Rejoignez-nous

Coronavirus

La fièvre des réseaux sociaux : Roger Federer et Rafael Nadal enflamment Instagram !

Publié

,

le

Lundi soir, les deux légendes du tennis mondial, Roger Federer et Rafael Nadal ont enflammé Instagram lors d'un live mémorable ! On vous en parle ce matin dans la Fièvre des Réseaux Sociaux.

La fièvre des réseaux sociauxRoger Federer et Rafael Nadal enflamment Instagram !

A l'instar de Benoît Paire ou Stan Wawrinka, Rafael Nadal s'est lancé dans le live Instagram et a invité pour l'occasion son adversaire de toujours mais néanmoins ami, notre Roger Federer national !

Même si ils ont eu du mal à s'y retrouver, les deux joueurs, légendes du tennis mondial, ont pu discuter en direct sur le réseau social pour le plus grand bonheur de leurs fans. Une séquence qui a beaucoup fait réagir sur les réseaux sociaux !

 

Rafael Nadal : plus doué avec une raquette qu'avec Instagram

Et pour cause ! Le joueur espagnol, classé numéro 2 mondial, semble avoir eu quelques problèmes techniques avant de réussir à se connecter en direct avec son homologue suisse. Ces difficultés techniques ont donné lieu à une séquence d'ouverture très drôle entre les deux tennismen.

"- Enfin ! s'exclame Nadal lorsque Federer apparaît à l'écran

- On y est ? On a réussi ? répond alors le joueur suisse non sans humour

- On est trop vieux pour ces trucs, finit par conclure Rafa."

 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

#RafaelNadal #RogerFederer #FedalTennis Rafael Nadal and Roger Federer Instagram Live Story Chat❤😍❤. Full Lovely Video. I FEDAL TENNIS I ►Follow me! SUBSCRIBE Here 👉🏼 https://www.youtube.com/channel/UCMTV... • Twitter ➡️ https://twitter.com/TennisFedal •Instagram ➡️ https://www.instagram.com/fedal__tennis/ Vamos/Allez ▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪ • • • Follow @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis • • • • • • ▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪ @rafaelnadal @rogerfederer @fedal__tennis #sports #sport #motivation #tennis #tennisplayer #tenis #tennistime #tennisclub #Instatennis #babolat #rafaelnadal #rafanadal #vamosrafa #vamos #tennisshoes #rogerfederer #allezroger #fedal #tennisracket #fedaltennis #tennisgirl #tenis🎾 #wimbledon #rafafanfamily #federer #rolandgarros #australianopen #tennisathome #stayhome #coronavirus

Une publication partagée par Fedal Tennis™ (@fedal__tennis) le

Tout cela a beaucoup amusé les internautes qui ont commenté et partagé la séquence en masse. Parmi eux, Andy Murray, autre légende du sport, qui ne s'est pas gêné pour envoyer une petit pique à Rafael Nadal en commentant : "Il peut gagner 52 Roland-Garros mais pas utiliser Instagram".

Le joueur espagnol avoue lui-même à la fin du live être un “désastre” mais assure qu’il s'entraîne.

Rafael Nadal et Roger Federer : la complicité entre les deux rivaux.

Finalement, les deux sportifs ont pu discuter et bien entendu, ils ont parlé tennis mais pas que...
Ils commencent, comme deux amis, par faire le point sur leurs situations, se demander des nouvelles de leurs familles, de leurs pays... On ressent dans cette séquence une certaine complicité entre les deux hommes qui, malgré leur rivalité sur le court, sont amis dans la vie.

Roger nous donne aussi des nouvelles de son genou (Federer s'était blessé au genou en janvier à Melbourne). Le bâlois explique à Rafa qu'il profite des mesures de semi-confinement en Suisse pour se remettre sans stress de son opération et pour faire de la rééducation. Il lui précise également qu'il "tape contre un mur" de temps à autre.
Nadal, quant à lui, avoue ne pas avoir touché une raquette depuis le mois de mars et le tournoi d'Indian Wells (annulé la veille de son début à cause de l'épidémie de Covid-19). Une nouvelle qui réjouit Roger Federer qui lui assène un "C'est parfait ! Comme ça tu ne sauras plus capable de  jouer au tennis à la reprise !". Ce à quoi le joueur espagnol lui répond "J'espère encore me souvenir de quelque chose !".

On assiste à un échange plein d’humour entre Roger Federer et Rafael Nadal, une séquence qui a fait du bien aux fans de tennis qui n’étaient pas moins de 52 millions à suivre ce direct !

Nadal bientôt papa ? Il se confie à Andy Murray en live sur Instagram

Rafael Nadal a d'ailleurs réitérer la chose avec Andy Murray et il a à nouveau rencontrer des soucis techniques d'ailleurs !

Dans ce live, Murray conseille à Nadal de profiter de ses soirées tant qu'il n'a pas d'enfants car lui est réveillé par les siens tous les jours à 6h du matin. Ce à quoi l'espagnol répond qu'il espère bientôt être dans sa situation.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

"I hope to be in you(r) situation(👨‍👦‍👦) in not very a long period of time"! . "YOU NEVER KNOW" . "YOU NEVER KNOW" . RAFA'S reply after Andy asked him about Rafa becoming a daddy soon. . . . . ▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪ • • • Follow @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis @fedal__tennis • • • • • • ▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪ @rafaelnadal @rogerfederer @fedal__tennis #sports #sport #motivation #tennis #tennisplayer #tenis #tennistime #tennisclub #Instatennis #babolat #rafaelnadal #rafanadal #vamosrafa #vamos #tennisshoes #rogerfederer #allezroger #fedal #tennisracket #fedaltennis #tennisgirl #tenis🎾 #wimbledon #rafafanfamily #federer #rolandgarros #australianopen #tennisathome #stayhome #coronavirus

Une publication partagée par Fedal Tennis™ (@fedal__tennis) le

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Le vaccin anti-Covid ne réduit pas la fertilité

Publié

le

Selon Swissmedic, le vaccin contre le Covid-19 ne réduit pas le nombre de spermatozoïdes. Le virus peut en revanche l'influencer (Archives). (© KEYSTONE/AP PA JOURNAL OF SCIENCE/STR)

Il n'existe aucune preuve scientifique d'une quelconque influence des vaccins à ARNm sur la fertilité humaine. Le coronavirus peut en revanche avoir des effets, selon une étude de Swissmedic.

L'Institut suisse des produits thérapeutiques s'est penché sur le sujet, en collaboration avec dix autorités partenaires, suite à plusieurs demandes de citoyens et de journalistes. Il a étudié le lien entre les faibles taux de natalité constatés dans certains pays et le vaccin Covid-19, indique-t-il samedi dans un communiqué.

L'étude couvre une population d'environ 800 millions d'habitants. Aucun des pays sollicités n'a actuellement vu ou évalué un signal dans ce sens. Ni la littérature spécialisée publiée ni la surveillance du marché mondial n'indiquent qu'il existe un lien entre la vaccination et l'infertilité.

D'autres raisons

Dans certains pays, des changements dans le taux de natalité ont été observés à la fois dans le contexte de la pandémie et du début de la campagne de vaccination. En Suède et dans les pays germanophones, le taux de natalité a fortement augmenté au cours de l'année 2021 et a de nouveau fortement baissé début 2022.

Dans ces pays, la cause de cette baisse serait le report d'un éventuel désir d'enfant, car on craignait les effets négatifs de la vaccination sur la fertilité. Un document de travail de l'Institut fédéral allemand pour la recherche démographique énumère comme cause de la baisse de la natalité aussi bien la crise sanitaire que les incertitudes économiques qu'elle engendre, écrit Swissmedic.

Moins de spermatozoïdes

Dans d'autres pays, comme l'Espagne, le Japon, le Royaume-Uni ou les Etats-Unis, une baisse significative des taux de fertilité a été observée neuf mois après le début de la pandémie, donc avant le lancement de la campagne de vaccination. Comme l'évolution de ces taux de fertilité varie fortement d'un pays à l'autre, il semble difficile de prouver un lien de cause à effet entre la vaccination et la fertilité, écrit Swissmedic.

Certaines études indiquent toutefois que ce n'est pas la vaccination, mais une infection au Covid-19 qui peut réduire temporairement la fertilité chez les hommes. Il existe des indices selon lesquels la production de spermatozoïdes serait partiellement réduite.

Des troubles de l'érection ou un manque de testostérone serait aussi constaté chez les hommes infectés par le coronavirus. Il fallait ensuite au moins 60 jours pour que ces hommes redeviennent aussi fertiles que s'ils n'avaient pas été infectés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

L’après-Covid est difficile pour la santé mentale des jeunes

Publié

le

KEYSTONE Byline ENNIO LEANZA

La santé mentale des jeunes est sérieusement a été touchée pendant la pandémie de Covid.

« Quelles psychothérapies pour les jeunes dans le monde d'après ? »

C’est le thème de la table ronde organisée demain soir (jeudi) par l’association genevoise Trajectoires. Pour répondre à cette question, cinq spécialistes de la santé psychique débattront des mesures à prendre et des enjeux à saisir pour accompagner les nouvelles générations dans leurs questionnements et leurs préoccupations. 

Sandra Carlucci est psychologue-psychothérapeute et Membre du comité de Trajectoires. Qu'a-t-elle constaté lors de ses consultations?

Sandra CarlucciPsychologue-psychothérapeute et Membre du comité de Trajectoires

Si l’on est un proche, parent ou ami, comment reconnaitre un jeune qui va mal?

Sandra CarlucciPsychologue-psychothérapeute et Membre du comité de Trajectoires

La table ronde est ouverte à tous. 

Rdv donc ce jeudi 29 septembre à 19h à l’Auditoire Louis-Jeantet. 

Les infos sont à retrouver ici.

Continuer la lecture

Actualité

"La fin de la pandémie est en vue" selon le chef de l'OMS

Publié

le

CREDIT: Keystone/MARTIAL TREZZINI
"La fin de la pandémie est en vue". Le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé mercredi à Genève à ne pas relâcher les efforts. La semaine dernière, le nombre de nouvelles victimes a été le plus bas depuis mars 2020.

"Nous n'avons jamais été en meilleure position de mettre un terme à la pandémie", a affirmé à la presse M. Tedros qui est sorti pour la première fois de son habituelle prudence. "Nous n'y sommes pas encore", a-t-il toutefois ajouté. Et d'affirmer que le moment n'est pas venu d'arrêter les efforts pour réduire la prévalence du coronavirus, alors que la pandémie ralentit depuis plusieurs semaines.

La semaine dernière, le nombre de nouveaux cas a reculé de 25%, selon les données publiées mercredi par l'OMS. Plus de 3,1 millions de nouvelles infections ont été identifiées. Au total, le Pacifique occidental et l'Europe ont chacun dû faire face à plus d'1 million de cas additionnels.

Toutes les régions ont pu s'appuyer sur un recul. Celui-ci va de 15% en Europe à un tiers en Afrique et un peu plus dans le Pacifique occidental.

Côté nouveaux décès, le nombre a atteint un peu moins de 11'000, en recul de 20%. Seule l'Afrique a dû faire face à une augmentation, alors que l'Europe, avec 31% de réduction, a elle obtenu la plus importante diminution.

Le variant Omicron rassemble à nouveau presque tous les séquençages sur un mois. Au total, environ 6,5 million de personnes ont succombé au coronavirus depuis le début de la pandémie. Près de 610 millions ont été infectées.

 

Continuer la lecture

Coronavirus

L’OFSP annonce 14'475 nouveaux cas de coronavirus en sept jours

Publié

le

Depuis le début de la pandémie, plus de quatre millions de cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire en Suisse et au Liechtenstein (image d'illustration). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé mardi 14'475 nouveaux cas de coronavirus en sept jours. On déplore sept décès supplémentaires et 196 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 15'302 cas sur le même laps de temps. Le même jour, il dénombrait 17 décès et 168 hospitalisations supplémentaires. En une semaine, le nombre de nouveaux cas a ainsi reculé de 5,4%. Les hospitalisations ont en revanche augmenté dans le même temps de 16,7%.

Actuellement, 589 personnes se trouvent aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 3,8% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 72,3%.

Depuis le début de la pandémie, 4'059'527 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 22'644'400 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 13'624 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 57'887.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid long chez les jeunes adultes: cholestérol élevé et surpoids

Publié

le

Les chercheurs ont constaté un indice de masse corporelle augmenté, des valeurs de cholestérol plus élevées et une endurance physique réduite chez les recrues ayant contracté le Covid (archives). (© KEYSTONE)

Le Covid long se manifeste chez les jeunes adultes par une endurance réduite et des taux plus élevés de cholestérol et du surpoids, entre autres. Cela pourrait favoriser des complications à long terme, selon une étude zurichoise portant sur près de 500 recrues.

Ces conséquences se manifestent même après un épisode de Covid-19 modéré, d'après cette recherche financée par l'armée suisse et menée par l'équipe de Patricia Schlagenhauf à l'Université de Zurich (UZH). Réalisée entre mai et novembre 2021, elle a porté sur 29 soldates et 464 soldats âgés en moyenne de 21 ans et non vaccinés.

Sur cet échantillon, 177 avaient contracté la maladie, en moyenne 340 jours avant l'étude. Le groupe de contrôle était constitué de 251 recrues testées séronégatives. Les chercheurs se sont penchés sur différents aspects, cardiovasculaires, pulmonaires, neurologiques, ophtalmologiques, psychologiques, ainsi que sur la fertilité masculine.

Constellation à risque

Résultats: même si ces jeunes adultes se sont généralement bien rétablis, l'étude a mis en évidence de la fatigue, un odorat amoindri, une charge psychique plus élevée et un impact négatif à court terme sur la fertilité masculine. Chez les recrues dont l'infection remontait à plus de six mois, ces valeurs n'étaient plus significatives, a indiqué lundi l'UZH dans un communiqué.

Selon les auteurs toutefois, les indices d'une "constellation à risque" sont présents même chez les sujets dont l'infection remonte à plus de six mois. "Un indice de masse corporelle augmenté, des valeurs de cholestérol plus élevées et une endurance physique réduite laissent envisager un risque accru de troubles métaboliques et de complications cardiovasculaires", note Patricia Schlagenhauf, citée dans le communiqué.

Pour les auteurs, de nouvelles stratégies sont nécessaires pour la gestion et le traitement de ces séquelles chez les jeunes adultes. Des chercheurs de l'Hôpital universitaire de Zurich et du Laboratoire de Spiez (BE) ont également participé à ces travaux publiés dans la revue Lancet Infectious Diseases.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture