Rejoignez-nous

Sport

Challenge League: Servette encore battu

Publié

,

le

Le printemps du Servette FC tourne au véritable cauchemar.

Battus 2-0 à Rapperswil le week-end dernier, les Genevois se sont inclinés 2-1 à Chiasso lors de la 28e journée de Challenge League pour accuser 21 points de retard sur Neuchâtel Xamax.

Après ce nouveau faux pas des Servettiens, Neuchâtel Xamax pourra fêter sa promotion lundi prochain à… Genève s’il s’impose à nouveau devant son grand rival. On n’ose imaginer la réaction des supporters genevois si un tel scénario devait s’écrire. Leur désarroi est, en effet, immense avec le parcours décevant de leur équipe qui paie au prix fort les errements de sa direction sportive.

A Chiasso, les Genevois se sont inclinés sur un doublé du Maltais Jean-Paul Farrugia qui n’avait encore jamais été à pareille fête cette saison.

(Source ATS – Photo : ©KEYSTONE/TI-PRESS/FRANCESCA AGOSTA)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Equipe de Suisse

Sandy Maendly : « Nils Nielsen a libéré les joueuses »

Publié

le

Victorieuses le 22 septembre face aux Belges (2-1), les Suissesses sont confiantes avant leurs deux dernières rencontres, mais elles devront se passer de plusieurs joueuses en défense dont Noëlle Martitz, n°5 de dos, et Luana Bühler, n°15 au centre (© KEYSTONE/Peter Schneider).

L’Equipe de Suisse féminine entame la dernière ligne droite dans la phase qualificative de l’Euro’22 avec deux rencontres décisives en Roumanie mardi, puis en Belgique au tout début décembre. Libérées par la présence du coach national Nils Nielsen, les Suissesses ont tous les atouts en main pour se qualifier pour la phase finale en Angleterre.

C’est la dernière ligne droite pour la sélection féminine helvétique dans la phase qualificative pour l’Euro’22. En tête de leur groupe avant les deux dernières rencontres, les Suissesses devront récolter quatre points au moins pour accéder à la phase finale. Première échéance mardi après-midi en Roumanie, face à une équipe qu’elles ont très nettement battue (6-0) le 12 novembre dernier. Mais attention sur les terres, les Roumaines montrent un tout autre visage: elles sont invaincues à domicile depuis plus d’une année. Leur ultime défaite devant leur public remonte à la première partie de cette phase qualificative face à la Belgique. Et encore. Elles ne se sont inclinées que par la marge la plus étroite (0-1).
Les joueuses de Nils Nielsen ont d’autant plus de raisons de se méfier, qu’elles ont leur talon d’Achille. Souvent tombées dans le piège de la provocation lors de leur précédente rencontre à l’extérieur de cette campagne où elles ont fini par arracher un résultat nul (1-1) après avoir concédé très tôt l’ouverture du score. elles devront maîtriser leurs nerfs cette fois…

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

 

Sandy Maendly qui évolue sous les couleurs de Servette Chênois depuis début ’18 a retrouvé l’Equipe de Suisse après trois et demi d’absence (archives).

 

 

Pour cette avant-dernière de la campagne qualificative, les Suissesses devront se passer de plusieurs joueuses de l’arrière garde. Noëlle Maritz et Luana Bühler sont indisponibles à Mogoşaia, alors que Rahel Kiwic et Viola Calligaris, poignet cassé en Croatie, étaient déjà indisponibles.

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

 

La joueuse de milieu de terrain de Servette Chênois n’a plus connu les joies des sélections durant plus de trois ans et demi (27.11.15-14.06.19), avant de faire son retour sous l’ère Nils Nielsen entré fonction voilà bientôt deux ans. Elle nous dit ce que la présence du coach danois a changé au sein de la sélection helvétique par rapport aux années précédentes.

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

 

Et cette équipe rajeunie possède une belle marge de progression avec la présence de neuf joueuses de moins de vingt-trois ans, parmi lesquelles la Servettienne Nathalia Spälti, venue en renfort au dernier moment.

Sandy Maendly 73 sélections en Equipe de Suisse

Continuer la lecture

Volleyball

Les spectateurs fuient, Chênois poursuit son sans-faute

Publié

le

Les joueurs de Ratko Pavlicevic et leurs adversaires glaronnais ont offert un excellent spectacle au maigre public qui ose encore suivre leurs évolutions (© Jérôme Schneider/redzonefoto.com).

Le spectacle a été assuré, mais l’affluence a souffert de la deuxième vague de coronavirus. Sur le parquet, les Chênois l’ont emporté samedi face à Näfels (3-0) au terme d’un match disputé, mais le public était clairsemé dans les gradins. Les dirigeants de Ligue Nationale se concertent sur la suite à donner au championnat lundi en fin d’après-midi par vidéo-conférence.

Vainqueur de Näfels trois sets à au centre sportif de Sous-Moulin : quatre matches, quatre victoires et seulement deux sets perdus depuis la reprise. Un succès moins net que l’indique le score. Les Glaronnais ont donné du fil à retordre aux volleyeurs de Chêne lors des deuxièmes et troisièmes sets remporté de justesse (26-24, puis 28-26). Grâce notamment à 1 excellente performance du central polonais Jakub Urbanowicz.

Stepan Abramov Team manager de Chênois

 

Le président Philippe Tischhauser qui s’est montré très satisfait de la prestation de son nouvel étranger, abonde dans le sens de son team manager.

Philippe Tischhauser Président de Chênois

 

Le coronavirus gâche la fête

Seulement il n’y a pas que le côté sportif. Les preoccupations sanitaires prennent de l’ampleur. Joueurs contaminés, équipes en quarantaine, certains matches se jouent à huis-clos, pendant d’autres sont repoussés dans un premier temps avant de se jouer finalement à la date prévue. Le sport suisse patauge. La deuxième vague de coronavirus qui frappe l’Europe depuis début octobre a mis de nombreux clubs sur la touche.
La poursuite des compétitions ne tient qu’à un fil…
Et si Chênois Volley a pu encore jouer et gagner face à Näfels, la partie n’a attiré que quelques dizaines de spectateurs alors qu’il y en a plusieurs centaines d’habitude.
Contrairement à l’équipe féminine de Genève Volley (qui évolue également en LNA), la formation chênoise a jusqu’ici été épargnée par l’épidémie. Reste à savoir comment protéger les joueurs des infections. La réponse de l’ancien capitaine, membre du comité et responsable de la 1ère équipe.

Stepan Abramov Team manager de Chênois

 

Quant aux instances dirigeantes, elles s’interrogent sur la stratégie à adopter.

Philippe Tischhauser Président de Chênois

 

 

Continuer la lecture

Basketball

Les Lions dévorent Monthey dans une salle vide

Publié

le

Seul contre tous, le joueur genevois Michel-Ofik Nzege, au centre en noir et rouge, prend le dessus sur Victor Desponds, Nelson Moke et le top scorer des Sangliers Chad Timberlake, illustre le fait que les Lions comptent bien tenir le haut du panier cette saison (© KEYSTONE/Laurent Gillieron).

Privés de compétition pendant trois semaines en raison des aléas dus au coronavirus, les Lions de Genève ont livré une prestation rugissante face au BBC Monthey (89-48) dans un match qui s’est joué à huis clos après l’arrêté du Conseil d’Etat valaisan mercredi.

Les basketteurs du Grand-Saconnex n’ont pas fait les choses à moitié! Privés de reprise, d’abord à cause de la rétrogradation des Vevey Riviera Lakers en Première Ligue Nationale (le championnat de Swiss Basketball League ne se jouant plus qu’à neuf équipes), puis de la quarantaine imposée aux Tigres de Lugano, ils avaient faim de compétition. Malgré une nervosité bien compréhensible, ils ont dominé leur sujet, ne faisant qu’une bouchée des Sangliers bas-valaisans. Ils ont fait main basse sur chacun des trois premiers quarts-temps (22-12, 26-13, et surtout 27-5 pour le troisième!) avant de relâcher quelque peu la pression au cours des dix dernières minutes (14-18). Les Lions se sont ainsi parfaitement rachetés de la défaite subie lors de Super Coupe début octobre face à Fribourg Olympic (58-73).

Mikaël Maruotto: « on était un peu nerveux… »

L’ancien joueur montheysan n’était pas le moins satisfait. Et même si ça peut paraître difficile à croire, il avoue avoir eu un peu d’appréhension avant la partie ; Julien Trachsel de Radio Chablais l’a rencontré.

Mikaël Maruotto Ailier des Lions de Genève

 

La principale enseignement (et satisfaction!) de ce match de reprise est, en plus de la très nette victoire, que les rouages semblent déjà bien huilés et que le jeu collectif est déjà au point.

Mikaël Maruotto Ailier des Lions de Genève

 

Quatre joueurs à points et plus

Une satisfaction qui découle de la qualité du jeu collectif présenté est que les dix joueurs alignés sur le parquet de la Salle du Reposieux ont tous (sans exception) inscrit leur nom au tableau des marqueurs. La palme revenant à l’arrière shooter américain Timothy Derksen qui a suivi son entraîneur en provenance de Fribourg Olympic (dix-neuf points), suivi de l’ailier genevois Michel-Ofik NZege, du tireur d’élite tessinois Roberto Kovac et du meneur de jeu lituanien Donatas Sabeckis (tous trois avec dix unités à leur actif). L’ancien joueur du BBC Monthey Mikaël Maruotto (véritable street shooter aux dires de Daniel Goethals, entraîneur d’Union Neuchâtel) se « contentant » de neuf points marqués. Le fait que le total des félins de la République avoisine les nonante points, mais qu’aucun joueur n’en a – à lui seul – inscrit vingt, souligne peut-être (ça demande encore confirmation) l’importance prépondérante du jeu collectif au sein de cette cuvée 20-21 des Lions de Genève…

 

 

 

Continuer la lecture

Voile

5e à Gdansk, Maud Jayet rêve de Jeux Olympiques

Publié

le

Maud Jayet : sa cinquième place aux championnats d'Europe la satisfait pleinement, surtout dans l'optique des Jeux Olympiques d'été l'année prochaine à Tokyo (Keystone/EPA/Adam Warzawa/POLAND OUT)

Cinquième aux championnats d’Europe à Gdansk, la Vaudoise a tout pour obtenir sa qualification pour les Jeux Olympiques d’été.

Les membres du Swiss Sailing Team ont obtenu de bons résultats depuis la reprise des régates ! Après la cinquième place en « fortyniner » du duo genevois Sébastien Schneiter-Lucien Cujean, Maud Jayet (24 ans) a terminé cinquième, elle aussi, dans la catégorie Laser (officiellement rebaptisée Ilca, sans que grand monde n’utilise ce nouveau nom) Radial (ce second terme faisant référence aux voiles utilisées dans cette catégorie féminine individuelle aux courses courtes et intenses) aux championnats d’Europe à Gdansk (Pologne) mi-octobre.

Septième avant le dernier jour de course, la navigatrice vaudoise a signé une excellente performance pour la sixième et dernière journée de ces joutes continentales. Avec une manche de cinq et une manche de dix, elle a gagné deux places au classement pour terminer dans les cinq premières, ce qui représente beaucoup pour elle surtout dans l’optique des Jeux Olympiques d’été l’année prochaine à Tokyo.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Faire au mieux malgré tout

Pour Maud Jayet, le bilan de cette saison est mitigé, malgré la satisfaction d’avoir terminé cinquième à Gdansk. Une impression qu’elle résume en une phrase: « je viens de recommencer la saison et elle s’arrête déjà! ». Le coronavirus est passé par là !

Malgré les circonstances, elle a poursuivi ses entraînements près de chez elle, sur le Lac Léman au lieu d’aller à l’étranger et l’appui de sa coach Nathalie Brugger (trois participations olympiques) lui est précieux.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Camp d’entraînement au Portugal

Après trois semaines et demi de vacances, la sociétaire du Club Nautique de Pully effectuera un camp d’entraînement durant un mois au moins à l’étranger – au Portugal en principe – dont le départ est fixé peu avant la mi-novembre avant de rentrer en Suisse à la mi-décembre, sachant qu’il ne saurait être question de rester en terres helvétiques à cette période de l’année. En gardant aussi à l’esprit les contraintes liées à la propagation rapide du coronavirus depuis le début de l’automne.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Trois à quatre heures par jour sur l’eau

Après Noël, Maud Jayet et sa coach Nathalie Brugger retourneront – si la situation le permet – dans une région méditerranéenne ou sur la façade atlantique de la péninsule ibérique pour un autre bloc d’entraînement d’environ un mois et demi qui fera la part belle à l’entraînement sur l’eau (près de quatre heures par jour) certes, mais avec un accent particulier mis sur la condition physique.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Des groupes musculaires spécifiques sont ciblés pour permet à la jeune navigatrice d’atteindre le poids idéal situé entre soixante-huit et septante kilos. Une necessité pour maîtriser son embarcation lors de régates courtes (trois-quarts d’heure à une heure), mais très intenses.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Une qualification olympique à obtenir

Malgré son excellente cinquième place aux championnats d’Europe en Pologne, Maud Jayet n’est pas encore certaine d’être de la partie lors des Jeux Olympiques de Tokyo. Elle a permis à l’Equipe de Suisse d’obtenir sa qualification en tant que nation participante grâce à une neuvième place lors des Mondiaux à Aarhus (Danemark) voilà deux ans. La navigatrice vaudoise aura une dernière chance d’y arriver à titre individuel lors d’une régate à fixer au cours du printemps prochain.

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

Des choix de choix qui ne suffisent pour ouvrir la porte à une qualification olympique. Voilà une situation paradoxale qui s’explique par les critères fixés par Swiss Olympic…

Maud Jayet Swiss Sailing Team

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Servette souffre, puis se libère face aux Young Boys

Publié

le

Steve Rouiller et la défense servettienne ont su résister aux Young Boys de l'ex-attaquant grenat Jean-Pierre NSame (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

Servette a mieux joué à dix qu’à onze face aux champions de Suisse dans un match riche en rebondissements, mais sans but (0-0). A part Fofana côté servettien, Sierro a également été expulsé chez les « jaunes et noirs ». Plus de cinq milles spectateurs – dont certains très enthousiastes – ont assisté au match.

Plusieurs milliers de supporters (5240, chiffre officiel) beaucoup plus chaud que le climat qui ne l’était vraiment pas ont poussé leurs favoris vers une performance qui paraissait inimaginable après les vingt premières minutes: à savoir obtenir un résultat positif face aux Young Boys qui – de l’aveu même d’Alain Geiger – ont joué à niveau européen. Le résultat peut paraître flatteur aux observateurs neutres et aux amateurs de statistiques, les visiteurs ayant eu beaucoup plus de tirs totaux (vingt-sept), notamment cadrés, les Servettiens sont allés chercher ce point. Dominés dans tous les compartiments du jeu, ils faisaient figure d’équipe de ligue inferieure, ils ont eu le mérite de non seulement refaire surface petit à petit, mais dominer leurs adversaires alors qu’ils étaient à dix contre onze. Dans ces conditions, la satisfaction de leur entraîneur à l’issue de la partie était  des plus compréhensibles.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Jeremy Frick: « le public nous a poussé à nous dépasser! »

Quant au public, son appui a clairement été ressenti par les joueurs en grenat, notamment le gardien Jeremy Frick, très bien placé pour entendre le supporters dans son dos en première mi-temps.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Si les joueurs d’Alain Geiger ont fait preuve de caractère, leur performance reste cependant bien en deçà de celles de la saison dernière. Sixièmes du classement avec quatre points en autant de matches, ils n’ont marqué que deux buts et à chaque fois sur penalty. Le mentor valaisan de la Praille n’est surpris pour autant…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture