Rejoignez-nous

Football

Pajtim Kasami: « L’histoire n’est pas terminée »

Publié

,

le

Le Sédunois Pajtim Kasami donne sa version des dernières semaines. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

C’est dans la peau d’un homme désormais apaisé que Pajtim Kasami respecte le confinement imposé par la pandémie du coronavirus.

Depuis Montreux, loin de sa famille qui vit à Zurich, le Champion du monde M17 s’est livré sans retenue à Keystone-ATS. De la problématique du chômage partiel à son avenir en passant par la situation actuelle du FC Sion, le joueur n’a éludé aucune question.

« Le refus dans un premier temps du chômage partiel a déclenché une véritable tempête médiatique. Des journalistes de l’Europe entière n’ont cessé de m’appeler, lâche-t-il. Maintenant que la question est réglée avec l’accord finalisé avec le FC Sion vendredi dernier, je dois reconnaître que je me sens beaucoup mieux. » Le Zurichois précise que c’est le club qui a fait le premier pas dans ce conflit regrettable.

« Si je lisais toutes les critiques, j’aurais arrêté le foot depuis longtemps »

Sa présence dans le groupe des neuf joueurs qui a refusé dans un premier temps de recourir au chômage partiel a sans doute donné encore plus de relief à la critique qui affirme que Pajtim Kasami, le joueur le mieux payé de l’effectif, n’est qu’un « mercenaire » parmi d’autres dans le contigent du FC Sion. « Si je lisais toutes les critiques, j’aurais arrêté le foot depuis longtemps. Mais le foot, c’est toute ma vie. Je mange 100 % foot, je dors 100 % foot, lâche-t-il. Et croyez-moi, le FC Sion est depuis trois ans « mon » club. Ainsi, je ne suis pas contre de prolonger l’aventure en Valais. Mais c’est le club qui a les cartes en main. »

Avant de rejoindre le FC Sion à l’été 2017, Pajtim Kasami avait déjà connu bien des expériences dans une carrière qui l’a conduit notamment à Palerme, à Fulham, à l’Olympiakos et à Nottingham Forest. « J’ai vu beaucoup de choses dans le foot, avoue-t-il. Comme ces supporters de l’AEK qui m’ont suivi, m’ont guetté, pendant trois jours après un derby contre l’Olympiakos… » Mais à Sion, il a découvert un aspect auquel il n’avait encore jamais été confronté. « La communication autour du FC Sion est un peu spéciale dans la mesure où presque rien ne reste à l’interne, poursuit-il. Tout se retrouve très vite dans les journaux. »

Une autre caractéristique du club sédunois réside dans la fascination qu’il éprouver devant le… changement. « En 2017, je débute la saison sous les ordres de Paolo Traverzani. En 2018 avec Murat Yakin et en 2019 avec Stéphane Henchoz, remarque-t-il. Je peux vous assurer que rien n’est simple alors dans la tête d’un joueur. Je dois reconnaître que certains doivent trouver tout cela bien confus. Il y aussi l’effectif qui est sans cesse bouleversé. Nous ne sommes plus que cinq qui étaient présents à l’été 2017: Ermir Lenjani, Kevin Fickentscher, Jan Bamert, Birama Ndoye et moi. »

« Jamais tiré un trait sur l’équipe nationale »

Même s’il sera libre d’aller où il veut le 1er juillet et même si les espoirs qu’il a pu nourrir en Valais depuis 2017 ne se sont pas vraiment concrétisés, Pajtim Kasami veut croire que l’histoire n’est pas terminée. « Les chances de reprendre la compétition à la fin mai ou au début juin existent, affirme-t-il. J’ai demandé à la FIFA ce qui pouvait se passer pour un joueur en fin de contrat si la saison devait se conclure en juillet ou en août. Rien ne s’y oppose à condition bien sûr qu’il trouve un accord avec le club. Je veux donc assurer le maintien en Super League avec le FC Sion et l’aider à gagner la Coupe de Suisse ! »

Après, il sera temps pour lui de songer à son avenir, de « trouver le projet qui me donnera le plus de chances de revenir en équipe de Suisse ». Malgré deux véritable blessures – sa non-convocation pour la Coupe du monde 2014 et pour l’Euro 2016 -, le Zurichois n’a « jamais tiré un trait sur l’équipe nationale ». « Je n’ai que 27 ans, rappelle-t-il. Tout serait plus aisé si le FC Sion tenait les premiers rôles en championnat. Je suis toujours dans la liste des 30 présélectionnés. Je sais que je n’étais pas loin d’être appelé en octobre dernier pour les rencontres contre l’Irlande et Gibraltar. Maintenant, je dois briller avec mon club, qu’il s’agisse du FC Sion ou d’un autre, pour convaincre le sélectionneur. » Son profil de joueur box-to-box peut, doit même, le servir dans cette noble ambition.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Fatigué par l’Europa League, Servette perd à Lausanne

Publié

le

L'attaquant lausannois Aldin Turkes, en blanc, ouvre le score. Les Servettiens Miroslav Stevanovic et Anthony Sauthier, à terre, sont impuissants (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott).

N’ayant pas totalement récupéré de leur match d’Europa League, les Servettiens tardent à entrer dans le match et se retirent battus de leur duel face au Lausanne-Sport (1-2) dimanche à la Pontaise. Malgré cela, la pression qu’ils ont exercée fin de match aurait pu leur permettre d’arracher un résultat nul.

Une fin de match épique n’a pas suffi pour permettre à Servette d’obtenir son premier résultat positif de la saison en championnat. La pression exercée dans le dernier quart du match a débouché sur un penalty transformé par Grejohn Kyei et sur quelques situations chaudes devant les buts défendus par le portier Mory Diaw. Cependant, les néo-promus lausannois avaient déjà pris deux longueurs d’avance à l’heure de jeu grâce à des réussites d’Aldin Turkes et de Christian Schneuwly.
En manque de compétition jeudi soir face au Stade de Reims (0-1), les joueurs d’Alain Geiger ont souffert cette fois d’un temps de récupération insuffisant.
Ce faisant, ils ne sont jamais vraiment entrés dans le match. Conséquence : ils ont été dominés par les néo-promus durant la plus grande partie du match.
La pression exercée en fin de partie est intervenue trop tard pour remettre en question le résultat.
Ce résultat est néanmoins logique selon Jeremy Frick. Le gardien servettien relève avant tout le mérite de ses adversaires.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Cependant, selon le portier grenat, la fatigue n’est pas vraiment une excuse, sachant que la saison vient à peine de débuter.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

En revanche, il admet que la défaite face au Stade de Reims et partant, l’élimination de l’Europa League a vraiment été digérée.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Les Servettiens se remobilisent pour le championnat

Publié

le

Eliminés de la Coupe d'Europe League par le Stade de Reims jeudi soir, Steve Rouiller et les Servettiens sont à présent focalisés sur le championnat de Suisse de Super League (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Eliminé par le Stade de Reims au deuxième tour de l’Europe League, Servette se focalise sur le championnat du debute ce week-end. Les joueurs d’Alain Geiger seront en déplacement à Lausanne dimanche (16h).

Pas le temps de ressasser des regrets pour Servette. Si l’élimination face au Stade de Reims en Europa League a fait mal ; les « grenats » doivent immédiatement se remobiliser pour la reprise du championnat. Car un autre match intense les attend. Ils se déplacent dimanche à la Pontaise pour y affronter le Lausanne-Sport.
Reste à savoir si les deux jours qu’ils auront eu à disposition pour récupérer de leurs efforts suffiront.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Côté transferts, peu de mouvement à signaler dans le contingent « grenat ». Si les défenseurs Dennis Iapichino (FC Sion), Christopher Routis (Stade Lausanne) et Gonçalves (Winterthour) sont partis, les arrières latéraux Moussa Diallo et Arial Mendy sont arrivés, alors que le demi offensif Alexis Antunes est de retour de prêt (FC Chiasso).  Dès lors, une question se pose: est-ce que Servette est suffisamment bien armé pour le championnat ?

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Place donc au derby lémanique dimanche face au Lausanne-Sport. Que faudra-t-il corriger par rapport au match perdu contre le Stade de Reims jeudi soir ?
Steve Rouiller, le défenseur central valaisan de Servette répond…

Steve Rouiller Défenseur central du Servette FC

 

Ce choc entre le Lausanne-Sport et le  Servette FC se joue dimanche (16h) au Stade de la Pontaise.

 

 

Continuer la lecture

Football

Servette piégé par le Stade de Reims

Publié

le

A l'origine de l'ouverture du score, l'ancien Servetten Dereck Kutesa - ici opposé à Kastriot Imëri - a causé de nombreux problèmes à son ancienne équipe (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Les « Men In Black » d’Alain Geiger s’inclinent par la marge la plus étroite face aux Remois (0-1). Mené au score suite à un but concédé sur une action de rupture en tout de but de match, ils n’ont jamais été en mesure d’inverser le cours des événements.

L’ex-attaquant grenat Dereck Kutesa a fait très mal à ses anciens coéquipiers, offrant notamment l’ouverture du score sur un plateau à Valon Berisha après trois minutes de jeu seulement. Tombé très tôt, ce but a conditionné tout le déroulement du match. Menés à la marque, les Servettiens ont multiplié les initiatives offensives, mais ils ont buté sur une défense ultra-regroupée, payant au prix fort leur manque de compétition.

A.Geiger : « on aurait pu jouer trois semaines sans marquer! »

Au terme de la partie, le coach grenat Alain Geiger était extrêmement déçu, ce qui ne l’a pas empêché de faire preuve d’une grande lucidité au moment de l’analyse.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

S. Rouiller : « on n’a pas démérité »

Malgré une déception immense, le défenseur central Steve Rouiller tire un bilan positif de cette campagne européenne malgré tout.

Steve Rouiller Défenseur central du Servette FC

 

Prochaine échéance pour Servette : ce sera à l’occasion de la reprise du championnat de Suisse de Super League pour une confrontation face au Lausanne-Sport dimanche après-midi au Stade de la Pontaise !

Continuer la lecture

Football

Servette défie le Stade de Reims dans le match des ex

Publié

le

Contrairement aux apparences, l'entraîneur grenat Alain Geiger n'a pas peur du Stade de Reims. Bien au contraire, il se réjouit de voir ses joueurs affronteront les sixièmes de Ligue 1 la saison dernière (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Quatrième de Super League la saison dernière, les Servettiens défient les sixièmes de Ligue 1 jeudi soir (20h45) à la Praille. Le vainqueur de cet unique duel affrontera celui de Hibernians/Videoton une semaine plus tard (le 24 septembre) à Malte ou en Hongrie. Mais ce match sera aussi celui des anciens qui se retrouvent dans le camp d’en face.

Deux joueurs, deux attaquants vont se croiser jeudi dans l’enceinte de la Praille. Chacun d’eux est passé par le centre de formation de son adversaire du jour. Servettien jusqu’il y a cinq ans ou presque, Dereck Kutesa retrouve un club à un tout autre niveau qu’il l’avait laissé.

Dereck Kutesa Attaquant du Stade de Reims

 

Parti depuis bientôt cinq ans (01.01.16), il ne connaît, en revanche, plus vraiment le jeu de son ancienne équipe…

Dereck Kutesa Attaquant du Stade de Reims

 

Formé à Servette, l’attaquant genevois Dereck Kutesa a rejoint le Stade de Reims voilà un an (© KEYSTONE/Martial Trezzini)

 

Formé à Servette, Dereck Kutesa est passé par Bâle, Saint-Gall et Lucerne, avant de poser ses valises à Reims. L’attaquant genevois est donc bien placé pour parler de la différence entre la Super League et la Ligue qu’il a découverte, il y a à peine plus d’un an…

Dereck Kutesa Attaquant du Stade de Reims

 

Au contraire de son jeune adversaire, Grejohn Kyei qui a fait toutes ses classes au Stade de Reims, a gardé des liens avec l’équipe actuelle.

Grejohn Kyei Attaquant du Servette FC

 

De ce fait, le numéro 25 servettien connaît bien la maison et l’entraîneur David Guion. La tactique de son ancienne équipe ne devrait pas avoir de secret pour lui…

Grejohn Kyei Attaquant du Servette FC

 

Grejohn Kyei a gardé beaucoup de contacts au sein de son ancien club, dont il connaît également très bien l’entraîneur David Guion (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Sachez encore que le vainqueur de cette confrontation se rendra à Malte (pour y affronter Hibernians Paola) ou en Hongrie (pour se frotter à Videoton, finaliste de la Coupe de l’UEFA en 1985, rebaptisé depuis peu MOL Fehérvár FC).

Ce match se jouera une semaine plus tard lors du troisième tour à l’occasion du troisième tour de cette confrontation.

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Une grosse surprise et un tirage au sort favorable pour Servette

Publié

le

Bastien Conus prend une longueur d'avance sur Marco Schoenbaechler. Le FC Chiasso pourra reprendre l'avantage et eliminer le FC Zurich (© KEYSTONE/Ti-Press/Davide Agosta).

Une seule équipe de Super League a été éliminée au deuxième tour de la Coupe de Suisse: le FC Zurich battu au Tessin par le FC Chiasso (2-3). Exempté des deux premiers tours de la Coupe de Suisse, Servette se rendra sur la Riviera vaudoise en février prochain pour y affronter Vevey United.

Les Zurichois de Ludovic Magnin ont mordu la poussière dimanche à Chiasso. Mené 0-2 à dix minutes de la pause, ils ont réduit l’écart cinq minutes plus tard, avant d’égaliser à un quart de la fin.  Le but encaissé sur penalty consécutivement à une faute de main de Domgjoni dans les seize mètres en toute fin de partie leur a été fatal.

Qualifiés sans briller à Schötz et à Nyon, le FC Sion et le Lausanne-Sport auront la tâche plus difficile face à des équipes de Challenge League. Les joueurs de l’ex-champion du Monde Fabio Grosso se rendront à Aarau, alors que les néo-promus en Super League devront obtenir leur qualification à Zurich face aux Grasshoppers, leurs adversaires directs la saison dernière pour l’ascension dans l’élite. Le déplacement de Servette à Vevey face aux tombeurs de Köniz (3-0) s’annonce un peu plus facile. Cette rencontre rappellera de bons souvenirs aux nostalgiques des années quatre-vingt quand les deux formations militaient dans une Ligue Nationale A qui comptait seize équipes. Le choc Saint-Gall – Young Boys sera à n’en pas douter le match-phare des huitièmes de finale qui se joueront les 9 et 10 février prochains.

 

 

 

Continuer la lecture