Rejoignez-nous

Sport

Football : Lausanne gagne enfin à la Pontaise !

Publié

,

le

Pour la première fois depuis 377 jours, le Lausanne-Sport s’est imposé dans son Stade Olympique de la Pontaise samedi soir contre YB, leader de Super League.

Un an que le Lausanne-Sport attendait cela : une victoire à domicile. Lors de la onzième journée de Super League, les Vaudois se sont imposés 2-1 contre les Young Boys de Berne. Le leader s’est fait surprendre par l’inévitable Francesco Margiotta, qui a ouvert la marque à la 40ème minute suite à une belle combinaison collective.

Mais au retour des vestiaires, YB a définitivement pris le contrôle de la partie, se créant plusieurs occasions finalement récompensées à la 67ème grâce à une tête de Fassnacht.

Les Lausannois ont ensuite continué de subir, plus intensément encore. Mais, contre toute attente, Zarate fit chavirer une seconde fois les spectateurs, lui aussi de la tête. Une délivrance tombée à la 91ème minute… Fabio Celestini, entraineur du LS.

Fabio Celestini Entraineur du Lausanne-Sport

L’ancien international suisse peut en effet être fier de ses joueurs, mais aussi de lui-même. Le but victorieux est en effet l’oeuvre de deux remplaçants entrés en jeu : Zarate (buteur) et Kololli (passeur décisif).

Dans le temps additionnel, Benjamin Kololli obtient une touche, à côté du poteau de corner d’YB. On se dit alors que les Bleus et Blancs vont jouer la montre et tout faire pour conserver le point du match nul.

C’était sans compter sur l’international kosovar, qui profita de la remise directe de Samuele Campo après sa touche, pour déposer le ballon sur la tête de Gonzalo Zarate. La réaction de Benjamin Kololli.

Benjamin Kololli Ailier du Lausanne-Sport

Grâce à cette première victoire de la saison à domicile, Lausanne retrouve  le sixième rang de Super League, après 11 matchs de championnat.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Stephan Lichtsteiner tire sa révérence

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Stephan Lichtsteiner, sans doute l’un des cinq plus grands joueurs suisses de l’histoire, tire sa révérence. A 36 ans, le Lucernois a annoncé sa retraite lors d’une conférence de presse à Berne.

Septuple Champion d’Italie avec la Juventus entre 2011 et 2018 mais aussi Champion de Suisse avec les Grasshoppers en 2003 et victorieux de la Coupe d’Italie avec la Lazio en 2009, Stephan Lichtsteiner présente un palmarès incomparable.

Il ne manque guère qu’un sacre en Ligue des Champions à ce latéral droit au souffle inépuisable, que les tifosi de la Lazio avaient très vite surnommé Forrest Gump. Il s’était refusé à lui en 2015 lors de la finale de Berlin perdue 3-1 par la Juventus devant le FC Barcelone au terme d’une rencontre que les Piémontais avaient dominée le plus souvent.

Stephan Lichtsteiner aura porté pendant treize ans les couleurs de l’équipe de Suisse, dont il fut le capitaine lors de l’Euro 2016 et de la Coupe du monde 2018. Retenu pour la première fois par Köbi Kuhn le 15 novembre 2006 pour un match amical contre le Brésil à Bâle – défaite 2-1 -, il a honoré sa 108e et dernière sélection le 15 novembre dernier à Saint-Gall lors de la victoire 1-0 contre la Géorgie.

Troisième joueur suisse le plus capé derrière Heinz Hermann (118 sélections) et Alain Geiger (112), Stephan Lichtsteiner fut un titulaire indiscutable lors des cinq phases finales qu’il a disputées, soit les Coupes du monde 2010, 2014 et 2018 ainsi que les Euros 2008 et 2012. Il nourrira à jamais deux immenses regrets: son erreur de relance lors du huitième de finale de la Coupe du monde 2014 à Sao Paulo contre l’Argentine, qui a précipité l’élimination d’une équipe de Suisse qui avait livré une performance magnifique, et ce carton jaune récolté quatre ans plus tard contre le Costa-Rica qui l’a privé du huitième de finale de Saint-Pétersbourg face à la Suède. Jamais sans doute Stephan Lichtsteiner n’a autant manqué à l’équipe de Suisse que ce funeste 3 juillet.

Le Lucernois laissera le souvenir d’un joueur au grand cœur et au caractère affirmé, qui aura évolué dans quatre des plus cinq grands championnats au monde, en France avec Lille, en Italie avec la Lazio et la Juventus, en Angleterre avec Arsenal et en Allemagne avec Augsbourg. Au bénéfice d’une très grande maîtrise du français – à la faveur des trois ans passé à Lille – et de l’italien bien sûr, il avait soulevé en 2015 la question de l’identité de cette équipe de Suisse devenue « multiculturelle » par l’apport massif de joueurs d’origine étrangère.

Même si cette interrogation a très rapidement fait le lit des populistes, le latéral est parvenu, avec le concours notamment de Valon Behrami et de Gelson Fernandes, à réaliser une véritable union sacrée au sein de cette sélection. C’est pour cela qu’il fut un capitaine exemplaire, un capitaine qui n’avait pas hésité une seule seconde à assumer ses responsabilités lors de la séance des tirs au but contre la Pologne lors de l’Euro 2016.

Continuer la lecture

Football

Déluge et coupure de courant

Publié

le

Servette a ouvert le score de façon spectaculaire par Koro Kone dont la reprise soudaine a trompé la vigilance du gardien visiteur Kevin Fickentscher (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Servette a été coupé dans son élan par la coupure de courant qui a plongé face au FC Sion avant que le déluge ne s’abatte sur le Stade de la Praille. Après avoir ouvert le score, les joueurs d’Alain Geiger ont subi la loi des Sédunois (1-2).

Une ouverture magnifique de Vincent Sasso suivi d’un centre de Gaël Ondoua a permis à l’attaquant ivoirien Koro Kone de marquer un but d’anthologie. La domination des Servettiens a été totale jusqu’à la panne de courant – qui a plongé la Praille dans l’obscurité – survenue après vingt-huit minutes et cinquante-cinq minutes de jeu. Au retour des vestiaires, les visiteurs ont profité d’un moment de flottement des néo-promus pour revenir dans la partie et égaliser, avant de prendre le dessus en seconde période.

 

Des trombes d’eau

En seconde période, alors que des trombes d’eau s’abattaient sur le gazon de la Praille, ceux-ci ont pourtant tenté pour reprendre l’avantage et terminer la saison sur une bonne note malgré l’absence d’enjeu pour eux avant de se faire piéger sur une action de rupture rondement menée. Malgré le sort contraire, le onze grenat a jeté toutes leurs forces dans la bataille pour égaliser. En vain. Dans le camp adverse, Pajtim Kasami a joué un rôle déterminant avec un coup de tête victorieux sur le but égalisateur et une passe décisive pour le Letton Uldrikis qui a inscrit le but de la victoire synonyme de huitième rang et de maintien pour le club de Christian Constantin.

Auteur de la passe décisive sur le seul but de son équipe, le demi défensif russo-camerounais Gaël Ondoua, à gauche, tacle l’attaquant bresilien du FC Sion, Patrick Luan, à terre: les vingt-deux acteurs n’ont pas eu la partie facile quand le déluge s’est abattu sur la Praille lundi soir (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

 

Alain Geiger : « on a manqué de force »

A l’issue de la partie, Alain Geiger était évidemment déçu, mais il a reconnu que ses joueurs ont manqué d’energie pour pouvoir inverser le cours, tout en soulignant leur attitude exemplaire.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Jeremy Frick : « c’est énorme! »

Malgré cela, les « grenats » ont quitté le terrain sous les ovations de quelques 800 supporters présents au Stade. Jeremy Frick, le dernier rempart genevois, n’en revenait pas!

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Christopher Routis, capitaine fleuri

Christopher Routis qui a joué son dernier match en grenat, a hérité du brassard de capitaine à la sortie sur blessure d’Anthony Sauthier, touché à un quadriceps. Il a également reçu des fleurs à sortie du terrain. Un changement qui a permis aux fans servettiens de lui exprimer leur attachement.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Un bilan remarquable

Reste à tirer le bilan de la saison. Avec ce quatrième rang final, synonyme de qualification pour l’Europa League, les Servettiens ont largement réussi leur retour dans l’élite.
Le mentor valaisan de la Praille est donc pleinement satisfait.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger : « On s’est retrouvé complètement isolés! »

Plus généralement, l’exercice 19-20 restera dans les annales à cause de la longue interruption due au coronavirus, suivie d’un sprint-marathon avec la bagatelle de treize matches à jouer en semaines. On peut se demander ce que le coach du SFC a appris de cette période. Le moins qu’on puisse dire, c’est que cettvé e période ne lui laisserait pas un souvenir impérissable.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture

Actualité

Cincinnati: une première impasse pour Stan Wawrinka

Publié

le

Stan Wawrinka reviendra-t-il cette année à New York où il s'était imposé en 2016 ? (©KEYSTONE/EPA/JUSTIN LANE)

Stan Wawrinka (ATP 17) a sans doute tiré un trait sur l’US Open. Le Vaudois ne figure, en effet, pas sur la liste des inscrits du Masters 1000 de Cincinnati qui lancera la mini-tournée américaine.

Il l’est l’un des quatre absents de cette liste parmi les quarante premiers mondiaux avec Roger Federer (ATP 4), Fabio Fognini (ATP 11), lesquels sont blessés, et Gaël Monfils (ATP 9). Comme le Français, le Vaudois a fait le choix de privilégier la saison sur terre battue qui débutera à Madrid le 14 septembre au lendemain de la finale de l’US Open.

Si la présence sur cette liste de Novak Djokovic était attendue dans la mesure où on l’a vu s’entraîner ces derniers jours sur un revêtement en dur, la présence de Rafael Nadal pour ce Masters 1000 demeure incertaine. Le Majorquin se prépare en effet actuellement sur la terre battue. Il entend toutefois laisser une porte ouverte si l’envie lui prenait de défendre son titre à Flushing Meadows.

Les organisateurs de l’US Open doivent confirmer ce vendredi la tenue ou non de leur tournoi. On rappellera que ce Masters 1000 de Cincinnati, remporté l’an dernier par Daniil Medvedev, se disputera également à Flushing Meadows à partir du 21 août.

Continuer la lecture

Football

Servette virtuellement qualifié pour l’Europa League

Publié

le

L'attaquant ivoirien Koro Kone - qui a ouvert le score - et les Servettiens se sont montrés largement supérieurs aux Neuchâtelois du défenseur letton Marcis Oss dimanche à la Praille (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Nets vainqueurs de Neuchâtel Xamax (4-1) dimanche, les néo-promus joueront selon toute vraisemblance la Coupe d’Europe la saison prochaine alors que leurs adversaires évolueront – sauf très improbable miracle – en Challenge League…

La saison 19-20 a très probablement livré un de ses verdicts. Servette sera très probablement « européen » la saison prochaine, alors que son adversaire du jour retrouvera la Challenge League deux ans après sa promotion. Les Servettiens n’ont plus besoin que deux points être mathématiquement assurés de leur qualification, alors que Neuchâtel Xamax compte six longueurs de retard sur l’avant-dernier occupé par le FC Sion avec une différence de buts très nettement défavorable (moins 28 pour les « rouges et noirs » contre moins 17 au FCS).

Le succès très convaincant des joueurs d’Alain Geiger vainqueur nets et sans bavure d’une formation neuchâteloise à la dérive grâce à des buts de Koro Kone, Miroslav Stevanovic, qui a marqué deux fois, et de Boris Cespedes leur offre donc un strapontin européen dès leur retour en Super League. Tout ça aussi au terme d’une prestation en tous points digne d’éloge. survenue quatre jours après un échec cinglant à Thoune mercredi (1-5). Cette performance représente une satisfaction et un soulagement pour l’entraîneur grenat…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Un net succès servettien auquel les juniors du club à l’image de Ricardo Alves, auteur du tir sur l’ouverture du score repoussé par le gardien Walthert dans les pieds de Kone, et Kastriot Imëri, auteur d’une passe sur le troisième but, ont contribué. Le mentor valaisan de la Praille juge leur prestation intéressante, mais il souligne aussi les progrès que ses plus jeunes protégés devront accomplir ces prochaines mois.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger : « mieux vaut jouer en Lettonie, qu’à Tolochenaz! »

Toujours invaincus à domicile, les néo-promus ont fait beaucoup mieux de se maintenir: ils s’apprêtent très certainement à découvrir la scène continentale un an seulement après leur retour en Super League… Mais en quoi, une qualification européenne est-elle si importante ?

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Une stabilité défensive retrouvée

Samir Ramizi, à droite, subtilise le ballon au défenseur central grenat Steve Rouiller, à gauche, avant de le transmettre à Raphaël Nuzzolo qui va inscrire le but égalisateur pour les visiteurs (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Et finalement le maigre mais enthousiaste public de la Praille oubliera vite que trois des cinq buts de la partie sont tombés consécutivement à de grossières erreurs défensives, signe d’une évidente fatigue de fin de saison. En première mi-temps, Steve Rouiller a pour ainsi dire offert la balle d’égalisation aux visiteurs en dribblant de façon imprudente aux abords de ses seize maîtres. Mais contrairement aux matches précédents, le défenseur central valaisan et ses coéquipiers su corriger le tir par la suite. Le fait que la défense a retrouvé sa stabilité après avoir concédé onze buts lors des trois matches précédents constitue une des satisfactions majeures de cet avant-dernier rendez-vous à domicile de la saison.

Steve Rouiller Défenseur central du Servette FC

 

Continuer la lecture

Actualité

Un nouveau directeur sportif au GSHC

Publié

le

Du changement à la direction sportive du Genève-Servette Hockey Club!

Le club genevois a annoncé ce vendredi matin que Chris McSorley quittera son poste au 31 juillet prochain. Et dès le 1er août, c’est l’ancien joueur Marc Gautschi qui le remplacera. Cette saison, il était entraîneur-assistant des U17 du GSHC et de l’équipe nationale. Il faisait également partie de la Commission sportive du Club. Un novice, toutefois, pour le poste de directeur sportif. Les explications de Laurent Strawson, le président du Club. 

Laurent Strawson Président du GSHC

En revanche, pour l’avenir de Chris McSorley, après 19 ans passés au sein du club genevois, c’est plutôt flou… Laurent Strawson, le président du Club.

Laurent Strawson Président du GSHC

 

Continuer la lecture