Rejoignez-nous

Football

Le PSG peut rêver de Messi

Publié

,

le

Les négociations avanceraient bien entre Messi et le PSG (© KEYSTONE/VALERIANO DI DOMENICO)

Du rêve à la réalité, l'hypothèse de voir Lionel Messi jouer pour le Paris St-Germain prend forme.

La presse évoque samedi des négociations qui avancent bien entre la superstar argentine et le club, en passe de réussir un coup historique.

Le PSG se déplace dans la soirée à Troyes (21h00), pour son premier match de la saison en Ligue 1. Mais ses supporters auront les yeux rivés ailleurs. L'arrivée dans la capitale de l'un des meilleurs joueurs de l'histoire, six fois Ballon d'or, pourrait intervenir "d'ici à demain (dimanche)", avance même le journal Le Parisien.

La presse se réjouit

Depuis l'annonce jeudi du départ de Messi du FC Barcelone, où il évoluait depuis l'âge de 13 ans, le PSG dirige, confiant, son opération "Pulga" ("la puce" en espagnol). Malgré la complexité financière de la transaction, dans une conjoncture plombée par la pandémie, le club aurait trouvé un accord avec l'Argentin qui touchait plus de 70 millions d'euros net par an en Espagne.

"Paris fond sur Messi", titre samedi L'Equipe, en évoquant un "contrat record" de trois années, "assorties d'un salaire net annuel de 40 millions d'euros." "Messi à Paris, c'est oui !", s'est réjoui Le Parisien en "une", qui parle du "mariage d'amour et de raison" entre les deux parties.

"Le meilleur au monde"

D'un côté, un propriétaire qatarien richissime qui a fait des superstars la marque de fabrique d'une équipe qu'il veut emmener au sommet de la Ligue des champions. De l'autre, un joueur ami avec certains cadres du vestiaire parisien, Neymar et Angel di Maria en tête, et qui connaît bien l'entraîneur Mauricio Pochettino, son compatriote.

Celui-ci s'est prêté à un jeu d'équilibriste en conférence de presse vendredi, sans confirmer ni démentir l'intérêt du club pour la "Pulga". Ces collègues en L1 ont été plus prolixes: "Ce serait bien pour le Championnat de France. C'est le meilleur au monde. J'aimerais vraiment qu'il vienne parce que j'aime la façon dont il joue", a réagi le Monégasque Niko Kovac, vendredi soir.

"Pour le championnat, ça serait un énorme coup. Pour le PSG aussi. Mais ce ne sont que des rumeurs. A tous les mercatos, j'ai entendu tous les noms au PSG", a nuancé son homologue de Nantes Antoine Kombouaré, ancien joueur et entraîneur à Paris.

Il est vrai que la rumeur Messi à Paris ne date pas d'hier. Il y a un an, le directeur sportif Leonardo a déjà tenté le coup, sans succès. Mais la donne a bien changé depuis car, contrairement à l'été dernier, le Barça a renoncé à conserver son icône, au grand dam de ses joueurs qui continuent à partager sur les réseaux sociaux leur tristesse.

City apparemment hors course

Autre élément, le PSG n'affronte pas la concurrence de Manchester City, l'un des très rares clubs à pouvoir se payer l'Argentin. L'entraîneur Pep Guardiola, qui a dirigé Messi au Barça, a rappelé vendredi que "le numéro 10 allait être porté par Grealish", le talentueux milieu anglais recruté jeudi.

Le champ serait donc libre pour Paris, en passe de réunir les deux anciens ennemis de la Liga, Messi et Sergio Ramos, l'ex-capitaine du Real Madrid arrivé cet été. La présence de Kylian Mbappé donnerait aussi une sacrée allure à cette équipe, mais l'avenir de l'attaquant français reste incertain, en raison des négociations qui s'étirent autour de sa prolongation de contrat qui expire en 2022.

En effet, Paris pourrait vendre son meilleur buteur, qui risque de partir gratuitement dans un an, pour se payer Messi. "Le Real est à l'affût", écrit samedi le quotidien sportif espagnol Marca. Mais Pochettino a écarté d'un "non" ferme cette possibilité. Le PSG est bien décidé à rêver très grand.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Infantino: "Que le football soit vraiment global"

Publié

le

Infantino (à gauche) a de nouveau plaidé pour un Mondial tous les deux ans (© KEYSTONE/EPA/Mauricio Duenas Castaneda)

Le président de la FIFA Gianni Infantino a de nouveau prêché vendredi en faveur du Mondial biennal.

Le Valaisan, qui a entamé à Caracas une tournée sud-américaine, estime qu'il faut que "le football soit vraiment global".

"Notre devoir en tant que FIFA c'est de faire en sorte que le football soit vraiment global. Pour qu'il le soit, il faut analyser comment améliorer le football des sélections nationales (...) et il n'y pas de compétition qui se rapproche" du Mondial, a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse au stade olympique de Caracas.

"Le président de la FIFA est le président de 111 pays et chacun d'entre eux a le droit de rêver. Mais le rêve doit avoir une possibilité de se réaliser, parce que si tu dois rêver pour l'éternité, tu vas finir par faire autre chose", a encore estimé le patron du football mondial.

"Aujourd'hui, si on parle sans détour, quelles sont les possibilités réelles du Venezuela de participer au Mondial?", a lancé Infantino, rappelant que le pays de 30 millions d'habitants n'a jamais participé à une Coupe du monde et a très peu de chances d'y arriver dans les conditions actuelles.

Tout le monde doit y gagner

L'organisation plus régulière d'un Mondial, associée à l'augmentation déjà actée à partir de 2026 du nombre de participants de 32 à 48, donnerait ainsi selon lui davantage d'opportunité à des nations jusque-là mineures du football de prendre part à une Coupe du monde.

"La possibilité de réformer le calendrier avec un Mondial tous les deux ans, on l'a analysée du point de vue du football (.. ) c'est possible. Il y a beaucoup d'avantages, parce qu'on donne plus de possibilités à beaucoup plus de pays de participer", a-t-il assuré.

"Quand il a été décidé que le Mondial serait tous les quatre ans, il y a 100 ans environ, la FIFA comptait 40 pays. Il est temps d'analyser la question", a-t-il estimé, réitérant qu'une décision sera prise en "fin d'année". "Si on fait des changements, tout le monde doit être gagnant", a promis Infantino.

Qualifications regroupées ?

"Le prestige d'une compétition ne dépend pas de sa fréquence. Sinon on organiserait un Mondial tous les 40 ans. (Le prestige) dépend de la qualité de la compétition", a-t-il répondu, écartant tout risque de galvauder la Coupe du Monde.

Le président de la FIFA a aussi estimé que cette réforme pourrait permettre aux joueurs d'aborder le Mondial sur un pied d'égalité en réduisant les déplacements entre continents pour les joueurs sud-américains avec la mise en place de phases qualificatives regroupées.

"Des études montrent que voyager, avec le décalage horaire et le changement de climat, c'est mauvais", a dit le dirigeant de 51 ans. "Si Messi doit faire 350'000 km pour jouer un Mondial (en aller retour Europe-Amérique), et Cristiano Ronaldo 50'000... C'est normal que les Sud-Américains soient un peu plus fatigués que les Européens".

Infantino a notamment évoqué une statistique parlante: "Depuis 2002, le Brésil n'a pas gagné un match en phase à élimination directe, pas en phase de poule, contre un pays européen. Cela fait 20 ans, et c'est le Brésil!".

Le débat autour d'une Coupe du monde tous les deux ans a été lancé par l'ex-entraîneur Arsène Wenger, directeur du développement de la FIFA. Celui-ci préconise une compétition de sélections chaque année, en alternant Mondial et Euro, par exemple, pour la Confédération européenne.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Qatar 22: le Brésil et l'Argentine victorieux

Publié

le

Nets vainqueurs de l'Uruguay (4-1), Neymar - n°10 - et le Brésil ont remporté un succès qui les rapprochent encore un peu plus du Qatar(© KEYSTONE/AP/André Penner).

Vainqueur de l'Uruguay et du Pérou, le Brésil et l'Argentine se rapproche toujours plus d'une qualification pour la Coupe du Monde au Qatar

Le Brésil a nettement battu l'Uruguay (4-1) jeudi à Manaus lors de la 12e journée des qualifications sud-américaines pour la phase finale de la Coupe du Monde qui se jouera l'automne prochain au Qatar. La "Seleçao auriverde" est largement en tête du classement avec trente-et-un points, soit six de plus que l'Argentine qui a battu le Pérou par la marge la plus étroite (1-0).

On le croyait déprimé, hors de forme... Neymar a répondu sur le terrain, marquant un but sublime et distribuant deux passes décisives. Raphinha a pour sa part signé un doublé face à l'Uruguay, qui a sauvé l'honneur sur un coup-franc de Luis Suarez (77e, 3-1).

Dimanche, Neymar avait été transparent contre la Colombie (0-0), quelques heures après la diffusion d'un entretien-choc dans lequel il dit que la Coupe du monde au Qatar serait probablement "sa dernière".

Pour un joueur qui craint de "ne plus avoir le mental pour supporter encore plus de football", le n° 10 de la Seleçao transpirait la joie de vivre jeudi soir dans la chaleur étouffante de l'Amazonie. Il a inscrit son 70e but en 115 matches sous le maillot du Brésil, se rapprochant encore un peu plus de record de Pelé (77). A noter que le Bâlois Arthur Cabral n'a pas été aligné côté brésilien.

Courte victoire de l'Argentine

L'Argentine a pour sa part vaincu le Pérou dans la douleur jeudi à Buenos Aires. L'Albiceleste a assuré l'essentiel et possède désormais huit points d'avance sur l'Equateur (3e), qui a ramené un pont de son déplacement Colombie (0-0) lors de cette 12e journée.

Dans une rencontre où le Pérou a manqué un penalty, l'unique but a été inscrit avant la pause par Lautaro Martinez d'une tête rageuse au premier poteau (41e), servi par Nahunel Molina après un une-deux avec Rodrigo de Paul.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Football

Servette Chênois fessé par Wolfsburg

Publié

le

Les joueuses de Servette Chênois qui concèdent ici l'ouverture du score, n'ont pas pesé lourd à Wolfsburg (© KEYSTONE/DPA/Swen Pförtner).

Chemin de croix pour Servette Chênois en Ligue des Championnes: les Servettiennes ont perdu pied à Wolfsburg (0-5) pour leur deuxième match.

Un apprentissage à la dure. Après avoir subi la loi de la Juventus 3-0, les Servettiennes ont vu ce qui les sépare d'une grande équipe comme Wolfsburg.

Les vice-championnes d'Allemagne n'ont pas été complaisantes avec les Grenat. L'ouverture du score est tombée à la 18e, puis le 2-0 à la 26e et le 3-0 à la 43e. Les Louves ont salé l'addition en inscrivant le 4-0 à la 51e et le 5-0 à la 68e.

Une statistique démontre la différence de niveau entre les deux formations: le corner-score (11-0 Wolfsburg!) illustre aussi cette domination sans partage.

Le troisième match aura lieu le 9 novembre à Genève. Les Servettiennes accueilleront Chelsea qui a battu la Juventus 2-1.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Challandes n'est plus sélectionneur du Kosovo

Publié

le

Bernard Challandes n'est plus sélectionneur du Kosovo (© KEYSTONE/EPA/Claudio Bresciani)

Bernard Challandes a été démis de ses fonctions de sélectionneur du Kosovo.

Le technicien neuchâtelois de 70 ans était en poste depuis le mois de mars 2018. Prolongé en août 2020, son contrat portait jusqu'à fin 2022.

La défaite subie mardi à Pristina face à la Géorgie, la troisième consécutive pour le Kosovo dans le groupe B des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, fut donc celle de trop pour Bernard Challandes. Les Kosovars pointent désormais au dernier rang de cette poule, avec une seule victoire à leur actif et 4 points conquis en sept matches.

Bernard Challandes était pourtant parvenu à faire rêver tout un peuple il y a à peine plus d'une année. Sous sa férule, le Kosovo s'était en effet qualifié par le biais de la Ligue des nations pour les barrages de l'Euro 2020, échouant en demi-finale de la voie "D" face à la Macédoine du Nord.

Son expérience à la tête du Kosovo fut sa deuxième avec une équipe nationale, après son passage d'une année sur le banc de l'Arménie (2014-2015). Le Neuchâtelois avait auparavant dirigé notamment Servette, Sion, Neuchâtel Xamax, Young Boys et Zurich, fêtant un titre de champion de Suisse avec le FCZ en 2008/09.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Theo Hernandez testé positif au Covid-19 à son retour à Milan

Publié

le

Theo Hernandez (à droite) a été testé positif au Covid-19 à son retour à Milan (© KEYSTONE/EPA/Marco Betorello / POOL)

L'international français de l'AC Milan Theo Hernandez a été testé positif au Covid-19, a annoncé mercredi le club italien.

Le latéral revient d'un rassemblement avec l'équipe de France déjà marqué par le test positif au coronavirus d'Adrien Rabiot.

"Theo Hernandez, de retour de l'équipe nationale, a été contrôlé positif lors d'un prélèvement effectué à son domicile" indique mercredi l'AC Milan dans un communiqué qui précise que le joueur "se porte bien".

Appelé chez les Bleus avec son frère Lucas, Theo Hernandez s'est distingué en inscrivant le but de la victoire contre la Belgique en demi-finale de la Ligue des nations (3-2). Adrien Rabiot avait quant à lui dû quitter ses coéquipiers entre la demi-finale et la finale, deux matches disputés par Theo Hernandez.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture