Rejoignez-nous

Sport

Adam Yates: "Nous avons plusieurs cartes à jouer"

Publié

,

le

Adam Yates pour un doublé au Tour de Romandie. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Adam Yates ne débarque pas sur les routes romandes dans les meilleures conditions. Mais le dernier vainqueur peut compter sur une solide équipe UAE avec notamment Jan Christen.

"L'année passée, ça s'est super bien passée, c'était génial de réussir à gagner la course. Cette fois, c'est un peu différent", confie Adam Yates lors d'une conférence de presse organisée dans un hôtel de Saint-Légier, où résidera son équipe tout au long de la semaine. Le grimpeur de 31 ans a en effet été pris dans une mauvaise chute au Tour des Emirats en février qui l'a tenu éloigné de son vélo durant près d'un mois.

De retour sur les routes lors du Tour des Abruzzes il y a deux semaines, où il a terminé au pied du podium juste devant le Jurassien Yannis Voisard (Tudor), le Britannique veut profiter de ce Tour de Romandie pour se jauger en vue de la suite de la saison. "Les deux contre-la-montre nous permettront de bien nous tester, cela devrait être une bonne semaine", lâche-t-il.

Parcours moins adapté

Il y a un an, Adam Yates avait assuré son succès en remportant l'étape-reine. "Le parcours me convenait davantage, avec ce contre-la-montre très difficile (réd: à Châtel-Saint-Denis). Celui de cette année n'est pas non plus tout simple, mais la bosse sera moins dure. La montée finale de samedi à Leysin est aussi plus longue et un peu moins pentue que celle de Thyon 2000 où j'avais gagné. Elle correspond moins à mon profil de grimpeur de 58 kg. Je préfère presque l'arrivée de la 2e étape", détaille-t-il.

Son expérience et son pedigree sur la course font de lui le leader naturel de cette formation UAE, certes privée de Tadej Pogacar mais malgré tout redoutable. "Nous avons plusieurs cartes à jouer avec notamment Pavel (Sivakov), Juan (Ayuso) et Jan (Christen) qui ont déjà gagné des courses cette année."

Difficile donc d'imaginer voir ses coéquipiers l'attendre en cas de défaillance. "Tant que tu as les jambes et une bonne condition, ton rang dans l'équipe importe peu. Si l'un d'entre nous a l'opportunité de gagner, toute l'équipe se mettra à son service", affirme Yates.

Même si les meilleures jambes sont celles d'un coureur de 19 ans comme Jan Christen ?"Je me vois plutôt dans le rôle d'équipier", répond le jeune Argovien. "Je vais essayer d'aider l'équipe cette semaine et j'espère que l'un d'entre nous sera sur la plus haute marche du podium."

"Je le laisserai partir"

Vainqueur de sa première course chez les professionnels lors de ce même Tour des Abruzzes, Jan Christen a montré qu'il pouvait être redoutable sur des profils accidentés. "Il court à un niveau très élevé. La façon dont il a remporté cette étape, ce n'est vraiment pas facile à réaliser", relève Adam Yates.

Jan Christen aura sans doute à coeur de faire bonne impression à domicile. "J'ai une étape en tête, mais cela dépendra de l'équipe et du déroulement de la course", glisse-t-il. "Il lui suffit de demander poliment", rigole son coéquipier britannique. "J'aurai besoin de son aide mais s'il veut y aller, je le laisserai partir."

C'est d'ailleurs ce qui s'est passé en Italie, où Christen s'est envolé vers la victoire. "Adam m'a dit que je pouvais gagner. Cela signifie beaucoup de choses que quelqu'un comme lui me dise cela et reconnaisse mes capacités", conclut fièrement l'espoir helvétique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Une première depuis 21 ans pour le Servette FC

Publié

le

Ce fut la fête pour les Grenat mercredi soir au Stade de Genève. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Pour la première fois depuis 21 ans, le Servette FC a remporté ses deux premiers matches de la saison en Super League. Victorieux 2-1 de Lucerne dimanche, les Grenat ont donné la leçon aux Young Boys.

Au stade de Genève devant 8727 spectateurs, le Servette FC s’est imposé 3-1 devant le double tenant du titre sur des réussites de Keigo Tsunemoto, Miroslav Stevanovic et Enzo Crivelli. Supérieurs dans tous les compartiments du jeu face à un adversaire qui fait vraiment peine à voir, les joueurs de Patrick Häberli auraient pu s’imposer encore plus largement. Trois jours après avoir bu la tasse au Wankdorf devant le FC Sion, les Bernois ont, en effet, dévoilé toutes leurs limites au point que Patrick Rahmen peut se demander s’il a eu raison de quitter Winterthour pour diriger cette équipe qui balbutie son football.

Une implacable logique

La première période a tourné au cauchemar pour les Bernois avec une défense toujours aussi friable et une attaque aphone. Le score de 2-0 en faveur des Grenat répondait ainsi à une implacable logique. L’ouverture du score de la 32e minute de Tsunemoto pour son premier but sous les couleurs servettiennes a été facilitée par le laxisme de Joël Monteiro dans son marquage. Le 2-0 fut le fruit d’une action magnifique conduite essentiellement par Bradley Mazikou pour placer Stevanovic dans une position idéale.

Sur le plan offensif malgré la présence de Monteiro et de Meschak Elia sur les côtés, les Young Boys n’ont rien montré. Ce néant pour une équipe qui a remporté six des sept derniers championnats interpelle vraiment. Il a ainsi fallu attendre l’heure de jeu pour voir une double parade de Joël Mall devant Elia et la 71e pour le but de l’espoir de Cédric Itten. Mais le penalty provoqué par Anel Husic huit minutes plus tard et transformé par Crivelli devait sonner le glas pour les Bernois. Au coup de sifflet final, Patrick Rahmen a compris qu'il se retrouvait devant un immense chantier.

undefined

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Jeux olympiques

J. Desplanches savoure ses dernières Olympiades

Publié

le

Ayant atteint la limite B atteinte sur 200 m, Jeremy Desplanches, médaillé de bronze des Jeux olympiques de Tokyo, a reçu une invitation de la fédération internationale World Aquatics (© KEYSTONE/EPA/ANDREJ CUKIC).

Libéré par l'invitation reçue le 8 juillet, le nageur genevois aborde ses derniers Jeux sans pression.

Jérémy Desplanches mettra fin à sa carrière à l'issue des JO de Paris. Le Genevois de bientôt 30 ans savoure chaque moment passé au Village olympique et dans le grand bassin de la Défense Arena. "Mais je ne suis pas là pour faire du tourisme", lâche-t-il.

En bronze en 2021 à Tokyo, Jérémy Desplanches n'affiche évidemment pas les mêmes ambitions. Il ne doit sa présence à Paris qu'à une invitation reçue à la dernière minute, à laquelle il ne croyait plus. Cette annonce l'a libéré totalement.

Je suis apaisé et heureux d'être ici : je veux juste faire de mon mieux. Jeremy Desplanches

A-t-il un objectif concret sur le 200 m 4 nages, dont les séries sont programmées le 1er août? "C'est une question-piège", glisse-t-il. "Je me suis rendu compte que le plaisir provient de la performance en ce qui me concerne. Je pense que je peux aller en demi-finales. Plus loin peut-être?", se demande-t-il prudemment.

"Je me sens très heureux, apaisé. Je suis au bon endroit", sourit le Genevois, qui s'est confié aux médias mercredi après-midi. Mais je ne suis pas là pour faire du tourisme. Je prends toutes les bonnes énergies que je trouve ici", souligne le vice-champion du monde 2019, qui devrait entrer en lice le 30 juillet sur 4x200 m libre.

"Depuis que j'ai appris que j'avais une wild card pour le 200 m 4 nages, j'ai retranché six dixièmes à mes chronos à l'entraînement. C'est incompréhensible! Je ne sais pas si mon coach a exagéré", rigole-t-il. "Mais c'est une belle opportunité, que je vais essayer de saisir. Je veux juste faire de mon mieux."

Un vide à l'entraînement

Jérémy Desplanches avait évidemment continué à s'entraîner à fond pour ces Jeux, où il devait initialement être seulement aligné en relais (4x200 m libre et 4x100 m 4 nages). "Mais je sentais un vide en ne m'entraînant qu'en crawl et en dos. C'était plutôt bizarre", explique-t-il.

Cette chasse à la limite qualificative (1'57''94 sur 200 m 4 nages) avait pesé sur son mental. "Normalement, mon mental était toujours ma force", rappelle le double médaillé européen (or en 2018, argent en 2021). "J'espérais cette wild card, mais j'avais zéro plaisir lors de mes derniers 200 m 4 nages", raconte-t-il.

"J'étais perplexe lorsque j'ai appris que j'étais qualifié sur 200 m 4 nages. Mais je me suis vite rendu compte de ma chance. Et finalement, mon chrono de Doha (1'58''17 lors des Mondiaux 2024) n'était pas si mal", sourit Jérémy Desplanches, qui a décroché cette invitation grâce à ce temps réalisé en séries au Qatar en février.

Dernière course le 4 août

Recordman de Suisse du 100 m brasse, le Genevois se réjouit d'ores et déjà de disputer aussi le 4x100 m 4 nages le 4 août. "Si on (réd: Antonio Djakovic en crawl, Noè Ponti en papillon, Roman Mityukov ou Thierry Bollin en dos, et lui-même) est tous à notre meilleur niveau, on peut aller en finale", lâche-t-il.

"J'appréhende d'enlever ma combinaison pour la dernière fois. Cette course sera remplie d'émotions pour moi", et aussi pour ses coéquipiers, "mes petits frères" comme il les appelle. "C'étaient des garçons quand je les ai connus, ce sont maintenant des hommes qui jouent les médailles. Je suis fier d'eux", conclut-il.

Continuer la lecture

Sport

Les Young Boys - déjà - en danger

Publié

le

Un rebond impératif ce soir à Genève pour Patrick Rahmen et les Young Boys. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

La venue des Young Boys en match avancé de la 5e journée lancera ce mercredi la saison du Servette FC à la Praille. Les Genevois ont l’occasion de laisser déjà le Champion en titre à 6 points...

Victorieux dimanche 2-1 à Lucerne pour les trois coups du championnat, les Grenat ont témoigné d’une réelle maîtrise même si la relative faiblesse de l’opposition commande de ne pas s’enflammer. Auteur d’un superbe but, Steve Rouiller demeure l’homme fort d’une formation qui n’alignait aucune recrue dimanche au coup d’envoi.

Battus 2-1 par le FC Sion au Wankdorf, les Young Boys se doivent de rebondir. Mais avec une défense en souffrance – gardien compris -, la tâche des joueurs de Patrick Rahmen ne s’annonce pas simple. Une nouvelle défaite pourrait annoncer une crise estivale à laquelle personne ne s’attendait au sein du club qui a remporté six des sept derniers championnats.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Le FC Lugano en ballottage défavorable

Publié

le

Ousmane Doumbia (au sol) marque un temps de retard sur Dusan Tadic. L'image du match... (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

L’automne du FC Lugano ne se déclinera très certainement pas en mode Ligue des Champions. Battus 4-3 à Thoune par le Fenerbahçe de Jose Mourinho, les Tessinois sont en ballotage défavorable.

Malgré l’ouverture du score d’Ayman El Wafi de la tête à la 4e minute, les Luganais ont été logiquement dominés par un adversaire au bénéfice à la fois d’un collectif affirmé et d’individualités marquantes. Auteur d’un triplé, l’éternel Edin Dzeko fut, ainsi, le bourreau d’un Lugano bien trop léger en défense.

La faute inutile de Yanis Cimignani qui a provoqué le penalty du 1-1 et la relance trop courte de Lars Mai sur le 3-2 alors que Lugano venait de revenir à la hauteur des Turcs grâce à Uran Bislimi ont sans doute fait sourire Jose Mourinho. L’entraîneur portugais ne pensait pas recevoir de tels cadeaux pour sa première sortie officielle à la tête de son nouveau club. Seulement, le but de Milton Valenzuela au bout du temps additionnel a dû lui rester en travers de la gorge. Il maintient le FC Lugano en vie avant le match retour mardi à Istanbul.

Les Tessinois devront toutefois signer un authentique exploit en Turquie pour se qualifier. Le souvenir de la victoire obtenue l'an passé à Istanbul face au Besiktas peut leur faire croire que l'impossible sera possible dans le stade qui fut à l'automne 2005 le théâtre du barrage Turquie - Suisse resté dans toutes les mémoires.

En cas d'élimination, Lugano sera reversé dans le tour préliminaire de la Ligue Europa avec une double confrontation contre le Partizan Belgrade selon toute vraisemblance. Les Tessinois doivent impérativement remporter une confrontation dans ces tours préliminaires pour disputer une phase de poules. Ils bénéficient de trois chances pour y parvenir. La première est déjà bien hypothéquée.

undefined

undefined

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Football

Servette défie les Young Boys lors de son 1er match à domicile

Publié

le

Victorieux à Lucerne, 2-1, lors de la reprise, les Genevois Dereck Kutesa, à gauche, Alexis Antunes, n° 10, et Jeremy Guillemenot, à droite, veulent confirmer face aux Young Boys mercredi soir à la Praille (© KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Servette défie les Young Boys à l'occasion du premier match officiel du onze grenat cette saison : un choc entre les vainqueurs de la Coupe et les champions de Suisse. Par ailleurs, le SFC et le FC Lucerne ont fermement condamné le message à caractère raciste dont a victime Dereck Kutesa après le match opposant les deux équipes à l'occasion de la reprise.

Servette est bien parti dans le présent championnat avec une victoire à Lucerne (2-1) le dimanche précédent. Signe que le changement d’entraîneur – le deuxième en un an – s’est fait naturellement. A entendre Bojan Dimic qui a déjà été successivement l'assistant de Meho Kodro, d'Alain Geiger, et de René Weiler avant de devenir celui de Thomas Haeberli, la transition se passe sans le moindre accroc.

Bojan DimicEntraîneur-assistant du Servette FC

 

Les Servettiens entament donc leur saison par une semaine anglaise. Trois jours à peine après leur victoire en Suisse centrale, ils reçoivent les Young Boys mercredi soir (20h30) devant leur public.
Trois matches en une semaine, est-ce idéal pour se mettre dans le bain ou plutôt problème au niveau de la récupération?

Bojan DimicEntraîneur-assistant du Servette FC

 

Bojan Dimic, en gris, a été l'assistant de trois entraîneurs différents en à peine plus d'un an à la Praille: Alain Geiger, en noir, René Weiler et Thomas Haeberli (© KEYSTONE/Peter Klaunzer).

 

Ce premier match à domicile pour Servette est déjà un grand choc. Celui entre les vainqueurs de la Coupe de Suisse, et les champions en titre. Reste à savoir à quel point les «jaunes et noirs» de la capitale fédérale ont changé par rapport à la saison dernière.

Bojan DimicEntraîneur-assistant du Servette FC

 

Racisme: tolérance zéro!

 

Auteur de l'ouverture du score le dimanche précédent à Lucerne, Dereck Kutesa, de face, a ensuite été victime d'un message raciste de la part d'un spectateur lucernois, acte unanimement condamné par les deux clubs (© KEYSTONE/Urs Flüeler).

 

En marge du match Lucerne - Servette, un Genevois a été victime de racisme: Dereck Kutesa. Un supporter du FC Lucerne lui a envoyé une photo de bananes sur les réseaux sociaux avec le message suivant "Your Favorite Food", ta nourriture préférée" en français. Tout ça, peu après le match ayant opposé les deux équipes. Tant le FC Lucerne que le Servette FC ont fermement condamné cet acte. Les deux clubs ont réaffirmé leur politique de tolérance zéro face à ce type de comportement. Le SFC dit soutenir son joueur alors que le club de la Swissporarena a indiqué tout vouloir mettre en œuvre pour démasquer l'individu et lui signifier une interdiction de stade.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture