Rejoignez-nous

Equipe de Suisse

Coupe du Monde: Michael Frey doit encore attendre

Publié

,

le

Murat Yakin explique ses choix (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Malgré les 11 buts qu'il a marqué depuis le début de saison dans le Championnat de Belgique, Michael Frey  ne figure pas dans la sélection de Murat Yakin pour affronter l'Irlande du Nord et la Lituanie. Il est toutefois de piquet.

Le Bernois ne figure pas dans la liste des vingt-quatre joueurs retenus par Murat Yakin pour les rencontres du tour préliminaire de la Coupe du monde contre l'Irlande du Nord le 9 octobre à Genève et en Lituanie trois jours plus tard à Vilnius.

Le sélectionneur a préféré rappeler Alban Ajeti et Cédric Itten plutôt que de lancer dans le grand bain l'attaquant du Royal Anvers. "Ce choix ne va pas à l'encontre de Michael Frey ou de Josip Drmic ou d'Eren Derdiyok lesquels brillent également en Croatie et en Turquie. Mais avec Ajeti et Itten, j'ai choisi deux attaquants de surface qui marquent aussi des buts aujourd'hui et qui ont l'avantage de connaître la maison", a déclaré le coach national.

Retour de Shaqiri

L'absence de Michael Frey est "la" surprise de cette liste qui enregistre les retours de deux joueurs, Xherdan Shaqiri et Breel Embolo, appelés à tenir un rôle essentiel lors de ces deux rencontres. Les deux Bâlois ont beaucoup manqué le 8 septembre dernier lors du 0-0 en Irlande du Nord.

En revanche, Murat Yakin doit déplorer les absences de son capitaine Granit Xhaka et de Haris Seferovic. "Voir Granit se blesser dimanche fut un véritable choc, avoue Murat Yakin. Il était vraiment en train de livrer un grand match pour son retour aux affaires après sa suspension.

La carte Zakaria

Murat Yakin juge son capitaine "irremplaçable". "Pour ses qualités bien sûr, mais aussi pour son rayonnement au sein de l'équipe, explique-t-il. Maintenant, il ne sert à rien de se lamenter. D'autres joueurs doivent prendre le relais." Il pense bien sûr à Xherdan Shaqiri mais aussi à Denis Zakaria.

A l'entendre lors de cette conférence de presse tenue à Lausanne, Murat Yakin est vraiment tenté de donner les clés du camion au Genevois. "Zakaria a retrouvé du rythme. Il a marqué des buts importants", souligne-t-il.

Remplaçant lors du 0-0 contre l'Italie, le joueur de Mönchengladbach sera appelé à endosser de grandes responsabilités face à l'Irlande du Nord. Son retour au premier plan explique aussi pourquoi Murat Yakin n'a pas retenu Fabian Frei, qui aurait été toutefois suspendu contre l'Irlande du Nord.

Adversaire coriace

Murat Yakin n'oublie pas que les Irlandais forment une équipe contre laquelle il n'est pas simple de briller. Ainsi, la Suisse a été incapable de marquer une seule fois sur un mouvement d'attaque lors des trois dernières rencontres contre cette équipe.

"L'Irlande du Nord défend parfaitement bien et elle sait aussi se montrer dangereuse sur les balles arrêtées glisse Murat Yakin. Le mois dernier à Belfast, nous avions manqué de présence dans la surface adverse. Mais cette fois, j'ai la conviction que nous avons les armes pour les battre."

Gagner les quatre derniers matches

L'objectif de la Suisse est toujours cette qualification directe pour la Coupe du monde au Qatar qui reviendra seulement au vainqueur du groupe. "Nous n'avons pas le choix: nous devons gagner nos quatre derniers matches pour terminer à la première place", indique Murat Yakin.

Après les rencontres contre l'Irlande du Nord et la Lituanie, la Suisse se déplacera en Italie le 12 novembre avant de recevoir la Bulgarie le 15 à Lucerne. "Il est important aussi de sécuriser la deuxième place du groupe, synonyme de barrage, poursuit-il. Pour cela, la victoire contre les Irlandais est aussi impérative."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Equipe de Suisse

Ligue des Nations: un groupe accessible pour les Helvètes

Publié

le

Xherdan Shaqiri, en blanc, et l'Equipe de Suisse retrouveront l'Espagne en automne (© KEYSTONE/Jean-Christophe Bott/archives).

Une troisième double confrontation contre l’Espagne et des retrouvailles sans doute "musclées" avec la Serbie : tel est le destin qui attend l'Equipe de Suisse lors de la prochaine Ligue des Nations en automne.

Dans ce groupe 4 qui comprend également le Danemark, qu’elle rencontrera fin mars à Copenhague en match amical, la tâche assignée à l'Equipe de Suisse ne s’annonce pas simple. Avec l’Espagne, elle défiera le tenant du titre qu'elle a déjà affrontée en phase de poules de cette même compétition en 2020 et en 2022. Avec la Serbie, elle croisera la route d'une équipe avide de revanche après ses deux défaites lors des Coupes du monde 2018 et 2022 dans des ambiances délétères. On n’ose, ainsi, imaginer l’accueil qui sera réservé au capitaine Granit Xhaka cet automne à Belgrade...

La Suisse peut toutefois vraiment nourrir l’ambition de prendre l’une des deux premières places du groupe. Si elle y parvient, elle sera qualifiée pour un barrage aller-retour qui offrira à son vainqueur une place dans le Final Four en juin 2025. On rappellera que la Suisse s’était qualifiée pour le Final Four de la première édition en 2019 après avoir devancé la Belgique et l’Islande.

Le dernier du groupe sera relégué en Ligue B. Le troisième disputera un barrage de promotion/relégation contre l’une des quatre équipes de Ligue B deuxième de son groupe. Le fait d’avoir hérité du Danemark comme équipe du chapeau 2 plutôt que la Belgique ou le Portugal ouvre quelque peu le jeu pour l’équipe de Suisse. Effectué à Paris, ce tirage au sort aurait pu être qualifié d’idéal pour la formation de Murat Yakin si elle ne devait pas affronter la Serbie...

"Je trouve ce groupe très attractif, souligne Murat Yakin. Avec l’Espagne, le Danemark et la Serbie, nous affronterons trois équipes qui pratiquent un football différent. Le défi s’annonce exaltant. Et je veux rappeler l’importance de figurer dans cette Ligue A Cela nous permet de nous mesurer à des adversaires de grande valeur."

 

Ligue A : composition des groupes.

 Groupe 1: Croatie, Portugal, Pologne, Ecosse.

Groupe 2: Italie, Belgique, France, Israël.

Groupe 3: Pays-Bas, Hongrie, Allemagne, Bosnie-Herzégovine.

Groupe 4: Espagne, Danemark, SUISSE, Serbie.

 

Calendrier.

Phase de groupes.

1ère journée: 05-07.09.24. 2e journée: 08-10.09.24. 3e journée: 10-12.10.24. 4e journée: 13-15.10.24 5e journée: 14-16.11.24. 6e journée: 17-19.11.24.

Quarts de finale et matches de barrage: 20-22.03.25 (aller), 23-25.03.25 (retour).

Final Four: 04-08.06.25

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Euro'24: un groupe en théorie abordable pour les Helvètes

Publié

le

Albaert, La mascotte de l'Euro dont la phase finale se jouera en Allemagne l'été prochain (© KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER).
Le tirage au sort de la phase finale de l’Euro qui s'est déroulé samedi à Hambourg a été plutôt favorable à l’équipe de Suisse qui affrontera la Hongrie, l’Ecosse et l’Allemagne, pays organisateur. 

 « Pire » équipe qualifiée directement par le biais du tour préliminaire, la sélection helvétique n’a pas vraiment le droit de se plaindre. Même avec le soutien de son public, rien ne dit que l’Allemagne sortira du tunnel dans lequel elle se trouve depuis plus de cinq ans. Quant à la Hongrie et à l’Ecosse, elles n’étaient pas nécessairement les équipes les plus redoutables des chapeaux 2 et 3.

La Suisse livrera ses deux premiers matches à Cologne, le 15 juin contre la Hongrie et le 19 juin face à l’Ecosse. Elle bouclera son premier tour le 23 juin à Francfort contre l’Allemagne. Avec l’espoir que cette rencontre n’aura plus aucune incidence sur sa qualification pour les huitièmes de finale. Elle se doit de classer l’affaire lors de ses deux rencontres à Cologne. Cologne où elle aura une revanche à prendre dix-huit ans après son élimination en huitième de finale de la Coupe du monde contre l’Ukraine, un soir où fut commis la plus tragique erreur de coaching de son histoire avec le remplacement d’Alex Frei quelques instants seulement avant la séance de tirs au but.

Remo Freuler: "emballé"!

"Ce groupe m’emballe, s’enflamme déjà Remo Freuler. Jouer contre l’Allemagne lors de l’Euro qu’elle organise est gratifiant. L’ambiance à Francfort sera magnifique. Et avec la Hongrie et l’Ecosse, nous affronterons deux équipes qui jouent un beau football." L'avis du demi de Bologne doit être partagé par ses coéquipiers. L'Equipe de Suisse a les moyens de briller lors de ce premier tour même si Silvan Widmer rappelle "qu’il conviendra de ne sous-estimer aucun adversaire". Après leur parcours difficile dans le tour préliminaire, les Helvètes devraient toutefois éviter de bomber le torse le 15 juin à Cologne au moment de jouer leur premier match contre la sélection hongroise de Marco Rossi.

Murat Yakin: "heureux"

"Nous pouvons être heureux de ce tirage, souligne pour sa part Murat Yakin. L’Allemagne sera la favorite même si ses derniers résultats n’ont pas été conformes aux attentes. Quant à la Hongrie et à l’Ecosse, elles ont disputé un excellent tour préliminaire. Ces deux équipes possèdent des individualités brillantes. Mais nous allons tout faire pour nous qualifier." Pour mémoire, les deux tiers des vingt-quatre équipes en lice seront qualifiées à l'issue ce premier tour (les deux premiers de chaque groupe, plus les quatre meilleurs troisièmes).

Un groupe plutôt difficile pour la France

La Suisse a eu de la chance d’échapper au traditionnel "groupe de la mort" qui réunira la France, les Pays-Bas, l’Autriche et, très certainement, la Pologne. Absent à Hambourg pour des raisons médicales, Didier Deschamps n’a pas été accompagné lors de ce tirage au sort par sa chance coutumière. Les Bleus devront vraiment s’employer pour ne pas laisser trop de plumes dans ce premier tour. Tenante du titre, l'Italie ne sera, quant à elle, à l'abri de rien face à l'Espagne, la Croatie et l'Albanie.

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Les Helvètes s'inclinent face à la Roumanie

Publié

le

Denis Alibec, en jaune, prend de vitesse Ricardo Rodriguez, à terre, et peut ouvrir le score; Ulisses Garcia, n° 15, et le gardien Yvon Mvogo, en bleu, sont impuissants (© KEYSTONE/AP Photo/Andreea Alexandru).

L'Equipe de Suisse s'est inclinée par la marge la plus étroite mardi soir à Bucarest face à la Roumanie (0-1). Les Helvètes perdent leur invincibilité et se retrouvent dans le quatrième chapeau avant la tirage au sort de la phase finale de l'Euro 2 décembre à Hambourg.

Le rebond espéré n’a pas eu lieu. Battue par la marge la plus étroite (0-1) dans la National Arena de Bucarest, l'Equipe de Suisse a conclu son année sur une dernière fausse note mardi soir face à la Roumanie.

La question, désormais, est de savoir si cette... unique défaite de l’année sonnera le glas pour Murat Yakin. Celui-ci avait besoin d’un coup d’éclat en Roumanie pour signifier qu’il demeure l’homme de la situation. Seulement, il n’est pas parvenu, une fois de plus, à rallier Granit Xhaka et Manuel Akanji à sa cause. Comme lors des deux matches précédents contre Israël et le Kosovo, les deux leaders de l’équipe n’ont pas donné l’impression qu’ils étaient prêts à repousser leurs limites pour sauver la tête de leur entraîneur. Elle est désormais sur le billot.

Défense à trois

Un nouveau système avec une défense à trois et les titularisations d’Yvon Mvogo, de Michel Aebischer et de Dan Ndoye : Murat Yakin avait décidé d’innover trois jours après la contre-performance contre le Kosovo (1-1). Ce 3-4-3 a sans doute aidé la sélection helvétique à témoigner d’un réel ascendant. Mais son manque de tranchant dans les trente derniers mètres ne lui a pas permis de concrétiser sa supériorité. Un centre de Ndoye après un subtil décalage de Xherdan Shaqiri à la 27e aurait toutefois pu donner l’avantage aux Helvètes. Mais Ulisses Garcia a raté le ballon d'un cheveu.

Les Roumains, en revanche, ont parfaitement combiné sur l’ouverture du score (50e). Denis Alibec pouvait devancer Ricardo Rodriguez pour conclure une action d’école bien amenée par le stratège Nicolae Stanciu. La réussite du joueur d’Al-Muaither au Qatar a mis les joueurs de Murat Yakin devant leurs responsabilités.

Des occasions en or

Dix minutes plus tard, Noah Okafor et par Ruben Vargas ont raté deux occasions en or en l’espace de quelques secondes peu avant l’heure de jeu. Les deux attaquants ont buté sur le gardien Horatju Moldovan. Tout comme Ugrinic dans le temps additionnel. Les visiteurs ont tout essayé se procurant plusieurs occasions d'égaliser dans la dernière demi-heure. En vain: ils concèdent leur première défaite de ce tour qualificatif.

Portés par plus de 50'000 spectateurs, les joueurs d’Edward Iordanescu s’accrochaient comme des morts de faim à ce 1-0 qui leur assure de remporter ce groupe I et une place dans le deuxième chapeau du prochain tirage au sort de l’Euro'24. Deuxième avec son bilan de quatre victoires, cinq nuls et une défaite – un bilan presque indigne pour le quart de finaliste de la précédente édition – l'Equipe de Suisse figure dans le quatrième chapeau. Avec le risque de se retrouver dans un groupe particulièrement relevé l'été prochain, mais aussi l'avantage d'éviter l'Italie ou la Serbie qui ne sont pas faciles à jouer non plus. Les Helvètes pourraient aussi être à nouveau opposés aux Roumains dans la phase de groupe.

Tirage au sort: les chapeaux

Les quatre chapeaux pour le tirage au sort de la phase de groupe de l'Euro le 2 décembre à Hambourg.

Chapeau 1: Allemagne (organisateur), Belgique, Angleterre, France, Portugal, Espagne.

Chapeau 2: Albanie, Danemark, Roumanie, Turquie, Hongrie, Autriche.

Chapeau 3: Croatie, Pays-Bas, Ecosse, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie.

Chapeau 4: Suisse, Italie, Serbie, vainqueur barrage A, vainqueur barrage B, vainqueur barrage C.

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Un point pour les Helvètes face à Israël

Publié

le

Zeki Amdouni, en rouge, perd son duel avec le défenseur israélien Ofir Davidzada, en blanc; l'attaquant genevois n'a pas connu la même réussite mercredi soir que face à la Biélorussie mi-octobre (© KEYSTONE/AP Photo/Dénes Erdös)

Incapable de tenir le score, l'Equipe de Suisse a concédé le match nul face à Israël (1-1) mercredi soir à Felcsút (HUN); les Helvètes doivent battre le Kosovo samedi pour assurer leur qualification pour l'Euro.

Piégée par une réussite de l'attaquant de Grenade Shon Weissman à la 88e minute, les joueurs de Murat Yakin ont concédé un quatrième résultat nul dans ce tour préliminaire de l'Euro'24 après le 2-2 contre la Roumanie, le 2-2 contre le Kosovo et le 3-3 contre le Bélarus. Dans la campagne hongroise, elle a témoigné une fois de plus d'une extrême fébrilité sur le plan défensif qui interdit, pour l'instant, de rêver l'an prochain à un été enchanteur en Allemagne.

Edimilson le symbole

Edimilson Fernandes symbolise à merveille cette sélection suisse aux deux visages. Il fut tout d'abord séduisant en première période avec une ouverture du score méritée par Ruben Vargas à la 36e sur un centre parfait du Valaisan. Mais comme à Pristina en septembre dernier, Edimilson Fernandes a traversé une fin de match bien éprouvante. C'est lui qui a dévié le ballon sur Weissman pour l'égalisation de la 88e avant d'être expulsé dans le temps additionnel pour une faute aussi grossière qu'inutile. Avec ce carton rouge brandi à l'encontre du joueur de Mayence, Murat Yakin devra lui trouver un remplaçant au poste de latéral droit pour affronter le Kosovo samedi à Bâle et la Roumanie mardi à Bucarest...

Helvètes en bonne position

A nouveau première du groupe, l'Equipe de Suisse demeure dans une position enviable. Elle peut, ainsi, se permettre de s’incliner lors de ses deux derniers matches si Israël ne bat pas la Roumanie samedi à Felcsut. Mais pour la paix des ménages et, surtout, pour assurer son avenir, Murat Yakin n’a pas d’autre alternative que de mener son équipe à la victoire samedi contre le Kosovo. Dans un Parc St. Jacques qui ne lui sera pas acquis, la tâche proposée à cette équipe de Suisse si instable n’aura rien d’une formalité.

Une première mi-temps pleine d'allant

Sans Xherdan Shaqiri ménagé avant le match de samedi contre le Kosovo à Bâle, les Helvètes avaient livré une prestation plus qu'acceptable lors de la première période. Avec un but – une tête de Ruben Vargas sur un centre d’Edimilson Fernandes à la 36e – et deux montants – Noah Okafor à la 20e et Vargas à la 41e -, ils ont témoigné de l’allant offensif espéré. Malgré un manque d'efficacité qu’il conviendra bien un jour de gommer, Vargas et Okafor avaient apporté ce que le coach national attendait d'eux. Ils ont su jouer en profondeur pour semer le trouble dans la défense adverse à tout instant. Ils ont, aussi, trouvé leurs marques avec un Zeki Amdouni toujours aussi redoutable dans les petits espaces.

Lacunes défensives

Seulement, l'assise défensive laisse toujours à désirer. Les Israéliens se sont trop joués d'une arrière-garde qui avait connu une première alerte juste après la demi-heure avec un lob armé depuis... la ligne médiane par Dor Turgeman. Ce même Turgeman devait juste après la pause abuser Cédric Zesiger pour un centre pour la tête de d’Anan Khalaili qui trouvait la transversale de Yann Sommer. A la 53e, Zesiger, titularisé pour la première fois dans un match officiel, était bien heureux que la VAR ne dicte pas un penalty pour une main dans la surface.

Entrées de Ndoye et Zeqiri

A la 69e minute, Murat Yakin a introduit Dan Ndoye et Andi Zekiri dans la bataille avec l'espoir d'insuffler un nouvel élan à son équipe qui avait pu reprendre ses esprits après un quart d'heure bien compliqué. Mais la réussite n'a pas accompagner Denis Zakaria, qui aurait pu inscrire le 2-0 à à un quart d'heure de la fin sans une parade salvatrice du gardien Omri Glazer. Le tournant de cette fin de match qui a vu l'équipe de Suisse reculer d'une manière inexplicable jusqu'à la frappe victorieuse de Weissman.

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Yakin: un malin plaisir de jouer avec le feu

Publié

le

Murath Yakin lors de l'annonce de sa sélection. (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Murat Yakin va miser gros la semaine prochaine avec une sélection de 24 joueurs dans laquelle ne figure aucun latéral droit de métier. Comme s’il prend un malin plaisir à jouer avec le feu.

Pour affronter Israël mercredi à Felcsút en Hongrie, puis le Kosovo le 18 novembre à Bâle et la Roumanie à Bucarest le 21 novembre, Murat Yakin a laissé sur la touche Jordan Lotomba. Blessé le 21 octobre contre Marseille, le Vaudois est de retour ce vendredi pour le déplacement de Nice à Montpellier.

Silvan Widmer toujours absent, Jordan Lotomba jugé inapte, Murat Yakin n’aurait essuyé aucun reproche s’il avait lancé Lewin Blum, en passe de regagner sa place de titulaire au Young Boys, ou, pourquoi pas, le défenseur de Boca Juniors Lucas Blondel. Comme lors du 2-2 face au Kosovo, il reviendra à Edimilson Fernandes de prendre le couloir droit si l'Equipe de Suisse évolue avec une défense à quatre. A Pristina, le Valaisan avait livré une première mi-temps remarquable avant de vivre une fin de rencontre vraiment pénible.

Benito revient, Sow et Itten de piquet

Comme Lotomba, deux autres titulaires de l’improbable contre le Bélarus (3-3) le 15 octobre à Saint-Gall ont été écartés : Djibril Sow et Cédric Itten. Brillant avec les Young Boys en défense centrale, Loris Benito fait, en revanche, son grand retour en sélection. L’Argovien n’avait été plus retenu depuis l’Euro 2021. Sa présence s’explique par les doutes suscités par les conditions de Ricardo Rodriguez et de Manuel Akanji, doutes amplifiés par le fait de jouer trois matches en six jours. "Rodriguez ne pourra pas enchaîner", affirme ainsi Murat Yakin. La question se pose aussi pour Xherdan Shaqiri dont le dernier match remonte au 21 octobre.

Marqué bien sûr par le récent décès de sa mère qui fut sans doute la personne la plus importante de sa vie, Murat Yakin s’est montré combatif pour sa première apparition devant la presse depuis cette funeste soirée du 15 octobre à Saint-Gall marquée par l’incroyable final du match contre la Biélorussie. "Je suis optimiste. Je crois en mon équipe sinon elle n’aurait jamais égalisé contre le Bélarus, dit-il. Je bénéficie surtout du soutien de mes supérieurs. Et c’est tout ce qui m’importe." Mais pour sa tranquillité d’esprit, il conviendra sans doute de conclure au plus vite. L'Equipe de Suisse peut y parvenir mercredi si en battant Israël, à condition que si Israël, trois jours plus tôt, ne gagne pas au Kosovo.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture