magnifique reprise de volée sur un coup franc botté par Samuele Campo – puis l’ex-Lausannois lui-même d’un maître-tir pris des vingt mètres dont la trajectoire a terminé sa course au fond des filets après avoir ricoché sous la barre avaient déjà donné deux longueurs d’avance aux joueurs de Ciriaco Sforza alors qu’on jouait depuis à peine plus de dix minutes. Un autogoal consécutivement à un envoi d’Andrea Padula relâché par le gardien visiteur ont encore augmenté l’avance des Rhénans. Une avance qu’on croyait décisive.

A nonante minutes de la phase de groupe

Mais la dernière action de la première période allait déboucher sur la réduction du score. Un tir aussi puissant que précis a laissé Nikolic pantois. A onze contre dix suite à l’expulsion d’Okriashvili qui venait d’écoper de deux avertissements (le second pour simulation), le FC Bâle a concédé un nouveau but au milieu de la seconde mi-temps sur penalty pour une faute de Padula en dehors des seize maîtres!
Un coup de théâtre dont Ciriaco Sforza se serait passé. Le dernier quart du match ne donnant lieu à aucun nouveau, les finalistes de la Coupe de Suisse pouvaient savourer une qualification qui les laisse potentiellement à nonante minutes de la phase de groupe de l’Europa League. Jeudi 1er octobre, ils affronteront le CSKA Sofia au Parc Saint-Jacques. Quant à savoir s’ils auront pleinement récupéré de leurs efforts d’ici dimanche, c’est une autre histoire…

Kutesa et Guillemenot éliminés

Si les futurs adversaires de Servette se sont qualifiés, il n’en va pas de même pour les anciens joueurs du SFC. Autre représentant helvétique, Saint-Gall – où Jeremy Guillemenot a joué tout le match – s’est incliné sur son terrain face à l’AEK Athènes. Tout s’est joué à vingt minutes, quand une rapide contre-attaque de Nélson Oliveira a débouché sur une faute du gardien Zigi. Ce dernier avait pourtant retenu le coup de pied de réparation. Mais sa déviation a donné une trajectoire insidieuse au ballon qui a rebondi devant la ligne de but permettant à l’attaquant portugaise de la formation athénienne de loger le cuir au fond des filets saint-gallois.

Victorieux une semaine plus tôt face à ses anciens coéquipiers, Dereck Kutesa – à gauche – a cette fois connu une soirée moins faste face à l’international hongrois Attila Fiola et Videoton (© KEYSTONE/EPA MTI/Szilard Koszticsak).

Enfin, le Stade de Reims a passé une soirée moins faste à Szekésfehérvár qu’à la Praille. Après cent-vingt minutes sans but, c’est Videoton (MOL-Fehérvár) qui l’a emporté à l’issue de la séance des tirs de coup de pied au but (4-1). Le dernier penalty étant transformé par le franco-hongrois (parisien de naissance) Loïc Nego. L’ex-attaquant grenat Dereck Kutesa pourra – comme ses anciens coéquipiers – se concentrer sur le championnat national.
Et pour la petite histoire, comme une semaine plus tôt à la Praille, les supporters des adversaires du Stade de Reims se sont massés en dehors du stade Sóstói (le stade du lac salé en français) pour encourager leurs favoris.

 

 

Continuer la lecture

Sport

Valentin Gautier: une fin de saison en apothéose

Publié

le

DR

La saison se termine de la meilleure manière pour le Rösti Sailing Team. L’équipage au caquelon rouge à croix blanche a remporté le Normandy Channel Race, terminant en apothéose une saison fortement perturbée par le coronavirus.

Après avoir battu le record des îles britanniques en compagnie de Justine Mettraux il y a bientôt un mois, le Genevois Valentin Gautier et le Zurichois Simon Koster se sont adjugés vendredi le Normandy Channel Race. Un succès acquis de haute lutte face à deux navigateurs parmi les plus performants. Ce d’autant plus ils ont dû lutter contre les éléments pour devancer les deux Français Ian Lipinski et Julien Pulvé: une mer déchaîné sur plus de 1000 mn, soit près de 2000 km un peu partout dans la Manche et au Sud de l’Irlande.

Valentin Gautier Navigateur - Rösti Sailing Team

 

Ballottés dans tous les sens, ils l’ont emporté d’extrême justesse : 6’ d’avance seulement, au terme d’une course qui a duré 4 jours 20h 25’. Un résultat d’autant plus remarquable qu’ils étaient encore deuxièmes le matin de l’arrivée.

Valentin Gautier Navigateur - Rösti Sailing Team

 

Valentin Gautier tire un bilan particulièrement satisfaisant d’une saison écourtée, mais intense.

Valentin Gautier Navigateur - Rösti Sailing Team

 

C’est avec ce rendez-vous dans la catégorie des class quarante – voiliers de 40 pieds, soit un peu plus de douze mètres – que s’est achevée cette saison. Au programme de cet automne, quelques entraînements avant de mettre le bateau en chantier cet hiver pour procéder à des modifications.

Continuer la lecture

Actualité

Malgré une période difficile à gérer, le GSHC veut viser le top 6

Publié

le

Marc Gautschi est le nouveau directeur sportif de Genève-Servette. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Surprenant quatrième à deux points seulement de la première place la saison dernière en National League, Genève-Servette doit confirmer. Rien ne sera facile pour les Genevois.

Mais ils disposeront d’un contingent qualitativement encore jamais vu.

L’expression « faire mieux avec moins » peut parfaitement s’accoler aux desseins genevois. Le club des Vernets a réussi à bien diminuer sa masse salariale grâce à différents échanges et départs, comme ceux de Robert Mayer ou Eliot Antonietti.

Mais l’entraîneur Patrick Emond, en place pour sa deuxième saison, a finalement un problème de riche à gérer: il doit composer deux lignes offensives en pouvant compter sur des joueurs de la trempe de Damien Riat, Eric Fehr, Daniel Winnik, Linus Omark, Tanner Richard, Joël Vermin, Tyler Moy et Noah Rod !

« Ce n’est pas un vrai tourment pour moi, explique Emond. C’est aux joueurs de montrer qu’ils veulent et méritent de la glace. » Alors, trop de chefs et pas assez d’Indiens ? « Nous avons bien étudié les joueurs que nous avons engagés. Ils ne doivent pas seulement être bons sur la glace mais surtout bien s’insérer dans le vestiaire. Je ne veux pas que les egos troublent la bonne marche de l’équipe. »

L’entraîneur voit arriver la question sur Joël Vermin, affublé d’une mauvaise (usurpée ?) réputation à Lausanne. « Tous les renseignements que nous avons pris sur lui étaient à son avantage. Je ne crois pas que ce soit un risque de l’avoir engagé. » C’est surtout un sérieux renfort, même si le Bernois doit rattraper le temps perdu: il n’a pu s’entraîner qu’une semaine sur la glace à Lausanne, début août, avant de la retrouver aux Vernets cinq semaines plus tard.

Un club formateur

Toute trace de Chris McSorley avait disparu pour la première fois dans une conférence de presse d’avant-saison, Marc Gautschi ayant pris sa place de directeur sportif. « Nous restons un club formateur. Nous possédons l’une des équipes les plus jeunes de la Ligue. Non seulement nous incorporons les jeunes, mais surtout nous les faisons jouer. L’an dernier, Patry ou Miranda ont même évolué avec les étrangers », plaide le Bernois, ex-défenseur des Vernets et d’Ambri-Piotta.

Sur le plan économique, Genève-Servette souffre comme les autres de la situation engendrée par le Covid-19. Le président Laurent Strawson a pu toutefois donner des nouvelles rassurantes. Plusieurs sponsors se sont montrés plus généreux que prévu. Avec la baisse des salaires acceptée par les joueurs, le club ne se porte pas trop mal. D’autant que les autorités sanitaires genevoises vont sans doute accepter un plan où les Vernets pourront accueillir deux-tiers de leur capacité en spectateurs. Ainsi, 4100 fans pourront être présents dès le 2 octobre pour la venue de Davos.

Continuer la lecture

Sport

Vendée Globe: Alan Roura comme Phileas Fogg

Publié

le

Le bateau d'Alan Roura est prêt relever un nouveau défi avec la participation au Vendée Globe dès le dimanche 8 novembre (© Christophe Breschi /LA FABRIQUE SAILING TEAM).

Plus jeune navigateur ayant participé au Vendée Globe, Alan Roura a découvert l’épreuve à seulement vingt-trois ans !
Aujourd’hui, il rêve de terminer son tour du Monde en solitaire, sans escale, ni assistance en quatre-vingt jours, comme le personnage du célèbre roman de Jules Vernes…

La course autour du monde en solitaire, sans escale, ni assistance partira le 8 novembre des Sables d’Olonne en Bretagne. Trente-trois marins, dont six femmes d’onze nationalités différentes y prendront part. Parmi eux, Alan Roura. Le navigateur genevois se lance à l’eau pour la deuxième fois de suite.
Voilà quatre ans, il s’est classé douzième lors de la précédente édition alors qu’il n’était âgé que de 23 ans. Cette fois-ci, il se montre encore plus ambitieux, mais obtenir un meilleur classement n’est pas vraiment sa priorité.

Alain Roura Navigateur

 

Pour mémoire, Alan Roura a bouclé son premier Vendée Globe en cent cinq jours. Améliorer cette performance de vingt-cinq jours constituerait une performance de choix à n’en pas douter. Mais il dispose à présent d’un bateau qui a certes treize ans mais qui est beaucoup plus récent que le précédent.

Alain Roura Navigateur

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Fatigué par l’Europa League, Servette perd à Lausanne

Publié

le

L'attaquant lausannois Aldin Turkes, en blanc, ouvre le score. Les Servettiens Miroslav Stevanovic et Anthony Sauthier, à terre, sont impuissants (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott).

N’ayant pas totalement récupéré de leur match d’Europa League, les Servettiens tardent à entrer dans le match et se retirent battus de leur duel face au Lausanne-Sport (1-2) dimanche à la Pontaise. Malgré cela, la pression qu’ils ont exercée fin de match aurait pu leur permettre d’arracher un résultat nul.

Une fin de match épique n’a pas suffi pour permettre à Servette d’obtenir son premier résultat positif de la saison en championnat. La pression exercée dans le dernier quart du match a débouché sur un penalty transformé par Grejohn Kyei et sur quelques situations chaudes devant les buts défendus par le portier Mory Diaw. Cependant, les néo-promus lausannois avaient déjà pris deux longueurs d’avance à l’heure de jeu grâce à des réussites d’Aldin Turkes et de Christian Schneuwly.
En manque de compétition jeudi soir face au Stade de Reims (0-1), les joueurs d’Alain Geiger ont souffert cette fois d’un temps de récupération insuffisant.
Ce faisant, ils ne sont jamais vraiment entrés dans le match. Conséquence : ils ont été dominés par les néo-promus durant la plus grande partie du match.
La pression exercée en fin de partie est intervenue trop tard pour remettre en question le résultat.
Ce résultat est néanmoins logique selon Jeremy Frick. Le gardien servettien relève avant tout le mérite de ses adversaires.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Cependant, selon le portier grenat, la fatigue n’est pas vraiment une excuse, sachant que la saison vient à peine de débuter.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

En revanche, il admet que la défaite face au Stade de Reims et partant, l’élimination de l’Europa League a vraiment été digérée.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

 

 

 

Continuer la lecture