Rejoignez-nous

Football

Le Barça est-il devenu une équipe quelconque en Europe ?

Publié

,

le

Le Barça est-il devenu une équipe quelconque en Europe? (© KEYSTONE/AP/Joan Monfort)

Méconnaissable, privé de stars, lourdement endetté, le Barça vit un déclassement sportif symbolisé mardi par la gifle subie mardi à domicile face au Bayern Munich (3-0).

Désormais orphelins de Lionel Messi, les Catalans n'ont plus gagné un match de Ligue des champions depuis le 2 décembre 2020 contre le modeste Ferencvaros (3-0). Jadis forteresse, le Camp Nou est devenu un terrain où les autres géants d'Europe n'ont plus peur de livrer bataille.

Le Barça y a perdu ses trois derniers matches de C1, encaissant dix buts et n'en marquant qu'un seul ! Et la cinglante défaite face au Bayern mardi, un an après l'historique déroute 8-2 de Lisbonne en quart de finale de l'édition 2019-2020, n'a fait que confirmer des impressions déjà connues.

"Pauvre Barça"

Le Barça n'avait pas entamé une campagne européenne par une défaite à domicile depuis 1997 (3-2 contre Newcastle), soit depuis 24 ans. C'est aussi la première fois de son histoire en Ligue des champions que le club catalan conclut un match sans avoir cadré la moindre frappe.

Le constat d'échec dans la presse madrilène et catalane est sans appel ce mercredi matin. "Pauvre Barça", a titré Marca, le journal le plus vendu en Espagne. "Triste réalité", a affiché le quotidien catalan Sport à sa une sur fond noir. "Très, très loin", a pour sa part titré le journal sportif en catalan L'Esportiu.

Une impuissance partagée par l'icône blaugrana Gerard Piqué au coup de sifflet final: "C'est comme ça, on est ce qu'on est. Dans l'immédiat, c'est vrai que c'est compliqué. Aujourd'hui, il y a une nette différence, c'est clair. Pour être franc, aujourd'hui on ne fait pas partie des grands favoris".

D'après les médias catalans, le président Joan Laporta et ses plus proches associés ont tenu une réunion d'urgence dans les bureaux du Camp Nou tard dans la nuit, après le match, sans annoncer de décision dans l'immédiat.

"Le match a confirmé l'impression de désolation qui poursuit le Barça ces derniers jours. Un match long et inutile pour le Barça, une espèce de couloir de la mort au bout duquel il n'y avait d'autre espoir que la défaite. Personne ne pouvait espérer autre chose", a taclé Alfredo Relaño, président d'honneur du quotidien As et voix respectée du football espagnol, dans un éditorial mercredi.

Rayon d'espoir

Doit-on déjà enterrer le Barça ou l'espoir est-il encore permis ? Il faut dire que le club blaugrana a joué de malchance avant cette rentrée continentale. Le Barça a perdu deux stars durant le mercato, avec le départ de Messi vers le PSG et le prêt d'Antoine Griezmann à l'Atlético Madrid.

Les blessés, nombreux et surtout en attaque (Ansu Fati, Ousmane Dembélé, Sergio Agüero, Martin Braithwaite...), n'ont pu aider. Les cadres, à l'instar d'un Jordi Alba qui a joué malade et qui s'est blessé, d'un Sergio Busquets lessivé ou d'un Sergi Roberto sifflé à sa sortie, ne peuvent plus porter l'équipe seuls.

Et les jeunes pousses, à l'image d'Eric Garcia fautif sur le but de Thomas Müller, mais aussi de Riqui Puig, Pedri, Gavi, Oscar Mingueza, Alex Balde, Yusuf Demir, Sergino Dest ou Ronald Araujo, doivent encore accumuler de l'expérience avant de prétendre pouvoir rivaliser au plus haut niveau.

"Je sais qu'avec nos très jeunes joueurs, on va finir par rivaliser. Ils vont prendre de l'expérience, et à la fin de la saison, vous verrez...", a glissé Piqué mardi soir. Une méthode Coué à vite mettre en pratique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Bellinzone en Challenge League la saison prochaine

Publié

le

Tresor Samba, en grenat, et Bellinzone obtiennent leur promotion en Challenge League, malgré les quatre points de retard sur Breitenrain de Moritz Hischier, en blanc, le stade du club de la capitale fédérale n'étant pas homologué pour la Swiss Football League (© KEYSTONE/Peter Klaunzer).

Le club grenat du "Sopra Ceneri" obtient sa promotion sur le tapis vert: les autres candidats à l'ascension ont tous vu leurs dossiers refusés par la SFL...

Bonne nouvelle pour l’AC Bellinzone: le club tessinois obtient sa licence par l’instance de recours et jouera ainsi la saison prochaine en Challenge League, le trente-troisième exercice dans la deuxième catégorie de jeu de son Histoire. Les trois autres candidats de Promotion League avaient retiré leur recours.

 

L'ancien Servettien Marco Schällibaum qui a succédé au Genevois Jean-Michel Aeby au poste d'entraîneur de l'ACB fêtera une ascension au terme de la saison (© KEYSTONE/Peter Klaunzer).

Licence accordée par la Commission de Recours

Après que l'AC Bellinzone se soit vu refuser la licence pour la Challenge League en première instance, la Commission de recours a accordé vendredi au club tessinois le précieux sésame pour la participation à la prochaine saison en deuxième division.

 

Recours retirés

Les autres candidats à l’ascension de la Promotion League, qui s'étaient également vu refuser la licence en première instance, ont préalablement retiré leur recours: Breitenrain, dont le stade n'est pas homologué pour la Swiss Football League, le Stade Nyonnais et le FC Chiasso.

 

Kriens en Promotion League

Avec l'octroi de la licence à l'AC Bellinzone, il est désormais définitivement établi que le club tessinois remplacera le SC Kriens, qui sera lui relégué en Promotion League et quittera la SFL après quatre saisons en Challenge League.

 

Après le match contre Vaduz (30.04.13), Hakan Yakin, tout à droite, et ses coéquipiers ont la tête basse: loin de remonter en Super League : moins d'un mois plus tard, ils verront tous leurs efforts partir en fumée à cause des dettes accumulés au fil des années (© KEYSTONE/Karl Mathis).

 

9 ans après la faillite

Ainsi, l'ACB retrouve l'antichambre de l'élite neuf ans après avoir fait faillite. Une faillite intervenue sous la présidence de Gabriele Giulini (29.05.13). Le club grenat du "Sopra Ceneri" s'est retrouvé rétrogradé en deuxième ligue régionale avant de gravir un à un les échelons qui mènent à la Swiss Football League. La dernière étape a été la plus longue: quatre dernières saisons en Promotion League. Champions de Suisse en 1948, trois finalistes de la Coupe de Suisse, "i granata" renouent donc un peu avec leur passé prestigieux.

 

Aujourd'hui entraîneur-assistant à Schaffhouse, Hakan Yakin, deuxième depuis la droite, avait pourtant signé un contrat de six ans avec l'ACB... (© KEYSTONE/Karl Mathis).

Continuer la lecture

Football

Super League: élargissement à 12 équipes et play-off

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Révolution dans le football suisse. La SFL a décidé de porter de 10 à 12 le nombre d'équipes en Super League dès la saison 2023-24, avec un championnat en trois phases conclu par des play-off.

Selon la réforme adoptée vendredi à une large majorité en assemblée générale extraordinaire de la Swiss Football League (SFL) à Ittigen, chaque équipe jouera d'abord deux fois l'une contre l'autre, en mode aller-retour (vingt-deux matches).

Le Championnat sera ensuite divisé en deux groupes: un "Championship Group" réunissant les six premiers et un "Qualification Group" pour les équipes classées entre la 7e et la 12e place. Soit 32 matches à ce stade.

Puis viendra la phase finale - la plus contestée initialement -, qui déterminera le champion, les places européennes et la relégation.

Dans le détail, les deux premiers du "Championship Group" se disputeront le titre de champion dans une série au meilleur des trois rencontres. Le leader bénéficiera du droit de jouer à domicile lors des matches un et trois. Il devra y avoir un gagnant à chaque match, au besoin par des prolongations et des tirs au but.

Les huit clubs classés entre la troisième et la sixième place du "Championship Group" et dans les quatre premiers du "Qualification Group" s'affronteront dans des "play-off pour l'Europe".

Trois tours (quart de finale, demi-finale, finale) permettront de déterminer les places à attribuer à ce moment-là dans les compétitions européennes. Les tours un et deux se dérouleront en matches aller-retour selon le modèle européen, le troisième se jouera en une seule finale. Le classement de la deuxième phase fera foi pour déterminer les duels (le club le mieux classé contre le club le moins bien classé, etc.).

L'équipe classée dernière du "Qualification Group" sera directement reléguée en Challenge League (ChL). L'avant-dernière jouera un match promotion-relégation (en aller-retour) contre la deuxième de ChL.

La SFL sera ainsi à l'avenir composée de vingt-deux membres au lieu de vingt actuellement, une modification qui nécessite encore l'approbation du Conseil de l'Association de l’ASF.

Saison de transition en 22-23

La saison 2022-23 de Super League sera de transition et se déroulera selon la formule classique, mais sans relégation directe. Le dernier de Super League la saison prochaine disputera un barrage contre le 3e de Challenge League.

Il n'y aura pas non plus de relégation directe en Promotion League (PL): le 10e de Challenge League disputera un barrage contre le 3e de la PL. En outre, deux clubs de ChL et de PL seront directement promus, pour autant qu'ils obtiennent la licence nécessaire.

5 changements de joueurs

Les clubs ont par ailleurs approuvé une proposition visant à donner aux autorités disciplinaires la possibilité réglementaire de réagir plus rapidement en cas d'incidents de sécurité graves et d'ordonner des mesures préventives.

Les délégués ont également suivi la proposition de l'International Football Association Board (IFAB) donnant la possibilité d'effectuer cinq changements de joueurs pour les deux championnats.

Enfin, les clubs ont annulé une réduction, introduite il y a un an, du nombre de joueurs non formés localement sur la liste des contingents pour les matches de Super League. Ainsi, 17 joueurs non formés localement sont toujours autorisés.

Continuer la lecture

Football

Super League : Servette assure son maintien

Publié

le

Chris Bedia, en grenat, n'a pas trouvé grâce face à Strahinja Pavlovic, en blanc. Tout un symbole; les attaquants servettiens n'ont pas trouvé la faille face à la défense baloise jeudi soir (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Servette est mathématiquement assuré de jouer en Super League la saison prochaine grâce au match nul obtenu face au FC Bâle (0-0) jeudi soir.

Mission accomplie pour Servette. Grâce à un match nul sans but (0-0) face au FC Bâle, les Servettiens sont mathématiquement assuré d’évoluer en Super League la saison prochaine. Après une première mi-temps avare en actions d’éclat, les joueurs d’Alain Geiger ont résolument pris la direction des opérations. Ils se sont ménagé plusieurs occasions de but nettes. Sans trouver le chemin des filets ; mais le fait de n'avoir encaissé aucun but et de n'avoir concédé que très peu d'occasions de but est une satisfaction majeure.

David DoulineDemi défensif du Servette FC

 

Le travail de filtrage à mi-terrain effectué par David Douline, en grenat, et ses coéquipiers, a porté ses fruits face à Darian Males, en blanc, et aux attaquants bâlois (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Le SFC a donc assuré l’essentiel en obtenant ce point synonyme de maintien. Un soulagement pour les joueurs, la direction du club et l’entraîneur servettien qui revient sur les difficultés rencontrées par son équipe au second tour.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

Un attaquant et vite!

Reste bien des problèmes à régler, notamment dans le compartiment offensif: l'inefficacité offensive des Servettiens les a empêché de défendre leurs chances de lutter jusqu'au bout pour une qualification pour la Coupe d'Europe. Pour le mentor valaisan de la Praille, l'arrivée d'un attaquant est une priorité absolue.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Super League: précieux succès pour Sion à Lausanne

Publié

le

Grgic transforme son deuxième penalty (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le FC Sion a fait un pas vers le maintien en gagnant 2-1 à Lausanne lors de la 35e journée de Super League. Les Valaisans comptent trois points d'avance sur Lucerne, tenu en échec 2-2 par Young Boys.

Les Grasshoppers sont virtuellement tirés d'affaire grâce à leur victoire sur Saint-Gall (3-2). Les Sauterelles ont quarante points, comme Sion, mais une bien meilleure différence de buts. Le FC Lugano a surfé sur la vague de sa victoire en Coupe en s'imposant 2-1 contre le champion Zurich. Servette et Bâle en sont restés à 0-0.

Deux buts sur penalty

Sion n'a pas été malheureux à la Tuilière, où il a empoché les trois points grâce à deux penalties transformés par Grgic (31e/93e). Les Valaisans ont failli payer cher leur passivité en deuxième période, où ils se sont contentés d'attendre.

Le LS a ainsi pu égaliser grâce à un autogoal de Fickentscher, sur qui le ballon rebondissait après une frappe de Grippo sur la barre (82e). Sion sera sauvé quoi qu'il arrive s'il ne perd pas dimanche à Tourbillon face au Servette.

Le moral des Lucernois

Mais en cas de défaite, il y aura danger. Lucerne pourrait passer devant en gagnant au Letzigrund chez le champion Zurich. Les joueurs de Suisse centrale font preuve d'un grand moral. Face à YB, ils ont été menés 2-0 après sept minutes de jeu et des réussites de Kanga (3e) et Fernandes (7e). Sorgic (23e) et Ugrinic (69e) leur ont permis de revenir et de prendre un point qui pourrait être précieux.

GC n'a plus de souci de relégation après son succès 3-2 contre Saint-Gall, acquis grâce à des réussites de Loosli, Morandi et Momoh. Pour le promu, l'objectif de la saison est atteint.

Au Cornaredo, un rare doublé du capitaine Sabbatini (4e/28e) a permis aux bianconeri d'obtenir un succès de prestige contre Zurich. Les visiteurs avaient frappé les premiers par Gogia (3e).

Enfin, Servette et Bâle ont livré une partie globalement décevante, surtout en première mi-temps, conclue par un match sans but (0-0). Une partie aux relents de fin de saison.

 

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Près de 30'000 supporters de football défilent à Berne

Publié

le

L'itinéraire des supporters saint-gallois partait de la gare de Berne. En chemin, des supporters ont allumé quelques pétards. (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Environ 30'000 supporters de Saint-Gall et de Lugano ont déferlé sur la ville de Berne dimanche à l'occasion de la finale de la coupe de Suisse de football. Vert et blanc et blanc et noir étaient pour une fois les couleurs dominantes dans la capitale.

L'ambiance avant la finale était bon enfant, selon un journaliste de l'agence d'information Keystone-ATS. Les supporters se sont mis dans l'ambiance du match en chantant sous un soleil radieux. Les Saint-Gallois semblaient être en plus nombreux.

Les supporters des deux équipes ont été acheminés au stade par des itinéraires différents. Les trains spéciaux en provenance du Tessin sont arrivés à la gare d'Ostermundigen. La police a guidé les supporters en direction du stade. L'itinéraire des supporters saint-gallois partait de la gare de Berne. En chemin, certains ont allumé quelques pétards.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture