Rejoignez-nous

Athlétisme

Sarah Atcho: "Mon cerveau n'a pas tenu durant les JO"

Publié

,

le

Sarah Atcho a vécu des épisodes de dépression cette année (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Ecartée du relais 4 x 100m féminin, Sarah Atcho se reconstruit après avoir vécu des moments difficiles depuis près de deux ans, surtout au cours des derniers mois.

"Si j'avais pu, je serais restée au lit à me morfondre et à pleurer pendant les Jeux olympiques", confie la Vaudoise, écartée du relais 4x100 m à Tokyo.

"Je vais beaucoup mieux. Sinon, je n'en parlerais pas", lance d'emblée la Vaudoise (26 ans), jointe au téléphone par Keystone-ATS. "Mais j'ai passé des moments compliqués, surtout depuis 6-7 mois. Le plus dur, c'était de gérer les défaites, les retours en arrière, de me remettre sans cesse en question", ajoute-t-elle, sereine.

La goutte d'eau fut sa non-participation aux deux courses de relais à Tokyo, où Riccarda Dietsche a pris sa place aux côtés de Mujinga Kambundji, Ajla Del Ponte et Salomé Kora. "C'est après les JO que je me suis dite à haute voix que j'avais besoin d'aide. Mon cerveau n'a pas tenu pendant les Jeux", glisse-t-elle.

La souffrance d'être "mise de côté"

"C'était dur de me dire que je ne faisais plus partie de cette équipe. C'était entre guillemets mon équipe. C'est ce relais qui m'a permis de me construire en tant qu'athlète", explique Sarah Atcho, 4e tant aux Européens de Berlin 2018 qu'aux Mondiaux de Doha 2019 en compagnie de ses copines Kambundji, Del Ponte et Kora.

"C'était fini, ceci du jour au lendemain. Tout à coup tu ne représentes plus rien, tu n'es même plus invitée pour représenter le relais dans les événements. Tu es mise de côté", raconte la vice-championne d'Europe M23 de 2017 sur 200 m. "J'ai vécu des épisodes de dépression", avoue-t-elle.

Simone Biles et Naomi Osaka en exemple

Le fait que des stars comme la gymnaste Simone Biles ou la tenniswoman Naomi Osaka ont évoqué publiquement leurs problèmes de santé mentale l'a-t-elle aidée? "J'estimais que j'avais une vie sympa, que je n'avais pas de vrai problème. Mais j'ai compris que j'avais le droit de vivre la même chose en entendant des filles autant médiatisées qu'elles oser prendre la parole", glisse-t-elle.

"J'étais au fond du bac à Tokyo, j'ai lâché prise. J'en ai parlé avec Salomé. Elle m'a tout de suite conseillé de voir quelqu'un pour m'aider à m'en sortir. La situation était toxique. C'était dur de ne pas courir. Je ne ressentais plus d'émotions, j'étais vide", se souvient Sarah Atcho, dont la non-sélection était justifiée puisqu'elle n'est pas passée sous les 12'' sur 100 m en 2021.

Salomé Kora est d'ailleurs la seule personne présente à Tokyo à qui la Vaudoise s'est confiée pendant ces Jeux: "Je suis plus proche d'elle. Et je ne me sentais pas le droit de partager ce genre d'émotions avec Ajla et Mujinga, qui vivaient un truc incroyable" aux JO où la Tessinoise s'est classée 5e sur 100 m et la Bernoise 6e sur 100 et 7e sur 200 m avant de prendre la 4e place avec le relais.

Des démons à gérer

Sarah Atcho a commencé à suivre une psychologue à son retour en Suisse. "Je n'aurais jamais imaginé devoir demander de l'aide. Cela a été dur de l'admettre: mon mental, c'est normalement ma force", explique-t-elle. "Mais on a tous des démons avec lesquels on doit vivre. Je pense que je n'avais pas les bons outils pour gérer cela", ajoute-t-elle.

Paradoxalement, les réseaux sociaux l'ont également aidée à s'en sortir: "M'exposer autant m'a finalement aidée à reprendre confiance en moi. C'est bête, mais j'avais en quelque sorte un objectif à accomplir. Les gens m'ont montré leur soutien, beaucoup m'ont dit qu'ils avaient envie de me voir courir. Je n'étais pas perdue", conclut Sarah Atcho, qui rêve désormais de reconquérir "sa" place au sein du relais 4x100 m helvétique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Athlétisme

Félix Svensson manque la qualification sur 200 mètres

Publié

le

Le Genevois n'a pas caché sa déception au terme des séries du 200 mètres. [KEYSTONE/Georgios Kefalas]

Felix Svensson n'a pas passé les séries du 200 mètres jeudi aux Européens d'athlétisme de Munich. Le Versoisien a terminé 6e de sa série avec un temps de 20 secondes et 9 dixièmes.

Pas à 100% de ses capacités, il a évolué loin de son niveau du début d'année qui lui avait permis d'établir son record personnel à 20'45''. Au terme de sa course, le sprinteur genevois ne cachait pas sa déception

Felix SvenssonSprinteur de l'équipe de Suisse

 

Un résultat final qui n'a pas spécialement de lien avec le stress lié à l'événement.

Felix SvenssonSprinteur de l'équipe de Suisse

Le Genevois aura encore l'occasion de se mettre en avant avec le relais 4 x 100 mètres prévu vendredi.

Texte: Sébastien Telley

Audio: Marie Ceriani, envoyée spéciale sur place

Continuer la lecture

Athlétisme

AtletiCAGenève: Ditaji Kambundji franchit un palier

Publié

le

Ditaji Kambundji a illuminé le Stade du Bout-du-Monde à Genève samedi. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Ditaji Kambundji a signé le 4e chrono européen de la saison sur 100 m haies et décroché ses minima pour les Mondiaux lors du meeting de Genève.

En 12''81, la sœur cadette de Mujinga Kambundji a retranché treize centièmes à son record personnel sur les haies basses, établi un an plus tôt dans le même stade.

"On peut commencer la saison", souriait la championne d'Europe juniors à l'arrivée, après sa 3e place. Ce chrono, en effet, la lance magnifiquement en vue des Championnats d'Europe de Munich (15-21 août) mais aussi pour les Mondiaux de Eugene (USA) dans cinq semaines. La perspective de pouvoir participer à un Championnat majeur avec sa grande soeur (qui doit courir le relais et les sprints) l'enchante.

Sarah Atcho de retour

Huit des dix meilleures sprinteuses suisses étaient présentes à Genève. Les places pour faire partie du relais 4x100 m à Eugene et à Munich sont chères, et la concurrence bat son plein.

A ce jeu, Sarah Atcho a marqué quelques points en courant le 100 m en 11''42. La Vaudoise qui s'entraîne désormais au LC Zurich tente un come-back. Une myocardite consécutive à l'administration du vaccin contre le Covid-19 - un lien de cause à effet avéré selon elle - l'a empêchée de s'entraîner pendant plus de deux mois cet hiver.

"Aujourd'hui encore, je ne peux toujours pas effectuer de séances dures de résistance. J'ai régulièrement des palpitations et des crampes au niveau de la poitrine", dit-elle.

 

"Heureuse de courir"

Sarah Atcho a aussi couru avec le relais 4x100 m, qui s'est imposé en 43''04, à une seconde du record de Suisse. Un chrono très honorable en l'absence de Mujinga Kambundji, et un succès de prestige devant les Néerlandaises. Sans un dernier passage délicat entre Salomé Kora et Ajla Del Ponte, les relayeuses auraient sans doute gagné deux ou trois dixièmes. Les deux premiers tronçons ont été parcourus par Géraldine Frey et Sarah Atcho.

Pour la sprinteuse vaudoise, l'essentiel est de participer. Elle est heureuse de courir, tout simplement.

Sarah AtchoSpécialiste du sprint court

 

Ajla Del Ponte, sur 100 m, a signé son meilleur chrono de la saison (première en 11''16, devant Geraldine Frey en 11''26), qui ne sera malheureusement pas homologué en raison du vent un peu trop fort. Mais la Tessinoise, blessée durant l'hiver, retrouve ses sensations et courra mardi à Berne (sur 200 m), puis à Paris en Ligue de diamant sur 100 m. "J'ai besoin de courses", relève-t-elle.

Record national junior pour Audrey Werro

A la hauteur, le vice-champion du monde indoor Loïc Gasch a signé une belle victoire avec 2m27. L'exploit romand féminin a jailli des jambes puissantes d'Audrey Werro sur 800 m. La Fribourgeoise de 18 ans a pulvérisé le record de Suisse juniors en 2'00'28 et battu toutes les "grandes", à commencer par la favorite Lore Hoffmann (3e).

La meilleure performance du meeting a été réussie par l'Américain Cravont Charleston, qui a fusé en 9''98 sur 100 m.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats
Mis à jour ultérieurement par la rédaction.

Continuer la lecture

Athlétisme

Angela Tanui sous les 2h18

Publié

le

Un temps canon a été réalisé chez les dames à Amsterdam (© KEYSTONE/EPA/OLAF KRAAK)

Angela Tanui a signé un temps canon dimanche lors du marathon d'Amsterdam. La Kényane a triomphé en 2h17'57'', devenant ainsi la 10e femme de l'histoire à courir les 42,195 km en moins de 2h18.

Privée de marathon de Boston lundi dernier en raison de problèmes de visa, Angela Tanui a battu de plus de deux minutes son record personnel (2h20'08'') dimanche aux Pays-Bas. Elle est désormais la neuvième performeuse de l'histoire, deux femmes seulement étant passées sous les 2h17 (Brigid Kosgei et Paula Radcliffe).

Vainqueur de la course masculine à Amsterdam, Tamirat Tola a également signé la meilleure performance chronométrique parmi les trois marathons organisés dimanche (Paris, Lisbonne, Amsterdam). L'Ethiopien de 30 ans, vice-champion du monde en 2017, s'est imposé en 2h03'39'', nouveau record personnel.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Athlétisme

Ajla Del Ponte a prouvé sa constance

Publié

le

Ajla Del Ponte 3e du 100 m à Zurich (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Belle soirée zurichoise pour la 2e partie des finales de la Diamond League. Du côté suisse, la Tessinoise Ajla Del Ponte a pris la 3e place sur 100m d'en 10''93.

Cela sonne un peu comme la litanie de septembre, les héroïnes et les héros sont fatigués. Après les pics de forme tokyoïtes, on savait que les athlètes auraient peut-être davantage de peine à battre leurs records personnels. Eh bien l'air de la Limmat a dû faire son petit effet parce que les chronos ont été de très bonne facture.

Sur le 100 m dames, Elaine Thompson-Herah a fusé en 10''65 devant Dina Asher-Smith en 10''87 et Ajla Del Ponte en 10''93. La Tessinoise continue d'aligner les chronos sous les 11 secondes. Son entraîneur, Laurent Meuwly, n'a d'ailleurs pas boudé son plaisir: "Elle peut faire mieux sur les vingt premiers mètres, mais sa deuxième partie de course est superbe. Elle revient d'ailleurs sur deux concurrentes. C'est son cinquième temps de 10''97 ou moins cette saison et elle a vraiment trouvé la consistance qu'on voulait pour terminer 3e de la finale de la Diamond League."

Mujinga Kambundji bat son record

Juste derrière à la 5e place, on retrouve Mujinga Kambundji en 10''94 avec, justement, un record personnel à la clef. La médaillée de bronze des derniers Mondiaux de Doha s'est également présentée sur le demi-tour de piste. Elle a cette fois pris la 4e place en 22''27, soit à un centième de sa meilleure marque. Brillante ces derniers temps, Christine Mboma a enlevé cette course en 21''78 et a du même coup abaissé son propre record du monde M20. La Namibienne est véritablement un phénomène avec une cinquième performance sous les 22 secondes alors qu'elle a à peine 18 ans! Belle course de la Jamaïcaine Shericka Jackson en 21''81.

Kenny Bednarek a remporté le 200 m en 19''70 devant Andre de Grasse en 19''72. La ligne droite est allée à Fred Kerley en 9''87 devant...de Grasse en 9''89.

Dans la famille Kambundji, on demande la petite soeur, Ditaji. Après la déception de la finale des Mondiaux M20, on attendait de voir ce que la Bernoise pouvait faire sur un 100 m haies de haute volée. La cadette des Kambundji n'a pas réussi à descendre sous les 13 secondes, mais ses 13''01 ne sont qu'à 7 centièmes de son record personnel. La victoire est allée à la Nigérianne Tobi Amusan en 12''42, ce qui constitue un record d'Afrique.

Anzhelika Sidorova à plus de 5m

A la perche féminine, Anzhelika Sidorova a réussi la meilleure performance mondiale de l'année en effaçant une barre à 5m01. L'exploit est de taille puisque la Russe devient la quatrième femme à franchir cette marque mythique après Sandi Morris (5m), Jennifer Suhr (5m03 en salle) et l'incroyable Ielena Isinbaeva (six sauts de à plus de 5m).

"Lors de l'échauffement, je ne pensais pas être en mesure de franchir 5 m, a expliqué la Russe. Je voulais juste faire quelques sauts sans forcément penser à un saut parfait dans des conditions parfaites. Je n'en reviens toujours pas d'avoir franchi 5m01. Mais je sais que j'aime ce stade parce que c'est là que je suis devenue championne d'Europe."

Yulimar Rojas avait épaté à Lausanne avec un concours de folie, elle semble conserver une belle envie en écrasant la concurrence en étant la seule à dépasser les 15 m au triple saut. A Zurich, elle s'est posée à 15m48.

Sur le 400 m haies, Femke Bol a réalisé une course de toute beauté pour s'imposer en 52''80. Quant à Lea Sprunger pour son avant-dernière course, elle a piétiné devant les haies pour finir sur un temps de 55''87 bien loin de ses standards. Dans la course masculine, Karsten Warholm a coupé la ligne en 47''35, au troisième départ! Plutôt solide compte tenu des circonstances. Le champion olympique Gianmarco Tamberi a fait le show devant l'un des virages du Letzigrund pour empocher le diamant avec 2m34.

Ce Weltklasse s'est terminé par la perche masculine avec "Mondo" Duplantis, vainqueur en 6m06, et qui s'est attaqué sans succès à son record du monde avec trois barres manquées à 6m19.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Athlétisme

4 x 100 m: les relayeuses suisses 4es

Publié

le

Dur pour Salomé Kora, Ajla Del Ponte, Mujinga Kambundji et Riccarda Dietsche (de g. à dr.) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les relayeuses suisses du 4x100 m quitteront Tokyo sur une déception. Elles ont terminé au pied du podium, à deux dixièmes de seconde de la médaille de bronze, après une course marquée par des imperfections.

Riccarda Dietsche, Ajla Del Ponte, Mujinga Kambundji et Salomé Kora ont couru en 42''08 (à 3 centièmes de leur record de Suisse), contre 41''88 aux Britanniques, médaillées de bronze. Devant, la Jamaïque de Shelly-Ann-Fraser-Pryce et Elaine Thomspon-Herah, médaillée d'or en 41''02, était intouchable, de même que les Etats-Unis, en argent (41''45).

Cette quatrième place des Suissesses correspond aux forces en présence. Elles ont été valeureuses. Mais avec le retour de la championne du monde du 200 m Dina Asher-Smith dans l'équipe britannique, les Anglaises étaient redoutables. Il est permis de se demander si les attentes dans le camp suisse n'étaient pas trop élevées.

Pour monter sur le podium, les Suissesses auraient dû réaliser une performance hors norme. Riccarda Dietsche n'a pas été foudroyante sur le premier relais. Et le dernier passage de témoin, entre Mujinga Kambundji et Salomé Kora, s'est révélé très médiocre. La transmission a pris beaucoup de temps.

Les larmes des Suissesses à l'arrivée, de Ajla Del Ponte et Salomé Kora en particulier, étaient amères. D'autant plus que le quatuor suisse termine pour la quatrième fois au pied du podium, après les Mondiaux de Londres en 2017 (5es), les Européens 2018 (4es) et les Mondiaux de Doha en 2019, les deux dernières fois pour une poignée de centièmes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture