Rejoignez-nous

natation

Mondiaux: Antonio Djakovic rêve de médailles

Publié

,

le

Antonio Djakovic se remet d'une blessure à la nuque (© KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER)

Blessé au cou il y a un mois, Antonio Djakovic vient de reprendre l'entraînement dans l'optique des Mondiaux de Fukuoka. Il visera le podium cet été au Japon.

Le double médaillé d'argent des Européens 2022 en grand bassin était le grand absent des championnats de Suisse le week-end dernier aux Vernets. "Je me suis blessé en faisant un faux mouvement lors d'un entraînement de force à Tenerife. Je me suis bloqué un nerf de manière stupide. Mais ça va beaucoup mieux. J'ai quatre mois pour me préparer au mieux dans l'optique de Fukuoka. C'est suffisant", affirme-t-il d'emblée.

Le Zurichois de 20 ans a vécu un hiver pas comme les autres: à l'heure de reprendre l'entraînement, il a également achevé son école de recrues pour sportifs d'élite la semaine passée. "C'était sympa. La formation de base m'a permis d'apprendre de nouvelles choses. Et j'ai rencontré de nouvelles personnes", explique-t-il.

"C'était difficile de s'entraîner au début, car on avait seulement une séance dans l'eau par jour", souligne le natif de Frauenfeld, qui n'a donc pas pu préparer de manière adéquate les championnats du monde en petit bassin de Melbourne en décembre dernier.

"Je ne pensais pas être capable de me qualifier pour une finale", poursuit celui qui s'était paré de bronze sur 400 m libre lors des Mondiaux 2021 en petit bassin. "Je suis donc largement satisfait de ma 5e place" obtenue sur 400 m libre en Australie, où il s'est ensuite classé 10e du 200 m libre.

"J'espère être prêt pour Fukuoka"

Avant de se blesser, Antonio Djakovic avait retrouvé son rythme normal de nageur dès le mois de janvier. Un camp d'entraînement de trois semaines à St-Moritz figurait ainsi à son menu dans le cadre de l'école de recrues en janvier. "J'avais pu m'entraîner à 100% dès le mois de janvier", se félicite-t-il.

Sa blessure à la nuque, qui le gêne de moins en moins, n'a pas de quoi réfréner ses ardeurs. "Si je parviens à m'entraîner parfaitement jusqu'à Fukuoka (réd: où les épreuves en piscine sont programmées du 23 au 30 juillet), il y aura peut-être une médaille à l'arrivée...", glisse-t-il.

"Je me suis retrouvé au repos forcé pour trois semaines", répète-t-il. "J'espère être prêt pour Fukuoka. Je devrai avant toute chose parvenir à me hisser en finale. Et si tout se déroule parfaitement, je devrais être en mesure de battre mes meilleurs chronos, que ce soit sur 400 m ou sur 200 m", développe-t-il.

"Une médaille serait alors envisageable, même si cela dépendra aussi du niveau de mes concurrents", poursuit Antonio Djakovic, qui a réalisé ses meilleurs temps (1'45''32 et 3'43''90) lors des Européens de Rome en août dernier. Et qui sait que sa tâche s'annonce forcément délicate, surtout sur 200 m libre.

Une concurrence féroce

"La concurrence est très grande sur 200 m", surtout avec l'avènement du prodige David Popovici (18 ans) qui a signé à Rome le 3e chrono de l'histoire (1'42''97). "Mais je n'ai pas de pression, et j'ai une motivation énorme. Et je peux aussi briller sur 400 m", où ses chances de médaille semblent plus élevées.

Que pense-t-il d'ailleurs de David Popovici, qui a aussi battu l'an dernier le "vieux" record du monde du 100 m libre (46''86)? Le Roumain est-il un modèle à ses yeux? "Il est très impressionnant. C'est un très grand talent, à même pas 19 ans. Il est devenu très fort très rapidement", répond Antonio Djakovic.

"Mais on verra s'il parvient encore à progresser dans le futur", poursuit le Zurichois, pour qui la nouvelle star de la natation n'est pas un exemple à suivre: "Je me concentre sur mes propres forces et mes points faibles. Je préférerais devenir moi-même un jour un modèle pour les jeunes nageurs suisses", sourit-il.

Objectif Paris 2024

S'il espère pouvoir signer un exploit à Fukuoka, Antonio Djakovic a déjà le regard tourné vers les JO 2024: "J'y pense depuis les Jeux de Tokyo", où il avait manqué de peu la finale sur 200 et sur 400 m avant de décrocher une superbe 6e place avec le 4x200 m libre.

"A Tokyo, je voulais surtout emmagasiner de l'expérience. Je savais que j'évoluerais à un autre niveau en 2024", lâche-t-il. "Ce sera un plaisir de vivre ces Jeux: nous aurons une superbe équipe masculine avec Jérémy (Desplanches), Noè (Ponti), Roman (Mityukov) et Niels (Liess)", se réjouit-il.

"Je serai certainement prêt pour rivaliser avec les meilleurs sur le plan individuel à Paris", assure-t-il. "Si je parviens en finale, tout sera possible: je pourrais très bien gagner une médaille d'or, ou terminer au dernier rang", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement, modifié ultérieurement par la rédaction. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

natation

Desplanches échoue dans sa quête de ticket olympique individuel

Publié

le

Le nageur genevois Jeremy Desplanches ne participera qu'au relais lors des Jeux d'eté cette année (EPA/ANDREJ CUKIC)

Jérémy Desplanches ne participera à aucune épreuve individuelle lors des Jeux Olympiques cet été à Paris. Le nageur genevois n'a pas reussi à obtenir sa qualification sur 200 m 4 nages lors des championnats d'Europe dimanche à Belgrade.

En bronze à Tokyo en 2021, Jérémy Desplanches ne disputera pas le 200 m 4 nages des JO de Paris cet été. Forcément "très déçu", le Genevois a manqué sa dernière opportunité de réaliser la limite qualificative en finale des Européens de Belgrade, se contentant d'un chrono de 1'59''04 synonyme de 5e place.

"Ce temps de qualification (1'57''94) est tellement dur! Mais c'est le jeu", a-il lâché au micro de Swiss Aquatics. "J'ai abordé ce 200 m 4 nages comme si c'était le dernier de ma carrière, et c'est le dernier! Je suis déçu de ne pas être parvenu à accrocher cette qualification", a-t-il enchaîné.

"Mais il faut être réaliste: si je n'arrive pas à réussir ce temps qualificatif ici, je ne peux pas espérer faire mieux à Paris. J'ai pris du plaisir pour mon dernier 200 m 4 nages. Mais samedi, j'avais pris une claque en voyant que j'étais si loin de la limite (1'59''27 en demi-finale) alors que j'étais cuit", a-t-il enchaîné.

Que de crève-cœur depuis trois ans

Cet échec est cruel pour celui qui avait enchaîné quatre podiums dans des grands championnats internationaux entre 2018 et 2021 (titre européen en 2019, 2e des Mondiaux 2019 et des Européens 2021, 3e des JO 2021) pour s'affirmer comme le meilleur nageur suisse de l'histoire. Depuis Tokyo, il n'a fait qu'enchaîner les crève-coeur.

Jérémy Desplanches, qui est revenu fin 2023 à Genève après deux années compliquées passées à Martigues sous la férule de Philippe Lucas, a flirté à plusieurs reprises avec la limite qualificative (1'57''94): il avait nagé en 1'58''00 en série des Mondiaux 2023, et en 1'58''17 en série des Mondiaux 2024 en février à Doha.

Mais quand ça ne veut pas, ça ne veut pas, comme il l'avait lui-même souligné samedi après une demi-finales lors de laquelle il espérait bien accrocher cette limite. Dimanche, il pointait encore au 3e rang de la finale après 150 m, mais il a craqué sur sa longueur de crawl pour échouer à plus d'une seconde de cette limite.

Pas loin d'un dernier podium

"C'est dommage. Mais je n'ai aucun regret, car j'ai fait tout ce que je pouvais, j'ai donné 120% dans cette finale. Ce qui m'embête le plus au final, c'est que je ne suis pas si loin (réd: 0''43) d'obtenir une dernière médaille", a encore souligné le Genevois, qui doit se contenter d'un rôle en relais à Paris.

"Il faut retenir les moments cools de ma carrière, et il y en a eu quelques-uns", a-t-il rappelé. "Je suis vexé, car je voulais cette qualification individuelle. Mais le relais (4x100 m 4 nages, éventuellement 4x200 m libre), c'est un plan B génial", a-t-il assuré à l'issue du dernier 200 m 4 nages de sa carrière.

Continuer la lecture

natation

Championnat d'Europe: Desplanches sans forcer

Publié

le

Jeremy Desplanches a aisément assuré sa qualification pour les demi-finales du 200 m 4 nages samedi à Belgrade (© KEYSTONE/EPA/ANDREJ CUKIC).

Jérémy Desplanches s'est qualifié sans forcer pour les demi-finales du 200 m 4 nages samedi aux Européens de Belgrade. Gian-Luca Gartmann (200 m 4 nages également), Thierry Bollin, sur 100 m dos, et Fanny Borer, sur 200 m papillon, tenteront aussi de décrocher en soirée leur ticket pour la finale.

Quatrième des Européens 2022 à Rome, Jérémy Desplanches (30 ans) a réalisé le 8e temps des séries en 2'01''32. Contrairement aux Mondiaux de Fukuoka en 2023 et de Doha en février dernier, il s'est contenté d'assurer sa qualification pour les demi-finales sans chercher la limite olympique (1'57''94) dès les séries.

Le Genevois, qui espère monter en puissance et sortir LA course dont il a besoin dimanche en finale, sera accompagné de Gian-Luca Gartmann (14e en 2'01''58) en demi-finales. Troisième Suisse engagé sur la distance, Marius Toscan a en revanche échoué dans ces séries (22e en 2'04''44).

Sur 100 m dos, Thierry Bollin s'est aisément qualifié pour les demi-finales avec le 10e temps (54''96). Flavio Bucca (25e en 56''52) s'arrête en revanche là, tout comme Tiago Behar sur 50 m libre (64e en 23''48). Ca passe en revanche aussi pour Fanny Borer, 18e sur les 19 partantes des séries du 200 m papillon.

Continuer la lecture

natation

Mondiaux de Doha: Mityukov en demi-finale du 200 mètres dos

Publié

le

(KEYSTONE/Patrick B. Kraemer)

Roman Mityukov a fait le job lors des séries qualificatives du 200 mètres dos des Championnats du monde de natation à Doha. Le Genevois de 23 ans a réalisé le quatrième temps des séries en 1'58''03. Il se qualifie ainsi pour les demis-finale qui auront lieu jeudi aux environs de 18h35.

Médaillé de bronze aux Mondiaux 2023 dans la discipline, Roman Mityukov a déjà atteint les minimas olympiques et est donc qualifié pour les Jeux olympiques de Paris.

Continuer la lecture

natation

Championnats du monde: Desplanches manque la finale pour dix centièmes

Publié

le

Archives ATS Keystone
Nouvelle désillusion pour Jérémy Desplanches. Le Genevois a échoué en demi-finales du 200 m 4 nages lors des Mondiaux en grand bassin de Doha, manquant la finale pour dix centièmes.

Le vice-champion du monde 2019 et médaillé olympique 2021 revit donc le même cauchemar que l'été dernier aux Championnats du monde de Fukuoka. Il avait alors déjà été éliminé au stade des demi-finales sans parvenir à accrocher la limite qualificative pour les Jeux de Paris et après s'être montré moins rapide qu'au cours des séries matinales.

Mercredi soir, Jérémy Desplanches a dû se contenter d'un chrono de 1'59''08, bien loin des 1'57''94 exigés pour valider son ticket olympique, craquant sur la dernière longueur en crawl. Il avait réalisé 1'58''17 lors des séries matinales, signant alors le meilleur temps. Mais il n'avait pas suffisamment d'essence dans le moteur en soirée pour les demi-finales.

Extrêmement déçu, il n'a pas souhaité s'exprimer au micro de Swiss Aquatics.

Continuer la lecture

natation

Doha: Desplanches remporte les séries du 200 m 4 nages

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/PATRICK B. KRAEMER
Jérémy Desplanches a signé le meilleur temps des séries du 200 m 4 nages mercredi matin dans les Mondiaux en grand bassin de Doha. Les demi-finales sont programmées en soirée, dès 18h29.

Desplanches a réalisé 1'58''17. Il s'agit de son deuxième meilleur chrono depuis les JO de Tokyo 2021, dans lesquels il s'était paré de bronze en 1'56''17 (record de Suisse). Mais le Genevois de 29 ans est resté à 23 centièmes de la limite qualificative pour les Jeux de Paris (1'57''94).

"C'est toujours un peu dur le matin, mais je me sentais bien. Je pensais que ça allait passer. Mais il me manque à nouveau quelques centièmes", a souligné au micro de Swiss Aquatics Jérémy Desplanches, qui avait échoué à 0''06 d'un ticket olympique lors des séries des Mondiaux de Fukuoka l'été dernier.

"J'ai l'impression que je suis maudit. Mais les demi-finales constituent une autre course, une autre opportunité. J'espère faire un peu mieux", a encore expliqué le vice-champion du monde 2019, qui espère ne pas revivre la même désillusion qu'à Fukuoka: il avait échoué en demi-finales des Mondiaux 2023 en se montrant plus lent (1'58''29) qu'en séries (1'58''00).

 

Continuer la lecture