Rejoignez-nous

Football

Coupe du Monde: une répétition générale ratée pour les Helvètes

Publié

,

le

Le défenseur ghanéen Mohammed Salisu - n°4 - s'élève plus haut que tout le monde pour ouvrir le score d'une tête lobée: le capitaine Granit Xhaka, n°10, Denis Zakaria, n°6, le gardien Yann Sommer - en orange - et Haris Seferovic, n°9, sont impuissants (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).
Après trois victoires de rang, l'Equipe de Suisse a calé à Abou Dhabi. Elle s’est inclinée 2-0 devant le Ghana à une semaine de son entrée en lice dans la Coupe du monde.

Battue sur des réussites de Moammed Salisu à la 70e et d’Antoine Semenyo à la 74e, toutes deux favorisées par des largesses défensives, les Helvètes ne se sont pas vraiment rassurés lors de cet unique test avant la rencontre cruciale du jeudi 24 novembre (11h) contre le Cameroun. Malgré une occasion en or pour Breel Embolo juste avant la pause, cette défaite répond à une certaine logique. Les Ghanéens ont su mieux composer avec les conditions extrêmes de cette rencontre, jouée sous une température qui avoisinait au coup d’envoi les 35 degrés.

Y. Sommer: l'ombre d'un doute

Le gros point noir de l’après-midi dans le camp suisse réside dans les doutes suscités par la performance de Yann Sommer. Avec une responsabilité engagée sur les deux buts ghanéens, le Bâlois fut très loin de signer un retour gagnant. Jamais réellement sollicité avant la 70e minute, il a manqué de résolution sur les deux actions fatidiques. Sa volonté de défendre sa ligne à tout prix lui a joué un tour pendable sur le 1-0. Sur le 2-0, sa sortie ne fut pas des plus franches pour offrir un rebond heureux à l’adversaire. Le héros de l’Euro a une semaine devant lui pour retrouver ses repères après un mois sans jouer en raison de sa blessure à la cheville gauche. Sa titularisation ne fait. en effet, aucun doute, Murat Yakin a tenu à fermer tout de suite l'idée d'un débat sur son rang de no 1. "Il a joué 90 minutes. A mes yeux, l'essentiel est bien là", souligne-t-il.

Une première en 3-5-2

Murat Yakin avait bien arrêté le choix d'une défense à trois qu'il n'avait plus adoptée depuis son baptême du feu à la tête de la sélection contre la Grècel, le 1er septembre 2021. Cette organisation était dictée à la fois par les circonstances - l'absence de Ricardo Rodriguez pour motif de précaution - et sans doute par le souci de brouiller les cartes à une semaine de l'entrée en lice en Coupe du monde. "Mais nous reviendrons à une défense à quatre contre le Cameroun", assure-t-il.

Embolo malheureux à la finition

Dans un match sans réelle intensité, il est ardu de savoir si cette défense à trois avec Manuel Akanji, Fabian Schär et Eray Cömert, offre plus de réelles garanties. Les deux grosses occasions concédées en première période le furent sur deux balles arrêtées, une tête d'Inaki Williams (31e) et une volée de Rahman Baba (43e). Mais la plus belle chance avant la pause fut pour la Suisse à la 44e minute avec un mouvement splendide gâché malheureusement à la finition par Breel Embolo.

 

A cours de compétition, Xherdan Shaqiri a souffert de la chaleur jeudi à Abu Dhabi face au Ghana. Cela ne l'a pas empêché de signer un autographe à la juge de touche (© KEYSTONE/Laurent Gilliéron).

 

Occasion en or pour Okafor

A la reprise, Murat Yakin lançait, sans toucher à son 3-5-2, Nico Elvedi, Michel Aebischer et Noah Okafor dans la fournaise. Lancé par Shaqiri, Okafor était tout près de débloquer le score à la 48e. Peu après l'heure de jeu, ce fut au tour de Christian Fassnacht et de Renato Steffen d'entrer en jeu. Les deux joueurs de Super League prenaient alors le rôle des pistons dévolu à Silvan Widmer et à Ruben Vargas sans être en mesure toutefois d’insuffler l'élan espéré. L’ultime changement à la 65e minute voyait Haris Seferovic relayer Schär, ce qui conduisait au recul de Zakaria en défense centrale. Chère à Murat Yakin, la notion de flexibilité a vraiment pris tout son sens à Abou Dhabi. Pas sûr toutefois qu’innover ainsi à la veille d’une Coupe du monde soit vraiment pertinent.

 

Peu nombreux, mais très bruyants, les supporters des "Black Stars" étaient en liesse jeudi après les deux buts marqués par Salisu et Semenyo (© KEYSTONE/Laurent Gilliéron).

 

Calmer le jeu

Murat Yakin, Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri n'avaient qu'un seul message à délivrer après le coup de sifflet final contre le Ghana: il convenait de calmer le jeu.

"Ce n'était qu'un match amical. Le résultat était secondaire", déclare Murat Yakin. "L'important était de sortir de ce match sans aucun blessé", glisse pour sa part Granit Xhaka. Quant à Xherdan Shaqiri, il assure que l'équipe de Suisse "sera prête" pour la rencontre contre le Cameroun jeudi prochain.

"L'essentiel était de retrouver le rythme, de bien gérer le temps de jeu des joueurs et de s'habituer à la chaleur. On la ressent différemment ici qu'en Europe, explique Murat Yakin. On a joué à l'heure qui sera celle du coup d'envoi à Doha contre le Cameroun. Il y avait une sorte de routine à trouver. Pendant une heure, le contenu m'a plu. Après avec tous les changements, ce fut peut-être plus laborieux."

Cette défaite n'ébranle pas les certitudes du coach national qui reviendra à une défense à quatre contre le Cameroun. "J'ai fait le choix de jouer à trois derrière en raison principalement de l'absence de Rodriguez. Mais notre système de jeu s'articule bien avec quatre défenseurs. Je remarque par ailleurs que nous avions de la peine à enclencher la machine comme ce fut le cas cet été lors de la Ligue des Nations, souligne-t-il. Nous avons une semaine devant nous pour monter en puissance. Nous sommes dans les temps. Et à Doha, le stade sera plein et il y aura l'adrénaline qu'il faudra pour aller chercher les trois points."

La performance de Yann Sommer, coupable sur les deux buts, ne l'inquiète pas outre mesure. "Yann ne peut pas faire grand-chose sur les deux buts, avance-t-il pour fermer d'entrée la porte à toute polémique. Sa cheville a tenu. Il s'est prouvé à lui-même qu'il pouvait à nouveau tenir sa place sur 90 minutes."

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Qatar 22: Messi marque enfin, MBappé et Lewandowski aussi

Publié

le

Lionel Messi, maillot rayé, ouvre le score d'un tir à raz de terre malgré l'intervention du défenseur mexicain Hector Herrera, en vert: l'Argentine remporte trois points précieux et conserve l'espoir de se qualifier (© KEYSTONE/EPA/Rungroj Yongrit)

Trois joueurs d'exception ont fait trembler les filets adverses pour la première fois depuis le début de la 22e Coupe du Monde. Kilian MBappé a même marqué deux buts pour la France, victorieuse face au Danemark (2-1), qui est la première équipe qualifiée pour les huitièmes de finale.

Lionel Messi et l'Argentine espèrent toujours. Leur victoire sur le Mexique (2-0) leur permet de croire encore à une une qualification pour la phase à élimination directe. En grande difficulté durant la première mi-temps, les joueurs "albiceleste" ont trouvé la faille grâce à des buts de Messi, précisément, et d'Enzo Fernandez. Le match d'une rare intensité, malgré un nombre d'occasions de but restreint au cours des quarante-cinq premières minutes, a également valu par l'affluence (88'966 spectateurs) et l'ambiance incroyable qui a régné au Stade Lusail.

 

Le match Argentine - Mexique a été particulièrement engagé: Enzo Fernandez, n°24, et Hector Moreno - en vert - se livre un duel sans merci sous les yeux des défenseurs mexicains Raúl Jimenez, n° 9, Cesar Montes, n° 3, et Nestor Araujo (© KEYSTONE/AP Photo/Hassan Ammar).

 

Aucun but marqué pour le Mexique

Les changements effectués par le coach Lionel Escaloni ont donc porté leurs fruits. Même si beaucoup se demandent pourquoi Paulo Dybala est encore une fois resté sur le banc des remplaçants. L'Argentine s'est montré bien plus convaincante après la pause. De son côté, le Mexique se retrouve en position inconfortable. Avec un seul point en deux matches, aucun but marqué, le "Tri" de Gerardo Martino n'a plus son destin entre les mains et devra impérativement battre l'Arabie Saoudite par plusieurs buts d'écart garder ne serait-ce qu'un mince espoir de qualification.

 

Enzo Fernandez, invisible à l'image, marque le second argentin; le gardien mexicain Guillermo Ochoa, en rouge, est battu, Hector Moreno - en vert - est impuissant, alors que Lisandro Martinez, maillot rayé, bondit de joie et lève les bras en signe d'allégresse (© KEYSTONE/EPA/Ronald Wittek).

 

La France a vaincu le signe indien

La qualification ne préoccupe plus la France. La sélection de Didier Deschamps est la première à se qualifier pour les huitièmes de finale grâce notamment aux deux buts marqués par Kylian Mbappé face au Danemark (2-1). Contrairement aux trois précédentes éditions (Afrique du Sud '10, Brésil '14 et Russie '18), les champions de Monde ne seront donc pas éliminés dès le premier tour. Placés dans un groupe très abordable, les Bleus n'avaient pas une tâche insurmontable. Cependant, leurs prestations ont été très convaincantes, tant face à l'Australie (4-1) mardi que contre le Danemark (2-1). Ayant eu droit à non pas une, mais deux piqûres de rappel avec autant de défaites (1-2, puis 0-2) face aux Danois en Ligue des Nations, ils ont largement dominé la partie face à des Scandinaves peu inspirés hormis le deuxième quart d'heure de la seconde mi-temps.

 

Kylian Mbappe, n°10, marque le but de la victoire pour les Bleus au nez et à la barbe du gardien danois Kasper Schmeichel, en vert, sous les yeux des défenseurs scandinaves Rasmus Kristensen, n° 13, et Joachim Andersen, n°2, ainsi que de Marcus Thuram, n° 26 (© KEYSTONE/AP Photo/Alessandra Tarantino).

La Pologne en pole position

Contrairement à la France, la Pologne n'est pas encore qualifiée. Mais elle en prend le chemin. Sa victoire (2-0) sur l'Arabie Saoudite obtenue grâce à des buts de Piotr Zielinski et surtout de Robert Lewandowski qui restait sur une penalty raté face au Mexique la place en position favorable. Le gardien Wojciech Czesny a également joué un rôle prépondérant en arrêtant un coup de pied de réparation mal tiré par Al Dawsari, puis de la reprise d'Al Burayk.

Robert Lewandowski, n° 9, marque le but de la sécurité pour la Pologne sous les yeux de son coéquipier Piotr Zielinski, n°20, le gardien saoudien Mohamed Alowais, à terre, est irrémédiablement battu (© KEYSTONE/EPA/Ronald Wittek).

 

Continuer la lecture

Football

Mondial 2022: Neymar ne jouera pas contre la Suisse lundi

Publié

le

Photo KEYSTONE/AP/Andre Penner)
Neymar ne jouera pas lundi contre la Suisse lors de la 2e journée du groupe G du Mondial 2022. Le Brésilien, touché en fin de match contre la Serbie, souffre d'une entorse de la cheville droite.

Rodrigo Lasmar, médecin de la fédération brésilienne (CBF), a annoncé que Neymar souffrait d'une "lésion ligamentaire latérale" au niveau de la cheville, alors que le défenseur Danilo souffre également d'une entorse.

"Nous n'aurons pas ces deux joueurs pour notre prochain match, mais ils continuent leur traitement avec l'objectif de les récupérer à temps pour la suite de la compétition", a-t-il dit dans une vidéo diffusée par la CBF.

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Les Rouges battent les Lions Indomptables de justesse!

Publié

le

Breel Embolo ouvre le score pour l'Equipe de Suisse sur un centre parfait de Xherdan Shaqiri; le gardien André Onana est impuissant (© KEYSTONE/AP Photo/Petr Josek).

Un but d'Embolo sur un centre de Shaqiri a permis aux Helvètes de venir à bout du Cameroun (1-0). Un succès étriqué et difficile, mais les 3 points sont plus que bienvenus.

Après une première mi-temps en demi-teinte marqué par un jeu statique, de nombreuses approximations et des problèmes défensifs importants, l'Equipe de Suisse a abordé la seconde période de la meilleure manière.  Après deux minutes et demi de jeu, Xherdan Shaqiri a trouvé l'ouverture suite à une très bonne ouverture de Remo Freuler. Son centre parfait du pied droit a trouvé Breel Embolo dont la reprise du plat du pied n'a laissé aucune chance au gardien camerounais André Onana. Par la suite, le Bâlois qui fêtait sa cent-dixième sélection jeudi a adressé une ouverture

Occasions camerounaises

Avant cela, les Camerounais s'étaient créé les meilleures chances, passant très près de marquer à plusieurs reprises. La sélection helvétique s'impose donc par la marge la plus étroite, mais sans avoir convaincu. Cependant, ses trois points sont extrêmement précieux dans l'optique du match face au Brésil lundi (17h).

Yann Sommer - en bleu - qui s'empare du ballon sous la menace de deux Lions Indomptables NKoulou et Casteletto devant Widmer - n°3 - Akanji - n°5 - et Elvedi - n°4 - retrouve peu à peu son meilleur niveau (© KEYSTONE/AP Photo/Ebrahim Noroozi).

Rieder excellent

Autres enseignements positifs: la cheville d'Yann Sommer a tenu le choc et Xherdan Shaqiri, bien qu'à la peine au cours des quarante-cinq premières minutes, a joué un rôle décisif. Le meneur de jeu bâlois a distillé plusieurs ouvertures de grande classe au cours des vingt premières minutes de la seconde période avant d'être remplacé par Noah Okafor. Le jeune milieu de terrain Fabian Rieder a également réussi une très bonne entrée en jeu.

Le meneur de jeu Xherdan Shaqiri - n° 23 - qui déborde Samuel Gouet - en vert - a fait la différence après la pause (© KEYSTONE/AP Photo/Luca Bruno)

 

Continuer la lecture

Football

Mondial 2022: Breel Embolo face à ses racines

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/LAURENT GILLIERON
Il le sait et il l'assume: Breel Embolo sera bien le personnage central de la rencontre de jeudi contre le Cameroun qui ouvrira le tournoi pour l'équipe de Suisse.

"Les émotions seront bien là. Je joue un match de Coupe, ce n'est pas rien, et contre le pays où je suis né, explique le Bâlois. Mais je prends ce match comme un match comme les autres. Je vais me préparer normalement, regarder aussi comme toujours les caractéristiques des défenseurs adverses. Je ressens de la pression, c'est vrai. Mais c'est une pression positive."

"Nous sommes peut-être plus calmes"

Breel Embolo répète inlassablement que son choix de jouer pour la Suisse "était un choix pour la Suisse et non contre le Cameroun". Il suit toutefois avec une attention extrême le football camerounais avec un Samuel Eto'o qui, dans ses habits de président de la Fédération, entend gagner la Coupe du monde.

"Ce discours ne me surprend pas, lâche Breel Embolo. Samuel Eto'o a été un très grand joueur. Il est normal qu'il puisse nourrir un tel objectif. Par ailleurs, je sais que tout le pays est derrière son équipe du Cameroun. Elle reste sur une troisième place à la CAN et elle a tout de même éliminé l'Algérie en barrage pour disputer cette Coupe du monde. Prétendre que la Suisse est supérieure au Cameroun n'est pas juste. Il s'agit avant tout de deux équipes aux caractéristiques différentes. Qui veulent toutes les deux gagner. Nous sommes peut-être plus calmes, mais croyez-moi, nous voulons aussi remporter tous nos matches ici au Qatar."

"Un autre rôle"

Cela commence bien sûr contre le Cameroun jeudi. "Nous avons besoin des 3 points de la victoire. Il est primordial de bien entamer un tournoi", souligne Breel Embolo. Présent il y a quatre ans en Russie sans toutefois peser vraiment sur le jeu de l'équipe de Suisse avec une seule titularisation contre le Costa-Rica et trois introductions un peu trop neutres, l'attaquant de l'AS Monaco aborde le rendez-vous de Doha dans d'autres dispositions. "J'ai un autre rôle, plus axial. J'ai, surtout, gagné en expérience depuis quatre ans, explique-t-il. L'équipe aussi a changé. Gelson Fernandes et Valon Behrami ne sont plus là. Des joueurs se sont affirmés. Il y a aussi un nouveau coach, un nouveau système."

Buteur à six reprises en Ligue 1 et à une reprise en Ligue Europa, Breel Embolo a réussi ses débuts à Monaco. "La Ligue 1 est plus physique que la Bundesliga. Peut-être qu'elle convient mieux à mes caractéristiques", dit-il. Il est vrai que le Bâlois ne cesse d'impressionner les observateurs par la puissance qu'il dégage. "Je n'ai pas encore atteint le 100 % de mon potentiel", avoue-t-il

A 25 ans, il estime bénéficier encore d'une très grande marge de progression. L'idéal serait qu'il passe un nouveau cap ces prochains jours pour s'affirmer pleinement comme le quatrième as de l'équipe de Suisse avec Yann Sommer, Manuel Akanji et Granit Xhaka.

 

Continuer la lecture

Football

Carnet noir: décès de l'ancien servettien Karim Gazzetta

Publié

le

Promis à un bel avenir, Karim Gazzetta, au centre, a été l'animateur du jeu grenat durant plusieurs saisons (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN/archives).

Ancien international junior, Karim Gazzetta, ancien joueur de Servette, est décédé dans des circonstances tragiques. 

L'ancien international suisse junior Karim Gazzetta (27 ans) est décédé en Bosnie-Herzégovine. Son club de Zrinjski Mostar et les médias locaux ont indiqué qu'il était tombé du 8e étage d'un immeuble. La police a ouvert une enquête.

Formé à Servette, Karim Gazzetta est progressivement devenu le meneur de jeu grenat. Beaucoup lui prédisait alors un grand avenir. Il a également évolué en Suisse sous d'Etoile Carouge, Winterthour, Stade Lausanne-Ouchy et Neuchâtel Xamax Serrières. Le demi genevois jouait à Mostar depuis juillet, mais n'avait fait que deux apparitions en raison de blessures.

Son petit frère Luca qui évolue actuellement sous les couleurs du Stade Nyonnais.

 

Source: ats/sfc/réseaux sociaux

Continuer la lecture