Rejoignez-nous

Sport

Hockey sur glace: Genève-Servette serein malgré son classement

Publié

,

le

Pas d'affolement chez les Aigles, même si les matches à jouer cette semaine se présentent comme un tournant dans leur saison régulière...

Côté grenat, on ne s'affole pas! Voilà un peu l'ambiance après les récentes conte-performances qui ont les Servettiens dégringoler au classement de Ligue Nationale. Ils ont sans doute touché le fond après les défaites subies contre Lugano (0-4) aux Vernets et à Zoug (0-2) en Suisse centrale. Et quand on demande aux principaux intéressés, comment on en arrive à ne marquer aucun but deux fois de suite, la réponse est toute trouvée.

Auguste ImposeAilier de Genève-Servette

 

La préparation des Aigles ne changent cependant pas selon qu'ils affrontent des adversaires de bas de tableau ou des équipes mieux classées.

Auguste ImposeAilier de Genève-Servette

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Basketball

Les Lions encore une fois absents de la finale des play-offs

Publié

le

Malgré une fin de saison tonitruante, Keith Clanton, n°69, Eric Thomas, à droite, et les Lions de Genève n'ont pas eté en mesure de rivaliser face au Fribourg Olympic de Boris Mbala, en bleu et blanc (© KEYSTONE/Anthony Anex).

Pour la deuxième année consécutive, les Lions de Genève ne jouent pas la finale des play-offs d'SBL qui commence samedi entre Fribourg Olympic et Massagno. Bilan et perspectives pour les basketteurs du Grand-Saconnex...

Eliminés en trois matches par Fribourg Olympic (82-86, 71-99, 67-93), les Lions de Genève ont réellement fait ce qu'ils ont pu face aux ogres fribourgeois. En vain. Les blessures du capitaine Bryan Colon, puis de l'arrière shooteur Thomas Jurkovitz ont constitué un handicap trop lourd face à l'invincible armada des bords de la Sarine. Les six joueurs alignés lors du troisième acte n'ont guère fait illusion plus d'une quinzaine de minutes. La marche était trop haute!

Robert MargotDirecteur sportif des Lions de Genève

Reste à tirer le bilan de l'exercice 22-23, marqué par une élimination en demi-finales de la Coupe de la Ligue et une autre en quarts de finale de la Coupe de Suisse face aux deux grands favoris de cette saison, respectivement Massagno et Fribourg Olympic.

Principal point positif de la saison : avoir décroché un top 3 à l'issue de la saison régulière, objectif avoué du club.

Robert MargotDirecteur sportif des Lions de Genève

 

Fribourg Olympic favori de la finale

Les Fribourgeois qui ont remporté les quatre dernier titres nationaux n'ont certes pas l'avantage du terrain, mais leur confiance semble à toute épreuve. Surtout depuis l'arrivée de Roberto Kovac, l'ancien arrière shooteur des Lions de Genève qui a quitté Massagno avec pertes et fracas au début de l'année. Olympic n'a pas perdu le moindre match depuis le 21 janvier et la venue de... Massagno lors de la 16e journée (69-81).

Divorce R. Kovac - Gubitosa

L'emblématique coach Robbi Gubitosa (50 ans) a, ensuite, perdu un joueur majeur : Roberto Kovac a en effet disputé son dernier match sous le maillot tessinois en ce 21 janvier, soit huit jours avant que le club décroche (enfin) son premier trophée en s'adjugeant la SBL Cup. Le contrat du "sniper" de 33 ans a été rompu un mois plus tard. Et l'arrière international suisse n'a pas tardé à s'en trouver un nouveau: il s'est engagé avec Olympic, où il avait déjà évolué entre 2011 et 2016 avant de rejoindre Genève.

23 succès de suite pour Mbala & co.

De leur côté, le capitaine Boris Mbala et ses coéquipiers ont enchaîné depuis 23 succès d'affilée, 21 en championnat et 2 en Coupe de Suisse. Massagno a pour sa part concédé trois défaites depuis cet affrontement du 21 janvier, dont deux face à Fribourg. Les Tessinois ont notamment perdu leur duel le plus important jusqu'ici, la finale de la Coupe de Suisse le 1er avril à St-Léonard (86-76).

 

L'ancien sniper tessinois des Lions de Genève Roberto Kovac, au premier plan, et Olympic abordent en pleine confiance la finale des play-off (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX).

Une aubaine pour Olympic

L'arrivée de Roberto Kovac est une aubaine pour Fribourg et son coach Petar Aleksic, qui venaient d'apprendre que Jonathan Kazadi était contraint de se faire opérer à la hanche et de mettre fin à sa saison. Le Tessinois a très vite repris ses marques à St-Léonard.

Avide de revanche face à Massagno, Roberto Kovac était resté plutôt discret face à son ancienne équipe en finale de Coupe (9 points). Il a en revanche brillé lors du face-à-face suivant, inscrivant 21 points à Fribourg dans le cadre de la dernière journée de la phase préliminaire.

Intensité

Ce duel du 29 avril ne constitue certes pas un match référence. Assuré de terminer en tête grâce à ses deux succès obtenus dans les deux précédentes confrontations directes, Massagno n'avait pas jeté toutes ses forces dans la bataille. Son meilleur marqueur Dusan Mladjan n'était pas du voyage, tout comme le précieux Juwann James.

La finale de Coupe peut en revanche servir de référence. Marko Mladjan y avait alors souligné un élément-clé dans la rivalité entre les deux équipes: la profondeur du banc. Celle-ci permet non seulement de faire souffler ses cadres durant un match, mais aussi d'avoir une plus grande intensité dans les duels à l'entraînement.

Et de l'intensité, Olympic peut en mettre à chaque instant avec des joueurs suisses dominants (Kovac, Mbala, Natan Jurkovitz, Arnaud Cotture, Paul Gravet ou encore Yuri Solca) et des renforts étrangers prêts à se fondre dans un collectif (Antonio Ballard, Matthew Milon, Davonta Jordan et Milos Jankovic).

Dépendants des frères Mladjan

En face, on est "Mladjan-dépendant". Les frères Dusan (17,3 points par match en play-off) et Marko Mladjan (13) sont les seuls Suisses ayant joué plus de 17' par match depuis le début des séries. Et du côté des importés, seul Shannon Bogues (16,3 points par match) semble capable d'assumer aussi un rôle de leader offensif.

A Fribourg, c'est Roberto Kovac qui mène l'attaque avec 18,7 points par match en play-off, Boris Mbala n'étant pas en reste (16,3). Le Tessinois monte en puissance et sa soif de revanche, combinée à la volonté qu'a Olympic d'offrir un sixième titre de champion à son futur ex-coach Petar Aleksic, pourrait bien faire pencher la balance.

Cet article a été publié automatiquement, modifié ultérieurement par la rédaction. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette Chênois passe à côté de sa finale face à Zurich 0-3

Publié

le

Sandrine Mauron, en grenat, et les Servettiennes ne sont parvenues à trouver le chemin des filets face au FC Zurich de Julia Stierli, en blanc, et la gardienne Seraina Friedli, en jaune fluorescent, vendredi soir à Saint-Gall (KEYSTONE/Ennio Leanza).

Nettement battues en demi-finales de la Coupe de Suisse (0-3), les Zurichoises ont pris leur revanche sur les Servettiennes sur le même score vendredi soir à Saint-Gall et remportent le 24e titre de championnes de Suisse.

Une issue cruelle si on en juge par l'absurdité de la formule, mais totalement logique au vu de la physionomie du match : voilà la principale conclusion qu'on peut tirer de cette finale de play-offs de Super League. Le FC Zurich a nettement battu Servette Chênois (3-0) vendredi à Saint-Gall devant moins de deux mille spectateurs (1937 dans un stade qui peut en contenir 18'000) grâce à des réussites de l'Autrichienne Marie Thérèse Höbinger juste avant la pause, de l'inévitable Fabienne Humm - on ne peut décidément pas la laisser seule dans les seize mètres - à un quart d'heure de la fin et de la toute jeune Alayah Pilgrim (néophyte en équipe nationale) au cours des arrêts de jeu.

Une formule absurde mais...

Premier constat: la formule de championnat est on ne peut plus inique. Créée pour susciter un intérêt médiatique et populaire, elle rate sa cible. Preuve en est l'affluence, encore plus faible qu'à la Tuillière, l'année dernière (quelques 2600 personnes) et même plus faible qu'à Meyrin fin mars à l'occasion des demi-finales de la Coupe de Suisse. L'horaire, un vendredi soir à 20h, y a contribué, les supporters servettiens n'ayant pas la possibilité de rentrer à la maison. Ainsi, les joueuses d'Eric Séverac perdent une couronne de championnes qu'elles auraient mille fois mérité après avoir dominé la saison régulière de la tête et des épaules terminant avec six longueurs d'avance sur les Zurichoises.

...une victoire indiscutable

Une fois les réflexions sur la formule exposées, on doit évidemment se pencher sur le verdict purement sportif. Sur ce point-là, force est de constater que la victoire des protégées de Jacqueline Dünker ne souffre pas la moindre discussion. Elles ont dominé cette partie dans tous les compartiments du jeu et sur tous les plans. Les Servettiennes, elles, au contraire, ne sont jamais véritablement entrées. Les occasions de buts en première mi-temps, à quelques rares exceptions près, sont toutes zurichoises. C'est donc le plus logiquement du monde que Marie-Thérèse Höbinger a ouvert la marque juste avant la pause.

Servettiennes dangereuses sur balles arrêtés

En seconde période, les pensionnaires de la Fontenette sont parvenues à porter le danger devant les buts adverses grâce aux balles arrêtées parfaitement bottées par le pied gauche d'Ágata Filipa. Sur un coup-franc, Mônica Mendes a été à deux doigts d'égaliser d'une habile reprise de la tête mais Seraina Friedli (gardienne remplaçante de l'Equipe de Suisse) s'est parfaitement détendue pour dévier la balle en corner. Les entrées en jeu de Coumba Sow et d'Alexandra Korhonen à l'heure de jeu n'ont pas permis d'inverser la tendance. Le suspense a néanmoins duré jusqu'à un quart d'heure de la fin. Mais la réussite inscrite par Fabienne Humm y a mis fin.

 

Coumba Sow: consternée (KEYSTONE/Ennio Leanza).

Rôles inversés

Venue du FC Bâle l'été dernier, Imane Saoud a fait son apparition pour les dix dernières minutes, mais les championnes de Suisse en titre tenaient leur os et n'allaient plus le lâcher. La troisième réussite, celle d'Alayah Pilgrim mettant un point final. On a ainsi revécu le scenario qu'en demi-finales de la Coupe de Suisse au Stade des Arbères à cela près que les rôles ont été inversés.

 

Fabienne Humm, en blanc au centre, marque le 2-0 et met fin au suspense (KEYSTONE/Ennio Leanza).

Pas de Ligue des Championnes!

Cette victoire récompense en fin de compte non pas l'équipe qui a été la plus régulière sur l'ensemble, mais qui s'est montrée la plus performante lors de la phase décisive du championnat: les play-offs. Servette Chênois ne prendra pas donc pas part aux matches de barrage de la Ligue des Championnes (unique compétition européenne interclubs féminine), mais on ne saurait parler de saison ratée quand on se remémore la conquête de la Coupe de Suisse, une première dans l'Histoire du club...

 

Continuer la lecture

Hockey

Tanner Richard signe un long bail avec Genève-Servette

Publié

le

Tanner Richard, une saison impressionnante aux Vernets. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Partie prenante dans le premier titre de champion de Suisse de Genève-Servette, Tanner Richard a prolongé de quatre ans son contrat encore valable une saison. Il est désormais lié jusqu'en 2028.

Arrivé au club en 2017 après six saisons passées en Amérique du Nord, Tanner Richard (30 ans) est monté en puissance au fil des saisons. Cet expert des engagements a connu un dernier Championnat au sommet.

Tanner Richard sous le maillot servettien, c'est 288 matches pour un total de 202 points (45 buts et 157 passes). Cette saison, il a été le Topscorer à l'occasion des play-off avec ses 14 points (3 buts et 11 passes) en 18 matches.

Au terme de la saison du titre, le fils de l'ancien joueur Mike Richard avait été rappelé par Patrick Fischer pour disputer le Championnat du monde à Riga. Comme ses coéquipiers, il fut excellent lors des sept matches du tour préliminaire avant de s'éteindre contre l'Allemagne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

6 joueurs en fin de contrat quittent Servette

Publié

le

Prêté pour 6 mois au SFC, Kevin Mbabu. au centre, le bras droit en l'air, a terminé la saison en apothéose avec une victoire à Lucerne, synonyme de deuxième place et de qualification pour des tours préliminaires de la Ligue des Champions (© KEYSTONE/Philipp Schmidli).

Mortiz Bauer, Gaël Clichy, Boris Cespedes, Théo Valls et Steven Deana, 3e gardien, quittent le club grenat à la fin du mois de juin. C'est également le cas de Kevin Mbabu, prêté au SFC pour le second tour. 

Ces six joueurs quitteront donc le club et ne participeront pas à la reprise des entraînements le 19 juin. C'est décision de la direction sportive ne constitue en aucun cas une surprise.

Alain Geiger avait déjà fait savoir que Servette ne comptait plus sur Moritz Bauer depuis plusieurs mois déjà. L'arrière droit austro-suisse n'a donc plus été convoqué lors des matches de fin de saison.

Gaël Clichy: des gestes de classe

Gaël Clichy avait, pour sa part, fait part de sa volonté de mettre un terme à sa carrière de joueur. Une sage décision quand on sait qu'il était sujet à des blessures récurrentes. Car s'il a figuré dans le onze de base à domicile tout au long de la saison, il n'avait que rarement joué les matches à l'extérieur au second tour. Malgré cela, l'ancien international a tenu son rang jusqu'au bout, surtout quand il a commencé dans l'axe devant la défense en l'absence du titulaire du poste David Douline, victime d'une commotion; il a ainsi pu faire étalage de toute sa classe, notamment lors du lob sur le 3-0 face au FC Sion ou sur l'incroyable assist, une lumineuse ouverture de plus de trente-cinq mètres pour Miča Stevanovic qui a marqué d'une splendide reprise de volée le 3-2 face au FC Bâle lors du dernier match à domicile de la saison. Des images qui marqueront l'esprit des supporters servettiens et des mordus du ballon rond pour longtemps. Chapeau!

 

Gaël Clichy part par la grande porte: l'ancien international français s'est fait l'auteur de gestes de classe internationale avec un but marqué depuis le milieu de terrain ou d'une ouverture de près de 40m lors du 3-2 marqué par Miroslav Stevanovic face au FC Bâle (© KEYSTONE/Laurent Gilliéron).

 

Boris Cespedes a lui aussi été souvent blessé et n'a pas pu montrer ses qualités ces derniers mois. Arrivant en fin de contrat, il était évident qu'il lui sera difficile de convaincre les dirigeants du club grenat de lui accorder une seconde chance.

 

Boris Cespedes, en noir, a fait 17 apparitions sous le maillot servettien cette saison pour un total de 765 minutes de jeu (© KEYSTONE/Philipp Schmidli).

 

Theo Valls ne jouait plus qu'épisodiquement depuis longtemps. Pur gaucher, il avait tendance à doublonner dans l'axe avec Timothé Cognat qui lui est un pur droitier, sans avoir le même volume de jeu. Il aurait plus de chance en jouant sur un côté. Mais la présence à gauche de Patrick Pflücke, dont la progression a été constante depuis la reprise fin janvier, a achevé de lui de barrer la route.

Peu de perspective pour Deana

Enfin, Steven Deana, en tant que troisième gardien, n'avait que peu de perspectives d'avenir, face à Jeremy Frick, capitaine de l'équipe, et Edin Omeragic, portier n°2. Surtout que Leo Besson qui garde la cage des M21 s'affirme de plus en plus comme un dernier rempart d'avenir.

Rodelin reste

En revanche, Ronny Rodelin (34 ans en novembre) portera encore le maillot grenat la saison prochaine, l’option automatique de son contrat ayant été levée.

Le SFC mise sur les jeunes

A noter encore que le club grenat a prolongé le contrat du défenseur central Noah Henchoz (21 ans), prêté cette saison à Etoile Carouge, de deux ans - avec option pour une année supplémentaire vendredi, après avoir offert un contrat de trois ans à Malik Sawadogo (20 ans) mardi.

Continuer la lecture

Football

Servette Chênois veut récupérer sa couronne face à Zurich!

Publié

le

Jana Brunner - en vert - et Sandrine Mauron, en grenat, se sont quittées dos à dos 2-2 samedi dernier au Stade de la Fontenette, mais ce sont les Servettiennes qui affronteront le FC Zurich en finale du championnat (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Après avoir remporté la Coupe face à Saint-Gall (1-0), les Servettiennes espèrent récupérer la couronne de championnes de Suisse perdue aux penalties début juin dernier à Lausanne face aux joueuses des bords de la Limmat vendredi soir (20h) à Saint-Gall 

Sans surprise, les deux meilleures équipes du championnat s'affrontent en finale des play-offs de Super League féminine vendredi soir (20h) en Suisse orientale. C'est la dernière étape d'une très longue saison débutée en août pour Servette Chênois. Plus que de prendre leur revanche après la désillusion d'avoir perdu le titre national aux tirs au but l'année dernière face au FC Zurich le lundi de Pentecôte, les Servettiennes entendent prouver qu'elles sont bel et bien la meilleure équipe féminine du ballon rond helvétique.

Servettiennes invaincues

Invaincues, elles n'ont subi aucune défaite, ni en championnat (seize victoires et deux matches nuls en dix-huit rencontres lors de la saison régulière, puis trois succès en quatre parties, pour le reste, que des résultats nuls à signaler), ni en Coupe de Suisse. Lors des confrontations directes face aux joueuses des bords de la Limmat, les joueuses d'Eric Séverac ont remporté deux victoires et fait une fois match nul (4-2, 1-1, 3-0) cette saison.

21 buts en championnat pour Natalia Padilla

Natalia Padilla est de retour après avoir été absente à la Fontenette face à Saint-Gall. L'attaquante hispano-polonaise fait figure de terreur des défenses adverses: dix-sept buts en dix-huit rencontres lors de la saison régulière, puis encore quatre en trois parties lors des play-offs soit une moyenne d'un but par match ! Excusez du peu.

Sandrine Mauron, à droite, et Daïna Bourma, n°3, ont eu fort à faire face aux Saint-Galloise de Katharina Risch, en vert, en demi-finales des play-offs (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Séverac confiant

Mais les arguments de la phalange du Bout du Lac ne s'arrête pas là ; aux yeux d'Eric Séverac, son équipe est la plus performante et la plus redoutable dans tous les compartiments du jeu. Par ailleurs, ses joueuses ont aussi progressé sur le plan mental. Malgré leur jeunesse, elles ont mûri. Et vite avec ça !

Eric Séverac Entraîneur de Servette Chênois

 

L'entraineur servettien Eric Séverac a mené son équipe aux deux finales cette saison. Ses joueuses ont gagné la Coupe de Suisse fin avril face à Saint-Gall (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Coumba Sow: remporter le titre national avec une autre équipe

Par les plus expérimentées du contingent servettien, on trouve Zurichoise (tiens! tiens!) en la personne de Coumba Sow.  On a eu la possibilité de la rencontrer à la veille de la finale, au terme d'un dernier entraînement au Stade de la Fontenette. Dernière étape d'une minutieuse préparation où les joueuses d'Eric Séverac ont même entraîné les penalties. Le souvenir de la saison dernière étant encore bien présent même si toutes les joueuses ne sont plus exactement les mêmes.

Déjà championne avec le FCZ

De père sénégalais et de mère néerlandaise, la cousine de Djibril a déjà plusieurs titres de championne de Suisse et de Coupe de Suisse à son actif avec le FCZ précisément. La perspective de soulever un nouveau trophée sous le maillot servettien en présence de toute sa famille qui habite toujours la région où elle a grandi la stimule particulièrement.

 

Coumba Sow: déterminée à la veille d'affronter le FC Zurich vendredi à Saint-Gall... L'internationale suisse qui possède l'expérience des grands rendez-vous, vise le doublé avec ses coéquipières.

 

Une adaptation réussie

Joueuse de milieu de terrain, elle joue plus haut en raison de ses qualités offensives, une adaptation qui est le fruit du travail de ses derniers mois à la Fontenette. Son nouveau rôle devrait permettre à ses coéquipières d'être beaucoup plus percutantes lors de cette finale contre les championnes de Suisse en titre. Avec en pointe de mire le doublé!

Coumba SowAttaquante de Servette Chênois

 

Ensuite, son esprit se focalisera sur la préparation de la Coupe du Monde en Australie et en Nouvelle-Zélande avec l'Equipe de Suisse: un défi de plus...

Continuer la lecture