Rejoignez-nous

Football

Le Barça à la dérive, Koeman dans la tempête

Publié

,

le

Depay (à droite) et Barcelone n'ont pas pesé lourd mercredi contre Benfica et Verissimo. (© KEYSTONE/EPA/MANUEL DE ALMEIDA)

Barcelone, bateau ivre: à nouveau humilié mercredi en Ligue des champions par Benfica (3-0), lourdement endetté et désormais orphelin de Lionel Messi, le Barça s'enfonce dans une interminable crise.

Elle pourrait être fatale à Ronald Koeman, proche de l'éviction un an après son arrivée.

C'est un faux départ historique pour le FC Barcelone, giflé 3-0 par le Bayern Munich au Camp Nou puis sur le même score à Lisbonne mercredi. Le club catalan n'avait plus perdu deux matches de rang en phase de groupes de Ligue des champions depuis septembre 2000... alors que le tout jeune Messi, alors adolescent, venait d'atterrir en Catalogne.

Sur les deux premières journées de C1, le Barça n'a toujours pas cadré un seul tir, a marqué 0 but et en a encaissé 6, et a surtout essuyé deux claques monumentales.

"Sinistre total", "Dans les cordes", "Dévastés", "Ceci est un cauchemar"... Les unes de la presse madrilène et barcelonaise étaient très critiques jeudi matin envers la formation catalane et son entraîneur néerlandais, au point que plusieurs noms, dont celui de l'ancien capitaine blaugrana Xavi, sont déjà avancés pour lui succéder.

"Le résultat est dur à accepter. Il ne traduit pas ce qu'on a vu sur le terrain", s'est défendu Koeman (58 ans). "Je ne vais pas discuter du niveau de cette équipe. Tout le monde sait quel est le problème du Barça aujourd'hui. On ne peut pas juger une équipe qui n'est plus celle d'il y a quelques années en arrière."

Choix incompris

Le technicien, engagé à l'été 2020 à la place de Quique Setien pour redresser un Barça qui prenait déjà l'eau, affronte une tempête d'une ampleur inédite pour lui.

Selon le journal catalan Sport, le président Joan Laporta et ses proches conseillers se sont réunis dans les bureaux du club jusqu'à 4 heures du matin, après être rentrés de Lisbonne dans la nuit, pour décider de l'avenir de l'ex-sélectionneur "Oranje"...

Mais d'après Mundo Deportivo, aucune décision ne devrait être prise à chaud, surtout vu la proximité de l'affiche de Liga samedi (21h00) face au champion d'Espagne en titre, l'Atlético Madrid d'Antoine Griezmann, qui a battu l'AC Milan sur le fil mercredi (2-1) en C1.

Mais de quel crédit dispose désormais Koeman ? Les choix du technicien néerlandais mercredi pour tenter de redresser un Barça mené 1-0 après trois minutes de jeu ont été très mal accueillis en Catalogne.

Koeman a sorti son pilier défensif Gerard Piqué dès la demi-heure de jeu, par peur qu'il soit sanctionné d'un carton rouge. Il a fait descendre Frenkie de Jong en défense centrale, alors que son compatriote était le seul à porter le danger devant les cages lisboètes.

Et Koeman a oublié son jeune prodige Ansu Fati sur le banc, lui qui venait de marquer pour son grand retour de blessure, le week-end dernier contre Levante.

Quatorze millions d'euros

Déjà sonné après le 4-1 encaissé face au Paris Saint-Germain au Camp Nou en février, le Barça devra toutefois y songer à deux fois avant de remercier son entraîneur: le limogeage de Koeman coûterait quatorze millions d'euros en frais de licenciement au club blaugrana, qui doit déjà éponger une énorme dette estimée à 1,35 milliard d'euros à long terme.

"Je me sens soutenu par mes joueurs et leur attitude. Le reste, je ne sais pas. Par le club, je ne sais pas", a lancé Koeman, sous contrat jusqu'à l'été 2022 mais presque résigné mercredi soir.

Ses joueurs l'ont effectivement épaulé au coup de sifflet final. "On est dans une situation critique, vraiment. Ce serait très facile de virer Koeman, mais on a tous des responsabilités", a réagi le capitaine Sergio Busquets. "Je ne crois pas que changer d'entraîneur pourrait solutionner quelque chose", a soutenu Frenkie de Jong.

Pourtant, la presse catalane a déjà avancé les noms des potentiels successeurs du technicien néerlandais: légende du Camp Nou, Xavi, actuel entraîneur d'Al-Sadd au Qatar, semble tenir la corde, mais l'Italien Andrea Pirlo, libre depuis son éviction de la Juventus Turin fin mai, et Roberto Martinez, le sélectionneur espagnol de la Belgique, sont également cités.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Servette rentre dans le rang

Publié

le

Alexis Antunes échappe à Fabian Lustenberger. Entré en seconde mi-temps, le jeune meneur de jeu a tiré sur le poteau (© KEYSTONE/Peter Schneider).

Première défaite de la saison pour les Servettiens nettement battu à Berne par les Young Boys (0-3). La marche était trop haute pour les visiteurs qui se retrouvent cinquièmes d'un classement très serré. Prochain rendez-vous vendredi soir à Nyon (19h30). 

Servette rentre dans le rang après un net revers – le premier de la saison – à Berne face aux Young Boys (0-3). Les joueurs d’Alain Geiger ont été dominés dans tous les compartiments du jeu. Après un round d’observation, la différence de niveau est apparue toujours plus nette au fil des minutes. Reste à savoir si la marche était trop haute ou s’il y avait moyen de mieux faire.

Steve RouillerDéfenseur central du Servette FC

 

L’équipe genevoise n’a fait illusion que durant les vingt premières minutes. Ensuite, la supériorité tactique, technique et athlétique qu'on devinait jusqu'à là, n'a plus fait de doute. Sur une pelouse synthétique très rapide, les visiteurs ont multiplié les approximations défensives et les maladresses offensives. Une issue inéluctable a priori, mais pour le demi relayeur Timothé Cognat, les visiteurs n'ont pas abordé ce match de la meilleure manière.

Timothé CognatDemi centre du Servette FC

 

 

On peut toutefois se demander si les joueurs d’Alain Geiger n’auraient pas avantage à évoluer plus haut dans le terrain. Le coach « grenat » n’est pas vraiment de cet avis.

Alain GeigerEntraîneur du Servette FC

 

 

La logique a donc été respectée: le succès des « jaunes et noirs » de la capitale fédérale ne souffre aucune discussion. Les joueurs de Raphaël Wicky partent avec un avantage psychologique: ils savent qu’ils ont de provoquer - tôt ou tard - les erreurs défensives adverses pour s'assurer un avantage décisive; grâce à leur faculté à effectuer un pressing intense haut dans le terrain.

Raphaël WickyEntraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture

Football

Douche froide pour le Servette FC

Publié

le

Fabian Rieder ouvre le score d'une frappe imparable. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les Young Boys ont repris la main. Victorieux 3-0 du Servette FC au Wankdorf, les Bernois occupent seuls la tête du classement avec deux points d'avance sur St. Gall et les Grasshoppers.

Face à des Servettiens qui étaient encore invaincus cette saison, les Young Boys ont marqué par Fabien Rieder (29e), Meschak Elia (60e) et Cedric Itten (78e). A cinq jours de l'affrontement contre Anderlecht en barrage de la Confenece League, les Bernois étaient en mode gestion. Cela explique en partie leur retenue après l'heure de jeu. Ils ont laissé les commandes du match aux Genevois qui auraient pu le relancer si la frappe d'Alexis Antunes n'avait pas trouvé le poteau à la 75e et si David von Ballmoos n'avait pas sorti le grand jeu sur une reprise de Patrick Pflückle à la 76e.

Cette très belle réaction ne doit pas occulter une première mi-temps bien laborieuse. Au Wankdorf, les Genevois ont dévoilé toutes leurs limites. Si la cellule de recrutement n'agit pas ces prochains jours, la saison du Servette FC risque d'être très "tiède".

Bâle piégé dans le temps additionnel

Celle du FC Bâle ne décolle pas. Au Parc St. Jacques, les Rhénans se sont inclinés 2-0 devant Lugano sur des réussites de Boris Babic à la... 91e minute et de Hadj Mahmoud à la... 94e. Toujours à la recherche d'une victoire depuis le début du championnat, ils accusent 8 points de retard sur les Young Boys. Ils comptent toutefois un match en retard. Pas sûr que ce rappel puisse consoler Alex Frei et David Degen. L'entraîneur et le propriétaire sont partis pour vivre une saison galère malgré une campagne de transferts très riche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Zurich fait piètre figure dans le choc des cancres

Publié

le

Le FC Zurich n'a pas été à la fête à Winterthour. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Champion en titre, le FC Zurich devra limiter ses ambitions à assurer sa place en Super League: telle est la grande leçon du choc des cancres qui l'a opposé au FC Winterthour.

Dans une Schützenwiese à guichets fermés, le FCZ a été tout heureux d'arracher le point du nul (1-1) grâce à une réussite de Fabian Rohner à la 85e. Avec ce... premier but de la saison, le FCZ a évité une défaite qui aurait sonné comme une immense humiliation.

Plus entreprenant, le FC Winterthour avait logiquement ouvert le score à la 73e par Francisco Rodriguez après un service lumineux de Neftali Manzambi. Face à un adversaire bien trop timoré, la formation de Bruno Berner a su imposer son football. Dommage pour elle d'avoir concédé cette égalisation sur laquelle Souleymane Diaby et Timothy Fayulu doivent plaider coupable.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Un récital du FC St. Gall

Publié

le

La joie d'Emmanuel Latte Lath après l'ouverture du score. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Troisième match à domicile et troisième victoire pour le FG St. Gall. Après Winterthour et Zurich, Lucerne n'a rien pu faire face à la formation de Peter Zeidler.

Les Saint-Gallois se sont imposés 4-1 pour partager avec les Grasshoppers la tête du classement avant le choc entre les Young Boys et le Servette FC dimanche au Wankdorf. St. Gall avait déjà pris les devants à la 2e minute grâce à Emmanuel Latte Lahn pour offrir un très beau récital aux 16'609 spectateurs présents. Avec un autogoal de Denis Simani et des réussites de Lukas Görtler et de Chadrac Akolo, les joueurs de Peter Zeidler ont su exploiter les largesses défensives adverses pour donner plus d'ampleur à leur succès.

Il reste aux Saint-Gallois à trouver une plus grande rigueur à l'extérieur pour s'immiscer vraiment dans la lutte pour le titre. Battu à Genève et à Zurich par les Grasshoppers, ils tenteront de signer un résultat le 28 août à Lugano avant de recevoir les... Young Boys.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Une expulsion qui a tout changé

Publié

le

Dimitri Cavaré voit rouge et la tournure du match va changer. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Sion séduit encore mais ne parvient toujours pas à s'imposer à Tourbillon. Après la défaite contre YB et le nul face au Servette FC, les Sédunois ont partagé l'enjeu devant les Grasshoppers (2-2).

Après une première période parfaitement maîtrisée avec un but de Filip Stojilkovic sur un centre de Musa Araz, les Sédunois ont perdu le fil du match à la 54e minute avec l'expulsion de Dimitri Cavaré pour une faute de dernier recours. A dix contre onze, ils concédaient très vite deux buts de Tomas Ribeiro (56e) et du joker Renat Dadashov (62e). Mais cette saison, le FC Sion témoigne d'une force de caractère qu'il n'affichait pas la saison dernière. Et ce n'est que justice si Denis-Will Poha pouvait exploiter une relance catastrophique de Noah Loosli pour égaliser à la 67e.

On devait en rester là et ce résultat doit convenir aux deux formations. Le FC Sion a cueilli un point qui semblait bien lointain à 2-1 pour l'adversaire et en infériorité numérique. Quant aux Grasshoppers, ils demeurent invaincus après cinq rencontres pour s'emparer provisoirement la première place du classement.

A noter que la dernière victoire à domicile du FC Sion en championnat remonte à un succès 1-0 contre Lausanne le 2 mars dernier. Il reste désormais sur neuf rencontres sans la moindre victoire. Jamais encore, le FC Sion n'avait accusé une telle série en Super League.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture