Rejoignez-nous

Football

Coupe du Monde : offensive espagnole contre expérience suédoise

Publié

,

le

Alba Redondo, au centre, et les Espagnoles: prêtes à défier les Suédoises mardi matin à Auckland (© Keystone/AP Photo/Abbie Parr).

L'Espagne et la Suède s'affrontent mardi (10h) à Auckland pour une place en finale de la Coupe du monde dames. Les deux formations ont des atouts à faire valoir.

Les Espagnoles se retrouvent pour la première fois de leur histoire dans le dernier carré. Leur équipe pratique un jeu offensif, qui a notamment n'ont laissé aucune chance à l'Equipe de Suisse en huitièmes de finale (5-1). Elles ont ensuite franchi un nouveau palier.

Leur jeu attrayant, même si elles n'en sont qu'à leur troisième participation à une Coupe du monde, leur a permis de venir à bout des Pays-Bas finalistes il y a quatre ans (2-1 après prolongations) pour atteindre les demi-finales. Ce parcours porte aussi la marque des risques tactiques de Jorge Vilda, adepte du turn-over autour de son 4-3-3 axé sur la conservation du ballon et le pressing: "Nous avons vingt-trois titulaires. Ce ne sont pas que des mots, ce sont des faits", a-t-il expliqué. Car c'est un fait, les joueuses talentueuses ne manquent pas au sein de la "Roja". Elles constituent une sélection très homogène et très riche qualitativement.

Misa Rodriguez et Alexia Putellas sur le banc

Pas étonnant dans ces conditions que le coach ibérique a procédé à de nombreux: il a laissé sur le banc la gardienne Misa Rodriguez, titulaire lors des trois matches de la phase groupe, après la défaite contre le Japon (4-0), pour lancer la jeune doublure Cata Coll lors de la phase à élimination directe.

Contre la Suisse et les Pays-Bas, Vilda a aussi décidé ne pas titulariser la double Ballon d'or en titre, Alexia Putellas, l'une des stars de la compétition revenue juste à temps pour le tournoi, après une longue blessure à un genou. Ces changements ont laissé place à certains nouveaux visages comme la milieu Teresa Abelleira (23 ans) ou l'attaquante Salma Parellelo (19 ans), qui a marqué le but de la qualification face aux Pays-Bas.

"La difficulté avec l'Espagne, c'est qu'il y a tellement de joueuses douées, alors que les autres équipes pourraient n'avoir qu'une ou deux stars. Il sera très important de les marquer en défense", a insisté le sélectionneur suédois Peter Gerhardsson.

Kosovarë Asllani: une certaine expérience

La capitaine de la Suède Kosovare Asllani a admis que son équipe avait "le bénéfice de l'expérience" face à la jeune sélection espagnole. "Nous sommes allées loin lors de nos derniers tournois, et je suis satisfaite de la manière que nous avons employée cette fois-ci", a déclaré la milieu de terrain aux 174 sélections (44 buts).

Les Scandinaves, troisièmes au classement mondial de la FIFA, sont des habituées du dernier carré dans les grandes compétitions internationales. Elles n'ont toutefois pas remporté le moindre trophée majeur depuis l'Euro 1984, qui était le premier de l'histoire du football féminin.

 

Les Suedoises Nathalie Bjorn, Stina Blackstenius, Filippa Angeldal et Johanna Rytting Kaneryd, de gauche à droite: confiantes avant d'affronter l'Espagne en demi-finales (© Keystone/AP Photo/Alessandra Tarantino).

 

Ces dernières années, elles ont perdu en finale des Jeux olympiques en 2016 et 2021, ainsi qu'en demi-finales de l'Euro 2022 et du Mondial 2019. Lors du tournoi en cours, elles ont réussi l'exploit d'éliminer les deux nations sacrées championnes ces douze dernières années: d'abord elles ont éliminé en huitièmes de finale (0-0 après prolongations, 5-4 ; lors de la séance des tirs au buts) les Américaines qui avaient remporté les deux précédentes Coupes du Monde, et puis le Japon, sacré en 2011, en quart de finale (2-1).

"Nous avons gagné nos matches dans des styles différents, et ça montre la force de cette équipe", a poursuivi l'ancienne joueuse du Paris Saint-Germain (2012-16), aujourd'hui à l'AC Milan.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Un samedi à oublier pour Yverdon

Publié

le

A l'image du match, Anton Kade, en blanc, pied en avant devance Anthony Sauthier, en vert; l'ancien Servettien et ses coéquipiers ont - une fois n'est pas coutume - connu la défaite samedi sur leur terrain face au FC Bâle (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).

Un samedi bien triste pour Yverdon Sport ! Alors qu’ils visaient une cinquième victoire de rang à domicile, les Nord-Vaudois ont subi la loi du FC Bâle (0-2) lors d'un match aux allures de cauchemar.

Yverdon s’est incliné face aux Rhénans (0-2) sur des réussites du Géorgien Gabriel Sigua à la 37e et de l’Ivoirien Thierno Barry à la 83e pour hypothéquer vraiment leurs chances de figurer parmi les six premiers à l’issue de ce troisième tour. Plus grave encore, les Vaudois ont sans doute perdu pour plusieurs mois leur meilleur homme Varol Tasar, touché gravement au genou au quart d’heure. L’expulsion de Dario Del Fabro à la 79e devait noircir encore plus le tableau.

La victoire du FC Bâle ne se discute pas. Malgré une fin de première période un brin "compliquée", les Rhénans ont témoigné d’une réelle maitrise après le repos. Fabio Celestini a sans doute apprécié la performance de Dion Kacuri, passeur sur le 2-0 et, surtout, remarquable tout au long de la rencontre au cœur du jeu.

Souvent en évidence cette saison, Varol Tasar s'est sérieusement blessé à un genou; l'ex-attaquant grenat a dû être évacué sur une civière (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON).

Stade Lausanne battu à Saint-Gall

A St. Gall face à une équipe qui restait sur quatre nuls et une défaite, le Stade Lausanne-Ouchy s’est incliné 1-0 sur un penalty accordé à la... 93e minute pour une faute bien inutile de Lucas Pos sur Willem Geubbels. Christian Witzig le transformait pour délivrer les 16'192 spectateurs du kybunpark en pour enfoncer encore davantage le SLO. Comme dimanche dernier à Berne où ils s’étaient inclinés sur le même score devant les Young Boys, il n’a pas manqué grand-chose aux Stadistes. On pense notamment à cette frappe d’Edmon Akichi sur la transversale en première période...

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Equipe de Suisse

Nette victoire des Suissesses sur la Pologne

Publié

le

L'ancienne attaquant du FC Zurich Alayah Pilgrim - en blanc - a inscrit le deuxième but de l'Equipe de Suisse vendredi à Marbella (© KEYSTONE/Anthony Anex).

L'Equipe de Suisse féminine a nettement battu la Pologne (4-1) vendredi à Marbella. Les Suissesses retrouveront les Polonaises pour un nouveau match amical mardi au même endroit. 

Pia Sundhage a réussi sa première à la tête de l'équipe de Suisse féminine. A Marbella, ses protégées ont nettement battu la Pologne (4-1) dans le premier des deux matches amicaux entre les deux formations.

Les Suissesses ont connu une entame idéale puisqu'elles ont ouvert le score dès la 6e grâce à un autogoal. Elvira Herzog a ensuite retenu un penalty (16e) avant le 2-0 signé par Alayah Pilgrim à la 45e.

Les Polonaises ont réduit l'écart à la 62e, mais cela n'a pas perturbé l'équipe de Suisse. Celle-ci a peu après repris ses distances grâce à des réussites de Noemi Ivelj (66e) - sa première en équipe nationale - et d'Alisha Lehmann (71e).

Les deux équipes seront à nouveau aux prises mardi au même endroit. Pia Sundhage espère que l'issue sera identique. La technicienne suédoise a connu de meilleurs débuts sur le banc que sa prédécesseuse Inka Grings, dont le premier match s'était soldé par un résultat nul et vierge (0-0) à Marbella déjàface à la Pologne.

Pia Sundhage a indiqué être contente du résultat de ce premier test, et aussi globalement par son contenu. "C'est un premier petit pas que nous avons fait. Pour la confiance, il est important d'avoir pu marquer quatre buts", a-t-elle commenté.

 

Continuer la lecture

Football

Servette repart à l'Est

Publié

le

Viktoria Plzen, le futur adversaire du Servette FC. (© KEYSTONE/AP/ARMANDO BABANI)

Le destin européen du Servette FC s’écrit toujours à l’Est. Après ses succès devant le Sheriff Tiraspol et le Ludogorets Razgrad, les Grenat devront battre une équipe tchèque, Viktoria Plzen, pour aller en quarts de finale.

La formation de René Weiler affrontera le Viktoria Plzen (Pilsen), troisième du championnat tchèque derrière Sparta Prague et Slavia Prague. Il reste à espérer qu’elle offrira une meilleure réplique que lors de sa double confrontation contre le Slavia avec deux défaites 2-0 à Genève et 4-0 à Prague. Vainqueur de ses... six matches de la phase de poules face à Ballkani (1-0, 1-0), Astana (2-1, 3-0) et le Dinamo Zagreb (1-0, 1-0), Viktoria Plzen se présente comme le favori logique de ce huitième de finale.

Dirigée depuis cette saison par un entraîneur de 72 ans en la personne de l’ancien gardien Miroslav Koubek, l’équipe de Bohème devra toutefois se méfier de ce Servette FC porté depuis des mois par ce supplément d’âme qui peut faire toute la différence. Malgré un effectif limité, l’équipe de René Weiler ne cesse-t-elle pas de repousser ses limites cette saison sur la scène européenne ?

Le match aller aura lieu le jeudi 7 mars au Stade de Genève, le retour une semaine plus tard en République tchèque.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette gagne à Razgrad et va en 8e de finale

Publié

le

Aligné dès le coup d'envoi comme au match aller, le jeune joueur genevois Théo Magnin, n° 20, a une fois de plus livré une prestation digne d'éloges (© KEYSTONE/EPA/VASSIL DONEV).

Vainqueur de Ludogorets par la marge la plus étroite (1-0) jeudi soir à Razgrad, Servette se qualifie pour les 8es de finale de la Conference League. 

Magnifique Servette FC ! Protégés par un gardien en état de grâce, les Grenat ont obtenu à Razgrad leur qualification pour les huitièmes de finale de la Conference League.

Une semaine après le résultat nul du match aller (0-0) au Stade de Genève, les joueurs de René Weiler se sont imposé par la marge la plus étroite (1-0) en Bulgarie. Le demi relayeur Timothé Cognat a inscrit l’unique but de la rencontre en témoignant d’un remarquable sang-froid pour exploiter une bévue de Gonçalves, auteur d’une passe en retrait plus qu'hasardeuse.

J. Frick en évidence

Si le Français restera comme l’auteur du but de la qualification, le héros de la rencontre est bel et bien Jeremy Frick. Le capitaine genevois s'est fait l'auteur de trois arrêts déterminants en seconde période face à Vidal. Sa parade sur la tête du Brésilien en début de deuxième mi-temps restera longtemps dans la mémoire des supporters servettiens. Ce réflexe prodigieux au plus fort de la pression adverse a sans doute constitué l'un des tournants du match.

Après une première période fort bien maitrisée, les visiteurs ont souffert dès le début de la seconde période. Heureusement, René Weiler a été fort inspiré dans son coaching avec l’introduction du demi défensif russo-camerounais Gaël Ondoua peu avant l'heure de jeu pour apporter un nouvel équilibre à sa ligne médiane.

En lice sur 3 tableaux

Cette qualification, la première depuis vingt-deux ans pour les huitièmes de finale d’une Coupe d’Europe, récompense autant la progression d’une équipe qui ne cesse de surprendre depuis des mois que le travail du club. Le technicien zurichois qui a pleinement assumé la difficile succession d’Alain Geiger mérite également la citation. Avec René Weiler, le Servette FC ne cesse de repousser ses limites pour rester en course sur les trois tableaux: en Conference League, en championnat, avec un choc au sommet contre les Young Boys dimanche (16h30) au Wankdorf et en Coupe de Suisse avec un duel en quart de finale à Delémont mercredi (20h15).

Tirage au sort vendredi à Nyon

Cette qualification offrira, enfin, une nouvelle affiche de gala au public genevois avec ce match aller des huitièmes de finale le 7 mars qui pourrait opposer les Grenat à Aston Villa, à la Fiorentina, à Lille ou à Fenerbahçe. Le FC Bruges, Maccabi Tel-Aviv, PAOK Salonique et Viktoria Plzen sont les quatre autres adversaires qui pourraient affronter le Servette FC. Le tirage au sort de ces huitièmes de finale aura lieu vendredi en tout début d'après-midi au siège de l'UEFA à Nyon.

 

 

Continuer la lecture

Football

Servette a vaincu le signe indien en battant le FC Lugano

Publié

le

Titularisé comme attaquant de soutien, le meneur de jeu genevois Alexis Antunes, en grenat, qui tente de déborder le défenseur luganais Ayman El Wafi, en blanc et noir, a eu l'ouverture du score au bout du soulier après deux minutes de jeu seulement (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Vainqueur in extremis du FC  Lugano (2-1), le Servette FC a réussi à vaincre le signe indien dimanche après-midi à la Praille. Cela faisait neuf ans (16.02.15) que le SFC n'avait plus battu le FCL à Genève.

Victorieux (2-1),  les Servettiens sont parvenus à vaincre leur bête noire le FC Lugano (aucune victoire sur le FCL depuis l'ascension en Super League!) et par la même occasion le signe indien. Un but marqué après dix minutes de jeu par Behadj a permis aux visiteurs de prendre l'avantage. Deux buts dans le dernier quart d'heure, d'abord l'égalisation venue de la tête de Miroslav Stevanovic (83e), puis un penalty transformé par Bendegúz Bolla (88e), ont permis aux joueurs de René Weiler d'empocher trois points mérités au vu des efforts consentis. Invaincus sur leur terrain en championnat depuis le 3 septembre, ils ont donc fait mieux que de préserver leur invincibilité devant leurs supporters. Venir à bout ces coriaces Luganais n'était pas une mince affaire.

Latte de Celar, Grgic expulsé

Le tournant du match se situe certainement à une vingtaine de minutes de la fin. Žan Celar expédie le ballon sur la barre transversale des buts défendus par Joël Mall. Sur la contre-attaque, les Servettiens se déploient rapidement. Pour tuer dans l'œuf cette action potentiellement dévastatrice, Anto Grgić commet une faute des plus affreuses sur Alexis Antunes. La sanction n'a pas tardé: l'ancien meneur de jeu du FC Sion est expulsé par l'arbitre de cette partie M. Horisberger.

 

A l'image du match, Miroslav Stevanovic, en grenat, prend le dessus face à Jonathan Sabbatini, en blanc et noir: longtemps menés au score, les Servettiens ont fini par l'emporter face au FC Lugano (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Ecart inchangé entre YB et le SFC

Au classement, le onze grenat accuse toujours sept longueurs de retard sur les Young Boys, vainqueurs du Stade Lausanne par la marge la plus étroite (1-0) . Un moindre mal au vu des problèmes d'effectif causés par les départs de Vouilloz et de Bedia qui ont obligé les dirigeants servettiens à parer au plus pressé en engageant quatre joueurs dont deux (Nishimura et N'Diaye) ne sont pas qualifiés pour raisons administratives.

 

Continuer la lecture