Rejoignez-nous

Sport

Boxe: Kongolo marque les esprits et vise les sommets

Publié

,

le

Nouveau champion européen hors Union dans la catégorie des mi-lourds (moins de 79.3 kg), Yoann Kongolo (30 ans depuis le 11 septembre) a marqué les esprits lors de sa victoire (aux points, à l'unanimité des trois juges) face au sociétaire du Boxing Club genevois Enes Zecirević. Il annonce des objectifs très élevés pour la suite de sa carrière: championnat du Monde et Jeux Olympiques!

Yoann Kongolo a tenu parole. Claironnant ses ambitions, tout en affichant un calme olympien, il paraissait particulièrement sûr de lui lors de la pesée. Presque trop! Le lendemain face à Enes Zecirević, il a remporté une victoire sans appel. Le Lausannois, né à Genève, le sociétaire du Fight District a conquis un titre de champion européen hors Union. Mais au-delà de la ceinture continentale, c’est le haut niveau du combat qui a impressionné les spécialistes.

Bertrand Duboux
Journaliste spécialisé
Bertrand DubouxJournaliste spécialisé

 

Reste à savoir comment expliquer une réussite apparemment si soudaine. Si Yoann Kongolo était peu connu du grand public en dehors des amateurs avertis, au début de sa carrière, c’était au départ un spécialiste des disciplines pieds-poings qui a notamment remporté un titre de champion du monde de karaté pro-fight. Aujourd'hui, sa reconversion de Yoann Kongolo est une réussite totale grâce à ses qualités naturelles bien sûr mais aussi à l’encadrement dont il bénéficie dans son club du Fight District.

Bertrand Duboux
Journaliste spécialisé
Bertrand DubouxJournaliste spécialisé

 

Yoann Kongolo est donc promis à un bel avenir. Très ambitieux, il veut cependant gravir les échelons pas à pas sans brûler les étapes. Son humilité, ne l'empêche nullement de évoquer de futures consécrations sans le moindre complexe: il entend "marquer l'Histoire de la boxe suisse" Rien de moins!

Yoann Kongolo
Champion européen hors Union (poids mi-lourds)
Yoann KongoloChampion européen hors Union (poids mi-lourds)

 

Voilà promet ! Un titre olympique en boxe ça serait vraiment historique ! En attendant, on parle de lui pour aller boxer à Wembley dans le mythique stade londonien, mais ça reste à confirmer.

Organisateurs récompensés

Quant aux organisateurs, ils récoltent le fruit de leur travail. Leurs efforts ont fini par être récompensés. Entraîneur d'Enes Zecirević, Samir Hotić était déçu du net revers subi par son protégé, mais sa persévérance lui vaut actuellement une belle reconnaissance.

Samir Hotić
Promoteur et entraîneur au Boxing Club Genevois
Samir HotićPromoteur et entraîneur au Boxing Club Genevois

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Hockey

La simplicité, recette lausannoise du succès

Publié

le

Christoph Bertschy et Lausanne ont su jouer simple (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

En jouant de manière simple, Lausanne a trouvé le chemin des filets à cinq reprises contre Fribourg-Gottéron. A répéter vendredi à domicile contre Davos.

Mais pourquoi se complique-t-il la vie? Mais pourquoi n'a-t-il pas simplement shooté au but en espérant une déviation? Ces questions, des milliers de fans se les posent lors de chaque soirée de National League et même à chaque rencontre sportive.

A croire que jouer simple est finalement difficile, puisque les équipes n'y arrivent généralement pas d'un - simple - coup de baguette magique. C'est pourtant avec cette recette maintes fois exploitée que Lausanne a signé son deuxième succès en trois parties et remporté son deuxième derby romand, après avoir battu Genève-Servette vendredi dernier à Malley. Sauter sur les rebonds, balancer le puck à travers le trafic ou capitaliser sur une erreur de placement, voilà la recette du succès.

Barberio proche des 100%

"On a joué un match beaucoup plus simple, a analysé Mark Barberio. On a amené le puck sur le filet et on a été récompensé." De retour après avoir purgé ses quatre derniers matches de suspension, le capitaine québécois a retrouvé le "C" en même temps que sa position sur l'échiquier lausannois. "Quel plaisir d'être de retour, s'est enthousiasmé le Canadien à l'heure de l'interview. C'est toujours dur de voir tes coéquipiers jouer sans pouvoir les aider. Maintenant mon but, c'est de continuer à aider l'équipe."

Opéré de l'épaule, le Montréalais a enchaîné avec de la rééducation. Alors où se situe-t-il peu après la mi-septembre? "Je dirais que je me sens à 90-95%. En termes de douleurs, il n'y en a pas et c'est vraiment encourageant. C'est juste une question de force mais ça va venir, je travaille beaucoup là-dessus." Privé de glace, Mark Barberio a eu le loisir d'observer ses coéquipiers en ce début de saison. Comment analyse-t-il les performances de ses collègues? "Je pense qu'on travaillait fort, mais qu'il y avait des erreurs mentales qu'on a pu corriger ce soir contre Fribourg. Surtout à la ligne bleue et des deux côtés de la glace. On a offert trop de pucks à l'adversaire."

Provoquer la chance

John Fust a-t-il trouvé la formule magique avec cette option à deux défenseurs étrangers et deux importés en attaque au lieu de ce 1+3 du début de saison? "Hormis les deux premiers tiers à Rapperswil, je suis content de l'équipe, note le coach des Lions. Au final, ce n'est qu'une question de confiance et de créer la chance. Ce qu'on a su faire ce soir. On a été récompensé par certains buts, parce qu'on a accepté d'aller provoquer cette chance. Il est donc fort probable que l'on conserve le même alignement contre Davos."

Concernant le retour de Barberio et la mise en tribunes de Phil Varone, John Fust n'a pas tourné autour du pot: "Mark est notre leader et notre capitaine. Sekac et Varone ont connu des débuts difficiles, ils doivent encore s'adapter. Sekac a mieux jouer même s'il n'a pas marqué. Quant à Varone, il a des qualités, ça va venir. Il lui faut faire des ajustements."

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

L'Inter Milan renverse une belle Fiorentina

Publié

le

L'intériste Denzel Dumfries se débarrasse élégamment de Cristiano Biraghi. (© KEYSTONE/AP/Alfredo Falcone)

L'Inter Milan, champion longtemps asphyxié par une belle Fiorentina, a renversé en seconde période une situation compromise pour s'imposer (3-1) à Florence et reprendre provisoirement la tête.

Bousculés et logiquement menés à la pause, sur un but de Riccardo Sottil (23e), les Nerazzurri ont fait basculer le match en trois minutes en début de seconde période grâce à Matteo Darmian (52e) et Edin Dzeko (55e).

Face à une Viola fatiguée et réduite à dix après l'exclusion, pour protestation, de Nico Gonzalez (78e), le champion en titre a assis avec autorité son succès grâce à Ivan Perisic (87e).

L'Inter (13 pts), avec ce quatrième succès en cinq matches, reprend provisoirement la tête du classement à Naples (12 points, un match en moins).

Dans l'autre rencontre de la soirée, l'Atalanta Bergame sans Freuler, remplaçant, s'est imposée à domicile devant Sassuolo (2-1).

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

Tennis

Teichmann écrase Kerber 6-2 6-3

Publié

le

Jil Teichmann a signé une nouvelle performance de choix mardi à Ostrava (© KEYSTONE/AP/DARRON CUMMINGS)

Jil Teichmann (WTA 42) a signé un nouveau succès probant mardi soir. La Suissesse s'est qualifiée pour le 2e tour du tournoi WTA 500 d'Ostrava en dominant Angelique Kerber (WTA 15) 6-2 6-3.

No 2 helvétique, Jil Teichmann a mis 72' seulement pour remporter ce duel de gauchères. La finaliste du récent tournoi WTA 1000 de Cincinnati menait déjà 5-0 après 17' de jeu face à l'expérimentée Allemande (33 ans), demi-finaliste à Wimbledon et 8e de finaliste à l'US Open cet été.

Jil Teichmann affiche ainsi désormais un bilan remarquable de six victoires pour une défaite cette année face aux membres du top 20, son seul échec ayant été enregistré face à Ashleigh Barty (WTA 1) en finale à Cincinnati. Elle affrontera Alison Riske (WTA 32) ou Fiona Ferro (WTA 85) jeudi au 2e tour à Ostrava.

Bencic face à Sorribes Tormo

Exemptée de 1er tour en tant que tête de série no 3, Belinda Bencic (WTA 11) entrera pour sa part en lice jeudi en République tchèque. La St-Galloise se frottera en 8e de finale à l'Espagnole Sara Sorribes Tormo (WTA 36), une joueuse qu'elle n'a encore jamais affrontée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Zurich et Servette partagent l'enjeu

Publié

le

La joie d'Imeri, auteur du 2-2 pour le SFC (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Zurich reste provisoirement en tête du classement de Super League.

Les hommes du coach André Breitenreiter ont partagé l'enjeu avec Servette (2-2) mardi dans un choc de la 7e journée qui a tenu toutes ses promesses.

Le FCZ, qui reste sur trois matches sans victoire (deux nuls, une défaite) après avoir gagné ses quatre premières rencontres de la saison, pourrait toutefois céder le fauteuil de leader mercredi soir. Il ne compte en effet que deux longueurs d'avance sur Bâle, qui se déplacera à St-Gall.

Le sceptre de leader aurait d'ailleurs également pu revenir à Servette, qui n'a plus figuré au 1er rang de la Super League depuis... l'été 2003. Le SFC s'est même retrouvé virtuellement en tête du classement après que Théo Valls a transformé un penalty sifflé à la suite d'une faute de main de Becir Omeragic (45e).

Deux coups-francs somptueux

La troupe de l'entraîneur Alain Geiger, lequel a dû composer sans son maître à jouer Miroslav Stevanovic (touché aux ischio-jambiers), n'a toutefois pas conservé bien longtemps cet avantage. Adrian Guerrero a en effet inscrit le 1-1 juste après le retour des vestiaires, profitant d'un service d'Assan Ceesay.

Zurich a même pris l'avantage à la 69e sur un somptueux coup-franc de sa nouvelle recrue Ante Coric, quatre minutes après qu'un but de Ceesay avait été annulé pour un coup de coude. Mais Servette n'a rien lâché, Kastriot Imeri trouvant lui aussi la faille sur un superbe coup-franc (87e) pour offrir un point mérité à son équipe.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Hockey

Lausanne se reprend, Fribourg battu pour la 4e fois de suite

Publié

le

Le défenseur vaudois Aurélien Marti sera le premier sur le puck, au détriment du Fribourgeois Matthias Rossi. (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Lausanne a relevé la tête lors de la 7e journée de National League. A Fribourg, les Vaudois ont pris le meilleur sur Gottéron 5-2 en retrouvant un certain allant offensif.

Après la performance indigne face à Rapperswil samedi, les Lausannois savaient qu'ils devaient montrer un autre visage. Et marquer des buts. Mission accomplie dans les deux cas. On peut même dire que ce fut réalisé en 156 secondes au cours d'un tiers médian dominé de fort belle façon, tout en étant aidé par un brin de chance (le 3-1 de Jäger dévié) et par des errances fribourgeoises comme sur le 4-1 de Bertschy en infériorité numérique avec un Raphael Diaz pas dans son meilleur soir.

Pas question pour John Fust de se caresser le ventre en élevant cette partie au rang de match référence. Parce que son LHC a aussi connu quelques moments qui ont fait suer ses suiveurs et que Tobias Stephan a rendu une copie brillante. Mais les Vaudois souhaitaient pouvoir s'appuyer sur des buteurs et ce sont bien les "suspects usuels" qui ont aidé leurs couleurs. Damien Riat a signé un doublé, alors que le futur Fribourgeois Christoph Bertschy - sifflé par quelques fans de Gottéron - s'est signalé par son 4-1 en box-play pour couper les velléités des Dragons.

Le retour dans l'alignement de Barberio a coûté sa place à Phil Varone. Et force est de constater que l'absence du centre ontarien n'a pas tant déstabilisé le bloc des Lions. Les attaquants suisses ont su prendre leurs responsabilités, à l'image d'un Jason Fuchs auteur de son deuxième but en trois matches.

Pour Gottéron, il s'agit mine de rien de la quatrième défaite consécutive. Pas de quoi réclamer le départ de Christian Dubé puisque les Fribourgeois ont inscrit deux points à la suite de leurs deux revers en prolongation. Mais certains attaquants, on pense par exemple à Rossi ou Herren, n'apportent pas ces buts qui font tellement de bien lorsque les premières lignes se cherchent.

Parce que si le marbre pour la statue de Julien Sprunger a déjà été commandé depuis longtemps à Carrare, le fait que le capitaine de 35 ans soit toujours celui vers qui il faille se tourner lorsque la situation se corse invite certes à l'admiration, mais aussi à une réflexion sur le futur du leadership à St-Léonard une fois que le grand numéro 86 aura raccroché ses patins.

Christian Dubé donne l'impression de chercher encore les meilleures combinaisons, tant défensivement qu'offensivement. Et après un début de saison intéressant et deux succès, le coach et manager général va devoir se racler la soupière pour redonner à ses joueurs un peu de confiance avant un nouveau derby, cette fois vendredi à Genève contre les Aigles.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture